Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/04/20 : Coronavirus : 833 décès en France en 24 heures, 8911 morts au total, selon le ministre de la santé ce soir. Soit 65 nouveaux cas confirmés recensés en Nouvelle-Aquitaine, ce qui porte le total à 2 426 cas confirmés depuis le début de la crise.

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 06/04/20 | Tourisme : plus de 80 % de perte pour les professionnels charentais en trois semaines

    Lire

    Le baromètre de suivi de l’impact du Covid19 sur l’activité touristique des Charentes lancé depuis le 24 mars par Charentes Tourisme indique que plus de 71% des établissements enregistrent une perte actuelle de chiffre d’affaires supérieure à 80%. Un chiffre "inquiétant" pour Charentes Tourisme, qui craint à court terme la fermeture définitive d'établissements. Charentes Tourisme a mis en place un dispositif d'informations aux professionnels: Tel.05 46 31 76 38 et sur pro@charentestourisme.com

  • 06/04/20 | Géolocalisation des commerçants, artisans et autres services à Villenave d'Ornon grâce à une carte interactive

    Lire

    Pour venir en aide aux Villenavaises et Villenavais dans l'organisation de leur quotidien pendant la période de confinement la Ville de Villenave d'Ornon lance une cartographie spécifique à la gestion de crise solidaire : www.villenavedornon.city. Elle permet de géolocaliser les commerçants, artisans et services ouverts ou en fonctionnement, en précisant si ceux-ci proposent des horaires spécifiques pour le personnel soignant, les personnes âgées ou vulnérables ainsi que toute autre disposition prise face à la période de crise sanitaire, telle que la possibilité de livraison à domicile ou de commande à emporter.

  • 06/04/20 | Manger local, frais et sain dans le Grand Villeneuvois

    Lire

    Ils sont fermiers, producteurs, maraîchers, agriculteurs, éleveurs ou artisans alimentaires du territoire. Pour faire face à la crise sanitaire que nous vivons, ils ont décidé de proposer leurs produits en vente directe, points relais ou livraison. La liste s’enrichit chaque jour et les informations sont mises à jour au quotidien par chacun, en fonction de ses stocks. Retrouvez-les sur : www.producteursvilleneuvois.com

  • 06/04/20 | Landes : 100 000 € pour les projets solidaires

    Lire

    Dans le cadre de la crise du Covid-19, le Département des Landes lance un appel à projets solidaires qui s’adresse aux associations voulant s’engager dans la lutte contre l’isolement des personnes vulnérables (personnes âgées à domicile, personnes en situation de handicap, personnes vivant dans la rue, personnes vivant seule, familles en difficulté….). Doté de 100 000€, ce nouveau dispositif permettra d'attribuer 2000 € maximum par structure. Pour candidater, les associations sont invitées à adresser une présentation succincte de leur action à l’adresse : covid19projet@landes.fr.

  • 06/04/20 | Charente-Maritime : un service de téléconsultation à Royan

    Lire

    Dans le but de décharger les médecins de ville, un service de téléconsultation pour des soupçons de Covid-19 est mis en place à partir du lundi 6 avril jusqu’au 31 mai. Les patients pourront appeler un numéro de téléphone dédié, le 05 46 76 58 52 (9h-12h et 14h-17h). Ils seront alors en contact avec un secrétariat qui pourra leur fixer un rendez-vous et les aider dans la démarche de prise de rendez-vous en ligne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Vailmeca à Ligugé : La Nouvelle-Aquitaine à la rencontre d’une usine du futur

08/11/2017 | Benoît Tirant (à dr.) écoute Loïc Coulon, gérant de l’entreprise Vailmeca qui réalise de la robinetterie industrielle. Il a bénéficié du soutien de la région via le programme « Usine du futur ».

Benoît Tirant, conseiller régional de La Nouvelle-Aquitaine, écoute avec attention le gérant de l'entreprise Vailmeca, Loïc Coulon.

Le conseiller régional, Benoît Tirant, a visité ce mardi 7 novembre une PME de Ligugé (Vienne) qui a reçu des aides de la région dans le cadre du programme « Usine du futur ». L’objectif : soutenir l’activité de ces entreprises par des aides financières mais aussi par du conseil et des diagnostics afin qu’elles améliorent leur compétitivité. Pour l’instant 350 entreprises de Nouvelle-Aquitaine sont concernées par ce dispositif. D’ici 2020, le Conseil régional espère atteindre les 600 afin de relancer un secteur industriel qui est en recherche d’un second souffle dans l’Hexagone.

Bien rares sont les entreprises qui ouvrent leurs portes. Surtout lorsqu’elles sous-traitent avec de grands donneurs d’ordre de l’industrie française. C’est le cas de Vailmeca, une entreprise située à Ligugé, aux alentours de Poitiers. Ce mardi 7 novembre au matin, Benoît Tirant, conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine, s’est invité dans les locaux de cette entreprise. Il est venu dans un but bien précis. « Cette usine rentre dans le dispositif « Usine du futur » mis en place par la région. Le but est de se rendre compte sur place de ce que fait cette entreprise, de voir concrètement ce que l’aide leur a apporté, de rencontrer les gérants, les salariés qui peuvent nous faire un retour ». La visite commence. On entre dans un vaste lieu où raisonne le bruit des machines. 

Loïc Coulon, gérant de Vailmeca, parle avec passion, et décrit chaque étape d’usinage des pièces. Il est à la tête d’une PME de 18 salariés. Aux commandes depuis sept ans, il est aussi le petit-fils de fondateur de cette entreprise née en 1946. « Je l’ai reprise en avril 2010, après qu’elle ait déposé le bilan en janvier. Je l’ai rachetée au tribunal de commerce de Wolschheim. », confie-t-il. Son activité  : la sous-traitance d’usinage mécanique en fonderie. L’entreprise de Ligugé travaille notamment pour deux secteurs d’activité : la robinetterie industrielle (beaucoup plus complexe que les robinets que l’on rencontre dans notre quotidien) et les blocs moteurs électriques.             

Un nouveau positionnement 

Vailmeca, qui fabriquait des vannes notamment pour l’industrie pétrolière, a subi de plein fouet la chute du prix du baril de pétrole. Depuis 2015, le chiffre d’affaires est en baisse. Il est passé de 1,4 millions d’euros à 1,1 aujourd’hui. Pourtant, le gérant a su se reconcentrer sur un nouveau secteur : le nucléaire. Mais il a fallu investir, sachant que dans ce domaine il y a beaucoup d’exigences. Il fabrique des pièces pour la France mais aussi pour la Finlande ou la Chine et il espère la construction d’un futur EPR en Angleterre. « Il est vrai qu’en parallèle le développement sur le marché du nucléaire s’est accéléré. Il a fallu remettre à niveau de nombreux réacteurs surtout que les contrôles sont devenus plus drastiques après les incidents de Fukushima en 2011. Il y a des contraintes supplémentaires pas forcément dans l’usinage des pièces mais surtout dans leur qualité entre autres. » L’entreprise de la Vienne ne fabrique pas des pièces situées au coeur des réacteurs mais plutôt en annexe. Elles permettent notamment de gérer le système de refroidissement des réacteurs nucléaires. « Autrefois on réparait les pièces, désormais nous devons les remplacer », précise Loïc Coulon.

L’exigence du nucléaire le pousse à être toujours compétitif. Vailmeca a fait réaliser un pré-diagnostic sur la modernisation de ses outils de production. Ce diagnostic réalisé par un expert recommandait un investissement dans un logiciel de CFAO (Conception et fabrication assistées par ordinateur) permettant de sécuriser la fiabilité des devis, des plans avec ses donneurs d'ordre mais aussi de réduire le temps de programmation des machines. Par ailleurs, l'achat d'une cabine de ressuage est aussi engagé. « Sans les aides de la région… j’aurais pu financer mais peut-être que je l’aurais fait plus tard. Ça permet de faire pencher la balance. On se demande toujours si les investissements seront rentables. Je pense que j’aurais pu perdre des marchés si je ne les avais pas faits. »                                                         

Une aide providentielle

Pour le conseiller régional, Benoît Tirant, il est normal d’accompagner les entreprises de la région. « Notre travail, c’est d’aider les entreprises qui innovent mais aussi de dire ici : dans tel secteur vous pouvez trouver du boulot, inciter les jeunes à travailler dans ce type de métier ». Et ça tombe bien après deux stages dans cette entreprise et à la suite de sa formation au lycée professionnel Réaumur de Poitiers, Gaël a été embauché. Le jeune garçon a été séduit par un métier où l’on réalise les pièces de ses propres mains. Car Loïc Coulon le dit ouvertement : aujourd’hui il a du mal à recruter et à trouver des jeunes.

350 entreprises régionales engagées dans ce programme

En marge de cette visite d’entreprise, Alain Rousset, le président du conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine, et Bernard Uthurry, vice-président délégué au développement économique et à l’économie numérique, ont réuni, lors d’un séminaire annuel à Angoulême, 350 entreprises régionales engagées dans le programme « Usine du futur en Nouvelle-Aquitaine ». L’occasion de faire un point sur l’accompagnement de ces entreprises (à hauteur de 42,5 millions d’euros). L’objectif est que le nombre d’entreprises atteigne les 600 d’ici 2020. Le programme « usine du futur » se construit autour de trois piliers : la technologie (moyens de production et outils numériques), l’organisation industrielle (la formation, les conditions de travail et le management) et l’environnement (usine durable, produits éco-conçus). Tout cela s’inscrit bien sûr sur du long terme avec l’accompagnement par un référent du conseil régional et de l’Agence de Développement et d’Innovation de la Nouvelle-Aquitaine (ADI N-A). Toutes les PME et ETI (Entreprises de taille intermédiaire) ayant leur activité principale de production en Nouvelle-Aquitaine peuvent candidater. 

Vailmeca veut devenir une usine du futur… car la région soutient le potentiel qu’il y a dans ce secteur d’activité où on dit souvent que la France est en retard par rapport à ses voisins européens. Cependant l’industrie représente toujours une part importante du PIB du pays (plus de 11% tout de même selon les derniers chiffres de l’Insee datant de 2015) malgré le fait que ce chiffre soit chaque année en baisse depuis les années 1970.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
49125
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 9 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !