18/12/17 : Alain Juppé et plusieurs maires dont Martine Aubry réclament le soutien de l'Etat car "2017 s’achève sur une hausse massive de la demande d’asile et de nouveaux arrivants mettant sous une extrême tension les politiques publiques (...) classiques"

17/12/17 : "Avant si j'était vieux", théâtre, musique et bien vieillir, voici le mélange détonant que les caisses de retraite d’Aquitaine proposent de découvrir gratuitement. La prochaine représentation a lieu le 19 décembre à 15 h à Bergerac au centre culturel.

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/12/17 | ProFilBio, la revue sur l’agriculture biologique

    Lire

    Destinée à informer et faciliter l’appropriation des techniques et pratiques de l’agriculture biologique ou alternatives, la nouvelle revue trimestrielle ProFilBio est constituée d’articles de fond sur des techniques de production et de transformation utilisées en bio comme en conventionnel. Celle-ci disponible gratuitement sur abonnement, et exclusivement sous format numérique. A retrouver sur www.nouvelle-aquitaine.chambres-agriculture.fr

  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Vin de Bordeaux et oenotourisme : de la création de valeur économique à la création d'image de marque

16/04/2012 |

Georges Haushalter (Président du CIVB) au pupitre, lors de l'ouverture de

Ce 16 avril, le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, organisait la deuxième édition de sa « Journée Marketing ». En 2011, l'objectif du CIVB était de communiquer auprès des viticulteurs sur les actions et les stratégies d'image mises en place pour la promotion du vin de Bordeaux. Cette année, les interventions se sont davantage recentrées sur les actions pouvant être menées par les viticulteurs eux même pour la promotion de leur propre vin ; le tout en cohérence avec la stratégie globale du CIVB et les attentes des consommateurs. De grandes interventions, complétées dans l'après-midi par des « ateliers marketing » basés sur l'échange et les réponses concrètes.

Le département de la Gironde reçoit chaque année, près de 4,3 millions de visiteurs, dont3.3 millions sur la seule période estivale. Parmi eux, ils sont 74% à effectuer des visites dans les vignobles girondins, un chiffre qui place le département, comme premier département oenotouristique de France. Une position qui laisse songeur quant au potentiel de création de valeur pour les entreprises vitivinicoles. De plus, « si l'oenotourisme ça n'est pas simplement visiter, déguster du vin, et acheter du vin, ce sont les activités les plus pratiquées par les touristes » souligne Brigitte Bloch, la Directrice du Comité Régional du Tourisme en Aquitaine (CRTA). Autre atout de cette activité : « les clients qui pratiquent l'oenotourisme sont ont un fort pouvoir d'achat et sont régulièrement consommateurs de vin pour 75% d'entre eux ». Sans être, dans 90% des cas, de vrais connaisseurs.

197 euros dépensés par jour

Coté dépenses en Aquitaine,les groupes de touristes dépensent en moyenne 189 € par jour, dont 53% sont consacrés à l'achat de vin... Sur le département de la Gironde, un groupe de touristes dépense en moyenne 197€ par jours. C'est dire si l'enjeu économique est important.
Pourtant, si le vin est emblématique pour les touristes, il est aussi ambivalent et des défis sont encore à relever, notamment en termes de fidélisation des clients. En effet, si 50% des visiteurs disent vouloir revenir dans le département, seuls 26% pensent garder contact avec le producteur et 23% se disent prêt à revenir acheter son vin. Parmi les défauts pointés : le prix, les horaires de visites, une mauvaise adaptation aux visites en famille, la mauvaise pratique de la langue étrangère...
En d'autres termes, « accueillir des visiteurs et créer de la valeur ajoutée, c'est un vrai métier qu'il faut avoir envie d'exercer, et la qualité de l'accueil, l'accessibilité, est primordiale », prévient Brigitte Bloch. Il faut voir le touriste comme un client que l'on veut séduire et fidéliser. « C'est le vigneron qui doit être honoré de la présence des clients sur sa propriété et non l'inverse ... ». Il faut donc valoriser son entreprise « en développant des processus de fidélisation ». Une absolue nécessité, à laquelle il faudra se résoudre quitte à s'inspirer des viticulteurs du Nouveau monde, particulière habiles dans ce domaine, souligne la Directrice du CRTA.

R. Quancard, Prés de la commission de promotion du CIVB, J-P. Code, Dir du service économie et études, F. Jumeau, dir marketing, B Bloch, Dir CRTA, J Bak, Intuition Une image trop élitiste
Un point de vue totalement partagé par Jolenta Bak de l'agence-conseil Intuition, qui voit dans cette fidélisation et dans la mise en avant des femmes et des hommes du vin, l'occasion de faire contrepoids« à l'image souvent trop guindée et élitiste de ce terroir », qui peut nuire au développement du produit. Toutes deux sont également d'accord, sur la nécessité de donner "les clés des portes des vignobles", les rendre plus accessibles, moins intimidants pour les touristes, en développant notamment les aspects terroirs, nature... sans pour autant nier l'innovation. Il faut tenter de nouveaux angles de visites, "peut-être plus intimistes, plus dans l'échange et la confidentialité..."Plus que des explications techniques sur le mode de production,« il faut penser le vigneron comme un passeur de la culture du vin, de son histoire et de sa nature, de son terroir bordelais »...

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
390
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !