Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

  • 15/04/21 | Une meunerie bio et sans gluten à Thuré (86)

    Lire

    A Thuré, dans la Vienne, François Michaud produit des céréales en circuit court tout en pratiquant l’agroforesterie. Pour valoriser les céréales produites sur la ferme en farines ou semoules, il va construire une meunerie. Afin de répondre aux demandes de farines sans gluten, il prévoit également d’acquérir deux moulins et qui lui permettront d’assurer la vente en circuit-court auprès de boulangers et particuliers.

  • 14/04/21 | L’église de Notre-Dame de Soudan va être restaurée

    Lire

    Erigée au XIIe siècle, l’église de Notre-Dame de Soudan dans les Deux-Sèvres souffre de multiples désordres comme des zones d’instabilité structurelles en raison de nombreuses modifications architecturales ou d’une humidité trop importante qui ont détérioré les maçonneries intérieures et extérieures. Afin d’évacuer cette humidité, une tranchée de ventilation va être creusée permettant ainsi la restauration des maçonneries et des peintures murales.

  • 14/04/21 | Un jeu vidéo développé dans les Landes

    Lire

    La société Itchy à Saint-Etienne d’Orthe dans les Landes, s’est spécialisée dans la création de jeux vidéos en 2018 avec son projet « World of furry ». Ce projet permet d’offrir un jeu familial et bienveillant basé sur les animaux imaginaires possédant des caractéristiques humaines. Il sera gratuit à télécharger et la monétisation se fera sous forme d’achats d’objets premium et avec un système d’abonnement.

  • 14/04/21 | 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes

    Lire

    Lors de sa dernière séance plénière du 12 avril, la Région vient d'accorder 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes. Ce chantier « de maintien de la performance » est indispensables pour pérenniser les circulations des TER et empêcher la dégradation supplémentaire des performances (vitesse, capacité et exploitation). S'en suivront des travaux de régénération étalés jusqu’en 2028. Huit autres lignes sont bénéficierons de ces chantiers d'urgence en 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Vinexpo veut changer de perspectives

18/04/2019 | "Un salon à taille humaine", voilà ce que veut redevenir Vinexpo Bordeaux selon ses organisateurs, qui préparent activement la vingtième édition du salon en mai.

Vinexpo Bordeaux 2019

Du 13 au 16 mai, Vinexpo Bordeaux, le salon professionnel dédié aux vins et spiritueux, s'apprête à réouvrir ses portes pour une vingtième édition dans un contexte fluctuant. Après l'arrivée du nouveau PDG du groupe, Rodolphe Lameyse, l'heure était ce jeudi à une déclaration d'amour collective pour l'édition bordelaise d'une marque dont les regards ne cessent d'être tournés vers des horizons mondialisés. Au travers d'un programme faisant plus que jamais les yeux doux à un marché international et à l'annonce de quelques temps forts pour donner des espoirs à une filière très attendue sur l'impact environnemental, prise de température à moins d'un mois de la grand-messe.

Un nouveau cap

La concurrence est rude, et toute hésitation à occuper le terrain la sert. C'est peut-être par cette phrase que pourrait le mieux se résumer la présentation officielle de la prochaine édition du salon Vinexpo à Bordeaux qui se tiendra au Parc des Expositions du 13 au 16 mai prochain. L'arrivée, début avril, du nouveau directeur général du groupe, Rodolphe Lameyse, après des mois de vacances, devrait évidemment faire de cette édition une "entrée test" importante dans un contexte social que les hôteliers bordelais et le directeur de la CCI, Patrick Seguin, n'ont pas manqué de souligner dernièrement en émettant des inquiétudes. Le profil du nouveau directeur, qui s'affiche bien davantage comme un expert des salons internationaux que comme un expert du vin (avant de rejoindre Vinexpo, il était directeur à Singapour du portefeuille de Food and Hotel Asia, gros salon professionnel dédié à l'industrie de l'alimentation, de la boisson et de l'hôtellerie), même si ce dernier affirme qu'en Asie, "les gilets jaunes c'était Paris et rien d'autre; Bordeaux, je n'en ai jamais entendu parler", ne saurait en revanche masquer la réalité des chiffres. 

Si l'édition 2017 affichait un ratio de 2300 exposants, l'édition 2019 revendique "un salon à taille humaine" en refusant de se comparer aux salons concurrents (même si Vinexpo Paris compte clairement attaquer Wine Paris, qui a réuni 2000 exposants en février dernier, sur son propre terrain) comme Prowein, qui compte se renforcer en Asie pour faire face à Vinexpo Hong Kong, le plus gros salon de la marque, et Vinexpo Shangaï. Comme ils l'ont déjà fait en septembre dernier, les dirigeants de Vinexpo comptent se tourner vers le "premium" avec des rencontres sur-mesure (rendez-vous d'affaire personnalisés, accueil optimisé avec notamment un transport gratuit et des places pour les différents musées). Le résultat, c'est un nombre d'exposants revu à la baisse, à la fois, selon la CCI (propriétaire de Vinexpo à 96,5%), par choix stratégique mais aussi par constat subi : même si les prix pour un stand n'ont pas bougé depuis 2015 et ne comptent pas le faire pour cette édition non plus (3495 euros pour un stand de six mètres carrés tout inclus), les ambitions affichent désormais "1600 sociétés de vins et spiritueux de 29 pays" (soit 20% de moins que les objectifs annoncés en septembre dernier) dont 15% de nouveaux exposants et trois nouveaux pays : la Suède, la Turquie et le Vietnam. Un pavillon "donnant accès au salon aux plus petites structures" a également été créé, tout comme l'implantation de PME/TPE viticoles régionales proposées par l'Agence de l'Alimentation Nouvelle-Aquitaine (AANA).

Les organisateurs, en revanche, ont refusé de communiquer tout chiffre sur le nombre de mètres carrés occupés (tout juste signe-t-on la disparition du Hall 3), estimant la donnée peu pertinente eu égard au changement du paysage concurrentiel, affirmant avoir choisi d'être "plus ramassé au niveau des espaces pour mieux gérer les flux et favoriser la relation de contact entre les exposants et les visiteurs". "En Asie, tout le monde ne considère pas que c'est obligatoire de venir à Bordeaux. Certains de nos clients ont fait le choix de réduire la surface à Bordeaux pour investir à Shangaï. La course au gigantisme et au nombre de visiteurs ne fait pas partie de notre stratégie. Notre volonté, c'est d'offrir une surface qualitative et un portefeuille de produits qui va permettre à nos clients de choisir l'espace où il est le plus pertinent. J'entends les inquiétudes, mais l'environnement concurrentiel fait que c'est aujourd'hui le client qui choisit, même si on développe une stratégie d'accompagnement derrière", a pour sa part affirmé Rodolphe Lameyse.

Du vert dans le verre

Que compte donc faire Vinexpo au niveau de son programme pour espérer tendre vers cette fameuse "offre premium" tant vantée ? Pour les professionnels en visite, l'accès au site et l'accueil dès l'aéroport ou la gare seront renforcés, promet l'organisation, avec des transferts et une signalétique propre. De même, si 60% des exposants de Vinexpo sont traditionnellement français, l'international est clairement visé avec des pays comme l'Argentine, l'Afrique du Sud, l'Espagne, l'Italie ou la Chine. Les acheteurs asiatiques ou américains ne seront pas non plus en reste. Du côté du bio, l'offre proposée au travers de l'espace dédié (World of Organic Wine) regroupera 150 producteurs (contre 120 en 2017) issus de neuf pays différents. En tout, Vinexpo comprendra une quarantaine d'évènements et notera la présence traditionnelle de l'Union des Grands Crus de Bordeaux, des Crus Bourgeois du Médoc ou de Gambero Rosso et, pour la première fois, de Renaissance des appellations, évènement dédié à la biodynamie qui s'était jusqu'à présent tenu un peu à l'écart d'un salon qu'il jugeait "trop traditionnel".

Le pas du verdissement de discours ne passe pas que par cette ouverture. Le mardi 14 mai, le premier "Symposium Vinexpo", baptisé "Act for Change", sera consacré à l'impact du changement climatique sur la filière du vin et des spiritueux. Il rassemblera un plateau d'experts, du climatologue américain Grégory Jones au géographe et Président de l'Académie du Vin de France Jean-Robert Pitte, au travers d"interventions très rapides, dans une sorte de show façon télévision, assez rythmé pour aller à l'essentiel et montrer les innovations et les avancées déjà en cours". Cette opération, qui ressemble fort à celle qui s'est déroulée en février dernier au Palais des Congrès (elle est d'aileurs financée en partie par le CIVB), sera partagée entre débat et tables rondes autour de sujets comme l'intégration du changement climatique dans la stratégie commerciale. Il se tiendra au sein du nouveau Hall 2 du Parc des Expositions entre 10h et 16h30. Enfin, Vinexpo veut s'ouvrir au grand public avec, la veille du salon, une grande dégustation de vins du monde organisée au Palais de la Bourse dans laquelle 49 professionnels issus de 19 pays viendront faire déguster leurs vins pour "montrer la diversité auprès du consommateur".

Stratégie à définir 

Et pour la suite ? Vinexpo se défend sur son propre terrain en affirmant que son déploiement au travers de cinq itérations est bien maintenu : Hong-Kong fin mai, Shangaï en octobre, New-York en mars, Paris et Vinexpo Explorer qui investira le Beaujolais entre fin septembre et début octobre. Les ambitions internationales revues à la hausse ne pouvant pas masquer les baisses d'ambitions en termes de visitorat du salon bordelais (l'indicateur qui permettra de parler de succès pour l'édition 2019, qu'il soit en termes de surfaces ou de ratio entre exposants et visiteurs, n'ayant d'ailleurs pas vraiment été tranché...), les organisateurs affirment en revanche laisser la porte ouverte à d'autres itérations futures. Ainsi, l'itération tokyoïte, un temps discutée, est visiblement au point mort pour l'instant, de même qu'une éventuelle implantation en Inde, même si la porte n'a pas été fermée.

"Avant de lancer un salon, il faut analyser trois choses : le potentiel du marché (au travers du nombre de ses distributeurs ou retailers) qui se discute en amont, la cohérence du calendrier dans lequel il est de plus en plus compliqué de trouver sa place et enfin le lieu (à la fois pour des questions d'acheminements, de douanes et de régulation ). Nous ne sommes pas contre lancer d'autres éditions ailleurs, mais nous voulons aussi consolider les éditions déjà existantes. La restructuration via la création de joint-ventures semblait en tout cas une piste sérieuse, chaque salon étant une société unique venant alimenter la holding). Pour Bordeaux, en tout cas, 2019 sera certainement l'année de tous les regards. "Bordeaux a inventé ce type de salon et il était tout seul. Aujourd'hui, les entreprises ont réduit leur surface. Le modèle évolue, l'offre doit aussi évoluer. Il y a eu des moments de flottement mais nous y sommes toujours très attachés", a souligné Stéphane Delaux, adjoint à la mairie de Bordeaux chargé de l'attractivité économique, du tourisme et des grands événements. Plus qu'à découvrir si les participants le sont aussi.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3932
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !