Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/01/21 | 11 centres de vaccinations autorisés dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Afin d'assurer le déploiement de la campagne de vaccination contre la COVID-19, les Pyrénées-Atlantiques comptent 11 centres de vaccination. Dans l’arrondissement de Pau sont concernées les communes de Pau, Lescar et Arzacq, dans l’arrondissement d’Oloron-Sainte-Marie: celles Mauléon et Arudy et dans l’arrondissement de Bayonne, celles de Bayonne, Biarritz, Anglet, Cambo-les-bains, Saint-Jean-Pied-de-Port et Saint-Jean-de-Luz. Réservations vaccinales, via le numéro vert national 0 800 009 110 ou sur les plateformes internet de Doctolib Vaccination, KelDoc de NEHS et Maiia et la plateforme nationale www.sante.fr,

  • 18/01/21 | Démarrage des vaccinations à La Rochelle

    Lire

    Plusieurs communes de l’Agglomération se sont portées volontaires pour accompagner les vaccinations en créant des centres grand public. Un premier sera ouvert du 18 au 22 janvier au centre municipal de vaccination de La Rochelle, 2 rue de l’Abreuvoir. A partir du 25 janvier, deux centres seront installés à l’Espace Encan à La Rochelle et à l’hippodrome de Châtelaillon-Plage, 9 rue des Sulkys. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur rendez-vous.

  • 18/01/21 | Langues régionales : la Région épingle Jean-Michel Blanquer

    Lire

    Le 10 décembre, le ministre de l'Éducation Nationale affirmait que le système éducatif français "n'est pas hostile aux langues régionales". La Région Nouvelle-Aquitaine s'appuyant sur les chiffres du rectorat conteste : "La réforme des lycées a brutalement dévalorisé l'attractivité du basque et de l'occitan en option." Sur les rentrées 2019 et 2020, les effectifs en occitan ont fondu dans les académies de Bordeaux (-32%) et Limoges (-44%). Pour le basque la baisse est de 48%. Charline Claveau, élue en charge des langues régionales, appelle à ce qu'un amendement soit apporté à la réforme du baccalauréat "dès maintenant".

  • 18/01/21 | Couvre-feu : à La Rochelle, Jean-François Fountaine appelle à être raisonnable

    Lire

    "Depuis l'annonce du gouvernement, on me demande pourquoi on ne proteste pas contre ce couvre-feu, puisque la situation est meilleure chez nous. Il faut être responsable ! Notre situation s'est dégradée et notre hôpital est sous-tension, notamment à cause des déprogrammation du printemps", a relaté le maire lors d'une conférence de presse vendredi. Si les horaires de transports restent inchangés par le couvre-feu, ceux de la médiathèque et des déchèteries seront avancés d'une heure.

  • 16/01/21 | Lot-et-Garonne : la Maison de l'Europe fête l'amitié franco-allemande

    Lire

    Du 18 au 29 janvier, la Maison de l'Europe du Lot-et-Garonne célèbre l'amitié franco-allemande. 18 ans après la création de la Journée franco-allemande par Jacques Chirac et Gerhard Schröder en 2003, cette amitié entre les deux pays est célébrée chaque 22 janvier. L'évènement organisé par la Maison de l'Europe 47 prévoit diverses animations, parmi lesquelles des quizz en ligne, de la culture et un jeu concours qui sera lancé le 22 janvier prochain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Vinexpo veut changer de perspectives

18/04/2019 | "Un salon à taille humaine", voilà ce que veut redevenir Vinexpo Bordeaux selon ses organisateurs, qui préparent activement la vingtième édition du salon en mai.

Vinexpo Bordeaux 2019

Du 13 au 16 mai, Vinexpo Bordeaux, le salon professionnel dédié aux vins et spiritueux, s'apprête à réouvrir ses portes pour une vingtième édition dans un contexte fluctuant. Après l'arrivée du nouveau PDG du groupe, Rodolphe Lameyse, l'heure était ce jeudi à une déclaration d'amour collective pour l'édition bordelaise d'une marque dont les regards ne cessent d'être tournés vers des horizons mondialisés. Au travers d'un programme faisant plus que jamais les yeux doux à un marché international et à l'annonce de quelques temps forts pour donner des espoirs à une filière très attendue sur l'impact environnemental, prise de température à moins d'un mois de la grand-messe.

Un nouveau cap

La concurrence est rude, et toute hésitation à occuper le terrain la sert. C'est peut-être par cette phrase que pourrait le mieux se résumer la présentation officielle de la prochaine édition du salon Vinexpo à Bordeaux qui se tiendra au Parc des Expositions du 13 au 16 mai prochain. L'arrivée, début avril, du nouveau directeur général du groupe, Rodolphe Lameyse, après des mois de vacances, devrait évidemment faire de cette édition une "entrée test" importante dans un contexte social que les hôteliers bordelais et le directeur de la CCI, Patrick Seguin, n'ont pas manqué de souligner dernièrement en émettant des inquiétudes. Le profil du nouveau directeur, qui s'affiche bien davantage comme un expert des salons internationaux que comme un expert du vin (avant de rejoindre Vinexpo, il était directeur à Singapour du portefeuille de Food and Hotel Asia, gros salon professionnel dédié à l'industrie de l'alimentation, de la boisson et de l'hôtellerie), même si ce dernier affirme qu'en Asie, "les gilets jaunes c'était Paris et rien d'autre; Bordeaux, je n'en ai jamais entendu parler", ne saurait en revanche masquer la réalité des chiffres. 

Si l'édition 2017 affichait un ratio de 2300 exposants, l'édition 2019 revendique "un salon à taille humaine" en refusant de se comparer aux salons concurrents (même si Vinexpo Paris compte clairement attaquer Wine Paris, qui a réuni 2000 exposants en février dernier, sur son propre terrain) comme Prowein, qui compte se renforcer en Asie pour faire face à Vinexpo Hong Kong, le plus gros salon de la marque, et Vinexpo Shangaï. Comme ils l'ont déjà fait en septembre dernier, les dirigeants de Vinexpo comptent se tourner vers le "premium" avec des rencontres sur-mesure (rendez-vous d'affaire personnalisés, accueil optimisé avec notamment un transport gratuit et des places pour les différents musées). Le résultat, c'est un nombre d'exposants revu à la baisse, à la fois, selon la CCI (propriétaire de Vinexpo à 96,5%), par choix stratégique mais aussi par constat subi : même si les prix pour un stand n'ont pas bougé depuis 2015 et ne comptent pas le faire pour cette édition non plus (3495 euros pour un stand de six mètres carrés tout inclus), les ambitions affichent désormais "1600 sociétés de vins et spiritueux de 29 pays" (soit 20% de moins que les objectifs annoncés en septembre dernier) dont 15% de nouveaux exposants et trois nouveaux pays : la Suède, la Turquie et le Vietnam. Un pavillon "donnant accès au salon aux plus petites structures" a également été créé, tout comme l'implantation de PME/TPE viticoles régionales proposées par l'Agence de l'Alimentation Nouvelle-Aquitaine (AANA).

Les organisateurs, en revanche, ont refusé de communiquer tout chiffre sur le nombre de mètres carrés occupés (tout juste signe-t-on la disparition du Hall 3), estimant la donnée peu pertinente eu égard au changement du paysage concurrentiel, affirmant avoir choisi d'être "plus ramassé au niveau des espaces pour mieux gérer les flux et favoriser la relation de contact entre les exposants et les visiteurs". "En Asie, tout le monde ne considère pas que c'est obligatoire de venir à Bordeaux. Certains de nos clients ont fait le choix de réduire la surface à Bordeaux pour investir à Shangaï. La course au gigantisme et au nombre de visiteurs ne fait pas partie de notre stratégie. Notre volonté, c'est d'offrir une surface qualitative et un portefeuille de produits qui va permettre à nos clients de choisir l'espace où il est le plus pertinent. J'entends les inquiétudes, mais l'environnement concurrentiel fait que c'est aujourd'hui le client qui choisit, même si on développe une stratégie d'accompagnement derrière", a pour sa part affirmé Rodolphe Lameyse.

Du vert dans le verre

Que compte donc faire Vinexpo au niveau de son programme pour espérer tendre vers cette fameuse "offre premium" tant vantée ? Pour les professionnels en visite, l'accès au site et l'accueil dès l'aéroport ou la gare seront renforcés, promet l'organisation, avec des transferts et une signalétique propre. De même, si 60% des exposants de Vinexpo sont traditionnellement français, l'international est clairement visé avec des pays comme l'Argentine, l'Afrique du Sud, l'Espagne, l'Italie ou la Chine. Les acheteurs asiatiques ou américains ne seront pas non plus en reste. Du côté du bio, l'offre proposée au travers de l'espace dédié (World of Organic Wine) regroupera 150 producteurs (contre 120 en 2017) issus de neuf pays différents. En tout, Vinexpo comprendra une quarantaine d'évènements et notera la présence traditionnelle de l'Union des Grands Crus de Bordeaux, des Crus Bourgeois du Médoc ou de Gambero Rosso et, pour la première fois, de Renaissance des appellations, évènement dédié à la biodynamie qui s'était jusqu'à présent tenu un peu à l'écart d'un salon qu'il jugeait "trop traditionnel".

Le pas du verdissement de discours ne passe pas que par cette ouverture. Le mardi 14 mai, le premier "Symposium Vinexpo", baptisé "Act for Change", sera consacré à l'impact du changement climatique sur la filière du vin et des spiritueux. Il rassemblera un plateau d'experts, du climatologue américain Grégory Jones au géographe et Président de l'Académie du Vin de France Jean-Robert Pitte, au travers d"interventions très rapides, dans une sorte de show façon télévision, assez rythmé pour aller à l'essentiel et montrer les innovations et les avancées déjà en cours". Cette opération, qui ressemble fort à celle qui s'est déroulée en février dernier au Palais des Congrès (elle est d'aileurs financée en partie par le CIVB), sera partagée entre débat et tables rondes autour de sujets comme l'intégration du changement climatique dans la stratégie commerciale. Il se tiendra au sein du nouveau Hall 2 du Parc des Expositions entre 10h et 16h30. Enfin, Vinexpo veut s'ouvrir au grand public avec, la veille du salon, une grande dégustation de vins du monde organisée au Palais de la Bourse dans laquelle 49 professionnels issus de 19 pays viendront faire déguster leurs vins pour "montrer la diversité auprès du consommateur".

Stratégie à définir 

Et pour la suite ? Vinexpo se défend sur son propre terrain en affirmant que son déploiement au travers de cinq itérations est bien maintenu : Hong-Kong fin mai, Shangaï en octobre, New-York en mars, Paris et Vinexpo Explorer qui investira le Beaujolais entre fin septembre et début octobre. Les ambitions internationales revues à la hausse ne pouvant pas masquer les baisses d'ambitions en termes de visitorat du salon bordelais (l'indicateur qui permettra de parler de succès pour l'édition 2019, qu'il soit en termes de surfaces ou de ratio entre exposants et visiteurs, n'ayant d'ailleurs pas vraiment été tranché...), les organisateurs affirment en revanche laisser la porte ouverte à d'autres itérations futures. Ainsi, l'itération tokyoïte, un temps discutée, est visiblement au point mort pour l'instant, de même qu'une éventuelle implantation en Inde, même si la porte n'a pas été fermée.

"Avant de lancer un salon, il faut analyser trois choses : le potentiel du marché (au travers du nombre de ses distributeurs ou retailers) qui se discute en amont, la cohérence du calendrier dans lequel il est de plus en plus compliqué de trouver sa place et enfin le lieu (à la fois pour des questions d'acheminements, de douanes et de régulation ). Nous ne sommes pas contre lancer d'autres éditions ailleurs, mais nous voulons aussi consolider les éditions déjà existantes. La restructuration via la création de joint-ventures semblait en tout cas une piste sérieuse, chaque salon étant une société unique venant alimenter la holding). Pour Bordeaux, en tout cas, 2019 sera certainement l'année de tous les regards. "Bordeaux a inventé ce type de salon et il était tout seul. Aujourd'hui, les entreprises ont réduit leur surface. Le modèle évolue, l'offre doit aussi évoluer. Il y a eu des moments de flottement mais nous y sommes toujours très attachés", a souligné Stéphane Delaux, adjoint à la mairie de Bordeaux chargé de l'attractivité économique, du tourisme et des grands événements. Plus qu'à découvrir si les participants le sont aussi.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3818
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !