Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

19/09/18 : La Rochelle : suite à un appel à la grève de la CGT et de la CFDT, un peu plus d'un bus sur deux ne circulent pas ce matin. aucun bus ne circule ce mercredi matin sur les quatre lignes Illico, ainsi que sur les lignes 6, 7, 8, 11, 13, et 16.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle : pour lancer officiellement la nouvelle saison 2018-2019, le Carré Amelot ouvre ses portes et organise les festivités "Déambulation et petites formes" samedi 22 de 14h30 à 20h30, avec des spectacles, ateliers et expositions. Gratuit.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/09/18 | Pau : un rallye étudiant pour découvrir la ville

    Lire

    Pensé par et pour les jeunes, la Mairie de Pau lance le 4 octobre, son 1er Rallye Etudiant. Objectif, selon Régis Laurent Adjoint au maire chargé de la jeunesse: «souhaiter la bienvenue à Pau aux nouveaux étudiants tout en leur montrant la palette des activités associatives, culturelles et sportives qui y sont possibles». Destinés aux étudiants et étudiants des métiers de 1ère année, ce rallye, mêlant jeu de piste urbain et battles entre équipes, permettra aux jeunes de découvrir les acteurs du territoire au fil de leur pérégrination. A 19h, rdv pour un concert électro gratuit et ouvert à tous place Clémenceau. Détails et inscription.

  • 19/09/18 | Les " Ford" appellent à manifester le 22 septembre

    Lire

    A l'initiative des syndicats CFTC et CGT de l'usine Ford de Blanquefort une manifestation aura lieu le 22 septembre à 14h place de la République à Bordeaux. 872 emplois directs et 3.000 emplois induits sont menacés soulignent-ils, insistant sur les aides publiques apportées à la multinationale: de "2013 à 2018 Ford Aquitaine Industries a engrangé près de 50 millions d'euros pour maintenir les 1000 emplois soit approximativement 830 euros par salarié par mois sur 5 ans."

  • 19/09/18 | Anti-ours face à De Rugy, la tension monte en Béarn

    Lire

    L'annonce dans le journal Sud-Ouest ce mercredi, de la venue de François De Rugy à Pau jeudi 20 septembre, sur le thème du lâcher de 2 ourses dans le massif pyrénéen, n'a pas tardé d'effet dans les rangs des « anti ». Si dans un communiqué la Fédération Transpyrénéenne des Éleveurs de Montagne 64 juge cette visite «indécente», un collectif d'éleveurs non identifié appelle quant à lui à «un rassemblement musclé» au village d'Asasp-Arros et précise «s'il faut des armes et des fusils pour que notre message résonne aux oreilles de François de Rugy et jusqu'en Slovénie, ils seront sortis!»

  • 19/09/18 | Portes ouvertes pour les 60 ans de l’INJS

    Lire

    L’Institut National des Jeunes Sourds de Bordeaux, implanté à Gradignan, fêtera ses 60 ans le 22 septembre prochain. Pour lancer une journée ouverte au public, l’arbre des 60 ans sera planté à 10h30. Une exposition dans la chapelle retracera son histoire et la journée sera ponctuée de tables rondes où familles et jeunes raconteront leur expérience. Vous pourrez aussi visiter le site et profiter pour clôturer la journée d’un spectacle réalisé par un magicien sourd.

  • 19/09/18 | Les V3 électriques arrivent à Bordeaux

    Lire

    Avis aux amateurs de vélos sur la métropole bordelaise. Ce mercredi, Keolis et Bordeaux Métropole ont présenté, à l'occasion de la "rentrée" du réseau TBM, le premier V3 électrique. Doté d'une batterie démontable et d'une autonomie de dix kilomètres, il sera rechargeable en une heure trente et son abonnement devrait coûter six euros par mois. Keolis et Bordeaux Métropole ont ainsi prévu d'en déployer 1000 dès le début de l'année 2019.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Xavier Niel en débat à Bordeaux pour le Conseil des Entrepreneurs

19/09/2015 | Le patron de Free a échangé avec plusieurs entrepreneurs triés sur le volet sur sa vision de l'entreprise, de l'économie française et de la volonté d'innover

Le patron de Free était la star d'un nouveau Congrès des Entrepreneurs

Xavier Niel était sans conteste la star du Conseil des entrepreneurs ce matin à Bordeaux. L'évènement, créé par la mairie, a permis au patron de Free de revenir sur la manière dont il a conçu sa société en start-up, sa volonté d'innovation et sa propre vision d'une entreprise efficace. Le dirigeant a également réaffirmé son attachement à l'entrepreunariat français, expliquant au public du Palais des Congrès combien il était plus facile de créer sa boîte en France que dans la Silicon Valley... Retour sur quelques moments forts de ces deux heures d'échanges.

Un "Steve Jobs" à la française ? La première partie du débat a donné lieu à un échange plutôt cordial entre Xavier Niel et Virginie Calmels, adjointe au maire de Bordeaux en charge de l'Economie, de l'emploi et de la croissance durable mais aussi administratrice d'Illiad. Fait amusant, Alain Juppé, maire de Bordeaux, était bien présent au premier rang mais a laissé toute latitude à sa candidate désignée chef de file de la droite pour les régionales. Et quand on demande à l'élue de décrire le pdg de Free, Virginie Calmels n'y va pas de main morte. "Ce qui me frappe, c'est son côté visionnaire. C'est notre Steve Jobs à la française", affirme-t-elle. En août 2015, le magasine américain Wired a désigné Xavier Niel comme la septième personnalité la plus influente sur la question du numérique dans le Monde. Quant à la façon qu'avait Steve Jobs et celle qu'à Xavier Niel de gérer son entreprise... la comparaison s'est arrêtée là. 

Un engagement en politique ? Quand on demande au chef d'entreprise pourquoi il ne s'engage pas en politique, sa réponse est plutôt catégorique. "Je ne pourrais pas franchir le pas. Mon vrai métier, c'est d'être entrepreneur. Je ne sais pas si j'en serai capable, d'autant que les barrière droite-gauche n'ont plus de sens. Par contre, je crois beaucoup à l'arrivée de la société civile dans le monde politique. Je suis parfois choqué d'entendre dans certains partis que tout le monde doit suivre la même ligne, c'est contraire à ce que je crois". Virginie Calmels, elle, est restée silencieuse... 

Entreprendre en France, une chance. Le vice-président d'Illiad n'a pas tari d'éloges sur le système économique français, qui serait pour lui l'un des écosystèmes les plus favorables pour monter sa boîte. "En France, on a cette envie de se prendre en charge et de créer quelque chose. Le système n'est bien sûr pas parfait. On va encore me critiquer en disant que je fais de la France un paradis fiscal pour les entrepreneurs... On peut toucher le chômage et en même temps créer son entreprise, ça n'existe nulle part ailleurs ! Créer une entreprise en France, c'est beaucoup plus facile qu'aux Etats-Unis par exemple, dans la Silicon Valley. On est bien plus entouré, plus aidés ici que là-bas.

Et à ceux qui trouveraient des "excuses" pour justifier leur difficultés à se lancer, celui qui déclare lutter contre le french-bashing n'y croît pas non plus. "J'entends souvent de fausses excuses comme "Je ne peux pas créer mon entreprise parce que je ne trouve pas d'argent". C'est sans doute que votre projet n'est pas bon, car il y a des milliers d'investisseurs partout dans le monde. A ceux qui disent "on ne peut pas embaucher ni licencier en France", croyez moi, j'ai des entreprises aux Etats-Unis, c'est peut-être moins facile en France, mais ça ne coûte pas plus cher". Certains entrepreneurs disent qu'ils ont peur de trop grossir... dans ce cas là qu'ils changent de job. Etre un bon entrepreneur, c'est avoir un succès visible. Un succès en entraîne un autre. En France, nous n'avons pas été capables de penser global, même si on commence aujourd'hui à avoir des gens qui pensent mondialement".

Une réussite jalouséeLa 127ème fortune mondiale, qui est également l'ambassadeur d'une école très particulière baptisée "42" (formation de développeurs), est enfin revenu sur son parcours, vierge de grandes études. "Je ne pousse jamais les gens à arrêter les études pour monter leur entreprise. Personnellement, mon lancement au début de la bulle minitel est une chance et un heureux hasard. La réussite est aujourd'hui valorisée, mais elle est souvent très jalousée. Aujourd'hui, le monde évolue, les diplômes ont moins d'importances dans les entreprises plus récentes", a affirmé Xavier Niel. Il faut dire que pour rentrer à 42, les équipes considèrent qu'il n'est "pas nécessaire d'avoir le Bac". Une école qui a été l'objet de certaines critiques, notamment par le MUNCI, première association professionnelle d'informaticiens en France : "l'école 42 a déjà suscité un certain tort à notre profession". Peu importe, avec 1700 élèves et des demandes d'inscriptions en hausse chaque année, l'école "Xavier Niel" semble résister à toutes les critiques... 

Xavier Niel a fait cette visite éclair à Bordeaux à l'occasion de ces rencontres trimestrielles avec un PDG auprès d'un public d'entrepreneurs bordelais. Il a ensuite visité un certain nombre de sites économiques stratégiques comme le NODE ou l'Ecosystème Darwin. Un moyen peut-être, pour l'élue à la mairie de Bordeaux, de montrer un carnet d'adresse gonflé à des chefs d'entreprises locaux à deux mois du scrutin régional.

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4035
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !