Le Fil d'Aqui

21/10/14 : Le dynamisme de la politique menée par le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques en matière de développement local a été récompensé par un prix Territoria d'argent. 32 contrats territoriaux ont en effet été signés pour la période 2013-2016.

20/10/14 : Les élus socialistes et républicains des Pyrénées-Atlantiques refusent de participer à la démarche Pays de Béarn initiée par François Bayrou. Ils estiment qu'il s'agit d'un "repli sur soi" au moment où la coopération entre territoires doit prévaloir.

20/10/14 : Les premières rencontres littéraires organisées du 21 au 23 novembre à Pau dans le cadre d'un événement baptisé "Les idées mènent le monde" auront pour thème le bonheur. De Luc Ferry à Vincent Lindon et Michel Drucker, les invités seront nombreux.

18/10/14 : Hervé Bournoville, sous préfet de l'arrondissement de Nontron, prendra ses fonctions lundi 20 octobre. La cérémonie de son installation débutera à 11 h 30 par un dépôt de gerbe au monument aux morts.

18/10/14 : En raison des conditions météorologiques exceptionnelles, la Ville de Biarritz réouvert le temps du week-end la surveillance de la Grande Plage par les maîtres nageurs sauveteurs

17/10/14 : Les radicaux de gauche réunis à Paris ce 17 octobre ont voté leur maintien dans la majorité gouvernementale ayant obtenu selon Jean-Michel Baylet satisfaction quant au maintien de 52 ou 53 départements ruraux dans la réforme territoriale.

17/10/14 : Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques organise une journée des volontariats solidaires ce samedi 18 octobre de 10h à 18h à la Caserne de la Nive à Bayonne. L’entrée est libre et gratuite.

17/10/14 : Aujourd'hui 27ème Journée mondiale du refus de la misère. Dans ce cadre-là, à Villeneuve/Lot marche proposée de la mairie à la halle à 18h

16/10/14 : Le Conseil d’administration d’Aquitanis, Office public de l’habitat de la Communauté urbaine de Bordeaux, qui s’est tenu mercredi 15 octobre 2014, a décidé de ne pas augmenter les loyers de ses 17 600 locataires pour l’année 2015.

16/10/14 : Les 13 premiers contrats professionnels pour la réalisation du chantier Lascaux 4 seront signés demain à 15 h à Montignac entre la société Lagarrigue, mandataire du groupement d'entreprises pour la réalisation du macro lot, et le Conseil général.

16/10/14 : La justice a décidé de maintenir en détention l'anesthésiste qui avait été incarcérée après le décès d'une jeune maman, à la maternité d'Orthez. Mise en examen pour homicide involontaire aggravé, elle était ivre lors de l'accouchement.

16/10/14 : L'actrice Marie Dubois est décédée à Lescar, près de Pau. Souffrant de sclérose en plaque, elle avait 77 ans.

15/10/14 : Forte perturbation sur la RN 10, ce mercredi matin au niveau de Gauriaguet, direction Angoulême, une manifestation des agents CGT de la direction des routes voulant alerter les usagers sur « les risques de privatisation du réseau routier national. »

15/10/14 : Le championnat de France de ski alpin et nordique sport adapté fera étape pour la première fois dans les Pyrénées, du 18 au 21 mars 2015, à la station de ski de Gourette (64). Cent cinquante compétiteurs sont attendus pour l'occasion.+ d'info

15/10/14 : La base navale de l'Adour, dissoute à Anglet (64),demeurera un site d'Etat. Elle sera reconvertie en pôle de services regroupant notamment les éléments maritimes de la douane et de la gendarmerie, ainsi que des affaires maritimes.

15/10/14 : La compagnie Volotea a annoncé son intention de relancer sa ligne aérienne vers Lille, au départ de Biarritz, à compter du 25 avril 2015. Deux vols par semaine sont prévus le lundi et le jeudi.

14/10/14 : Des conseils sur la conduite à tenir face à la menace que présente le virus Ebola sont relayés sur le site Internet de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques. + d'info

14/10/14 : Les jeunes agriculteurs de la Dordogne et la FDSEA manifesteront aujourd'hui en fin de matinée devant la direction départementale des Territoires à Périgueux pour protester contre les nouvelles contraintes. Ils déverseront du fumier.

13/10/14 : Les dégâts d'ours représentent toujours moins de 1% de la mortalité totale du bétail qui est estimée en été à 25 000 brebis dans les Pyrénées, indique l'association Adet Pays de l'Ours. L'été dernier, 135 bêtes ont été tuées, et 1 ruche détruite.

11/10/14 : Le Conseil général des Pyrénées-Atlantiques annonce qu'une arrivée d'étape du Tour de France aura lieu en 2015 dans la station d'altitude de la Pierre-Saint-Martin, en vallée du Barétous. La décision doit être confirmée le 22 octobre, dit-il.

10/10/14 : Le sénateur socialiste périgourdin Claude Bérit Debat, réélu le 28 septembre , a été désigné vice président du sénat. Il est l'un des vice président de la haute Assemblée avec la girondine Françoise Cartron.

10/10/14 : Johny Halliday fera son grand retour au Palio de Boulazac, le vendredi 12 février 2016. Le locations pour ce concert sont ouvertes depuis ce vendredi matin. Les tarifs varient entre 42 et 150 euros. Renseignements au 05 53 02 40 80


- Publicité -
  • 20/10/14 | Une nouvelle plate-forme de "crowdfunding" en Aquitaine

    Lire

    L'Auberge Numérique, incubateur de projets numériques dans la région, vient de se doter d'une nouvelle plate-forme de "crowdfunding" : le financement participatif en ligne. Sur le site web Aquitaine-Startup.fr, les internautes peuvent désormais participer à des collectes de prêts ou entrer dans le capital d'une entreprise. Le dispositif a vu le jour au sein de l'agence aquitaine du numérique (AEC) et grâce au concours de Happy Capital, société girondine spécialiste du financement participatif.

  • 20/10/14 | Dans les Pyrénées-Atlantiques, la pluie a rendu l'été plus sûr

    Lire

    L'été pourri qu'ont connu les Pyrénées-Atlantiques a au moins présenté un avantage : le nombre d'incendies, vols et cambriolages a nettement été réduit par rapport à 2013. Sur les plages, où aucune noyade n'a été déplorée pendant la saison estivale, 1528 personnes ont été secourues contre 2272 l'année dernière, et 80 enfants égarés ont été retrouvés (205 en 2013). Quatre alertes actives ont concerné la présence de listeria dans des chipolatas, du fromage au lait cru, du jambonneau et des salades composées.

  • 20/10/14 | L'Aquitaine, championne de la création d'emploi en France

    Lire

    L'Aquitaine arrive en tête des régions créatrices d'emplois en France, selon une enquête de l'Ursaff, à égalité avec l'Ile de France et Midi-Pyrénées. 1653 créations d'emplois ont ainsi été répertoriées au deuxième trimestre 2014, soit une augmentation de 0,2% par rapport à l'an dernier. Les principales embauches ont été effectuées dans le secteur de l'hôtellerie-restauration. De bons résultats qui restent à nuancer, puisque la Gironde et la métropole bordelaise voient le nombre de salariés se réduire dans les autres secteurs professionnels.

  • 20/10/14 | Succès pour la 4ème Semaine Digitale

    Lire

    C'est l'heure du bilan pour la quatrième édition de la semaine digitale, qui s'est tenu du 13 au 19 octobre dernier. En tout, ce sont plus de 5000 personnes qui se sont pressées au Village de l'innovation et ont participé à la Grande jonction et à la nuit du web du Hangar 14. Les conférences ont quant à elles réuni en moyenne 200 personnes chacune. Enfin, le succès a aussi été au rendez-vous sur le net, notamment sur Twitter ou le hashtag #SDBX14 a été distribué plus de 15 millions de fois. Le rendez-vous est déjà fixé pour la prochaine édition : ce sera la première semaine d'octobre 2015.

  • 20/10/14 | Travaux de restauration au musée Vesunna de Périgueux

    Lire

    Le 2 août 2013, un orage de grêle avait endommagé le musée Vesunna à Périgueux. Les travaux de réfection de la toiture, dont les lots ont été atribués à des entreprises locales, débutent lundi. Le musée reste ouvert pendant les travaux, mais une partie - celle correspondant à la cuisine de la domus - ne sera pas accessible au public du 20 octobre au 15 novembre. En raison de ces désagréments, le plein tarif adulte individuel sera proposé à 4 € au lieu des 6 € habituels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Quand Alain Rousset (PS) et Dominique Bussereau (UMP) refont l'Aquitaine et s'entendent sur le dos de l'Etat.

On peut être député de la République, président du Conseil régional et de l'Association des Régions de France et, parlant d'une réforme décidée par sa famille politique, ne pas pratiquer du tout la langue de bois. Cela fait quelque temps qu'Alain Rousset se fait remarquer dans cet exercice. A l'heure où la réforme territoriale se résume souvent au dessin d'une nouvelle carte des régions elle doit rester d'abord et avant tout un nouvel épisode de la décentralisation. Une « réforme régionaliste » censée mettre fin au « bazar » d'une organisation administrative dans un pays dont selon le président de l'ARF un tiers des services de l'Etat font redondance avec ceux des collectivités. Ce jeudi 16 octobre, à Sciences-Po Bordeaux, où notre confrère Sud Ouest et l'IEP fêtaient trente ans de « Rencontres », Alain Rousset a redit leurs quatre vérités à ceux qu'il considère comme les tenants d'un jacobinisme inoxydable, avec la complicité de son collègue UMP Dominique Bussereau, président du Conseil général de Charente-Maritime qui n'a pas craint d'être politiquement incorrect, affirmant : « le millefeuille a du bon. »

Ces deux-là, en élus de terrain, accueillent la réforme toujours en préparation et s'entendent sur à peu près tout ou presque. Alain Rousset l'a dit sans détour : « le débat jacobins-girondins n'est pas réductible à un débat droite-gauche si l'on veut permettre l'efficacité de l'action publique. » Et d'ajouter, en réponse à la question d'une étudiante sur les économies qui découleraient de la fusion dé régions, celle par exemple entre Aquitaine-Poitou-Charentes et Limousin : «  je dis catégoriquement non ! » On est bien loin des 12 milliards claironnés par un secrétaire d'Etat nommé Vallini dont les oreilles ont dû siffler. Dans cinq ou six ans peut être, au terme de la mutualisation des moyens entre collectivités... Et encore.

Le consensus de deux élus qui réfléchissent, déjà, ensemble à l'avenir d'un territoire où ils exercent la présidence, l'un d'une région et l'autre celle d'un département, a permis de mettre en évidence à la fois les espoirs liés à cette réforme et les doutes nombreux qui subsistent sur ses chances de réussite.

La nouvelle carte régionale: difficile de trouver un élu de Charente-maritime plus favorable que Dominique Bussereau à la fusion Aquitaine-Poitou-Charentes; la raison essentielle s'appelle Bordeaux, la métropole à laquelle se raccorder avec tout ce que cela implique d'infrastructures, de réseaux, d'ouverture au vent du large … Et là, justement, le trait d'union supplémentaire c'est la façade atlantique, le littoral avec ses activités, ses trois ports la Rochelle-Pallice qui dame désormais le pion à Bordeaux, Bordeaux et Bayonne. Un littoral avec son formidable potentiel touristique aussi. Quant au mariage avec le Limousin qui a choisi de s'allier à l'Ouest plutôt qu'au Centre, il n'y a pas lieu de le craindre selon un Alain Rousset, rappelant quand même que la vraie logique d'une nouvelle Aquitaine aurait réuni les Charentes actuelles, le Gers et les Hautes-Pyrénées. Autre histoire, mais celle-ci est loin d'être partout écrite, ailleurs en Alsace ou Lorraine, comme Manuel Valls l'a laissé entendre, à Toulouse et comme le pense le président du conseil général de la Charente-maritime. La nouvelle Aquitaine? Une région de près de six millions d'habitants où il va bien falloir imaginer, à côté d'un développement économique renforcé, un certain niveau de péréquation. Penser à la Creuse et ses 123.000 habitants....

L'articulation Région-Département : Quand Dominique Bussereau affirme que «le millefeuille a du bon » ce n'est pas seulement parce qu'en année pré-electorale, il défend le département que l'on sait menacé mais plutôt parce que, précisément face à des grandes régions, il faut selon lui maintenir entre elles et les communautés de communes, une identité intermédiaire : qui va parler avec les futures présidents de région ajoute-t-il ? Le président de la Communauté de communes de Gémozac, Charente-maritime?...Et de rappeler la nécessaire solidarité territoriale, à coté de l'aide sociale dont l'Etat s'est débarrassé auprès des départements en ne tenant pas ses engagements et, maintenant, en « rabotant » les crédits... Avec la montée du RSA, le Revenu de solidarité active, que l'Etat a refilé aux départements dans une France où sévit le chômage de masse, il va au total manquer par exemple 21 millions cette année au budget de Charente-maritime.

La faute à l'Etat : Et puisque l'argent public est de plus en plus rare nos deux élus s'entendent sur l'absolue nécessité d'une vraie réforme de l'Etat, toujours annoncée et jamais vraiment entreprise. Alain Rousset une fois encore, s'est employé à régler son compte au corps préfectoral départemental, les sous-préfets seuls trouvant grâce aux yeux du président de Charente-maritime qui n'en compte quand même pas moins de quatre. Et, surtout, qu'on ne brandisse pas l'impérieuse nécessité que l'Etat garde la main sur le contrôle de légalité qui reste son apanage, sous le regard vétilleux de la Cour des Comptes ; « la décentralisation c'est la responsabilisation » claironne Alain Rousset. D'ailleurs n'existe-t-il pas des Chambres régionales ds Comptes ?..

La vraie crainte, le doute profond de deux élus soucieux de réussir ce « new deal » territorial, c'est le manque d'argent qui, déjà, pèse sur la commande publique, l'investissement des collectivités, à un moment où Dominique Bussereau le rappelait 120 projets de transports urbains sont suspendus alors que l'écotaxe vient d'être supprimée. L'espoir d'une fiscalité dont la base soit dynamique demeure : il reste dans les cartons d'une réforme dont les contours, plus précis, sortiront peut être dans quelques jours d'une réécriture en cours à Matignon. Au fait, il y aura bien deux élections l'année prochaine : l'une pour des départements qui restent en pointillé en mars, l'autre à la fin de l'année pour des régions dont le périmètre nouveau fait craindre à ces deux élus de terrain l'incompréhension des citoyens et une abstention, façon élections européennes. Un sacré challenge à relever dans une France qui ne croit plus en l'efficacité de la politique et qu'il faut "arracher" au Front national.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
1913
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 20/10/2014

Je relève au moins deux incohérences dans la position d'Alain Rousset : 1) Il dit franchement (mais pas trop au grand public !) que la méga-région Aquipoisin ne générera pas d'économie ; mais ainsi il démolit une des motivations principales de la réforme qui instaure cette méga-région ; POURTANT IL A VOTE POUR LA REFORME. Il aurait pu au moins s'abstenir, comme certains de ses collègues socialistes... 2) Il n'est pas d'accord non plus avec les contours de la méga-région (raison de plus pour ne pas voter pour !). Et là, il est incohérent avec sa propre vision métropolitaine (les régions comme des basse-cours de nos métropoles régionales Bordeaux et Toulouse, considérées comme définitivement rivales) : les départements 32 et 65, qu'il voudrait vassaliser à Bordeaux, sont depuis longtemps dans la zone d'influence de Toulouse ! A force d'incohérence apparente (motivée par des tactiques politiques), nos hommes politiques ne sont plus compris...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires