Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Covid-19 : le nombre de malades est établi ce mercredi soir à 1845 cas depuis le début de l'épidémie, selon l'ARS. 700 personnes sont hospitalisées; 215 en soins intensifs; 414 sont sorties guéries de l'hôpital. 82 décès sont à déplorer.

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.




- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec le « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

De l'agribashing aux retrouvailles de l'agriculture nourricière

Allez, Sourions ! Les jours ne sont plus trop à l'agribashing qui désolait les paysans de ce pays et conduisait le gouvernement à susciter la création d''un Observatoire singulier. L'heure est à la solidarité avec une profession dont on semble reconnaître d'un coup, d'un seul, la mission nourricière première. Et, vis à vis de laquelle, le ministre Guillaume qui a dû oublier sa déconvenue biarrotte, appelle les bénévoles à se mobiliser pour les travaux des champs. Sortir urgemment les bois sur les vignes non encore taillées, cueillir les fraises dont la douceur a accéléré les maturités, ou les asperges qui, elles-aussi, ont pris de l'avance et poussé trop vite. Du coup, le pays semble découvrir que l'agriculture française, qu'elle disait aimer dans les sondages, est devenue de plus en plus dépendante d'une main d'oeuvre saisonnière importée et bloquée par le Covid 19, derrière les frontières de l'Hexagone.

.

 

Oui, la France confinée, est en train de prendre la mesure de la rude épreuve économique et morale que subit notre agriculture, dont elle commence à se dire qu'elle mérite mieux que l'opprobre, ou la caricature, en temps de crise sanitaire.. Pardon, de guerre, comme le crie l'hôte de l'Elysée... Que cette agriculture mérite la considération et la solidarité qu'une nation, digne de ce nom, doit à ceux qui bossent sans compter pour la nourrir... et le plus souvent avec des salaires modestes et des retraites de misère.

 

Alors, que l'on pardonne à l'auteur de ces lignes qui est né aux dernières semaines de la guerre – avec armes et bombes celle-là – d'évoquer ces repas de l'après guerre, dans la famille paysanne qui fût la sienne, où il faisait, enfant, connaissance avec ces « gens de la ville » devenus de fidèles amis et qui, sous l'occupation, venaient à la campagne faire leurs provisions. Face à l'épreuve, et à la nécessité de s'approvisionner, les barrières sociales et culturelles n'avaient plus de sens. Et la solidarité débouchait sur la connaissance réciproque et la solidarité. Et, s'il est vrai que le glyphosate n'avait pas connu droit de cité et déchaîné les passions, il ne l'est pas moins qu'il existait une main d'oeuvre disponible qui ne rechignait pas à terminer, à la pioche, au tire-cavaillon le travail de désherbage entrepris par le laboureur. Autre temps qu'il ne s'agit pas de glorifier mais dont il n'est pas inutile de se souvenir, au moment où, par exemple, au deuxième jour des vendanges, le mal de dos décourage, plus qu'on ne croit, de jeunes coupeurs de poursuivre la cueillette.

 

Oui, réjouissons-nous de ce moment ! Au-delà des révisions nécessaires que l'agriculture française entreprend, plus qu'on ne le croit, pour se rapprocher des attentes de la société qui exige, à bon droit, une nourriture saine et exempte de pesticides ou de résidus. Réjouissons-nous de ces retrouvailles célébrées par plus d'un grand média, qui,  il y a peu encore, étaient pourtant si prompts à dénoncer une profession, sur le mode exclusivement accusatoire.

Les récents inventeurs de «  l'agriloving ». soyons-en sûrs, vont faire recette.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2085
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires