aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

27/04/17 : Charente-Maritime : le chômage a augmenté de +0,3% en 12 mois, portant à 56 550 le nombre de demandeurs d'emploi. L'augmentation est plus importante du côté des demandeurs en catégorie A (aucune activité) avec +1,4% entre février et mars.

24/04/17 : A La Rochelle, Macron arrive en tête avec 29,09%, devant Mélenchon (24,33%), Fillon (18,80%) et Le Pen (12%). Sur 50 905 inscrits, 73,86% se sont exprimés

24/04/17 : Résultats définitifs Villenave d'Ornon : EM 28,10%; JLM 26,63%; MLP 15,53; FF 12,04%; BH 8,30%; NDA 4,34%

24/04/17 : Résultats complets à Lormont : JLM 29,58%; EM 22,90%; MLP 19,36%; BH 10,14%; FF 9,46%; NDA 3,27%; PP 1,93%; FA 1,34%; JL 1,32%; NA 0,55%; JC 0,15%

24/04/17 : Résultats définitifs Mérignac : EM 31,03%; JLM 23,39%; FF 15,31%; MLP 12,89%; BH 9,21%; NDA 3,94%; JL 1,46%; PP 1,33%; FA 0,94%; NA 0,45%; JC 0,17%

24/04/17 : Résultats définitifs Saint-Médard-en-Jalles :EM 30,81%; JLM 20,28%; FF 16,35%; MLP 15,34%; BH 7,91%, NDA 4,73%

24/04/17 : A Bayonne, Emmanuel Macron, 25,69%, Jean-Luc Melenchon, 23,11%, François Fillon, 18,03%, Marine Le Pen, 13,50%; Benoît Hamon, 9,42%; Jean Lassale, 3,83%; Nicolas Dupont-Aignan, 3,29%; Philippe Poutou, 1;62%; François Asselineau, 0,94%

24/04/17 : Résultats complets Libourne : EM 24,69%; JLM 20,50%; MLP 20,27%; FF 17,98%; BH 7,88%; NDA 3,97%; JL 1,76%

24/04/17 : A Anglet, dont le maire Claude Olive était soutien de François Fillon, Emmanuel Macron est arrivé en tête 28,50% des voix devant François Fillon, 25% et Jean-Luc Mélenchon avec 18,55%. Marie Le Pen est quatrième avec 18,55%.

24/04/17 : Résultats définitifs Cenon : JLM 31,58%; EM 24,65%; MLP 16,13%; BH 10,28%; FF 8,93%

24/04/17 : Résultats définitifs Pessac : EM : 31.19 % ; JLM : 24.59 % ; FF : 14.81 % ; MLP : 11.45 % ; BH : 9.74 %

24/04/17 : Résultats définitifs Talence : EM : 31.43 % ; JLM : 26.29 % ; FF : 15.00 % ; MLP : 8.70 % ; BH : 11.43 %


- Multivote -


- Publicité -
  • 26/04/17 | Nouvelle Aquitaine: Le chômage repart à la hausse

    Lire

    Fin mars en Nouvelle-Aquitaine, il y avait 299 700 demandeurs tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) augmentation de 2,2% sur un mois (4870 personnes) et de 1,7% sur 3 mois. France ( +1,2% sur 3 mois de +1,3% sur 1 mois). En un an l'évolution régionale est de - 0,8%; elle est de -0,9% au niveau national. Pôle emploi note qu'entre fin février et fin mars 2017, le nombre de demandeurs qui ont basculé des catégories B et C vers la catégorie A est inhabituellement élevé, ce qui contribue à la hausse du nombre de demandeurs d’emploi dans cette dernière catégorie

  • 26/04/17 | Brigitte Allain, députée EELV du Bergeracois votera Macron

    Lire

    Députée du Bergeracois, je voterai sans hésitation pour Emmanuel Macron au 2e tour des présidentielles et mettrai tout en œuvre pour faire barrage au Front national, dont le projet, source de division, de peur, de racisme et de xénophobie est une menace pour notre pays. Ce vote ne représente pas une adhésion au projet porté par le candidat Macron (...) J'attends d'Emmanuel Macron qu'il prenne en compte, avec humilité, les millions d'électeurs qui ne se reconnaissent pas dans son projet.

  • 24/04/17 | Gironde: un millier d'hectares pourraient être affectés par le gel

    Lire

    Ce chiffre a été évoqué avec les précautions d'usage lors de l'assemblée générale du CIVB ce lundi à Bordeaux. Le gel a en tout cas touché à des degrés divers le bas sauternais, des secteurs du Blayais et de l'entre deux mers et particulièrement dans la nuit du 20 avril. Une certaine inquiétude persiste puisque des températures très basses sont attendues ce milieu et cette fin de semaine alors que la vigne sous l'effet des fortes chaleurs de ce mois d'avril a accéléré son débourrement.

  • 24/04/17 | 'Isabelle Vetois: En Marche en Charente-Maritime

    Lire

    Face aux résultats obtenus par Emmanuel Macron, Isabelle Vétois s'est dit "absolument enthousiaste". "Les Français veulent moderniser la France, on va vers de l'espoir [...] C'est le seul qui peut rassembler une majorité plurielle". Elle a conscience qu'il faudra encore convaincre la vingtaine de pourcentage ayant voté Le Pen dans le département (en particulier dans les petites communes rurales) et préfère retenir le recul du FN dans les quartiers populaires de La Rochelle.

  • 24/04/17 | P-Atlantiques : un front républicain se dessine face au FN

    Lire

    A gauche comme à droite, les voix se succèdent pour faire barrage au second tour au Front National dans les Pyrénées-Atlantiques. Qu'il s'agisse de la sénatrice Frédérique Espagnac, porte-parole de Benoit Hamon, comme des députés PS Martine Lignières-Cassou et David Habib. Une même position est adoptée par Olivier Dartigolles, porte-parole du PCF. Même si celui-ci entend combattre les mesures d'Emmanuel Macron qui porteraient atteinte aux travailleurs. Nicolas Patriarche, secrétaire départemental LR, soutiendra pour sa part Macron, en souhaitant que ce dernier... s'en souvienne.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Macron-Le Pen : la finale avant le grand changement

Ce n'est pas l'apocalypse que d'aucuns auraient aimé constater après une première partie de campagne électorale qui ne ressemblait à aucune autre depuis la création de la V° République. Et, d'abord, réjouissons-nous que nos concitoyens aient décidé, malgré bien des incertitudes de se rendre aux urnes. Certes dans une moindre mesure qu'en 2012, et surtout en 2007, mais en tout cas en assez grand nombre pour confirmer l'attachement qu'ils portent à cette élection au suffrage universel direct, la mère de toutes nos élections qui est, en même temps, la clé de voûte de nos institutions. Et, réjouissons-nous aussi quand nous nous comparons à la grande démocratie américaine qui, en novembre dernier, a élu son président très spécial avec 45 % d'abstentions, et le magistère final des grands électeurs.

Le peuple français a pu être déçu du niveau de cette campagne ; il n'en a pas moins fait son choix, confirmant du même coup les derniers sondages, mais bien plus encore renvoyant à leurs chères études les deux grandes familles politiques qui gouvernaient la France depuis l'alternance de 1981 et la victoire de François Mitterrand., « un séisme » selon François Baroin que l'on avait annoncé comme un possible premier ministre de François Fillon. Le parti socialiste, d'une part, dont Benoît Hamon, avec des accents qui rappelaient ceux de Lionel Jospin éliminé de la course finale en 2002, a parlé de défaite morale avant d'appeler sans ambiguïté à voter pour Emmanuel Macron, le 7 mai prochain. La droite d'autre part, façon « Les Républicains », parti fait sur mesure pour un certain Nicolas Sarkozy, qui après avoir éliminé Alain Juppé dans une primaire clanique, a proposé le programme radical de François Fillon comme seule solution possible au redressement du pays. Au-delà de ce qu'il a été convenu d'appeler les « affaires » le concernant, il ne fait guère de doute que le choix qui fût le sien et le propulsa à la tête de la droite, l'a privé des électeurs du centre qu'il avait tenté par la suite de rassurer. On notera que l'ancien premier ministre a su trouver les mots, avec ce qu'il fallait de hauteur de vue et de dignité pour appeler à voter Macron et surtout empêcher ce qu'il a nommé le « chaos » national et européen.

Voici donc le pays invité à trancher entre un jeune homme dont personne n'avait vraiment imaginé qu'il pourrait aller au bout de son incroyable dessein lorsqu'il lança officiellement « En Marche » le 6 avril 2016 et la fille de Jean-Marie Le Pen que l'on avait cru, un temps, en mesure d'être en tête de ce premier tour mais dont on ne saurait oublier, toutefois, que son score ce 23 avril 2017, lui accorde quelques cinq points de plus qu'en 2012. Le vote FN est bien installé dans la France d'aujourd'hui et il ne faut pas aller bien loin dans notre Nouvelle Aquitaine, dans notre Gironde en premier, pour le vérifier, après des élections départementales et régionales souvent stupéfiantes.

Il est significatif que de François Baroin à François Bayrou, l'homme qui a donné un sacré coup d'épaule à Emmanuel Macron, en renonçant à se présenter l'heure est au rassemblement.. car ce n'est pas parce que les sondages croient impossible une Marine Le Pen présidente qu'il faut considérer comme acquise l'élection de Macron. Il y a trop de rancoeurs accumulées dans la famille socialiste, trop d'invectives répétées dans les allées de la France Insoumise, pour croire que les électeurs de gauche vont se diriger, sans état d'âme, vers les urnes dans deux semaines. Faut-il rappeler, s'agissant de la performance, car c'en est une que celle réalisée par Jean-Luc Mélenchon, qu'elle a beaucoup puisé dans une campagne anti-européenne versus «  l'austérité c'est la faute à l'Europe et à la Banque Centrale Européenne ». Et que cette campagne a justement fait écho à celle de Marine Le Pen dont le retour au franc a très probablement inquiété des Français plus que prudents quand il s'agit de jouer avec la monnaie et leur importante épargne. Bien malin celui qui pourrait affirmer que le Front Républicain, en faveur d'Emmanuel Macron, où la droite s'est engagée avec le concours d'Alain Juppé, fonctionnera à tout coup parmi ces électeurs de gauche « insoumis » qui ont cru possible et leur héros en premier lieu de disputer la finale.

En tout cas la nouvelle donne politique qui devrait sortir de cette présidentielle rebat en profondeur les cartes d'un système à bout de souffle. Le parti socialiste est à refonder et il n'est pas sûr que l'échec majuscule de Benoît Hamon, dont on mesure davantage encore la portée dans des terres de gauche comme celles de notre sud ouest, le sauve d'une mise à l'écart ; la lourde défaite de François Fillon ne tardera pas à susciter la grande explication idéologique dont la droite ne pourra pas s'exonérer. Et que la probable victoire d'Emmanuel Macron ne ferait qu'accélérer, envoyant du même coup un message de la France à une Europe suspendue à son verdict final.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3500
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires