Le Fil d'Aqui

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.


- Multivote -


- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Aidons la Tunisie car il y a urgence...

Rentrant d'un trop court séjour en Tunisie il est impossible, sauf à verser dans l'indifférence, de ne pas être tenté de faire partager une intime conviction. Un sentiment où la sympathie le dispute à l'inquiétude et que pour notre part nous résumerons d'une phrase : il y a urgence à soutenir ce pays engagé dans un formidable chantier qui vise à reconstruire une démocratie pluraliste après des années de dictature. Et une explosion révolutionnaire, née du geste désespéré d'un jeune homme de la Tunisie profonde qui a précipité, le 14 janvier 2011 en s'immolant, le départ de Ben Ali, celui-là même qui avait déposé le père de l'indépendance et de la Tunisie moderne, Habib Bourguiba.

Oui il y a urgence car la Tunisie, après avoir donné une leçon de maturité à l'ensemble du monde arabe en organisant des élections exemplaires en octobre dernier, est à un tournant de sa reconstruction. Elle oscille entre espoir et désillusion et semble susceptible de basculer, en un rien de temps, dans la violence la plus extrême. La manifestation en l'honneur des Martyrs de la résistance, ce lundi 9 avril, a révélé le durcissement du gouvernement aux mains du parti islamiste Ennahdha. Pire encore : sa probable collusion avec des milices incontrôlées a rappelé de très mauvais souvenirs aux tunisois et accentué la coupure des forces politiques avec le mouvement syndical.

Dans une lettre ouverte adressée aux autorités tunisiennes « Reporters sans frontières » qui est présenteen Tunisie depuis octobre 2011 note qu'elle a « recensé les agressions de seize journalistes dont deux étrangers...Les forces de polices déployées dans le centre ville de Tunis s'en sont délibérément prises aux manifestants et aux journalistes présents sur le terrain pour couvrir l'événement ; les policiers ont redoublé d'efforts pour empêcher les personnes présentes sur les lieux de témoigner des exactions commises en prenant des photos ou en filmant. Olivia Gré une jeune bordelaise qui travaille pour RSF à Tunis résume les scènes dont elle a été le témoin d'un mot : «c'était horrible »

Les conséquences de cette escalade de la violence peuvent être d'autant plus graves que Ennahdha avait fait preuve d'un peu plus que de réserve lors d'une manifestation spectaculaire des salafistes déboulant, le mois dernier, dans la capitale. Sous la pression des élus de l'opposition, manifestant à leur tour, le gouvernement a donc dû autoriser ce 11 avril, de nouveau, les manifestations dans l'avenue Bourguiba haut lieu de l'expression populaire. Ayant dû renoncer à inscrire la charia dans la Constitution, les islamistes, malgré leur victoire aux élections de l'an dernier, doivent assumer l'impopularité qui découle des bouleversements liés à la révolution. La Tunisie souffre, en effet, de l'effondrement de sa croissance et est frappée par le chômage. Les jeunes diplômés sont descendus dans la rue de crainte de perdre l'aide de 200 dinars qui leur avait été attribuée. Circonstance aggravante : le consensus politique au sommet de l'Etat se lézarde. Voulu dans cette période de transition et de débat au sein de l'Assemblée constituante, il s'organise entre un président Moncef Marzouki qui est certes la clé de voûte du système,exerce le ministère de la parole mais ne gouverne pas, un premier ministre Hamadi Jebali, issu d'Ennahdha et le président de l'Assemblée nationale Mustapha Ben Jaafar.....Une troïka qui assure le pays de son identité de vue mais représente des courants de la société très différents. Les travaux de l'assemblée constituante semblent ne jamais devoir s'arrêter alors que le pays a un besoin vital d'inscrire son avenir dans un véritable calendrier politique et social.

Faudra-t-il, comme cela est envisagé, attendre le printemps 2013 pour organiser de nouvelles élections ? La priorité des priorités serait de mettre en place des élections locales : les difficultés économiques, la quasi vacance du pouvoir au niveau des communes, des « gouvernorats » qui étaient tenus par le RCD de Ben Ali, sont à la source d'un certain laisser aller comme en témoigne la collecte improvisée des ordures. Rien d'étonnant, dès lors, à ce que les associations réunies il y a peu dans un forumtuniso-francaisde la société civile qui a marqué les esprits veuillent prendre l'initiative.

Le pays conserve en effet un élan vital et une aspiration au bonheur que la révolution a réveillés. Les Tunisiens qui n'aiment rien autant que la palabre renouent, ces temps-ci, avec un passéqui pour les plus jeunes était occulté ou à peine connu : celui du « combattant suprême », Habib Bourguiba, du père de l'indépendance, d'une Tunisie qu'il voulut situer résolument dans le courant de la modernité, s'attachant en particulier à la généralisation de l'enseignement, au droit des femmes, à l'administration publique... Ils le font avec un esprit critique remarquable pointant l'absolutisme qui marqua son règne et enfanta aussi quelque part celui de Ben Ali. La lucidité dont ils sont capables impressionne mais le sort de leur pays dépendraaussi beaucoup de la relance de leur économie. L'investissement repart mais, à court terme, c'est l'effondrement de la fréquentation du tourisme qui est la plus préoccupante : elle a chuté de quelques 60% l'an passé, mettant en péril plus de trois cent mille emplois et laissant interdit un peuple dont le remarquable sens de l'accueil mérite notre soutien. De la Casbah à la Médina un mot sans cesse prononcé témoigne d'une attente impatiente : « Bienvenue en Tunisie ! ». « Aider la Tunisie c'est y aller, aimer la Tunisie c'est y retourner » : la campagne lancée par une centaine de personnalités françaises prend tout sons sens quand, le temps d'un week-end de Pâques, les files d'attente recommencent à s'allonger devant le contrôle de police à l'aéroport de Tunis-Carthage. Un léger mieux se dessine qui attend confirmation.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
302
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires