Le Fil d'Aqui

03/10/22 : Le musée Bonnat-Helleu de Bayonne (7 000 œuvres) prête au musée des Beaux-Arts de Bilbao, sept esquisses de Pierre-Paul Rubens (1577-1640) qui témoignent de son processus créatif. Une exposition organisée jusqu'au 22 janvier 2023 à Bilbao.

03/10/22 : Prenez date! Le festival itinérant "Lettres du monde" revient parcourir la Nouvelle-Aquitaine du 17 au 27 novembre, avec une vingtaine d'invités: écrivains étrangers et français, traducteurs, éditeurs...+ d'info

30/09/22 : Des rassemblements Vivons Vélo au bénéfice de l'Institut Pasteur sont organisés samedi 8 octobre, à Libourne, Carbon-Blanc, Cestas (33) et Idron (64). Au programme: pédaler pendant une trentaine de kilomètres, en partenariat avec les clubs locaux.+ d'info

30/09/22 : La Semaine de la Forme, accessible à tous, se déroule du 1 au 9 octobre. Un large panel d'activités et de tests est proposé aux enfants, adultes ou seniors, pour connaître son état de forme. Une association sportive participe près de chez vous. + d'info

28/09/22 : Tout est gratuit pour les moins de 22 ans au cours de la nouvelle saison de l'Orchestre du Pays Basque. Des concerts dans 25 villes et villages pour voyager entre musique classique, chant, musiques traditionnelles, actuelles ou expérimentales. + d'info

28/09/22 : La Cité du vin propose plusieurs rendez-vous en octobre avec deux conférences, des ateliers de dégustation et des animations dans le cadre des Journées nationales de l’architecture et du Fascinant Week-end du réseau Vignobles & Découvertes.+ d'info

26/09/22 : A vos agendas: Bordeaux Fête le Vin s'annualise et revient donc dès 2023, du 22 au 25 juin. Comme pour son édition 2022, l'évènement se vivra dès le 15 juin en Avant-Première. Bordeaux Fête le Fleuve cède quant à lui sa place.

23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau




- Publicité -
  • 03/10/22 | Une filière locale de soja en développement

    Lire

    A Pamproux dans les Deux-Sèvres, Alicoop est spécialisée dans la fabrication d'aliments pour animaux de ferme. 4 de ses 5 usines sont en Nouvelle-Aquitaine. Pour pallier à la forte dépendance de l'alimentation animale aux importations de soja provenant de zones déforestées, la société souhaite mettre en place de nouveaux produits à partir de productions locales en développant notamment une filière locale de soja. Elle va ainsi investir dans une ligne de trituration de soja et une ligne de micro-nutrition.

  • 03/10/22 | Trois événements à Limoges pour la nuit du droit le 4 octobre

    Lire

    Pour célébrer la nuit du droit, trois animations sont organisées à Limoges : un débat « Le crime en Limousin : fiction ou réalité, hier ou aujourd’hui, immersion dans les enquêtes locales » de 18h à 20h30 par la Cour d’appel (Inscriptions lanuitdudroit.calimoges@ justice.fr); une table ronde sur « La lenteur de la justice : vertu ou défaut ? » de 20h à 22h à la cité judiciaire (accès libre dans la limite des places) et « Le Droit : une force sans les armes » de 17h à 22h à la Maison de la Région.

  • 03/10/22 | Un taux de chômage de 6,5% historiquement bas

    Lire

    L’économie se porte plutôt bien en Nouvelle-Aquitaine, avec 36 000 emplois créés au cours de la dernière année, soit 110 000 depuis dix ans. Le taux de chômage est historiquement bas à 6,5%, plus bas qu'au plan national, alors que le contexte régional est à la croissance démographique. "Le défi à relever porte sur les tensions de recrutement qui touchent tous les secteurs," indique la préfète de région Fabienne Buccio.

  • 30/09/22 | Magna Blanquefort : les salariés pas vraiment rassurés

    Lire

    Les salariés de l’usine Magna restent inquiets après l’annonce du rachat du site de Blanquefort (Gironde) par le fonds d’investissement allemand Mutares. « Quelles garanties supplémentaires offrent Mutares par rapport à Magna pour faire aboutir de nouveaux projets ? » Le repreneur fait valoir la poursuite du contrat avec Ford jusqu’en 2026, la fabrication d’un robot pour une start-up bordelaise, l’assemblage de batteries pour deux-roues ou la production de chargeurs de batteries.

  • 30/09/22 | Le Thouarsais préserve la biodiversité

    Lire

    La Communauté de communes du Thouarsais vient de lancer un projet afin de renforcer la prise de conscience autour des enjeux de préservation de la biodiversité. Elle va établir un diagnostic naturaliste afin de dégager des actions en faveur de la biodiversité et de sa préservation. La CdC va acquérir des parcelles afin de préserver des continuités écologiques ou encore créer ou restaurer une quinzaine de mares. Toutes ces actions vont être accompagnées d'animations à destination des habitants et des scolaires.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Aiguillon et Bayonne : deux drames de la barbarie et de "la banalité du mal"

En l'espace d'une semaine notre région a été le théâtre de deux drames épouvantables qui témoignent de la violence extrême dont peuvent être victimes des agents de service public ou au service du public. La mort de Mélanie Lemée une gendarme de 25 ans figure de la brigade d'Aiguillon, en Lot-et-Garonne, littéralement démembrée lors d'un contrôle routier et celle de Philippe Monguillot, chauffeur de bus de 58 ans, à Bayonne, frappé sauvagement pour avoir réclamé un ticket et demander le port de masques.

 

Dans l'un et l'autre cas les agresseurs avaient, à quelque chose près, le même âge. Quelques 26, 27 ans. L'enquête en son stade actuel met en évidence, ici, l'usage de la drogue et son business, oublions le défaut de permis de conduire ; là des antécédents résumés sous l'expression : « connus des services de police. » Rien d'étonnant, dès lors, qu'entre Bayonne et Aiguillon, des milliers de citoyens se soient rassemblés, avec les élus locaux, pour crier leur refus de cette barbarie. Car ne nous y trompons : ces drames, classés dans la rubrique des faits divers, appartiennent à une forme de délinquance sauvage qui gagne du terrain et n'épargne plus ni les villes moyennes, ni certaines petites cités du monde rural.

On pourra s'étonner et nous reprocher d'employer le mot barbarie pour évoquer ces deux drames. Que l'on consente, cependant, à considérer que le mot fait écho à la définition du Petit Larousse, la moins brutale et la plus révélatrice de ces actes : manque de civilisation. Nous sommes là, en effet, face à l'inculture, à une forme de violence qui ignore ce qui fait société... Aux yeux de ces hommes la suite logique d'une réprimande, d'un refus d'accepter et même d'entendre le rappel de la règle commune, c'est la violence. Et, au besoin, jusqu'à la mort de celle ou celui qui tente de la faire respecter. Le mal est profond et que l'on nous permette, ici, d'évoquer Hannah Arendt et « la banalité du mal ». Bien sûr nous ne sommes pas dans l'Allemagne nazie et ces nouveaux bourreaux n'ont pas été enrôlés par un dictateur né de la faiblesse de la démocratie...

Mais le mal reste le mal et il est au cœur de la condition humaine quand elle est dévoyée à ce point. Et que nous nous accomodons de cette marginalité dont les causes sont nombreuses : familles renonçant au minimum d'autorité bienveillante précoce, familles mono-parentales dont la découverte du nombre dans certains quartiers de nos villes où l'on ne s'aventure pas laisse interdit, école ou collège dont les enseignants font ce qu'ils peuvent pour sauver ce qui peut l'être encore du corpus républicain, impuissance à peine avouable, tant cela leur coûte, des responsables de la police avec qui l'on parle en confiance et qui ne peuvent rien face à la vanité de la sanction pénale, souvent symbolique qui ne résoud rien et, parfois, aggrave le mal par le biais de la prison, école de la récidive...

Alors, que faire ? Scander le besoin d'autorité comme le nouveau ministre de l'intérieur l'a fait à Bayonne ? Renforcer les moyens des polices municipales souvent en première ligne ? C'est bien davantage que cela qu'il faut entreprendre : se doter d'une politique de la ville qui soit autre chose que cache-misère comme Jean-Louis Borloo l'avait proposée avant d'être moqué par l'hôte de l'Elysée, nouer un dialogue très approfondi avec les enseignants qu'il faut soutenir et protéger, ne pas laisser prospérer davantage un communautarisme qui intègre son propre système au sein de la République, mettre en œuvre, au-delà des bonnes intentions, des peines alternatives à la prison pour les primo-délinquants... Une réponse qui, jusqu'ici, ne concerne que 5 à 6% des peines prononcées et qu'il est question de développer; les Travaux d'Intérêt Général étant l'occasion, plus que jamais, de centrer les priorités sur la solidarité en temps de crise et les défis environnementaux, au cœur de la vie quotidienne. Et puis, à l'heure où les réseaux sociaux sont, si souvent, le déversoir de la haine sociale, y compris pour un oui ou pour un non, et où les jeux vidéo sont si souvent, aussi, le lieu de la banalisation de la violence extrême, ne pas craindre de renouer avec un grand effort d'éducation populaire qui a fait, il y a peu encore, la preuve de sa capacité à servir les valeurs républicaines.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
14216
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires