Le Fil d'Aqui

10/08/22 : Bordeaux est une des villes qui compte le plus de pâtisseries. Son score est de 4 pour 100 000 habitants, autant que Lyon, plus que Paris et Toulouse, mais moins que Strasbourg. Podium établi par Hellofresh, leader des boxs à cuisiner.

09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info




- Publicité -
  • 10/08/22 | Le leader du e-commerce équin s'installe en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Blue Horse Group, leader français du e-commerce dédié au monde du cheval, sur les secteurs santé, soin et équipements pour le cheval et le cavalier, installe son siège et ses équipes de marketing digital et de e-commerce à Ambarès-et-Lagrave (33) et crée aussi sur place une plateforme logistique. Un choix dicté par "le carrefour logistique qu’offre la zone" et "le vivier de compétences Tech et Web de la métropole bordelaise", dans une région dense en haras, écuries de concours et centres équestres. 10 emplois ont déjà été créés, 4 à 5 autres nouvelles personnes devraient rejoindre la société.

  • 10/08/22 | Le train du rugby arrive en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    A un an de la Coupe du Monde 2022 de Rugby, un train du rugby parcourt la France depuis le 21 juillet dernier. Du 13 au 15 août, il fait escale à Bordeaux, à la gare Saint-Jean. A son bord, des expériences immersives ou la découverte des équipes qualifiées seront proposées. A cette occasion, un village Rugby va s'installer au Parc des Sports Saint-Michel. Il fera également escale à Dax, Bayonne, Biarritz, Pau, Agen, Poitiers, Limoges et Brive.

  • 10/08/22 | Orelsan chante pour les 40 ans du village Emmaus de Pau

    Lire

    Le Village Emmaüs Lescar-Pau fête ses 40 ans avec la reprise du festival le lundi 15 Août. A 18 h, rendez-vous avec une très belle programmation musicale: Orelsan, Mouss et Hakim, Specy-Men et Chamalove se partageront la scène pour un show exceptionnel vibrant d’entraide et d’espoir. Réservations des places, au bureau du Village Emmaüs Lescar-Pau, dans le réseau Ticketmaster et sur Eventick’.

  • 09/08/22 | Les urgences de Sainte-Foy-la-Grande fermées pour quatre nuits

    Lire

    Le service d’urgences du Centre Hospitalier de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) suspend les accueils de 18 h 30 à 8 h 30, les nuits des 10, 11, 12 et 13 aout. Le service rencontre des tensions de recrutement en personnel médical. Le service des urgences restera accessible en journée. La nuit, les usagers sont invités à contacter le Centre 15 qui les orientera vers la solution de prise en charge la plus adaptée. Le service d’urgences reprendra un fonctionnement normal à partir du dimanche 14 août 8h30 du matin. Le SMUR reste opérationnel durant la période et assurera les transferts.

  • 09/08/22 | Les Monuments aux Morts de la Grande Guerre s'exposent

    Lire

    Jusqu'au 29 septembre, les Archives Départementales de Guéret accueillent une exposition consacrée aux monuments aux morts de la Grande Guerre dans la Creuse. Réalisée par le service Patrimoine du Conseil Départemental, l'exposition présente le travail de recensement et d'analyse des 272 monuments creusois au travers de 25 panneaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Alain Juppé et la parabole du maire sortant...

Le symbole politique - la parabole? - se voulait fort : Emmanuel Macron venu débattre à Bordeaux avec des élus, le jour où Alain Juppé remettait sa démission de maire de la ville...Tout, sauf hasard de calendrier. Le président de la république, qui n'est pas seulement en grand débat mais, aussi, en campagne électorale, ne l'oublions pas, avec en ligne de mire les européennes du 26 mai, voulait se montrer au plus près d'une figure de la vie politique nationale qui partage sa vision de l'Europe et ne cache pas sa crainte face aux poussées nationalistes actuelles. De cet échange, alors que les réseaux sociaux dégoulinent de propos haineux à l'endroit des élus et nourrissent un vieux fond national anti-parlementaire, nous retiendrons surtout la parole des premiers élus de la République. Les maires.

 

Ces maires qui donnent beaucoup d'eux-mêmes et pour le coup reçoivent peu – d'argent - et dont il était frappant, ce vendredi 1° mars, de les entendre, en quelques mots, pointer les difficultés auxquelles ils tentent de faire face. De Jacques Breillat, maire de Castillon-la-Bataille qui osait, derrière les images polissées d'une cité riche d'Histoire, rappeler que la politique de la ville – traduisons les moyens de faire face aux incivilités – ne devrait pas concerner que les banlieues métropolitaines ou quelques quartiers prioritaires. De Brigitte Misiak, maire de Marsas, une commune de Haute-Gironde traversée par la LGV qui rappelait qu'il fallait souvent autant de temps à ses habitants pour rejoindre leur travail au sein de la métropole qu'il en faut à un bordelais pour rejoindre Paris avec Inoui... Une commune qui n'était pas restée les bras croisés face à ce nouveau type de défi de la mobilité et avait, avec l'aide de la Communauté de Communes, crée un espace de coworking qui connaît un grand succés....

Rappeler ce rôle, irremplaçable, de l'élu local qui donne une sens concret au mot proximité, à un an du prochain rendez vous des éléctions municipales, c'est choisir, dans une société où l'émotion et le spectacle semblent tenir lieu d'information importante, de souligner l'engagement de ces femmes et de ces hommes qui donnent beaucoup, et souvent jusque tard la nuit, pour comprendre leurs concitoyens. Et agir. A cet égard, on suivra avec intérêt, la tonalité du discours du prochain maire de Bordeaux, Nicolas Florian, dont on observe qu'au delà des jeux d'appareil il semble vouloir mettre, au premier plan des responsabiltés, des élus reconnus pour leur implication citoyenne.

Le renouveau démocratique et la participation, qui sont dans l'air du temps, passeront beaucoup par le niveau local et au sens le plus large, régional. Cela a été scandé à Bordeaux, une nouvelle fois, en présence d'un Alain Rousset qui réclame plus de décentralisation et auquel Emmanuel Macron, pur produit de la haute technostructure mais qui au moins entend de vive voix ces paroles de terrain, préfère assurément le mot déconcentration. Le chemin risque d'être encore long pour que ce pays devienne vraiment girondin.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
5071
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
MERIC | 03/03/2019

Les cocus de la République ; les gilets jaunes.

« Nous sommes les cocus de la République ». Cette phrase pouvait s’entendre dés le début du mouvement sur les ronds-points sur le ton amusé de l’autodérision. Aujourd’hui cette phrase revient au sein de la poignée de ceux qui restent, mais on y « rit jaune » et le cocu sympathique pourrait devenir du fait de l’amertume et de la violence le symbole de l’ignominie sociale ; « le jaune », le traitre à la demande sociale.
Car le « jaune cocu » est celle de leur gilet. Au départ il ne s’agissait que de se protéger des risques de collisions et puis les médias ont aussi souligné qu’il s’agissait d’un signal pour se faire voir et donc pour ne pas être oublié. Mais le « jaune » c’est aussi le symbole de l’exclusion (l’étoile jaune) et de la trahison (l’infidélité à la parole donnée). Cette symbolique a été peu commentée.
Les gilets jaunes au départ c’est une somme de situations individuelles. Chacun est là pour raconter son expérience personnelle, sa vie. Et celles-ci ne sont pas roses. Chacun pourtant a fait ce qu’il fallait faire, ils ont même « traversé la rue » avant que l’on leur conseille. Et ils y ont trouvé ce que l’on appelle aujourd’hui le « précariat »: Le chômage intermittent, Pole Emploi, le CDD, les petits boulots au noir, la micro entreprise sans réel avenir, tous pourtant ont cru à la promesse républicaine et ils sont encore prêts à y croire pourvu qu’on les écoute.
Mais qui les a écoutés ? C’est peu dire que le mouvement a surpris. Les premières analyses s’attachent à l’aspect poujadiste (le prix de l’essence) puis aux propos homophobes, antisémites ou racistes pourtant très largement minoritaires. Cet objet qui dérange est donc nommé, ce qui permet de lui trouver une place et de n’y penser plus.
Mais l’information n’est plus à la main des médias traditionnels, et le mouvement échappe à tout contrôle et prospère attirant la sympathie de la population qui s’y reconnait.
Alors sont venus des jeunes gens, en réalité, plus versés dans les arts martiaux et la guérilla urbaine que dans les subtilités idéologiques. A la sidération, succède la panique gouvernementale confortant, elle aussi, le discours selon lequel « seule la violence paye ! ». Pourtant cette « victoire » n’emporte pas l’adhésion des ronds points. Ce mouvement n’était pas une demande mais une attente plus large de solutions. La confiance que ce mouvement social traduisait, en fait, dans les institutions au-delà des personnages qui l’incarnaient, est encore trahie : trahie par l’espace laissé à la violence, trahie par les médias trop concernés par les images de cette violence et les interminables « débats » grands ou petits qui leur montrent la profondeur du fossé existant entre eux et les politiques, trahie bientôt par une partie des leurs lorsqu’apparaissent ceux désireux d’aller plus loin dans la formulation politique du mouvement.
L’amertume s’installe et accompagne des idées les plus extrêmes, la justification de la violence fait son chemin, la « fraternité » se fissure. Alors commence l’érosion sur les ronds points, de plus en plus précipitée au fur et à mesure que les « actes » se succèdent et se répètent.
Ils n’y sont plus qu’une poignée, et pas les pires, (qui n’existent que pour et par les médias et qui se réservent pour les samedis) mais les plus idéalistes convaincus que tout ce qu’ils ont fait et enduré dans leur chair ne peut pas être dissipé ainsi, soulignant le soutien que leur apporte encore la population, mesuré aux coups de klaxon qui se succèdent. Cocus, battus mais fiers ; éternels trompés par ceux qui leur disent que leur présent doit être sacrifié pour un lendemain qui chantera, ou par ceux qui disent que demain ne peut être construit que sur les ruines d’aujourd’hui, mais croyant pourtant encore en « La République ».
Comme disait le boulanger de Marcel Pagnol : « cocu c’est un mot pour les riches », pour les pauvres, c’est être malheureux tout simplement.
A l’injonction du grand débat « dites ce que vous voulez … mais sachez qu’il n’y a pas d’alternatives», le cocu, la victime, ne peut réellement répondre.
Le mouvement se tarit mais le fossé s’élargit et menace notre société. Car au delà des mesures financières ou alimentaires au sens strict, une moralisation de la vie politique française est devenue indispensable. Le mépris exprimé, même cash, reste une humiliation volontaire. L’action publique est devenue un théâtre d’ombre et de secrets où l’électeur est un gêneur. La présence des élus nationaux ne se manifeste plus que par des one man shows médiatiques pour commentateurs avisés.
Revenir à des principes démocratiques et moraux simples, respect de l’individu citoyen, proximité des représentants du peuple, transparence de l’action publique est une urgence.

J. MERIC.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires