Le Fil d'Aqui

15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.


- Multivote -


- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Alain Juppé prêt à jouer les sauveteurs d'une UMP qu'il a fondée.

Alain Juppé quand on l'interrogeait, il y a deux ans, sur une éventuelle entrée en lice pour la présidentielle ne faisait pas mystère de son souci de maintenir, avant tout, l'unité de l'UMP, ce mouvement qu'il a porté sur les fonts baptismaux en 2002 avec la bénédiction de Jacques Chirac. Un parti accueillant en son sein, à coté des gros bataillons issus du RPR, les orphelins de l'UDF, l'Union pour la Démocratie Française, qui avaient nom, par exemple, Raffarin ou Méhaignerie, ces témoins des années Giscard et les transfuges de la vieille famille des démocrates sociaux. Un ensemble dont il avait rêvé être le porte drapeau à l'élection présidentielle de 2007, avant que la justice ne le rattrape, l'empêchant de se présenter. Un boulevard s'ouvrait alors pour Nicolas Sarkozy, cet ennemi intime, le traître qui avait choisi Balladur au lieu de Chirac pour l'élection de 1995. Un Sarkozy qui pouvait ainsi s'appuyer sur un parti de militants, renouvelé dans ses fondations, instrument indispensable à toute conquête du pouvoir.

Juppé, se condamnant d'abord à l'exil puis retrouvant sa mairie de Bordeaux, réintégrait le jeu au début de l'ère Sarkozy avant de perdre son poste de ministreà la suite de sa défaite à l'élection législative de 2007 face à Michèle Delaunay. Des années difficiles où le fidèle de Jacques Chirac ne pouvait que constater la prééminence d'un Sarkozy tout en conservant une liberté de parole, singulière au sein de l'UMP, autant par conviction d'inspiration gaulliste-on pense à ce que furent ses critiques sur le retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN sans renforcement symétrique d'une Europe de la Défense - que par souci de se rappeler au bon souvenir des militants, en cultivant habilement sa différence. Rien ne pouvant mettre en danger l'unité de l'UMP mais juste assez de vigueur dans le propos pour attirer les regards de la classe politique, incarner la dimension de l'homme d'Etat...et piquer la curiosité, souvent fort bienveillante, des médias à l'égard d'un homme politique qui, ayant douloureusement accepté sa condamnation, était respecté pour « avoir payé sa dette ».

Allait-il oser affronter l'hôte de l'Elysée dont on sait que les valeurs qui le séparent de lui sont quand même plus épaisses qu'une feuille depapier Riz la Croix ? Il y pensa naturellement, rappelant que des primaires pouvaient exister à l'UMP, encouragé d'ailleurs par des témoignages qui ne venaient pas que de la droite. Il suscita même de vraies espérances au sein de la jeune génération de l'UMP que le devoir d'obéissance à Nicolas Sarkozy déroutait et éloignait de la matrice gaulliste et sociale, voulue par Alain Juppé. Son second retour au gouvernement, conçu d'un commun accord avec l'homme d l'Elysée, offrait à celui-ci la garantie de son soutien, ce qu'au fond Alain Juppé acceptait volontiers au nom de la règle non écrite de la V° République, selon laquelle le président sortants'impose comme le candidat de la formation dont il est issu.

Alain Juppé, retrouvant le ministère qu'il avait tant aimé, celui des affaires étrangères, ne tarda pas à faire tandem avec l'homme de l'Elysée, trop content que le maire de Bordeaux, au-delà même de l'allégeance, incarne à ses côtés l'expérience et la respectabilité. On se doutait bien que l'un et l'autre n'exprimaient pasla même sensibilité au sein de l'UMP mais rien qui ne semblait insurmontable...L'élection présidentielle, au contraire, paraissait devoir resserrer encore leurs liens et affirmer le rôle d'Alain Juppé dont on se souvient qu'envoyé en première ligne donner la réplique à François Hollande sur France 2il s'emporta au-delà de ce qu'on pouvait imaginer, et dans un registre qui ne lui convenait guère.

Le premier tour de l'élection présidentielle et la grande entreprise de récupération des électeurs de Marine Le Pen par Nicolas Sarkozy font trembler les fondations de la maisoncommune, l'UMP. Alain Juppé se retrouve donc enpremière ligne et ses libertés de parole, sur le thème de la droitisation, contre les empressementsdu candidat Sarkozy n'avaient, on l'a compris, d'autre but que d'envoyer des messages aux tenants, souvent jeunes d'ailleurs, de ce qui subsiste de l'héritage gaulliste. Les Jouanno, Kosiuscko-Morizet ou autres Lemaire, en rassurant du même coup les vieux centristes de l'UMP, déconcertés par les saillies sarkozyennes.

C'est entendu, Alain Juppé a rangé ses critiques jusqu'au 6 mai. Il sera peut être appelé à « faire don de sa personne » pour tenter d'éviter l'éclatement de l'UMP, si le président sortant est sorti par les Français... Faire en sorte que Copé ne tire pas plus vite que son ombre pour écarter François Fillon, calmer aussi les ardeurs de certains de ces élus excités, façon Provence-Côte d'Azur, bretteurs impénitents du sarkozysme, qui n'ont pas beaucoup de chemin à faire pour faire la bise à Marine Le Pen... Conserver, enfin, au bercail les centristes d'hier qui ont entendu le discours de François Bayrou. Après tout, ne serait-ce pas le moment pour que le maire de Bordeaux, lui qui n'a cessé de rappeler le béarnais à ses devoirs de famille, ne soit tenté de l'y accueillir en clarifiant la ligne d'une UMP qui glisse dangereusement vers les abîmes. Et ceci sous l'impulsion d'un président candidat aux abois, oubliant l'impératif républicain d'un grand parti de gouvernement.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
188
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Christophe de La Chaise | 02/05/2012

Dans l'article comme d'habitude fort bien écrit de Joël, il est question de nostalgie quant à la non-candidature d'Alain Juppé aux Présidentielles et à la "droitisation" de l'UMP par Nicolas Sarkosy.
Bodelais d'adoption, je souscris à la première remarque de Joël: Alain Juppé aurait fait un très bon chef de l'état...
quant à la "droitisation", c'est vrai que l'UMP doit trouver tentant d'aller grapiller dans la part de l'électorat Lepeniste, mais le fait-elle plus que la gauche rassemblant son camp le plus largement possible avec ses extrêmes?
les grands perdants de cette élection 2012 sont les centristes, qui n'ont pas sur recréer une force de rassemblement nationale, commme ont du le faire, un peu malgré eux, nos amis britanniques...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires