Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.




- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Alain Juppé prêt à jouer les sauveteurs d'une UMP qu'il a fondée.

Alain Juppé quand on l'interrogeait, il y a deux ans, sur une éventuelle entrée en lice pour la présidentielle ne faisait pas mystère de son souci de maintenir, avant tout, l'unité de l'UMP, ce mouvement qu'il a porté sur les fonts baptismaux en 2002 avec la bénédiction de Jacques Chirac. Un parti accueillant en son sein, à coté des gros bataillons issus du RPR, les orphelins de l'UDF, l'Union pour la Démocratie Française, qui avaient nom, par exemple, Raffarin ou Méhaignerie, ces témoins des années Giscard et les transfuges de la vieille famille des démocrates sociaux. Un ensemble dont il avait rêvé être le porte drapeau à l'élection présidentielle de 2007, avant que la justice ne le rattrape, l'empêchant de se présenter. Un boulevard s'ouvrait alors pour Nicolas Sarkozy, cet ennemi intime, le traître qui avait choisi Balladur au lieu de Chirac pour l'élection de 1995. Un Sarkozy qui pouvait ainsi s'appuyer sur un parti de militants, renouvelé dans ses fondations, instrument indispensable à toute conquête du pouvoir.

Juppé, se condamnant d'abord à l'exil puis retrouvant sa mairie de Bordeaux, réintégrait le jeu au début de l'ère Sarkozy avant de perdre son poste de ministreà la suite de sa défaite à l'élection législative de 2007 face à Michèle Delaunay. Des années difficiles où le fidèle de Jacques Chirac ne pouvait que constater la prééminence d'un Sarkozy tout en conservant une liberté de parole, singulière au sein de l'UMP, autant par conviction d'inspiration gaulliste-on pense à ce que furent ses critiques sur le retour de la France dans le commandement intégré de l'OTAN sans renforcement symétrique d'une Europe de la Défense - que par souci de se rappeler au bon souvenir des militants, en cultivant habilement sa différence. Rien ne pouvant mettre en danger l'unité de l'UMP mais juste assez de vigueur dans le propos pour attirer les regards de la classe politique, incarner la dimension de l'homme d'Etat...et piquer la curiosité, souvent fort bienveillante, des médias à l'égard d'un homme politique qui, ayant douloureusement accepté sa condamnation, était respecté pour « avoir payé sa dette ».

Allait-il oser affronter l'hôte de l'Elysée dont on sait que les valeurs qui le séparent de lui sont quand même plus épaisses qu'une feuille depapier Riz la Croix ? Il y pensa naturellement, rappelant que des primaires pouvaient exister à l'UMP, encouragé d'ailleurs par des témoignages qui ne venaient pas que de la droite. Il suscita même de vraies espérances au sein de la jeune génération de l'UMP que le devoir d'obéissance à Nicolas Sarkozy déroutait et éloignait de la matrice gaulliste et sociale, voulue par Alain Juppé. Son second retour au gouvernement, conçu d'un commun accord avec l'homme d l'Elysée, offrait à celui-ci la garantie de son soutien, ce qu'au fond Alain Juppé acceptait volontiers au nom de la règle non écrite de la V° République, selon laquelle le président sortants'impose comme le candidat de la formation dont il est issu.

Alain Juppé, retrouvant le ministère qu'il avait tant aimé, celui des affaires étrangères, ne tarda pas à faire tandem avec l'homme de l'Elysée, trop content que le maire de Bordeaux, au-delà même de l'allégeance, incarne à ses côtés l'expérience et la respectabilité. On se doutait bien que l'un et l'autre n'exprimaient pasla même sensibilité au sein de l'UMP mais rien qui ne semblait insurmontable...L'élection présidentielle, au contraire, paraissait devoir resserrer encore leurs liens et affirmer le rôle d'Alain Juppé dont on se souvient qu'envoyé en première ligne donner la réplique à François Hollande sur France 2il s'emporta au-delà de ce qu'on pouvait imaginer, et dans un registre qui ne lui convenait guère.

Le premier tour de l'élection présidentielle et la grande entreprise de récupération des électeurs de Marine Le Pen par Nicolas Sarkozy font trembler les fondations de la maisoncommune, l'UMP. Alain Juppé se retrouve donc enpremière ligne et ses libertés de parole, sur le thème de la droitisation, contre les empressementsdu candidat Sarkozy n'avaient, on l'a compris, d'autre but que d'envoyer des messages aux tenants, souvent jeunes d'ailleurs, de ce qui subsiste de l'héritage gaulliste. Les Jouanno, Kosiuscko-Morizet ou autres Lemaire, en rassurant du même coup les vieux centristes de l'UMP, déconcertés par les saillies sarkozyennes.

C'est entendu, Alain Juppé a rangé ses critiques jusqu'au 6 mai. Il sera peut être appelé à « faire don de sa personne » pour tenter d'éviter l'éclatement de l'UMP, si le président sortant est sorti par les Français... Faire en sorte que Copé ne tire pas plus vite que son ombre pour écarter François Fillon, calmer aussi les ardeurs de certains de ces élus excités, façon Provence-Côte d'Azur, bretteurs impénitents du sarkozysme, qui n'ont pas beaucoup de chemin à faire pour faire la bise à Marine Le Pen... Conserver, enfin, au bercail les centristes d'hier qui ont entendu le discours de François Bayrou. Après tout, ne serait-ce pas le moment pour que le maire de Bordeaux, lui qui n'a cessé de rappeler le béarnais à ses devoirs de famille, ne soit tenté de l'y accueillir en clarifiant la ligne d'une UMP qui glisse dangereusement vers les abîmes. Et ceci sous l'impulsion d'un président candidat aux abois, oubliant l'impératif républicain d'un grand parti de gouvernement.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
225
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Christophe de La Chaise | 02/05/2012

Dans l'article comme d'habitude fort bien écrit de Joël, il est question de nostalgie quant à la non-candidature d'Alain Juppé aux Présidentielles et à la "droitisation" de l'UMP par Nicolas Sarkosy.
Bodelais d'adoption, je souscris à la première remarque de Joël: Alain Juppé aurait fait un très bon chef de l'état...
quant à la "droitisation", c'est vrai que l'UMP doit trouver tentant d'aller grapiller dans la part de l'électorat Lepeniste, mais le fait-elle plus que la gauche rassemblant son camp le plus largement possible avec ses extrêmes?
les grands perdants de cette élection 2012 sont les centristes, qui n'ont pas sur recréer une force de rassemblement nationale, commme ont du le faire, un peu malgré eux, nos amis britanniques...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




28/04/2018 | Relever le défi de l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs

C'est l'un défis majeurs de l'aménagement du territoire dans une région comme la Nouvelle Aquitaine, et peut être le premier de tous, pour lutter contre la désertification rurale: la transmission des exploitations agricoles et l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs. Il est possible de le relever, malgré une tendance à l'augmentation de la cessation d'activité. Et une démographie des chefs d'exploitation qui, à priori, n'est pas favorable, deux tiers ayant plus de cinquante cinq ans dans la grande région. Oui, ce défi semble d'autant plus soutenable qu'entre la prise de conscience des organisations professionnelles, des élus de terrain, des habitants du monde rural, des aspirations grandissantes de ceux qui vivent en ville et cherchent à consommer des produits cultivés près de chez eux, et, surtout, de l'apparition d'une génération qui ne se destinait pas, à priori, à choisir le métier d'agriculteur dans les pas de leurs parents, ces « hors cadre familial », selon la terminologie en usage, une mobilisation se dessine, passionnante à observer, à accompagner. A soutenir. Ce n'est donc pas pas par hasard que ce défi de société sera au cœur d'une journée inédite, le 18 mai, lors du prochain Salon Régional de l'Agriculture. Et que notre site, Aqui.fr, en sera le co-organisateur après avoir, au fil des jours, publié une série de reportages auprès de ces jeunes qui s'installent. Et ne craignent pas de le faire, avec des idées nouvelles, un désir d'une autre vie et, souvent, le souci immédiat d'aller à la rencontre des consommateurs, de partager avec eux leur façon de travailler et la qualité de leurs productions.

Lire la suite