Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : La Rochelle : Entre 16h et 17, les bretelles de sortie de la rocade à Lagord avaient été fermées dans les deux sens par précaution. Les manifestants sont restés sur leur parcours. La manifestation est désormais terminée et la circulation normale.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : La CGT revendique plusieurs opérations de coupure de courant en Haute-Vienne : la préfecture, 2 banques, le magasin FNAC et le secteur Libération à Limoges.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).

10/12/19 : A Guéret, dans la Creuse, les quelque 300 participants à la manifestation contre les réformes, ont circulé sur une zone commerciale donnant lieu à des blocages partiels aux ronds-points.

10/12/19 : Entre 9 et 10 000 personnes ont participé ce mardi 10 décembre à la manifestation contre la réforme des retraites à Bordeaux, à la veille du discours du Premier Ministre Edouard Philippe ce mercredi 11 décembre à midi.

10/12/19 : A Pau, le cortège des manifestants a suivi ce 10 décembre le même parcours que jeudi dernier mais le nombre de participants est peu ou prou divisé par deux ce mardi. Entre 4000 et 6000 manifestants, contre environ 10 000 jeudi dernier.

10/12/19 : Dans l'académie de Poitiers, les taux de participation à la grève du 10 décembre sont moins importants que ceux du 5 décembre. Ce mardi, 14,29 % des enseignants sont grévistes (1er degré 11,80 %, 2d degré 19,57 %) et de 3,81 % des autres personnels.

10/12/19 : Beynac : la cour administrative d'appel de Bordeaux vient de confirmer l'annulation des travaux du contournement. Le Département de la Dordogne doit procéder à la démolition des éléments construits et remettre le site en état dans un délai d'un an.

10/12/19 : Coupe de France de football : Le football Trélissac club (N2) rencontrera en 32e de finales l'Olympique de Marseille. Les Périgourdins ont déjà affronté les Olympiens par deux fois, en 2010 et 2016. Le match devrait avoir lieu les 4 ou 5 janvier.

10/12/19 : À Châtellerault (86), plus de 1000 personnes ont manifesté contre la réforme des retraites ce mardi 10 décembre. Le cortège a défilé de la salle omnisports vers le centre ville. Plus tôt dans la matinée, le dépôt des bus châtelleraudais a été bloqué.




- Publicité -
  • 11/12/19 | Noël: les libraires de la région vous conseillent !

    Lire

    Pour la 2ème année, les libraires indépendants et passionnés de Nouvelle-Aquitaine ont sélectionné leurs coups de cœur de Noël et regroupé au sein d'un catalogue dédié plus de 100 livres à offrir ou à s'offrir. Une sélection pour tous et pour chacun en littérature, mais aussi jeunesse, BD, etc. Le catalogue "Noël en librairie indépendante" est distribué gratuitement dans plus de 100 librairies membres de l’association, de Limoges à Biarritz, en passant par La Rochelle, Pau, Bordeaux, Poitiers... mais il peut aussi être feuilleté en ligne !

  • 11/12/19 | Bordeaux vous est contée à l'Espace Mably

    Lire

    La maison d'édition Les Dossiers d'Aquitaine, organise du 12 décembre au 12 janvier, l'exposition "Bordeaux leur doit sa liberté d'esprit". D'Ausone à Mauriac en passant par Aliénor d'Aquitaine, Vital Carles ou encore les députés girondins, l'exposition regroupant à l'Espace Mably, à Bordeaux, de nombreux tableaux, documents, vidéos, biographies, cartes postales, livres et albums, retrace 2000 ans d'histoire bordelaise. Une histoire à travers les personnages qui se sont engagés pour que vivent libres Bordeaux et la Guienne (l'Aquitaine). Ouvert tous les jours de 13h à 19h.

  • 10/12/19 | Un exercice de sécurité civile attentat mercredi à Sarlat

    Lire

    Un exercice de sécurité civile "attentat Orsec Novi" se déroulera mercredi 11 décembre de 14 h à 20 h au lycée Pré de Cordy de Sarlat. Plus de 170 personnes, gendarmes, pompiers, agents de l'état et lycéens, la Croix rouge, la protection civile y participeront. Cet exercice permettra de tester les chaînes d’alerte et de commandement, notamment la réactivité des services et de vérifier que les outils sont opérationnels, la mise en oeuvre du plan organisation des secours nombreuses victimes.

  • 10/12/19 | Aucun train ne circule en Dordogne ce 10 décembre

    Lire

    Aucun TER ne circule ce mardi 10 décembre en Dordogne. La SNCF met en place des liaisons par bus sur les trajets les plus fréquentés. Sur la ligne Périgueux-Bordeaux, au départ de Périgueux, les prochains bus partent à 17h35 et 18h30. Sur la ligne Périgueux-Limoges, les prochains bus sont à 17h17, 18h30, 19h50. Sur la ligne Périgueux-Brive, un seul bus à 17h. Sur la ligne Agen-Sarlat, un bus est prévu en fin de journée à 17h45. La SNCF recommande aux voyageurs de reporter leurs déplacements.

  • 10/12/19 | Exercice de sécurité autour du barrage hydraulique Saint-Marc (87)

    Lire

    La préfecture de la Haute-Vienne organise jeudi 12 décembre un exercice de sécurité civile simulant la rupture du barrage Saint-Marc situé à Saint-Martin Terressus. Au cours de cet exercice les sirènes d’alerte, signe d'un péril imminent, seront déclenchées à Saint-Priest Taurion, Panazol, Limoges, Isle, Bosmie-l’Aiguille, Aixe-sur-Vienne et Saint-Junien. Objectif: tester la mise en œuvre du Plan particulier d’intervention (PPI) du barrage afin de renforcer l’efficacité des dispositifs face aux risques que représente un ouvrage hydraulique en cas de rupture et informer la population sur les consignes comportementales à adopter.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Apprentissage: regarder la réalité bien en face

L'apprentissage ? Ah ! L'apprentissage... C'est le mot du moment, celui qui était au cœur de la campagne des élections régionales et qui faisait l'unanimité, de Manuel Valls à Alain Rousset, en passant par Alain Juppé, ce vendredi, lors de l'inauguration de l'usine Lesieur de Bassens. « Nous voulons tous en faire avouait d'ailleurs le maire de Bordeaux mais, pourtant, le nombre des apprentis baisse » et Alain Rousset de proposer qu'on repère les jeunes qui vont, ou peuvent, prendre cette voie, dès le collège.

Que ne l’a-t-on fait plus tôt ? À vrai dire, l’apprentissage a tellement souffert, depuis si longtemps, du poids d’une idéologie primaire, spécialement entretenue par l’Éducation Nationale, qu’il va peut-être, enfin, bénéficier d’une manière de consensus politique. Ce serait le début d’une petite révolution et, surtout, d’une mobilisation indispensable pour permettre à des jeunes qui décrochent de trouver du boulot alors même que des emplois, nombreux, ne parviennent pas à être pourvus.

Encore va-t-il falloir regarder une certaine réalité bien en face. En commençant par remettre à plat le fonctionnement du collège unique — il en est régulièrement question — cette invention des années 70, façon Giscard et son ministre Haby, au nom de la fameuse démocratisation de l’enseignement. Va-t-on continuer, de façon égale pour tous les jeunes, quelles que soient leurs possibilités, à vouloir coûte que coûte les amener jusqu’à ce brevet des collèges qui ne sert à rien, les laisser, pour beaucoup trop d’entre eux, sortir de la classe de troisième sans avoir acquis ces fameux savoirs fondamentaux dont on fait grand cas... On sait pourtant que s’ils ne sont pas maîtrisés à la sortie du primaire, ils ne le seront plus. La réforme du collège, façon rentrée 2016, réussira-t-elle à redresser le cours des choses ? On en doute. En tout cas lorsque, par ailleurs, on sait l’exorbitant échec dans le cycle universitaire qui suit le second cycle, on se dit, vraiment, qu’il faut avoir le courage de s’attaquer, de bonne heure, à la question de l’orientation et de multiplier les occasions de découvrir une panoplie de métiers en déshérence. Les centres de formation d’apprentis, ici et là, ont fait la preuve de leur efficacité, mais il faut aussi oser promouvoir, à grande échelle, la formation en alternance. Révéler à des jeunes le potentiel des métiers traditionnels dont la société a besoin et des nouveaux métiers dont l’exercice n’a plus rien à voir avec les représentations héritées de la révolution industrielle. Ce n’est qu’à ce prix, au-delà des discours et des initiatives exemplaires, que l’on donnera enfin à l’apprentissage la place qu’il mérite et dont le pays, et son économie ont grand besoin.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
13053
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
FEREDJ Roland | 17/01/2016

Ce n'est pas en donnant 2 ou 3000 euros aux entreprises pour qu'elles prennent des apprentis qu'elles le feront. Il faut que pendant la durée d'apprentissage (limitée à deux ou trois ans et dès l'âge de 14/15 ans) , les apprentis soient en contrat avec pole emploi et mis à disposition des employeurs, comme pour les VIE (volontaires internationaux en entreprises). Ce sera la juste contrepartie de la formation sur le terrain dispensée au sein des entreprises accueillantes (reconnues comme instance de formation). On devrait même prévoir que la mise à disposition soit totalement gratuite sur la période considérée.

tomas moya | 18/01/2016

tout le monde approuve le renouveau de l'apprentissage, mais il est primordial que les artisans et commerçants veuillent bien s'occuper d'un(e) apprenti(e). La survie de leur entreprise est en jeu.

Patrick 86 | 19/01/2016

Votre analyse est tout à fait pertinente. A ceci j’ajouterais deux points: revaloriser l’apprentissage est en effet primordial, non seulement aux yeux de l’enseignement qui a plus tendance à le présenter comme un pis-aller mais aussi aux yeux des parents qui, y voient pour leur enfant une voie de garage, un échec. N’entend-on pas le ministère présenter les résultats du bac uniquement sous l’image d’un score… à croire qu’un bon ministre est un ministre qui obtient un pourcentage supérieur à l’année précédente. L’autre point est plus sournois. Les chambres des métiers et les artisans tirent à boulet rouge sur les auto-entrepreneurs et n’ont qu’un but les déconsidérer, pire les voir disparaître. Comment voulez-vous motiver un jeune (et ses parents) qui entre en apprentissage lorsqu’il est, tout au long de son cursus, dissuadé insidieusement de se « lancer à terme ». Comment le motiver faisant sous entendre à lui et ses parents qu’il sera toute sa vie qu’un simple employé, un simple ouvrier ?

Joël Aubert | 20/01/2016

Merci de vos contributions qui apportent un complément à la réflexion qu'il faut partager en n'oubliant surtout pas de faire confiance aux jeunes et mieux encore en faisant appel à leur créativité, sans esprit de corporatisme comme Patrick vous le soulignez

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires