Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Après le drame de Sivens, savoir gérer l'eau en bonne intelligence

Le drame de Sivens, cette mort insensée d'un jeune homme de 21 ans qui avait trouvé dans la cause anti-barrage une raison de croire en l'avenir tétanise la profession agricole. Car elle est au fond en première ligne, accusée en quelque sorte d'être à l'origine de pareil ouvrage pour pratiquer une agriculture « industrielle » en l'occurrence la production de maïs qui nécessite en effet de l'eau. Et voici que retrouve de la vigueur un débat, d'essence parfaitement manichéen, alors qu'il suffirait d'être capable de regarder les choses en face avec le souci de la vérité : agriculture industrielle contre agriculture paysanne...

Comme si dans cet invraisemblable pathos à la française on ne pouvait pas débattre, sereinement, de cela, éviter les excommunications. Et trouver le juste équilibre entre les besoins de la production et le respect de la nature.

A ce débat qui doit, bien entendu, être réactualisé on préfère la caricature. Celle-ci a toujours bonne presse, comme si aucun progrès n'avait été fait, comme si les filières agricoles elles-mêmes n'avaient pas entrepris un travail de fond sur le bon usage de l'eau...Celui-ci, au contraire, a progressé non seulement parce que les façons culturales ont évolué, les outils aussi, mais tout autant parce que le réchauffement climatique crée à tous les usagers de l'eau l'obligation de la gérer avec efficacité et réalisme. Et, en effet, pareille exigence ne passe pas forcément, à tout coup, par la construction de barrage du type de Sivens mais, plutôt, par la création bien choisie, préalablement étudiée dans tous ses aspects, y compris environnementaux, de retenues bien plus modestes. Celles-ci permettent de stocker l'eau l'hiver ou le printemps et d'y recourir en période de sécheresse, non seulement pour les besoins de l'agriculture mais aussi pour assurer l'étiage de cours d'eau, alors menacés, et des usages domestiques. Il nous a été donné de suivre de près le travail de fond engagé en Lot-et-Garonne et alentour, via un Groupement d'intérêt Economique dans l'orbite de la Coopérative Terres du Sud. De la synthèse des études et contributions, émanant de plusieurs responsables de productions et de l'analyse des données hydrologiques et climatiques est née un projet de développement qui autorise de nouvelles mises en cultures et la création d'emplois. Un projet que les pouvoirs publics et les collectivités ont accompagné au plus près. Il n'y a donc pas de fatalité pour peu que l'on sache prendre en compte tous les aspects d'un territoire et que l'on se parle.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
18174
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
WERNER | 04/11/2014

Las,ici comme ailleurs, le débat est totalement pollué par des ayatollahs de l'écologie, figés dans leurs certitudes jamais remises en cause, ou par d'autres dont les motivations ne sont que celles de casseurs de bas niveaux qui aboutissent à des catastrophes comme celles que l'on a vues et à leurs exploitations par certains politiques qui feraient mieux de s'en abstenir.

Meric | 05/11/2014

L'avenir du barrage de Sivens n'est pas réglé, mais nous en connaissons déja les victimes. Le malheureux REMY FRAISSE, martyr bien malgré lui d'une expression radicale plus anarchisante qu'écologique qui légitime l’extrême violence comme moyen d'action (France-inter), point de vue qu'il ne partageait visiblement pas; et une quarantaine de fermes encore présentes sur le site et qui, pour la plus part ne survivront pas au traumatisme de la crise.
Cette affaire illustre le fossé qui s'est créé entre les français et leur agriculture: aux mots maïs, irrigation, agriculture s'accolent aussitôt d'autres signifiants, OGM, productivisme, industrialisation.
Le rapport des experts commandé par Mme ROYAL montre pour une réalité bien différente: des exploitations familiales, de tailles modestes,dans des conditions difficiles,tournées vers des circuits courts où les cultures sèches progressent; mais des exploitations menacées dans leur vie économique et dans les paysages qu'elles entretiennent par des cours d'eau aux débits erratiques allant jusqu'à l'assec.
Ce même rapport pointe également un système aménagiste de développement dont ils sont devenus à leur tour les otages. Les experts dénoncent les approximations des données hydrologiques, les surestimations des besoins, les incohérences des clefs de financements, et les pressions professionnelles qui ont permis de "valoriser" le projet, d'"optimiser" les financements et de "sensibiliser" les autorités locales.
Le rapport conclut que: "La réalisation du barrage est une chance pour ce territoire difficile" (après réévaluation naturellement), mais qui a lu ce rapport jusqu'au bout ? Et d'ailleurs, qui se soucie en fait de ce territoire?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires