Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Barcelone: résister au piège de l'enfermement

Barcelone et ses ramblas cosmopolites était une ville cible, comme Nice et sa promenade des Anglais... Le terrorisme a frappé avec les mêmes méthodes mais il avait peut-être imaginé faire pire encore. Et, face à ce nouveau drame, nous oscillons entre la compassion, le soutien moral à ces familles brisées et d'inévitables interrogations. Avons-nous pris assez de précautions spécialement dans nos villes de France et d'Europe? Pourquoi ces terroristes sont-ils d'une manière générale aussi jeunes? Au delà des dispositifs de sécurité quelle information nos démocraties peuvent-elles organiser pour mettre en garde le citoyen? Ces quelques questions parmi beaucoup d'autres ont déjà connu des réponses, des mobilisations de l'Etat à travers la police, la gendarmerie, l'armée, la concertation avec les collectivités locales lors des grands événements populaires mais nous savons bien que ces efforts ne nous dispenseront pas de risques que, déjà, dans le regard que nous portons sur la vie d'une cité nous mesurons dans notre for intérieur.

Ils sont nombreux ces lieux de vie où nous aimons à nous retrouver et ils sont, eux aussi, potentiellement exposés à la sauvagerie. Nos sociétés jusqu'ici ont su résister au piège de l'enfermement, à la ségrégation si chère aux émules de Daesh et, bien sûr, elles continueront à défendre des valeurs de liberté qu'ils ont en horreur.

D'ores et déjà songeons aux débats enflammés qui ne manqueront pas d'accompagner la loi que le gouvernement annonce à propos de la sécurité et de l'état d'urgence. Le privilège de nos démocraties c'est, justement, de pouvoir ne pas être d'accord et d'avoir la faculté de le dire; encore faut-il penser aux effets de nos désaccords sur la  motivation  des terroristes et, chaque fois, rechercher le plus possible un consensus. Mais, il y a surtout un immense effort d'éducation à entreprendre dans une société qui expose nombre de ces jeunes au basculement. Hier, ils prenaient le chemin de la Syrie ou de l'Irak; certains en sont revenus et les pouvoirs publics le savent. Aujourd'hui, d'autres souvent via les réseaux sociaux sont des proies faciles pour passer à l'acte. Marik Fetouh, l'adjoint au maire de Bordeaux qui s'investit beaucoup dans la lutte contre la radicalisation l'affirmait à juste titre ce 17 août: " Plus que jamais, nous devons poursuivre nos efforts de lutte contre la radicalisation en Europe. Le prochain congrès du Forum européen pour la sécurité urbaine, lors duquel je dois intervenir, se tiendra en novembre précisément dans la capitale catalane." C'est, en effet, à l'échelle de d'Europe qu'il faut concevoir, aussi, des réponses sociales et culturelles à la hauteur du défi que l'islamisme radical oppose à nos démocraties. Pour autant soyons lucides et restons vigilants sur le bon usage de la laïcité car il ne suffit pas, le temps d'une campagne électorale d'en débattre, avec d'ailleurs plus d'une ambiguïté de la part de nos politiques, pour protéger celles et ceux qui, de gré ou de force, peuvent basculer dans l'enfermement, au nom de la religion.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
14639
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires