Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

18/09/18 : Charente-Maritime : Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les auteurs d'"un président ne devrait pas dire ça", seront à l'Agora de Saint-Xandre (près de La Rochelle) pour une conférence-débat le mercredi 26 septembre à partir de 18h30.

18/09/18 : Charente-Maritime : Une visite d'inspection étant programmée ce soir au sein du pont de Ré, la circulation est interdite à tous les poids lourds de plus de 3,5 tonnes à compter de 20h ce mardi 18 septembre jusqu'à 7h mercredi 19 septembre.

18/09/18 : La Rochelle s’engage dans une série d’actions de sensibilisation au Self data. La Ville organise une Conférence publique, "Données personnelles, et si on en parlait ?", jeudi 20 septembre à 18 heures au Musée maritime La Rochelle.

18/09/18 : C'est confirmé, Florence Parly, la Ministre des Armées sera présente le 2ème jour du Salon ADS SHOW, à Mérignac, le jeudi 27 septembre.+ d'info

18/09/18 : A Bordeaux, le Centre Régional Information Jeunesse organise un Jobs Dating Spécial Rentrée ces 18 et 19 septembre: 200 offres d'emploi dans la garde d'enfants, animation, grande distribution, soutien scolaire, propreté et hôtellerie restauration+ d'info




- Publicité -
  • 24/09/18 | Les Jeudis de l’Installation en Corrèze

    Lire

    Le 27 septembre, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze organise à Montaignac St Hippolyte, dans le cadre des Jeudis de l’Installation, un après-midi sur le thème du maraîchage bio à destination des porteurs de projets et des jeunes en formation. Cet après-midi sera l’occasion de mieux connaître la filière maraîchage, et sa spécificité en bio, ainsi que d’échanger avec des agriculteurs récemment installés, des conseillers spécialisés mais aussi de visiter une exploitation.

  • 24/09/18 | Le désamiantage du Signal à Soulac se prépare

    Lire

    Les travaux préalables au désamiantage de l'immeuble Le Signal à Soulac-sur-Mer qui menace de s'effondrer,ont débuté mercredi 19 septembre afin de conforter la dune par un apport de sable et de mettre en sécurité le bâtiment pour permettre l’intervention des entreprises en toute sécurité. Les premiers travaux dureront une dizaine de jours, et en plusieurs étapes dont la protection des espèces floristiques. Ces travaux seront intégralement financés par l’État ainsi que les travaux de désamiantage de l’immeuble qui seront menés en début d’année prochaine.

  • 24/09/18 | La brigade "loup" missionnée dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Conformément à son engagement pris le 20 septembre, lors de sa venue à Pau, François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, a missionné la brigade mobile d’intervention spécialisée de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour remédier aux attaques de troupeaux par le loup hybride en vallée d’Ossau. "La mission sera préparée la semaine prochaine avec les maires et bergers. Des équipes seront sur place la semaine suivante pour une période d’une quinzaine de jours", annonce la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

  • 24/09/18 | La Gironde informe sur la fibre optique

    Lire

    A l'occasion du déploiement de la fibre optique sur le territoire de la Gironde à travers le plan "Gironde Haut Méga" visant à raccorder, d'ici 2014, "410 000 logements, entreprises, services publics et collectivités à un réseau public de fibre optique", le département lance officiellement une nouvelle phase de réunions publiques d'information. Ces dernières démarreront le 24 septembre à Avensan et se termineront notamment à Cadillac et Cestas les 2 et 3 octobre prochain. Pour retrouver l'ensemble des dates, des horaires et des lieux de ces réunions, rendez-vous sur www.girondehautmega.fr.

  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

" Brexit" : Le défi que l'Union Européenne doit relever sans tarder

Un leader nationaliste qui exulte et des jeunes Londoniens qui pleurent : deux images-choc qui témoignent de la profonde division d’un pays qui se réveille, comme interdit d’avoir franchi le pas. D’avoir quitté l’Union Européenne où elle était entrée, voilà 43 ans, sans en épouser l’esprit et après avoir, faut-il le rappeler, essuyé les rebuffades d’un certain Charles de Gaulle qui connaissait les Anglais mieux que personne. D’ailleurs pouvait-il en être autrement que ce demi-mot pour un pays — un royaume — qui n’a jamais cessé de se voir comme un Empire ? Sans doute pas, et ce d’autant moins que quelques-uns de ces leaders les plus démagogues ont, de bonne heure, su exploiter un sentiment anti-européen ou, à tout le moins, anti-bruxellois. Songeons aux assauts répétés de Margaret Thatcher réclamant le retour de sa contribution au budget européen, à ces campagnes anti-européennes que les conservateurs au pouvoir ont su exploiter à des fins de politique intérieure, relayées par une presse qui n’a jamais rechigné à flatter le peuple plutôt qu’à l’informer honnêtement. Le dernier, celui dont le nom restera tristement dans l’histoire, s’appelle David Cameron. Après avoir ouvert la boîte de Pandore, en 2013, il a ramé pour tenter d’éviter le pire. Peine perdue ; nous y voilà.

On imagine, déjà, la mine qui sera la sienne au sommet prévu ce mardi à Bruxelles. Il a annoncé sa démission pour octobre; il ne pouvait pas faire moins. Mais sa personne compte bien peu ; désormais il faut tenter d’évaluer les conséquences de cette sortie d’un pays, dont le nom, les valeurs de démocratie qu’il porte, la finance qu’il incarne avec la City, la Défense qui compte encore dans un monde si instable, ne pesaient pas pour rien dans la considération dont l’Union Européenne jouissait encore. De Pékin à Washington en passant par Tokyo et Moscou.

Les conséquences économiques ne se mesureront qu’au fil des mois et des années. Beaucoup dépendra de la réaction de l’Union Européenne et de la réponse politique que ses dirigeants apporteront à ce fameux « Brexit ». Il n’est pas sûr qu’elle doive être brutale, comme le luxembourgeois président de la Commisssion européenne, Jean-Claude Junscker, le laissait entendre ces derniers jours. Il va falloir chercher à retrouver les bases d’une coopération qui ne saurait oublier le réel, les échanges économiques qui se sont fortement développés.

Pour les conséquences politiques, c’est une tout autre histoire qui commence. Une histoire lourde de grandes incertitudes.

1. Pour l’unité, relative d’ailleurs, du Royaume-Uni dont on aura noté, d’emblée que l’Écosse, votant à contre-courant de l’Angleterre et du Pays de Galles, réaffirme fortement son appartenance à l’Union Européenne. Il sera difficile de lui refuser l’idée d’un nouveau référendum.

2. Pour la pérennité de l’Union dans sa composition actuelle, tant le résultat de ce jeudi noir, en Grande-Bretagne, va donner des ailes aux mouvements populistes qui émergent un peu partout et bousculent les partis traditionnels qui ont été, le plus souvent, incapables, une fois au pouvoir, d’assumer leur propre responsabilité, préférant s’en prendre à la technocratie bruxelloise, plutôt que de s’entendre pour prendre la main sur de véritables politiques communes. Vous en avez fait un bouc émissaire ? Voilà le résultat. Et, déjà, comment ne pas voir le parti que vont chercher à en tirer l’extrême droite française pour ne pas parler de l’extrême gauche. Saurait-on pour autant accuser les citoyens des régions déshéritées de l’Angleterre qui n’est pas réductible à l’éclat londonien d’avoir dit : pouce ! Le message qu’ils envoient aux dirigeants du continent, y compris celui qui touche à l’immigration, ne saurait être évacué d’un revers de main.

3. Pour l’équilibre même de l’Union dont la France et l’Allemagne et leurs dirigeants successifs n’ont pas su s’entendre pour faire avancer une Union politique intelligente et ont enfermé cette Europe, trop vite élargie, dans une image de machin « économétrique », source d’éternels différends sur le cœur même du réacteur. Une monnaie unique certes, mais pas de politique économique concertée, hélas laissée aux « bons soins » de la seule Banque Centrale.

Le chantier de rénovation, à moins qu’il ne soit de sauvetage, est bien plus grand qu’on ne l’imagine. Il faut s’y atteler sans tarder ; il y va de l’avenir de notre jeunesse et du bien si précieux qui se nomme la paix.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
16332
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, AgriSud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'AGRISUD INTERNATIONAL, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite