Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

23/10/18 : La diffusion de la mini-série TV, "Victor Hugo ennemi d'Etat", tournée en Dordogne, est annoncée pour les 5 et 6 novembre. Elle se présente en quatre épisodes et met en scène les comédiens Isabelle Carré et Yannick Choirat dans le rôle principal.

22/10/18 : La Rochelle : la Ville et la Chambre d'Agriculture organisent un marché fermier d'automne, le 27 octobre de 10h à 19h place de Verdun. Thématique : la citrouille, avec des ateliers confections de citrouilles d'Halloween pour les enfants de 14 à 17h.

22/10/18 : La Charente-Maritime lance son premier forum des emplois saisonniers ostréicoles mardi 30 octobre de 14h à 18h au foyer culturel de La Tremblade. Pole emploi propose aussi le 25 à 10h un atelier découverte des métiers ostreicoles (sur inscription).

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.




- Publicité -
  • 23/10/18 | Ford Blanquefort : le plan de Punch présenté

    Lire

    Des responsables de la société Punch ont été reçus ce mardi à Bordeaux à l'occasion d'une présentation officielle de leur projet de reprise de l'usine Ford de Blanquefort. Didier Lallemand, préfet de région, a souligné à la sortie "disposer d'une base qui paraît solide, il reste encore une négociation à avoir sur certains éléments sociaux. Le PSE serait une catastrophe. Il y a une reprise sérieuse, qui est financée, ce serait une trahison si demain Ford quittait la région sur de mauvaises raisons". De leurs côtés, les syndicats CGT, FO et CFTC appellent les salariés de l'usine à une manifestation jeudi 25 octobre à Bordeaux.

  • 23/10/18 | Girondins de Bordeaux : la vente repoussée.

    Lire

    La finalisation de la vente du club des Girondins de Bordeaux (entre M6 et GACP, qui devait avoir lieu ce matin dans un cabinet d'avocats parisiens, a été repoussée de quinze jours. Officiellement, un "retard de mise à disposition des fonds" a été évoqué. Pour le président du club, Stéphane Martin, c'est un problème "administratif". Cela confirme en tout cas les difficultés de GACP a réunir les 75 millions d'euros nécessaires. Ces derniers devraient cependant être débloqués dans la semaine. L'annonce d'un nouveau président, elle, devrait suivre.

  • 23/10/18 | Poitiers: Tous à la patinoire avec Pass’sport

    Lire

    Du 20 octobre au 4 novembre, la Communauté Urbaine de Grand Poitiers met en place son Pass’Sport. Il permet, pour les enfants des 40 communes jusqu’à 16 ans, un accès à la patinoire et le prêt de patins gratuitement tous les lundis, mardis, jeudis et vendredis de 14h30 à 17h. Pour obtenir le Pass’Sport, rdv dans la mairie de votre commune. Renseignements : 05 49 52 35 35 ou pass-sports@grandpoitiers.fr

  • 23/10/18 | La Rochelle : après les travaux, un exercice de protection contre les submersions

    Lire

    Suite aux travaux de protection contre les submersions marines menés dans le quartier du Gabut et de la Ville en Bois, la ville de La Rochelle va mener un exercice de simulation d'état d'alerte submersions, le vendredi 23 novembre à partir de 17h. Formés les 18 et 19 octobre, 18 des 26 agents chargés d'intervenir seront mobilisés pour mettre en place clapets et batardeaux entre le pont Scherzer et l'esplanade du Gabut pour un test grandeur nature avant l'hiver.

  • 22/10/18 | Le Plan Végétal Environnement est là !

    Lire

    Pour aider les agriculteurs à investir dans du matériel ou dans l’aménagement de leur exploitation, la Région Nouvelle-Aquitaine, les agences de l’eau Adour-Garonne et Loire-Bretagne, le FEADER, l’État et les collectivités territoriales lancent un nouvel appel à projets jusqu’au 31 mars 2019. Il permet de répondre à la réduction des pollutions et à l’optimisation de la consommation d’intrants ; à la réduction de l’érosion des sols ou à la réduction des prélèvements de la ressource en eau. Modalités et formulaire de réponse

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Bruno Le Maire ou quand la « ruralité » devient « modernité ». !...

« La ruralité, c'est la modernité »: Bruno Le Maire, le ministre de l'agriculture, n'a pas fait dans la litote en s'adressant, à Agen, aux participants au séminaire du Réseau Rural français.

Il est vrai qu'à la faveur du dernier remaniement ministériel son périmètre de compétence a été élargi, que le mot ruralité y figure et celui d'aménagement du territoire aussi, à défaut de disposer d'un ministère propre mais l'époque où cette politique participait d'une « ardente obligation » est révolue.
Qu'est-ce donc qui peut pousser un ministre, reconnu pour son sérieux et sa détermination, à avancer pareille affirmation ? Les dernières études de l'INSEE qui anticipent des perspectives démographiques avantageuses pour le monde rural, à l'horizon 2040 ? Sans doute, mais cette hypothèse globale recouvre des réalités infiniment plus incertaines. Dans l'orbite des métropoles dont la croissance est partout encouragée - songeons à ce Grand Paris qui n'est pas estimé assez grand et qui va, plus que jamais, dévorer les financements publics pourtant de plus en plus rares - certains espaces ruraux tiendront certainement le choc parce qu'ils ne le seront déjà plus... Ils seront devenus de plus en plus périurbains, agrémentés de quelques campagnes verdoyantes pour citadins fatigués, comme le note Bruno Lemaire. Là, le niveau de services sera convenable et des pavillons, tous les mêmes et vite construits, serviront d'aliments au discours sur cette France de « propriétaires » qu'il est, politiquement, toujours correct de vouloir.
Mais le rural c'est bien plus que cela. C'est un univers où la déprise foncière menace, où le prix des terres agricoles baisse, où la spéculation guette, où les agriculteurs disparaissent, le plus souvent sans que ce soit possible d'assurer leur succession.
C'est un exceptionnel patrimoine bâti reçu, en héritage, d'une France qui se meurt ou a déjà disparu. Un espace où les services à la personne sont assumés, financièrement, par des collectivités que par ailleurs l'on cherche à étrangler parce qu'elles coûteraient trop cher.
C'est un monde où un invraisemblable concept est apparu, ces dernières années, celui de « désertification médicale »,avec ce que cela implique d'inégalités croissantes, entre citoyens ruraux et urbains. Une situation héritée du numerus clausus imposé à une profession qui, de surcroit,avait de la médecine libérale une piètre image. Et était, culturellement, de plus en plus éloignée de cette autre France, vécue comme d'un autre âge. Fini le temps de ce médecin de campagne que l'on pouvait appeler au secours, de jour comme de nuit.
C'est entendu: le ministre veut envoyer les futurs jeunes médecins en stage à Castelmoron d'Albret ou à Lourdios-ichère... Il faudrait, tout autant, leur proposer de vraies incitations fiscales, à long terme, les aider à investir et s'organiser en cabinet. Les « Maisons de santé pluridisciplinaires » qu'on nous annonce, permettront sans doute d'éviter le pire; encore faudra-t-il trouver des solutions pour qu'une population, de plus en plus âgée, puisse y accéder.
Enfin il y a Internet . Et, ce n'est pas un hasard si dans nos campagnes les séniors s'y mettent chaque jour davantage ; ils ont compris qu'il offrait une alternative indispensable au déplacement et au courrier physique. On nous promet donc que « le haut débit » n'oubliera personne et sera aussi L'OUTIL privilégié de la croissance des territoires ruraux. Acceptons-en l'augure mais il faudra bien que plus cela: des moyens supérieurs à ceux que l'on annonce et la capacité laissée aux collectivités d'intervenir, financièrement, en faveur des entreprises et de l'économie. Un impératif qui semble de plus en plus compromis par la volonté d'un Etat qui, n'ayant plus le sou, veut quand même reprendre la main partout et n'a que faire de la décentralisation. Et cela, ce n'est certainement pas la modernité.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
866
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




23/09/2018 | Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.

Lire la suite