Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Ces élus de terrain, conseillers départementaux à l'heure de la parité en 2015.

L'affaire est entendue ; la loi électorale vient de connaître, dans l'indifférence quasi générale, pour cause de patrimoine ministériel, une importante évolution, ce 17 avril, avec le vote par l'Assemblée nationale de la création d'un « binôme homme-femme » comme conseillers départementaux. Fini le conseiller général d'un canton né voilà trois siècles, au cœur d'une France rurale qui ne pouvait imaginer ni même concevoir qu'elle deviendrait, un jour, à ce point urbaine.

Pareil changement qui interviendra dès les élections cantonales de l'an prochain est, soulignons-le à nouveau, quasiment passé inaperçu, recouvert qu'il fût par la mise à nu du patrimoine des ministres. Une initiative destinée à apaiser les braves gens au lendemain des « cahuzaceries »...mais qui n'a d'ailleurs fondamentalement rien changé, sinon instillé un surcroît de voyeurisme dans une société que les médias cultivent à plaisir. Notons qu'à Bordeaux la révélation des biens de Michèle Delaunay n'a pas jeté les citoyens dans la rue, les fourches à la main. Sans doute, vu de l'Elysée et de ses conseillers en communication, était-ce un passage obligé sur le long et escarpé chemin de la rédemption. Le vrai défi à relever, la bataille planétaire à engager, se nomment évasion fiscale. Et, là, notons aussi que le scandale du député démissionnaire de Villeneuve-sur-Lot aura peut être servi à accélérer une prise de conscience plus générale. Europe en tête, la question a été mise à l'ordre du jour des ministres des finances du G 20. Les paradis vont commencer à se faire quelques soucis; certaines nouvelles en provenance du duché de Luxembourg, par ailleurs si européen mais tellement paradisiaque, le donnent à penser.

Enrichissement personnel, fraude fiscale, corruption installée, ne sont guère monnaie courante parmi les élus de terrain. Ces conseillers municipaux, témoins de la détresse sociale et qui tentent de l'apaiser, ces conseillers généraux qui vont d'une commune à l'autre, attentifs à la vie des gens, à l'économie sociale de leur canton, au développement durable et qui se battent, plus qu'on ne le croit, pour le maintien d'un bureau de poste ouvert à minima, de classes en danger de disparition ou la création de nouvelles, la présence de médecins en nombre suffisant... Ils seront donc, en 2015, aussi nombreux qu'aujourd'hui ces conseillers départementaux puisque, divisant par deux le nombre des cantons, le législateur a crée pour chaque canton ce "binôme homme-femme" qui fait beaucoup sourire. Une réforme à moitié disent certains, sans jeu de mots, considérant que la France, comparée à d'autres démocraties occidentales, a beaucoup trop d'élus. La gauche, fidèle à ses engagements passés a voulu installer la parité de façon irréversible dans la France profonde; cela ne fait pas l'unanimité mais crée, pour l'ensemble des partis, une obligation nouvelle dont l'application va être regardée à la loupe binoculaire, surtout que chaque membre du tandem conservera sa part de libre arbitre...

Quant au nombre d'élus, ce serait plutôt du côté du Parlement, des deux assemblées, qu'il faudrait oser poser la question, en ne perdant pas de vue que dans une France, de plus en plus urbaine, les choix de la représentation des citoyens sont tout sauf neutres. Les contempteurs de la France que nous vivons et partageons, chaque jour dans nos communes, dans nos régions, l'aiment vivante, bien vivante, le temps d'un week-end ou des vacances. Encore faudrait-il qu'ils n'oublient pas que des habitants, eux, y vivent toute l'année.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
762
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires