Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

04/12/20 : Après 20 années de Présidence de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet confirme qu'il démissionnera de son mandat le 7 décembre prochain.

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.




- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Ces états généraux de l'alimentation qui sont aussi ceux de... l'agriculture

C'est la dernière ligne droite de ces fameux états généraux de l'alimentation, lancés en juillet et qui ont donné lieu à quatorze ateliers. Un grand remue-méninges sur le mode construction collective où avaient été embarqués tous ceux que la question alimentaire concerne, c'est à dire la société dans son ensemble, la profession agricole bien sûr dans sa diversité et, bien au-delà, associations et ONG dont les préoccupations touchant à la faim dans le monde sont inséparables de nos modèles de production. Le lancement, fortement imprégné de la ligne Nicolas Hulot, a tourné assez vite à la question du revenu agricole et, singulièrement, à la critique de la grande distribution, montrée du doigt pour son obsession du prix bas, légitimée par le souci qu'elle aurait du pouvoir d'achat du consommateur.

Les éclats de voix d'Edouard Leclerc, qui n'est jamais en reste pour saisir l'occasion de promouvoir les couleurs de son enseigne, ont retenti dans ce débat national comme un avertissement aux pouvoirs publics et à cette France qui n'hésite pas à remettre à plat son modèle agro-alimentaire. Quant aux organisations, tournées vers l'international, un certain nombre d'entre elles, soutenues par le Comité Catholique Contre la Faim-Terre solidaire, ont quitté ce 20 octobre les travaux déçues que la France au sein du G7 ne se démarque pas davantage de l"agro-buisiness"... Un choix qui ne surprend guère, compte tenu du recentrage des travaux vers un objectif franco-français, voulu en haut lieu, et essentiellement porté par le ministère de l'agriculture.

En tout cas, c'est ainsi que la Nouvelle Aquitaine, sous la houlette du préfet de Région et avec la contribution de la Chambre régionale d'agriculture et du Conseil régional a planché, à Bordeaux-Sciences Agro, ce vendredi, sur le thème: Comment les filières de qualité de la région Nouvelle-Aquitaine peuvent-elles contribuer à créer davantage de valeur et répondre aux attentes sociétales?" Rien d'étonnant dans ce choix, en phase avec la stratégie de développement, voulue par la profession et soutenue par le pouvoir politique qui, malgré des crises conjoncturelles, climatiques ou sanitaires, s'appuie sur la valeur d'une agriculture, la première d'Europe où le mot "qualité" est le phare de l'ambition collective. Rappelons que cette grande région compte plus de 150 produits sous "Signe de qualité" -AOC-AOP-IGP-Labels-  étroitement liés à une riche gastronomie et que cette orientation est, le plus souvent, synonyme de valeur ajoutée et donc de revenu. Encore faut-il s'assurer que cette agriculture soit protégée et, d'abord, par l'Union européenne, alors que certains accords internationaux, et la libéralisation des échanges qui en découle, pourraient contredire ses efforts, y compris dans le domaine du respect de l'environnement, ou du bien être animal, où on lui demande, non sans raison, de faire davantage.

L'attente de la profession est à la mesure de l'ambition affirmée par le nouveau pouvoir, le côté "Grenelle" imaginé sur le mode du "Grenelle de l'environnement" et il ne sera pas aisé de la satisfaire. Le non soutien à l'agriculture biologique a fait, par exemple, l'effet d'une douche froide. "Quand on cultive l'espoir on n'a pas le droit de décevoir" remarque Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d'agriculture. En effet, l'enjeu est de taille à un moment où le modèle agricole est souvent sur la sellette. Et où les aspirations sociétales aiguisées, notamment, par la question de l'usage des pesticides, deviennent de plus en plus fortes. Comment le pays réussira-t-il à maintenir une agriculture productive, engagée dans des pratiques raisonnées et capable de garder une vocation exportatrice qui s'essouffle, tout en promouvant une agriculture de proximité, proche du consommateur et même en relation avec lui?

Le défi est bien réel alors que le renouvellement des générations n'est plus assuré. Heureusement la Nouvelle-Aquitaine offre de beaux exemples de jeunes qui choisissent d'entrer en agriculture avec une exigence qui rejoint celle du citoyen, en attente d'authenticité. Leur vision de l'exploitation est étroitement liée à la promotion des circuits courts, des marchés de producteurs qui, partout, vont à la rencontre des consommateurs. Ils trouvent dans l'échange qu'ils nouent avec eux, non seulement la promesse d'une relation  commerciale mais, bien plus encore, l'occasion d'un partage qui sera, de plus en plus, au coeur d'un métier qui, trop longtemps, ne s'est guère préoccupé de faire savoir.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
46600
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires