Le Fil d'Aqui

24/11/17 : En Charente-Maritime, le nombre de demandeurs d’emploi (toutes catégories) s'établit à 58 530 fin octobre 2017, dont 33 410 sans aucune activité. Ce nombre augmente de 0,6 % sur 3 mois (+360 personnes), de 0,3 % sur 1 mois et de 4,5 % sur un an.

24/11/17 : La Région vient de verser 68.000 € au lycée des Métiers de la Plasturgie Val de Garonne de Marmande, pour la participation à l'acquisition d'un centre d'usinage vertical pour le BTS « étude et réalisation d'outillage »

23/11/17 : Le préfet de Nouvelle Aquitaine, Pierre Dartout, a été nommé ce mercredi en conseil des ministres préfet de la région PACA. Il est remplacé à Bordeaux par Didier Lallement, conseiller à la Cour des comptes et ancien préfet de Basse-Normandie et du Calvado

21/11/17 : La Rochelle a reçu le prix de la meilleure Approche stratégique de l'open data lors des Trophées Open Data pour les territoires 2017, qui s'est déroulé la semaine dernière à Paris. Une récompense pour sa stratégie numérique impliquant les citoyens.

17/11/17 : Les traités transatlantiques. Tel est le sujet du débat qu'organise le Centre d’Information Europe Direct Moyenne Garonne / Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne le vendredi 8 décembre à 18h au Comoedia, 32 Rue Léopold Faye à Marmande.

17/11/17 : Le groupe cinématographique rochelais CGR ( Georges Raymond) vient de racheter Cap Cinéma qui exploite 22 salles en France dont celles de Périgueux et d'Agen. Le réseau CGR devient le premier exploitant français. Et le deuxième en terme d’entrées.

16/11/17 : A l'occasion du centenaire de l'arrivée de l'armée américaine à La Rochelle, l'esplanade Eric-Tabarly accueille deux wagons d'époque, classés aux Monuments historiques, comme patrimoine de la 1re Guerre Mondiale. A voir jusqu'au 19 novembre.

15/11/17 : Vinitech Siffel, le Salon mondial vitivinicole, arboricole et maraîcher organisé par Congrès Expositionx de Bordeaux, annonce sa prochaine édition à Bordeaux du 20 au 22 novembre 2018.

15/11/17 : Lascaux IV, le centre international d'art pariétal de Montignac, a été désigné l'un des trois meilleurs projets de tourisme européens 2017 par la British Guild of travel writers avec le musée des Vikings au Danemark et la maison Mondrian aux Pays-Bas.

10/11/17 : La Maison de la Charente-Maritime accueille jusqu'au 29 décembre l'exposition "Objectif enfance", notamment sur les actions en faveur des enfants dans le monde, qui fut exposée sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris. Entrée libre


- Multivote -


- Publicité -
  • 24/11/17 | Rocade bordelaise: la suggestion d'Alain Juppé

    Lire

    "La congestion du trafic dans l’agglomération est préoccupante et cela complique la vie quotidienne des habitants»: propos d'Alain Juppé à Sud Ouest. Le président de la Métropole parmi les mesures envisagées pour atténuer la congestion du trafic suggère l’adossement d’une partie de la rocade au réseau des concessionnaires autoroutiers (ASF et Atlandes), sans mise en place de nouveaux péages. «On peut le faire en échange d’une augmentation de la durée de la concession. Cela permettrait de gagner des années pour les travaux ».

  • 24/11/17 | Rencontre avec l’architecte Jean Depoid à Villeneuve/Lot

    Lire

    Pour prolonger les Journées nationales de l’Architecture qui se sont déroulées en octobre dernier, le service Pays d’art et d’histoire de l’Agglomération du Grand Villeneuvois et le CAUE 47 invitent le public à rencontrer l’architecte Jean Depoid, le samedi 2 décembre à 15 h, au Centre culturel J-R. Leygues. Au menu de ce r-v, la visite du Centre culturel par Jean Depoid et une table ronde sur l’architecture des années 60 à 90 dans le Villeneuvois, avec Jean Depoid et ses invités.

  • 24/11/17 | La Rochelle-Emploi : Quand les volontaires du service civique se font intermédiaires...

    Lire

    Aller à la rencontre des entreprises pour identifier leurs besoins et leur faire connaître les différents dispositifs d'aide au recrutement des jeunes, telle sera la mission des prochains volontaires du service civique de l'agglomération de La Rochelle à partir de janvier 2018. Tous les jeunes de 18 à 25 ans peuvent postuler à ambassadeursdelemploi17@gmail.com. Des entretiens seront organisés en décembre. Une réunion d'information se tient le 5 décembre à la Maison de l'Etudiant à La Rochelle.

  • 24/11/17 | La Région débourse 550 000€ pour la réfection de l’écluse de Saint-Vite (47)

    Lire

    Dans le cadre du projet structurant de mise en valeur touristique de l'ensemble du bassin du Lot, les travaux envisagés sur l’écluse de Saint-Vite seront soutenus par la Région -en partenariat avec l’État et l’Union européenne- à hauteur de 550 000 €. Les travaux consisteront au démantèlement des installations existantes, à la remise en état des bajoyers de l'écluse, à la mise en conformité de l'écluse et de ses abords avec la navigation.

  • 23/11/17 | Un nouveau préfet pour la Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    La décision a été prise en Conseil des Ministres ce 22 novembre : Pierre Dartout, Préfet de Nouvelle-Aquitaine et de Gironde et de la zone de sécurité et de défense Sud Ouest depuis avril 2015 quitte la région pour prendre la tête de la Préfecture de Provence-Alpes-Côte d'Azur et des Bouches-du-Rhône où il aura en charge la zone de défense et de sécurité Sud. C'est Didier Lallement, Conseiller maître à la Cour des comptes, ancien préfet de la région Basse-Normandie, passé par les Ministères des Transports, de l'Ecologie, et de l'Intérieur, qui lui succédera à Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Ces états généraux de l'alimentation qui sont aussi ceux de... l'agriculture

C'est la dernière ligne droite de ces fameux états généraux de l'alimentation, lancés en juillet et qui ont donné lieu à quatorze ateliers. Un grand remue-méninges sur le mode construction collective où avaient été embarqués tous ceux que la question alimentaire concerne, c'est à dire la société dans son ensemble, la profession agricole bien sûr dans sa diversité et, bien au-delà, associations et ONG dont les préoccupations touchant à la faim dans le monde sont inséparables de nos modèles de production. Le lancement, fortement imprégné de la ligne Nicolas Hulot, a tourné assez vite à la question du revenu agricole et, singulièrement, à la critique de la grande distribution, montrée du doigt pour son obsession du prix bas, légitimée par le souci qu'elle aurait du pouvoir d'achat du consommateur.

Les éclats de voix d'Edouard Leclerc, qui n'est jamais en reste pour saisir l'occasion de promouvoir les couleurs de son enseigne, ont retenti dans ce débat national comme un avertissement aux pouvoirs publics et à cette France qui n'hésite pas à remettre à plat son modèle agro-alimentaire. Quant aux organisations, tournées vers l'international, un certain nombre d'entre elles, soutenues par le Comité Catholique Contre la Faim-Terre solidaire, ont quitté ce 20 octobre les travaux déçues que la France au sein du G7 ne se démarque pas davantage de l"agro-buisiness"... Un choix qui ne surprend guère, compte tenu du recentrage des travaux vers un objectif franco-français, voulu en haut lieu, et essentiellement porté par le ministère de l'agriculture.

En tout cas, c'est ainsi que la Nouvelle Aquitaine, sous la houlette du préfet de Région et avec la contribution de la Chambre régionale d'agriculture et du Conseil régional a planché, à Bordeaux-Sciences Agro, ce vendredi, sur le thème: Comment les filières de qualité de la région Nouvelle-Aquitaine peuvent-elles contribuer à créer davantage de valeur et répondre aux attentes sociétales?" Rien d'étonnant dans ce choix, en phase avec la stratégie de développement, voulue par la profession et soutenue par le pouvoir politique qui, malgré des crises conjoncturelles, climatiques ou sanitaires, s'appuie sur la valeur d'une agriculture, la première d'Europe où le mot "qualité" est le phare de l'ambition collective. Rappelons que cette grande région compte plus de 150 produits sous "Signe de qualité" -AOC-AOP-IGP-Labels-  étroitement liés à une riche gastronomie et que cette orientation est, le plus souvent, synonyme de valeur ajoutée et donc de revenu. Encore faut-il s'assurer que cette agriculture soit protégée et, d'abord, par l'Union européenne, alors que certains accords internationaux, et la libéralisation des échanges qui en découle, pourraient contredire ses efforts, y compris dans le domaine du respect de l'environnement, ou du bien être animal, où on lui demande, non sans raison, de faire davantage.

L'attente de la profession est à la mesure de l'ambition affirmée par le nouveau pouvoir, le côté "Grenelle" imaginé sur le mode du "Grenelle de l'environnement" et il ne sera pas aisé de la satisfaire. Le non soutien à l'agriculture biologique a fait, par exemple, l'effet d'une douche froide. "Quand on cultive l'espoir on n'a pas le droit de décevoir" remarque Dominique Graciet, président de la Chambre régionale d'agriculture. En effet, l'enjeu est de taille à un moment où le modèle agricole est souvent sur la sellette. Et où les aspirations sociétales aiguisées, notamment, par la question de l'usage des pesticides, deviennent de plus en plus fortes. Comment le pays réussira-t-il à maintenir une agriculture productive, engagée dans des pratiques raisonnées et capable de garder une vocation exportatrice qui s'essouffle, tout en promouvant une agriculture de proximité, proche du consommateur et même en relation avec lui?

Le défi est bien réel alors que le renouvellement des générations n'est plus assuré. Heureusement la Nouvelle-Aquitaine offre de beaux exemples de jeunes qui choisissent d'entrer en agriculture avec une exigence qui rejoint celle du citoyen, en attente d'authenticité. Leur vision de l'exploitation est étroitement liée à la promotion des circuits courts, des marchés de producteurs qui, partout, vont à la rencontre des consommateurs. Ils trouvent dans l'échange qu'ils nouent avec eux, non seulement la promesse d'une relation  commerciale mais, bien plus encore, l'occasion d'un partage qui sera, de plus en plus, au coeur d'un métier qui, trop longtemps, ne s'est guère préoccupé de faire savoir.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4981
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




10/09/2017 | Avant ce mardi... les non-dit et les oublis d'une réforme

C'est entendu: mardi sera un autre jour... Depuis que la CGT a pris la tête du mouvement de contestation à la réforme du Code du Travail par ordonnances, le rendez vous du 12 septembre est inscrit sur l'agenda politique. Ainsi va ce pays, qui d'un gouvernement à l'autre, semble devoir évaluer ces possibilités de mouvement à ce match de fond de court entre le pouvoir et les syndicats. Souvenons-nous: c'était quasiment hier et la loi El Khomri, dont le contenu était quand même plus "soft" que celle de Muriel Pénicaud, avait précipité la déconfiture du parti socialiste. Cette fois la CGT, flanquée de "Solidaires", porte plus que jamais les couleurs d'une opposition frontale. L'une des inconnues, et peut être pas des moindres d'ailleurs, sera de regarder si du côté de Force ouvrière, et de la CFDT surtout, certaines sections rejoindront le mouvement en désaccord avec les centrales; avec un Etienne Mailly content d'avoir été consulté et re-consulté et d'un Laurent Berger que cette réforme n'enchante pas, notamment parce qu'elle ne veut pas, au fond, faciliter une renaissance syndicale réformiste, mais qui veut croire encore que la thérapie Macron va réveiller l'économie française. Et pour tout dire enclencher une relance forte de l'investissement et le développement de ces petites et moyennes entreprises dont le pouvoir attend qu'elles créent des emplois et contribuent à arracher le pays au chômage de masse.

Lire la suite