Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.




- Publicité -
  • 30/11/20 | L'alimentation de proximité grandit en Ribéracois

    Lire

    Lors de la Commission permanente du 23 novembre, la Région a décidé de soutenir le projet porté par le Club d’entreprises du Pays Ribéracois « Bien manger en Ribéracois – Développement de pratiques alimentaires saines et locales » à hauteur de 64 581 euros. Ce projet vise à développer les partenariats économiques entre acteurs du système alimentaire local et avec pour objectifs de fédérer et dynamiser les initiatives en faveur de l’agriculture et l’alimentation de proximité notamment.

  • 30/11/20 | Jean Tavernier n'est plus

    Lire

    Cet humaniste était entré en politique sans l'avoir cherché par la grâce de Chaban en 1986 lors des élections régionales; deux ans plus tard il sera président du Conseil régional poste qu'il occupera jusqu'en 1992. Jean Tavernier figure de la médecine hospitalière bordelaise s'en est allé à l'âge de 92 ans. Alain Rousset lui rend hommage :"Il a laissé au Conseil régional le souvenir d'un homme de coopération et d'écoute. Dans le prolongement de l'adhésion de l'Espagne à la CEE, Jean Tavernier s'était particulièrement impliqué dans la coopération entre régions transfrontalières. qui donneront naissance à des partenariats institutionnels au long cours ..."

  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Cet assassinat, au coeur de la République, appelle une mobilisation générale

Après cet horrible assassinat d'un de ces jeunes professeurs qui font ce qu'ils peuvent pour arracher une jeunesse à l'obscurantisme que faudra-t-il donc encore pour que nous nous réveillions ? Que nous en finissions avec cette lâcheté quotidienne qui s'infiltre, désormais, jusqu'au cœur du lieu premier de la République, l'école, le collège, le lycée ? Cette République, qui dès le premier article de notre Constitution se déclare  «  indivisible, laïque, démocratique et sociale »...Oui, que nous nous réveillions pour refaire vivre les « Lumières » face à ceux que l'on a laissés, année après année, instrumentaliser l'islam, fermant les yeux au nom de quelque mauvaise conscience bien commode sur ses dérives, son enseignement manipulé, le financement dévoyé de ses lieux de culte.

La tragédie de Conflans-Sainte-Honorine, dont les ressorts sont clairement identifiés, confirme de la pire des façons le combat que l'islam radical a engagé contre la laïcité. Un enseignant qui, s'appuyant sur les caricatures publiées par Charlie Hebdo, apporte à ses élèves de quatrième des éléments de connaissance et de compréhension de ce qu'est, en France, la liberté d'expression, devient l'objet de la vindicte de parents qui vont jusqu'à faire pression sur les responsables du collège et porter plainte, au nom du comble de la pudibonderie, la nudité d'une caricature . Et, ce, tandis que dégouline la haine sur les réseaux sociaux et, qu'aujourd'hui, il est possible d'entendre les propos insupportables d'un des membres du conseil des imams de France  qui figure parmi les personnes qui ont été interpellées suite à cet assassinat, dérouler une accusation en règle contre le professeur « voyou ». …

Jusqu'où ? Faudra-t-il renoncer dans notre état de droit au prétexte  d'une communauté religieuse à ce qui fonde la laïcité, la liberté de conscience ? Que ne rappelle-t-on, en effet, que dans  notre  république laïque, la liberté de conscience est  première et surpasse la liberté religieuse que garantit la loi de 1905 (1). En garantissant, d’abord, la liberté de conscience, la république laïque permet indifféremment de vivre sa foi ou de ne point en avoir. Elle ne fait pas de la foi une question politique; le sacré n'a pas à s'immiscer au cœur des institutions, de les subvertir et, par un glissement continu des postures, à verser dans une manière de prosélytisme. Nous devons, impérativement, défendre cette singularité dans un monde où le religieux, qui est du domaine du privé, investit partout le champ politique et emprisonne les libertés. Que reste-t-il aujourd'hui de la Turquie d'Ataturk qui embastille les journalistes et laisse mourir une avocate en prison ?...

Bien sûr, dans les heures qui ont suivi l'assassinat de Conflans-Sainte-Honorine, quelques unes des figures de l'islam ont réaffirmé leur soutien à la liberté d'expression et leur dégoût du meurtre de Samuel Paty. L'imam de Bordeaux Tarek Oubrou était de ceux-là, une  fois encore, déclarant : « . À l'image de la nation française, les Français de confession musulmane sont aussi choqués que les autres citoyens, ajoutant : « On ne peut pas s'empêcher de lier l'islamisme à l'Islam, le terrorisme à l'islamisme. Ce sont des opérations cognitives qui font des associations inconscientes et malheureusement ce type de crime renforce les préjugés". Comment ne pas être tenté de lui dire : «  allez-vous mettre, enfin, votre autorité intellectuelle au service d'un islam de France ? Que n'a-t-on entendu de discours à ce sujet et de velléités politiques ?

En ce dimanche d'hommages dont la profondeur fait écho à « Nous sommes tous Charlie » le pays semble touché, comme il ne l'a jamais été depuis 2015. Et, ce, malgré bien d'autres drames issus de ce terrorisme islamique, auquel il faut apporter des réponses multiples, sécuritaires assurément et sans compromis avec les prosélytes de l'islam radical, mais aussi par une mobilisation générale, sociale et culturelle qui redonne ses couleurs à une éducation populaire trop vite oubliée dans le basculement individualiste et consumériste de ces trente dernières années. Une manière d'alternative au déferlement de haine et à la banalisation de l'appel à la violence dont les réseaux sociaux sont le théâtre.

1. Rappel : La laïcité repose sur trois principes : la liberté de conscience et celle de manifester ses convictions dans les limites du respect de l'ordre public, la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses, et l'égalité de tous devant la loi quelles que soient leurs croyances ou leurs convictions.













Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2733
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
wimille patrick | 25/10/2020

J'ai bcp apprecié l'editorial de J.Aubert.Mais comment prendre en compte les reactions ombrageuses de Mr Erdogan??
P.Wimme

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires