Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Court éloge de la pluie

Quel bonheur que la pluie ! Elle est enfin venue : 35mm en moins de vingt-quatre heures ; une vraie pluie qui ne s'abat pas sur des terres bétonnées mais prend son temps, s'infiltre lentement dans le sol, ressuscite les pieds de courge en fleurs, las des arrosages qui ne sont que des pis-aller, précipite la maturité des prunes d'ente blanches, flatte la graine du raisin dont la véraison s'accélère, ploie les branches du figuier jusque là indifférent aux températures caniculaires...

Ce court éloge de la pluie en ces temps de réchauffement climatique où il faut apprendre plus que jamais à considérer l'eau avec le plus grand respect, savoir la stocker aussi l'hiver et au printemps pour les besoins domestiques et d'irrigation une fois l'été venu, m'a semblé d'autant plus bienvenu que partout sur la planète la sécheresse et les incendies font des ravages. Et que sous nos latitudes nous sommes privilégiés sans en avoir vraiment conscience.

Songeons que l'on estime à un milliard le nombre des humains qui ne disposent pas d'une eau saine. Et que la croissance de la population mondiale, sa concentration dans les villes, représentent un défi majeur pour satisfaire les besoins en eau des trente années à venir et du siècle. Tous les pays riverains de la Méditerranée, le Maghreb notamment, sont en première ligne dans ce chantier ouvert qu'est la mise en œuvre d'une politique de l'eau.

Nos régions du sud dont, année après année, le climat estival est marqué par des températures justement méditerranéennes doivent poursuivre les efforts entrepris pour gérer les ressources en eau, s'assurer de sa qualité et la protéger des pollutions diverses. Les outils, telle l'Agence de Bassin Adour-Garonne, existent qui permettent une approche d'ensemble de la politique de l'eau de la Grande Région et une régulation qui intègre le potentiel qu'offre, en particulier, le massif pyrénéen. Mais chacun à notre façon nous devons nous sentir dépositaires du bon usage de ce bien essentiel à nos vies.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3727
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
3 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thierry Merger | 10/08/2015

Bel éloge de la dernière pluie ! Et bravo pour coller ainsi à notre terrain !
Mais il ne fallait pas à la fin invoquer une fois de plus "la Grande Région" qui précisément coupe en deux les bassins d'Adour et Garonne, et n'est donc pas bien taillée sur ce sujet comme sur d'autres.

Joël Aubert | 10/08/2015

Certes le Bassin Adour-Garonne couvre les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées une partie de l'Auvergne, de l'actuel Languedoc-Roussillon, du Limousin et de Poitou-Charentes et donc ne peut se calquer exactement sur le périmètre de la Grande Région. Mais convenons qu'une politique de l'eau ne peut être réductible à un périmètre administratif et soyons certain qu'Adour-Garonne saura partager ses informations et sa gestion de l'eau avec ses agences voisines.

Bernard LUSSET | 31/08/2015

Cher Monsieur Aubert, Je partage votre souci de sensibiliser nos compatriotes sur l'importance du prochain scrutin régional. Là, s'arrête la communauté de nos regards : votre approbation d'une future région hors-sol dont chacun sait qu'elle éloignera encore un peu plus ce niveau du terrain, ou votre réponse sur Adour-Garonne, témoignent d'un soutien -parfaitement respectable- que vous apportez à cette réforme territoriale et au bilan de celui qui l'a portée, Alain Rousset. Mais si le bilan vous semble "globalement positif" vu de Bordeaux, sachez que dans les départements "périphériques" (4 sur 5 dans l'Aquitaine actuelle et beaucoup plus demain...!), le regard porté est souvent bien différent. J'espère que la campagne permettra de mettre cette autre réalité en évidence, y compris dans vos colonnes. Cordialement, BL

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires