Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Dans six mois, le grand défi des élections municipales pour la gauche

Six mois... Dans six mois, le 23 mars, les Français seront conviés à l'un des deux rendez vous électoraux auxquels ils restent les plus attachés, celui des élections municipales. De l'élection de leur maire, de l'homme ou la femme qui portera pendant six ans les couleurs de leur commune, de leur ville. Ce moment de notre démocratie mérite, en effet, plus que jamais, que les citoyens se sentent concernés, qu'ils prennent le temps de leur choix, qu'ils reconnaissent aussi, au-delà des inévitables débats idéologiques les qualités humaines, le sens du service de leurs futurs élus.

Dans un pays comme la France, souvent raillé parce qu'il conserve un nombre de communes sans égal en Europe, ces valeurs restent essentielles. Elles le sont, d'ailleurs, plus que jamais,  en ces temps de profondes mutations où le rôle social des collectivités locales demeure un puissant amortisseur des difficultés rencontrées par les citoyens dans leur vie quotidienne.

Ici, dans notre Aquitaine, le rendez vous de 2014 sera également marqué par le retrait de quelques figures de la vie politique régionale, Martine Lignières-Cassou à Pau, Didier Borotra à Biarritz, Jean Grenet à Bayonne, Michel Sainte-Marie à Mérignac. Et, bien sûr, par la bataille de Bordeaux entre un Alain Juppé à la popularité nationale en hausse, qui entend bien tirer profit du renouveau et de la formidable attractivité de la ville et un Vincent Feltesse, actuel président de la Communauté urbaine, jeune élu que les nouveaux défis urbains passionnent, et qui est encouragé par le pouvoir socialiste à partir à la conquête d'une cité qui n'a pas eu de maire de gauche depuis la Libération. Difficile challenge à relever pour le député suppléant de Michèle Delaunay qui, par ailleurs, a fait cause commune avec Alain Juppé, à la tête de la CUB, pour faire évoluer la politique urbaine d'une agglomération, désormais tournée vers l'objectif d'atteindre le million d'habitants à l'horizon 2030.

L'équation proposée à Vincent Feltesse sera du même ordre que celle à laquelle vont se trouver confrontés nombre d'élus socialistes de ce pays. A la nuance près que Vincent Feltesse ne pourra pas se prévaloir directement d'un bilan bordelais malgré sa présidence de la CUB lui qui a été maire de Blanquefort et en est toujours le conseiller municipal. Une enquête de l'Institut Louis Harris, réalisée en mars dernier, auprès des habitants des communes de plus de 3500 habitants pour la Gazette des communes a confirmé que les Français avaient toujours de leurs maires « une bonne opinion ». Elle a souligné, aussi, qu'ils pensaient mettre à profit ce vote pour « adresser un message au gouvernement » et que « la promotion du développement économique et de l'emploi » était largement prioritaire dans leurs préoccupations. Une donnée nouvelle pour les communes qui n'ont pourtant aucune compétence reconnue an matière économique. Les maires de gauche sortants et les nouveaux candidats vont donc devoir construire leur campagne, sur le terrain, en sachant éviter qu'elle ne bascule dans une interpellation par rapport au bilan économique du tandem Hollande-Ayrault, tout en sachant mobiliser leurs électeurs. Car, à cet écueil du bilan, pourrait s'en ajouter un autre, celui de l'abstention de l'électorat socialiste ou sympathisant qui avait eu une autre idée du contenu du slogan de campagne de François Hollande : « le changement c'est maintenant ». Un retournement significatif de la courbe du chômage pourrait sans doute infléchir cette tentation. Reste que quelques études récentes donnent à penser que la gauche risque de perdre de grandes villes et surtout des villes moyennes. Quant aux communes de mille habitants et plus, c'est à dire ce tissu local qui reste un facteur d'équilibre dans la société française, le nouveau mode de scrutin de liste pourrait faire le jeu d'une extrême droite qui cherche à s'implanter dans les territoires avant d'autres échéances majeures de 2015, Régionales et Européennes. A suivre, de près...

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
702
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires