Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional




Arte Flamenco
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

De la droite au front national: Monsieur le maire ouvre la voie

Vous vous rendez compte Joël ?...L'interpellation sur le mode de la stupéfaction émane d'un homme jeune, profession libérale, conseiller municipal au village qui a découvert sur les réseaux sociaux, et par la presse, que son maire, Jean-Jacques Edard, avait décidé de créer avec d'autres élus de la Haute Gironde le collectif « Pour la France-la France unie » Un groupe où se retrouvent entre autres d'anciens membres de l'UMP, des divers droite, des adhérents des Républicains, en compagnie de la secrétaire départementale du Front National, Ewige Diaz, par ailleurs membre du bureau national du FN. Et d'ajouter : « il ne nous a pas prévenus et, nous, nous avons été élus sur une liste d'intérêt communal, sans étiquette pour le service de nos concitoyens . Et dire qu'il pensait installer le siège de l'association au sein de la mairie... »

L'explication de texte a eu lieu, jeudi, en conseil municipal et Jean-Jacques Edard, face à l'émotion des conseillers qui s'étaient réunis entre eux, a reconnu avoir pu les blesser, arguant que sa démarche, jusque là discrète, correspondait au refus de « mélanger les genres »

Cavignac, une commune de quelques 2.000 habitants, à 32 kilomètres au nord de Bordeaux, longée par la Nationale 10, dont la population ne cesse de croître et prévoit, dans son PLU en cours d'élaboration, d'en accueillir 620 de plus, a certes voté Marine Le Pen, à 30 %, lors du premier tour des présidentielles... Mais de là à imaginer que son maire qui a porté les couleurs de l'UMP et des Républicains, non seulement franchisse le pas mais soit leader de pareille entreprise... Se projette-t-il en pensant aux prochaines municipales ? A considérer l'accueil local réservé à son initiative, c'est sans doute le plus mauvais des calculs ? Songe-t-il aux prochaines élections départementales avec l'espoir, qui sait, de faire tandem dans le grand canton du Nord Gironde avec Edwige Diaz, espérant défaire la gauche, aujourd'hui représentée par Alain Renard et Célia Monseigne, maires PS de Saint Savin de Blaye et Saint-André de Cubzac ? C'est possible, émanant d'un élu qui n'a pas réussi à s'imposer dans les instances de droite, héritières de la famille gaulliste.

En réalité, ce ralliement au FN que l'état major girondin de Républicains a immédiatement condamné, annonçant qu'il exclurait ceux de ses membres qui auraient été reconnus, ne répond pas seulement à de bas calculs préélectoraux. Il traduit le basculement progressif, amorcé à l'été 2017 après la défaite de la droite républicaine aux présidentielles, vers le corpus idéologique du Front National. Et, cette fois, il prend sa source non pas dans les états-majors mais parmi ces élus de proximité, attachés au service de la population, que rien ne semblait prédisposer, y compris à travers une charte, à partager les idées extrêmes et les valeurs de la maison Le Pen. Cette conversion exige d'autant plus de vigilance démocratique que la situation objective des territoires que ces élus représentent ne correspond pas aux clichés commodément répandus pour y expliquer la percée du FN. Le sous-emploi y est certes trop important mais il n'est pas vrai que les services publics y ont disparu. En revanche, il faut redire, ici, s'agissant de la Gironde, que des communes périurbaines, comme celle de Cavignac, accueillent de plus en plus de ces « banlieusards métropolitains » qui n'ont d'autre alternative que de passer deux heures voire plus pour aller au travail et en revenir. Des habitants dont les frustrations sont souvent à l'origine de leur vote de rejet dont on ne trouve aucune autre explication rationnelle.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4452
Aimé par vous
6 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires