aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.


- Multivote -


- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

De la V° République à la VI° ?... Ré-oxygéner la démocratie

Dans cinquante jours, au terme d'une campagne électorale qui pourrait confirmer l'éclatement du paysage politique traditionnel, et peut être la fin de la bipolarisation qui caractérise le fonctionnement des pouvoir exécutif et parlementaire, le pays aura choisi un successeur à François Hollande. Avant d'entrer dans une nouvelle campagne électorale pour élire nos députés. Deux temps forts de la démocratie française dont il y a fort à parier qu'ils connaîtront des prolongements inédits. Et peut être même qui pourraient préluder à une remise en question du fonctionnement actuel de nos institutions. Certes, celles-ci ont assuré ce qu'il est convenu d'appeler la stabilité de l'action publique, incarnée par le gouvernement issu d'une majorité qui découle en pratique de sa concordance avec le président de la République, élu au suffrage universel direct. La France qui s'est donnée en 1958 une Constitution taillée sur mesure pour De Gaulle, pour faire oublier l'instabilité gouvernementale et l'impuissance relative de la IV° république, n'en demeure pas moins un régime parlementaire puisque le parlement, Assemblée nationale et Sénat ont, « concurremment » avec le gouvernement l'initiative de la loi.

En réalité, et singulièrement depuis l'entrée en vigueur du quinquennat, le régime que l'on pouvait définir comme plus semi-présidentiel que jamais s'est révélé de moins en moins efficace pour régler les problèmes du pays et ré-oxygéner une démocratie à bout de souffle qui s'est éloignée, de plus en plus, des aspirations populaires. Le président, élu sur le mode monarchique hérité du septennat qui permettait, à tout le moins, que le président conserve une certaine distance, conforme d'ailleurs à la Constitution – le président préside, le gouvernement détermine et conduit la politique du pays- a été très vite emporté dans la tourmente d'une action publique qui lui fait endosser les échecs du gouvernement. Et pour peu que la majorité renonce à soutenir celui-ci comme la fracture des députés socialistes l'a démontré, alors c'est tout le système qui vacille.

Rien d'étonnant donc qu'il soit de plus en plus question d'une VI° république et d'un renouveau de la vie parlementaire. Ceux des candidats qui affirment vouloir revenir à la lettre de la Constitution, comme ceux qui veulent mettre fin au régime présidentiel, savent que leur légitimité leur créera – créerait- l'obligation d'être en première ligne... Non seulement pour prendre les décisions les plus graves et, par exemple engager l'armée sur des théâtres lointains, mais aussi pour défendre les choix du gouvernement que le président aura nommé avec le premier ministre. Il faut s'attendre, en revanche, à ce que le mode de scrutin, majoritaire, soit remis en question, du moins en partie, de sorte que l'Assemblée nationale reflète les évolutions de l'électorat et permette l'expression de sa diversité. Quant à l'usage du référendum dont les présidents, de peur d'être démentis, ont cessé de faire usage il pourrait être considéré autrement dès lors, qu'au delà de la bipolarisation habituelle, le président chercherait à rassembler le pays sur des questions essentielles qui engagent son avenir.

Le chantier institutionnel devra - pourrait ? - donc être rouvert avec, ne l'oublions pas, l'application enfin possible du non cumul des mandats inscrit dans la loi.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
23920
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires