Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

De Nuit Debout à la démocratie locale

Un mois de Nuit Debout avec la symphonie du Nouveau Monde sur cette Place de la République qui se vit comme le cœur du réveil populaire ? Et cet orchestre improvisé, mobilisé en un rien de temps via Facebook... la somme des individus requis par internet. Voici qui donne du poids à l'analyse de ce mouvement que donne dans son blog Gilles Achache, le président de Scan Resarch. ( Nuit Debout, bonne ou mauvaise réponse ). Et qu'on me permette, ici de remercier l'ami Roland Cayrol qui me l'a fait partager. Que dit Achache que je ne saurais résumer au point qu'il me semble infiniment plus honnête de vous proposer sa lecture, ne fut-elle que partielle ?

 

"Ceci : « On aura bien compris que la protestation contre la loi El Khomri ne fut qu’une occasion pour Nuit Debout. On en parle peu place de la République. Le sujet principal de Nuit Debout, c’est d’abord elle-même : son organisation, son fonctionnement, ses principes. Nulle trace de narcissisme là dedans, mais la conséquence d’une vaste ambition : inaugurer une nouvelle manière de faire de la politique en dépassant le cadre réputé obsolète de la démocratie représentative et des partis politiques. » S’il est un principe qui fait consensus à Nuit Debout c’est que le mouvement n’a pas et ne peut pas avoir de représentant. Son corollaire est un respect absolu de la souveraineté des individus (à la possible exception des académiciens). Rien ne saurait justifier que les individus aliènent leur pouvoir de décision pour le déléguer à des représentants ou des institutions. Toute l’organisation relativement complexe de Nuit Debout, avec ses commissions, son AG, ses groupes de discussions, doit pouvoir fonctionner sans hiérarchie, avec le minimum de délégation de pouvoir ; chacun s’autorise de lui-même et n’a d’autre légitimité que d’être là, ici et maintenant, avec les autres. Quand la coordination des différentes commissions l’exige, on rappellera avec insistance que les délégués ne disposent que d’un mandat impératif et qu’ils sont révocables à chaque instant.  Les oreilles aguerries entendront ici les échos de la vieille tradition anarcho-conseilliste, et en concluront que décidément il n’y a rien nouveau sous le soleil. »

« Ce n’est pas exact. Nuit Debout est éminemment la fille de son époque, notamment dans ses naïvetés et ses contradictions. C’est pourquoi il convient de l’écouter. »

Et l'auteur de rappeler que « sondage après sondage les Français – à l’unisson des opinions des grandes démocraties – déclarent ne pas se sentir « représentés » par leurs hommes politiques et que les partis politiques sont la dernière institution en laquelle ils ont confiance. »

Le constat ne date pas d'aujourd'hui ; d'une élection à l'autre la désolation tient lieu de remède mais le mal empire et le discrédit gagne du terrain. On cherche vainement à identifier l'élu à qui on accordera au mieux un satisfecit au pire le bénéfice du doute ; on l'aperçoit et le trouve encore en la personne du maire, celui que vous pouvez tenter d'approcher et qui vous recevra."

Un mouvement s'esquisse d'ailleurs, ici et là, dans nos territoires dont nous prenons à peine conscience et que les plus éclairés des élus de terrain ont l'ambition d'accompagner. Quelque part, à nos yeux, Nuit Debout porte en lui derrière ses naïvetés une part de cette utopie. Seul le périmètre de la vie locale l'autorise aujourd'hui, dès lors que les élus dits de proximité le sont vraiment, c'est à dire prennent soin d'élargir le cercle de la construction démocratique. Mais on devine que cette exigence ne suffira pas, nécessairement, à légitimer dans la durée l'existence d'un mandat gagné en bonne et due forme.. Un défi redoutable à l'heure où le temps s'accélère plus que jamais et où l'émotion emporte si souvent les digues de la raison et du sens. En tout cas, soyons certains qu'il ne suffira pas, dans un an, de changer de tandem au sommet de l'exécutif et d'élire une nouvelle assemblée pour résoudre la crise très profonde de nos institutions. Il faudra mettre en chantier, au plus vite, une nouvelle donne dans laquelle le citoyen aura sa place, qui devra partir de la base, et régénérer l'animation de la vie politique jusqu'au sommet.

 

https://blogscanresearchdotleterraindotfr.wordpress.com/2016/04/28/nuit-debout-bonne-ou-mauvaise-reponse/

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
24593
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Jacques Brunet | 02/05/2016

Merci Joël pour le partage de cette analyse fort pertinente. Il faut s'intéresser aussi aux conseils locaux, qu'ils soient "de quartiers",ou "citoyens", avec leurs tâtonnements et leurs lenteurs. Voir l'Echo des collines n°192 (avril 2016) : "Les conseils fleurissent sur la Rive droite".

Patrick 86 | 02/05/2016

Vous avez tout à fait raison d’affirmer que le dernier élu crédible est le Maire de la commune. Le seul que l’ont peut voir et rencontrer. Mais que fait l’Etat actuellement avec la réforme territoriale ? En regroupant les communes dans des communautés d’agglomérations ou urbaines de plus en plus importantes, l’Etat tend à réduire les pouvoirs d’intervention des Maires. Il devient ainsi un pion, enregistrant les demandes ne pouvant intervenir directement que sur les écoles primaires et les cimetières. Ce ne sera pas ainsi qu’on restaurera la confiance envers tous les élus.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires