Le Fil d'Aqui

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS


- Multivote -


- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Décentralisation: le changement? mais dans la continuité

On s'en doutait un peu mais ce ne sera pas la révolution attendue par ceux qui croient que la libre administration des collectivités locales et territoriales est la clé de l'efficacité de l'action publique... Au fur et à mesure qu'approche l'échéance de la présentation du fameux acte 3 de la décentralisation annoncé par le candidat Hollande, devenu président, les contours de la nouvelle donne se précisent et le changement qui s'annonce sera mesuré.

D'abord, il fallait évacuer la création du fameux conseiller territorial, cet élu hybride du conseiller général et régional, né de la commission Balladur et imposé par Nicolas Sarkozy. Il est déjà mort né.

Ensuite, rouvrir le dossier de ce que l'ancienne majorité désignait comme le mille-feuille.  La pyramide institutionnelle française tient le choc et résiste au... « changement ». D'ailleurs, le président du Sénat Jean-Pierre Bel l'a affirmé, il y a peu,: « ce serait une vraie fausse bonne idée » que de supprimer un échelon de collectivité. Donc la Région, le département, la commune, les intercommunalités ont toujours de beaux jours devant eux. C'est tout juste si la jolie invention qui s'appelle « le pays » , et n'a jamais été un échelon d'administration territoriale, va continuer à mourir de sa belle mort, sans argent, mais en continuant à être un lieu de dialogue social et sociétal.

Il n'était qu'entendre les échanges noués, ce samedi 28 septembre à Libourne. Là, de façon très oecuménique, les six sénateurs de Gironde, trois de gauche, trois de droite, préparaient en présence des élus, maires pour beaucoup et conseillers généraux, l'ultime session des « Etats généraux de la démocratie territoriale » voulus par le président du Sénat et qui aura lieu à Paris, ces 4 et 5 octobre.

Ce qui était frappant, c'est au fond le presque parfait consensus qui rassemble les sénateurs lorsqu'on débat de décentralisation, et en particulier pour ne rien changer, ou si peu. Tous sont attachés à la commune, y compris la plus modeste, et pas seulement parce qu'ils sont, justement, les élus des maires et conseillers municipaux. Plus que jamais cette exception française – 36.000 communes  - reste un facteur de cohésion sociale dans un pays vieillissant, bousculé par la mondialisation. Les intercommunalités, elles, n'ont pas cette assise historique et ne sont pas, non plus, le lieu du débat démocratique pourtant hautement souhaitable. Elles sont devenues un échelon de gestion de territoires que l'Etat a poussé à s'entendre quand les communes seules ne le pouvaient ou le voulaient pour des raisons où la politique et les égos avaient souvent plus que leur part. Elles n'échappent pas aux critiques, notamment parce qu'elles se dotent de personnels en nombre important mais il est vrai qu'elles ont désormais une capacité d'agir dont les seuls échelons communaux et cantonaux ne disposent pas.

Face à ces évolutions les départements et régions doivent relever de nouveaux défis.

Le département, lieu privilégié de l'action sociale, imposé d'ailleurs le plus souvent par l'Etat lui-même, est en première ligne du rapport avec le citoyen. Songeons, par exemple au RSA dont le nombre de bénéficiaires n'a cessé de grimper, à l'APA, l'aide à la personne en perte d'autonomie ...Autant de compétences décentralisées dont le coût est très important, alors que la fiscalité propre du département est très dépendante des droits de mutation...

La Région, encore bien plus contrainte que les départements sur le plan financier, a progressivement occupé le terrain du développement économique. Elle va, ici, se voir confirmée par l'Etat en tant que chef de file sur les territoires avec le levier de la Banque publique d'investissement bientôt créée. Mais comment faire vivre ces évolutions sans ressources nouvelles? Question plutôt iconoclaste quand l'Etat, comme le rappelle Alain Anziani rembourse, chaque heure, six millions d'intérêts pour le service de la dette. Les dotations de l'Etat ne suffisent plus à faire face aux engagements de beaucoup de départements dont une trentaine connaissent de sérieuses difficultés financières.

Trente ans après les lois Defferre la gauche au pouvoir ne peut pas s'exonérer, si elle veut vraiment réussir le fameux acte 3 de la décentralisation, de mettre à plat un système institutionnel, souvent redondant. Il lui faudra sans doute autoriser une fiscalité nouvelle pour les collectivités mais en même temps renoncer à vouloir tout faire et tout contrôler. Parallèlement, et surtout si la clause de compétence générale est rétablie pour toutes les collectivités, cela leur créera l'obligation de choisir et de ne pas disperser leurs moyens. Elles devront, et le moment qui se présente est crucial, se poser une autre question essentielle, celle de la mutualisation des moyens, au lieu de défendre bec et ongles leur pré carré. A gauche, les défenseurs du Département et ceux de la Région se regardent encore trop souvent en chien de faïence ; il leur faut travailler de façon complémentaire, s'imposer ainsi des économies de fonctionnement et prouver à l'Etat qu'elles peuvent prétendre à l'efficacité sans son habituelle tutelle. En seront-ils capables ? C'est en tout cas l'un des enjeux du changement qui s'annonce.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
559
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Yannes | 07/10/2012

Il est bien évident que les socialistes comme l'UMP , comme le FN , ne sont pas de dangereux révolutionnaires , il ne faut rien attendre d'eux .

Peut être que l'Europe définira une notion de région , ou de peuple, bref des entités plus cohérentes que ces "pays" qui sont de vieilles structures administratives qui n'ont plus vraiment de sens .

Nos ancêtres girondins ont perdu la tête à s'affronter à ce problème , il mériterait cependant plus d'intérêt , encore faudrait il qu'un homme politique digne de ce nom le prenne en main !

Jacques Betbeder | 08/10/2012

La réduction du déficit de l’État est devenue un impératif national. Mais les Collectivités locales qu'on distingue volontiers de l’État central ne font pas moins partie de l’État, organisation politique et juridique du territoire français. D'ailleurs, les dotations de l’État (central) représentent plus de 35% des ressources des collectivités territoriales, dont près de 29% pour les dotations de fonctionnement, nous rappelle le portail de la DGCL. Quels sont les objectifs de maîtrise des dépenses des Collectivités territoriales ? mystère. Qui en décidera ? évidemment pas les députés-maires ou sénateurs-maires. Quel organisme est chargé de la mettre en œuvre ? aucun. Il est clair que dans ce pays, on préfère embaucher et payer des jardiniers que des gardiens de prison. Et on voit le résultat...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires