Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 20/06/18 | Carte judiciaire : échappée Paloise

    Lire

    La Cour d'appel de Pau échappera visiblement au recalibrage de la carte des cours d'appel sur celles des régions administratives prévues dans le projet de loi de programmation pour la justice, examiné au Sénat en octobre, selon une information délivrée par une délégation du ministère de la Justice. Traduction : elle continuera à traiter les affaires des Hautes Pyrénées, des Landes et des Pyrénées Atlantiques. Le tribunal d'instance d'Oloron, lui, fusionnera et deviendra une chambre délocalisée de Pau, perdant ainsi l'autonomie de sa juridiction.

  • 20/06/18 | Marché et pique-nique de producteurs à Lormont

    Lire

    Dimanche 24 juin de 10h à 17h les producteurs du Drive Fermier Gironde organisent leur 2ème marché au Château de Valmont: vente directe de produits fermiers locaux, restauration dans un esprit pique-nique, baptêmes de poneys (10h-12h) et animaux de la ferme (14h-16h)! Au menu : canard ou burgers de la Ferme Gauvry, assiettes de légumes et samoussas du Jardin des Demoiselles, salades de pâtes et sandwiches de la Ferme de Fontaud, pâtisseries de la Ferme de Martineaux, cerises et jus de fruits des Coteaux des Fargues, bières et limonades de la Brasserie Saint-Léon et les vins du Château Marceaux.

  • 20/06/18 | Un nouveau topoguide de randonnée pour la Charente-Maritime

    Lire

    Charente Maritime Tourisme vient d'éditer une nouvelle version de son topoguide de randonnée. Avec la Fédération française de randonnée, elle a sélectionné 37 chemins les plus emblématiques du département, sur les 350 circuits existants (soit 3500 km balisés). Le territoire est notamment traversé par 5 itinéraires de Grandes Randonnées (GR), les GR36, 360, 4 et 655, ce dernier étant une chemin de Compostelle. Le GR8, de l'Estonie au Portugal, y sera bientôt prolongé.

  • 20/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: des mesures pour les agriculteurs sinistrés

    Lire

    Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques, plusieurs mesures sont mises en œuvre à destination des agriculteurs: ouverture des démarches de reconnaissance de calamité agricole et catastrophe naturelle, numéro vert pour permettre aux agriculteurs en grande difficulté de se faire connaître (0 800 620 069), évaluation des sinistres auprès des 7 500 éleveurs du département et des organismes de défense des signes officiels de qualité, ou encore organisation de missions d’enquête pour établir et reconnaître les sinistres. Infos : www.pa.chambagri.fr

  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Départementales: S'abstenir le 22 mars c'est voter Front National

Deux semaines, deux semaines encore pour convaincre les citoyens de remplir leur devoir et aller voter dès le premier tour des élections départementales le 22 mars. Certes on objectera que le département qui était appelé à disparaître n'a été sauvé qu'in extremis par un pouvoir qui a fait des aller-retour sur son projet de réforme territoriale. Et qu'ainsi ce n'était sans doute pas la meilleure façon d'encourager l'électeur à prendre le chemin des urnes ; on entendra aussi les railleries de la droite qui pointe la relative méconnaissance des compétences finales qui seront dévolues au nouveau conseil départemental. Il reste que les enjeux de cette élection, et de la mobilisation des citoyens, sont bien plus importants qu'on pourrait le croire. Pour deux raisons essentielles : d'une part la nécessité de conserver à cette élection son caractère de proximité notamment dans le domaine de la solidarité où le département va continuer, au moins un temps, à jouer un rôle social essentiel dans une société rongée par le chômage; d'autre part pour que les partis de gouvernement fassent barrage à ce qu'on nous annonce, y compris dans les médias, avec une complaisance coupable : la nouvelle progression du Front National. Résonnent encore à nos oreilles ces propos balancés, sans la moindre distance, le soir des élections européennes sur le « premier parti de France ». Un parti qui, à cause d'une abstention massive, a fini en tête… en ne représentant que 10 % du corps électoral.

Or, ce 22 mars aussi la vraie menace porte un nom : abstention. S'abstenir d'aller voter c'est faire le jeu du FN et ce d'autant plus, rappelons-le, que pour qu'un couple de candidats, le fameux binôme, soit présent le 29 mars, au second tour, il devra réunir au moins 12,5% des personnes inscrites sur les listes électorales. Imaginons les dégâts provoqués par une très forte abstention... Un second tour où l'électeur, conscient des dangers que représente l'extrême droite, va devoir voter pour un candidat qui n'appartient pas à la famille politique dans laquelle il se reconnaît d'ordinaire. Ce fameux « front républicain », brandi comme la seule parade aux progrès du FN, en route vers une stratégie nationale de conquête du pouvoir qu'il faut absolument démasquer.

Aller voter ce 22 mars et bien sûr le 29, c'est d'abord être conscient de ce que le département fait, son rôle : aider au maintien à domicile des personnes âgées, gérer le Revenu de Solidarité Active que l'Etat, de droite comme de gauche a été trop content de lui refiler, prendre en charge une partie des handicapés et des jeunes à la dérive, entretenir les routes en attendant que le partage se fasse entre Région et Département, soutenir des communes, rurales en particulier, dont les moyens ne vont pas en augmentant... En un mot, ramener cette élection à ces enjeux essentiels qui sont locaux et non nationaux.

Aller voter ce 22 mars et bien sûr le 29, c'est ensuite entériner l'apparition des femmes dans la vie politique de territoires où, à l'exception des communes et des intercommunalités et des régions; elles n'avaient pas droit de cité. La parité au niveau départemental, avec l'instauration du binôme dans des cantons agrandis a pu faire sourire : constatons que les partis, placés devant l'obligation légale ont su faire ce qu'il fallait, ce qu'à l'évidence ils n'auraient pas fait autrement : trouver de nouvelles venues pour s'engager. Parions que la vie de la cité ne s'en portera que mieux.

Aller voter ce 22 mars et bien sûr le 29, c'est enfin prendre ses responsabilités face, répétons-le, à la stratégie d'un FN qui avance benoîtement ses pions en ne pensant qu'à une chose : gagner la présidentielle de 2017. Chacun d'entre nous qui se reconnaît dans un parti responsable, et quels que soient les reproches que l'on peut lui adresser, doit aller voter pour contrecarrer les desseins d'un Front National qui surfe sur la déception, les difficultés, la misère de beaucoup de gens, le plus souvent de bonne foi qu'il plongerait, le moment venu, dans des difficultés bien plus grandes encore. Nous y reviendrons.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
16098
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
5 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
rodel | 09/03/2015

Excellente analyse que je partage totalement. Ce n'est pas le moment de refuser de voter au nom d'arguments qui sont les mêmes que ceux que le FN n'a cessé de ressasser afin de profiter du désintérêt d'une partie des électeurs : "ils' ne font rien,"ils" sont tous pourris, etc

Patrick 86 | 09/03/2015

Aller voter …oui mais voter pour qui ou du moins pour quelle assemblée dont on ne connait pas encore les domaines de compétence. Seront-elles fonction du résultat des départementales et fonction de celui espéré des régionales ?
Aller voter ….oui pour que les femmes soient plus représentées. Mais allez assister aux réunions publiques de chaque candidat, celles où il n’y a pas de « têtes d’affiches » les vraies réunions où on parle terrain, là où il n’y a que 15/20 personnes maximum, une question est toujours posée « comment vous vous organiserez pour travailler ? Et est-ce que vous serez toujours d’accord sur tout lors du vote en assemblée ?»
Aller voter ….. oui car j’ai des convictions et que je vote POUR et non CONTRE alors que les 2 partis historiques me demande l’inverse.
Aller voter …. Oui car le département est un échelon indispensable mais comment convaincre les électeurs alors que les 2 partis « historiques » n’en parle pas et que la presse, la télé et radio ne se font malheureusement l’écho que des frasques et grandes déclarations des leaders. …..ce qui n’encourage pas à aller voter ( !!! )

Joël Aubert | 09/03/2015

Merci à vous pour ce retour. En tout cas convenons que pour ce qui concerne notre média en ligne nous faisons le maximum avec nos moyens modestes pour éclairer le citoyen et allons continuer à le faire. Je comprends tout à fait les interrogations touchant aux compétences; d'ailleurs je les ai évoquées mais à tout le moins nous sommes certains qu'approche la fin de la compétence générale et que pour les départements le social et la solidarité resteront, d'autant que peu de collectivités se presseront pour les assumer du moins à court terme

Yves-Marie VALLADON | 11/03/2015

Et si les candidats communiquaient ?
Merci pour cette analyse à plat des véritables enjeux.
Pour ma part je suis consterné par la non communication des différents candidats. Il m'a fallu fouiller le web pour trouver avec un peu d'avance (début février) qui briguait les suffrages sur mon canton de Cenon-Floirac-Bouliac.
5 listes, ok ! Cherchons alors, à partir des noms de candidats, des sites de partis, des informations sur les projets ...
Pratiquement rien !
Il fait beau, allons jusqu'à la boite aux lettres, ... deux documents émanant de la majorité en place, c'est tout !
Enfin un dimanche ensoleillé, promenons nous. Ah les panneaux sont en places, 2 affiches sur 5. Ce ratio présage-t-il du taux de participation ?
La presse locale papier: des articles généralistes. Surtout sur les polémiques, les querelles intestines, les tweets à sensations ...
Com'd'hab on va recevoir les professions de foi jeudi ou vendredi de la semaine prochaine. Tout le monde y sera beau et gentil pour un avenir radieux que les autres ne vous offriront pas. Un peu "light" ne pensez-vous pas ?
Candidats, sortez de l'ombre AVANT les élections. Après, pour 80% d'entre vous il sera trop tard.

Joël Aubert | 11/03/2015

Merci Monsieur Valladon pour ce plaidoyer de nature à convaincre les candidats de ne pas attendre le dernier moment pour se présenter et dire quelle est la vision de leur rôle à venir. C'est d'autant plus important que cette élection qui touche très directement à la vie des territoires mérite d'être ramenée à sa vraie dimension, de proximité.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




28/04/2018 | Relever le défi de l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs

C'est l'un défis majeurs de l'aménagement du territoire dans une région comme la Nouvelle Aquitaine, et peut être le premier de tous, pour lutter contre la désertification rurale: la transmission des exploitations agricoles et l'installation de nouveaux jeunes agriculteurs. Il est possible de le relever, malgré une tendance à l'augmentation de la cessation d'activité. Et une démographie des chefs d'exploitation qui, à priori, n'est pas favorable, deux tiers ayant plus de cinquante cinq ans dans la grande région. Oui, ce défi semble d'autant plus soutenable qu'entre la prise de conscience des organisations professionnelles, des élus de terrain, des habitants du monde rural, des aspirations grandissantes de ceux qui vivent en ville et cherchent à consommer des produits cultivés près de chez eux, et, surtout, de l'apparition d'une génération qui ne se destinait pas, à priori, à choisir le métier d'agriculteur dans les pas de leurs parents, ces « hors cadre familial », selon la terminologie en usage, une mobilisation se dessine, passionnante à observer, à accompagner. A soutenir. Ce n'est donc pas pas par hasard que ce défi de société sera au cœur d'une journée inédite, le 18 mai, lors du prochain Salon Régional de l'Agriculture. Et que notre site, Aqui.fr, en sera le co-organisateur après avoir, au fil des jours, publié une série de reportages auprès de ces jeunes qui s'installent. Et ne craignent pas de le faire, avec des idées nouvelles, un désir d'une autre vie et, souvent, le souci immédiat d'aller à la rencontre des consommateurs, de partager avec eux leur façon de travailler et la qualité de leurs productions.

Lire la suite