Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

18/02/18 : La Rochelle : le dessinateur de presse Plantu sera présent ce lundi dans le cadre de l’exposition itinérante Tous migrants de Cartooning For Peace, dessins pour la paix, installée à la Médiathèque Michel-Crépeau du 19 au 28 février.+ d'info

18/02/18 : La Rochelle : ce 19 fevrier à midi, le public est convié au lancement du voyage de L'Hermione 2018, sur le thème Libres Ensemble de l’Atlantique à la Méditerranée, quai Senac de Meilhan. Le globe de la Francophonie, tout juste restauré, sera dévoilé.

16/02/18 : Samedi, Colère 24 signe son retour sur les routes de Dordogne. Le mouvement organise une opération escargot sur la RN 21 et un défilé dans le centre-ville Périgueux. Le premier rassemblement, le 27 janvier, avait mobilisé près de 600 manifestants.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

15/02/18 : Armel de la Bourdonnaye, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, a été nommé recteur de l'Académie de Poitiers hier lors du Conseil des ministres. Diplômé de Polytechnique, il a été à la tête de l'ENPC et de Centrale à Nantes.

15/02/18 : Charente-Maritime: la ville de Jonzac a inauguré hier un nouveau concept de passage piéton réalisé en 3D sur la chaussée. L'illusion d'optique donnant un effet de volume aux bandes blanches doit inciter les automobilistes à ralentir,espère la mairie.

14/02/18 : Les agriculteurs béarnais ne décolèrent pas quant à la réforme des zones défavorisées. Après avoir bloqué l'agglomération paloise jeudi 8 et mardi 13 février, 150 tracteurs mènent de nouveau une large opération escargot ce 14 février.+ d'info

14/02/18 : Dans le cadre du partenariat entre la Région et le Bezirk de Moyenne-Franconie (Land de Bavière Allemagne), 20 entreprises néo-aquitaines de l'agriculture bio participent du 14 au 17 février, au grand salon européen «Biofach» à Nuremberg en Allemagne

14/02/18 : Charente-Maritime : Jean Baptiste Dagréou a été réélu à la présidence de la fédération de l'hôtellerie de plein air du département.

13/02/18 : Réforme des zones défavorisées: la FDESA 64 organisera toute la journée du mardi 13 février, une opération escargot dans l'agglomération paloise. "Un mode d'action qui symbolise la rapidité de réaction de l'Etat", commente le syndicat.

13/02/18 : Un bus GNV -Gaz Naturel pour Véhicule- en expérimentation dans l’Agglo d’Agen. Après le bus électrique en avril 2017, cette nouvelle expérimentation « permet de préparer la transition énergétique et répondre aux enjeux environnementaux.

13/02/18 : Quelle Europe pour la jeunesse ? Tel est le titre du café citoyen qu’organise la Maison de l’Europe de Lot-et-Garonne – CIED, le 15 février à 18h30, au Blue Fox Coffee, rue Montesquieu, à Agen. L’entrée est libre.




- Publicité -
  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyen de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

  • 16/02/18 | En Dordogne, le rapport Spinetta sur l'avenir de la SNCF inquiète

    Lire

    Le rapport sur l’avenir de la SNCF préconise la fin des petites lignes ferroviaires. En Dordogne, toutes les lignes seraient peu ou prou concernées. Périgueux-Agen, Périgueux-Brive sont les plus menacées. Les Périgueux-Limoges et Périgueux-Bordeaux le sont moins, affichant des fréquentations honorables. Le président du Département appelle "les élus à se mobiliser contre un projet qui, s’il devait se concrétiser, contribuerait à aggraver l’isolement de la Dordogne et à détériorer les perspectives de développement."

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Départementales: S'abstenir le 22 mars c'est voter Front National

Deux semaines, deux semaines encore pour convaincre les citoyens de remplir leur devoir et aller voter dès le premier tour des élections départementales le 22 mars. Certes on objectera que le département qui était appelé à disparaître n'a été sauvé qu'in extremis par un pouvoir qui a fait des aller-retour sur son projet de réforme territoriale. Et qu'ainsi ce n'était sans doute pas la meilleure façon d'encourager l'électeur à prendre le chemin des urnes ; on entendra aussi les railleries de la droite qui pointe la relative méconnaissance des compétences finales qui seront dévolues au nouveau conseil départemental. Il reste que les enjeux de cette élection, et de la mobilisation des citoyens, sont bien plus importants qu'on pourrait le croire. Pour deux raisons essentielles : d'une part la nécessité de conserver à cette élection son caractère de proximité notamment dans le domaine de la solidarité où le département va continuer, au moins un temps, à jouer un rôle social essentiel dans une société rongée par le chômage; d'autre part pour que les partis de gouvernement fassent barrage à ce qu'on nous annonce, y compris dans les médias, avec une complaisance coupable : la nouvelle progression du Front National. Résonnent encore à nos oreilles ces propos balancés, sans la moindre distance, le soir des élections européennes sur le « premier parti de France ». Un parti qui, à cause d'une abstention massive, a fini en tête… en ne représentant que 10 % du corps électoral.

Or, ce 22 mars aussi la vraie menace porte un nom : abstention. S'abstenir d'aller voter c'est faire le jeu du FN et ce d'autant plus, rappelons-le, que pour qu'un couple de candidats, le fameux binôme, soit présent le 29 mars, au second tour, il devra réunir au moins 12,5% des personnes inscrites sur les listes électorales. Imaginons les dégâts provoqués par une très forte abstention... Un second tour où l'électeur, conscient des dangers que représente l'extrême droite, va devoir voter pour un candidat qui n'appartient pas à la famille politique dans laquelle il se reconnaît d'ordinaire. Ce fameux « front républicain », brandi comme la seule parade aux progrès du FN, en route vers une stratégie nationale de conquête du pouvoir qu'il faut absolument démasquer.

Aller voter ce 22 mars et bien sûr le 29, c'est d'abord être conscient de ce que le département fait, son rôle : aider au maintien à domicile des personnes âgées, gérer le Revenu de Solidarité Active que l'Etat, de droite comme de gauche a été trop content de lui refiler, prendre en charge une partie des handicapés et des jeunes à la dérive, entretenir les routes en attendant que le partage se fasse entre Région et Département, soutenir des communes, rurales en particulier, dont les moyens ne vont pas en augmentant... En un mot, ramener cette élection à ces enjeux essentiels qui sont locaux et non nationaux.

Aller voter ce 22 mars et bien sûr le 29, c'est ensuite entériner l'apparition des femmes dans la vie politique de territoires où, à l'exception des communes et des intercommunalités et des régions; elles n'avaient pas droit de cité. La parité au niveau départemental, avec l'instauration du binôme dans des cantons agrandis a pu faire sourire : constatons que les partis, placés devant l'obligation légale ont su faire ce qu'il fallait, ce qu'à l'évidence ils n'auraient pas fait autrement : trouver de nouvelles venues pour s'engager. Parions que la vie de la cité ne s'en portera que mieux.

Aller voter ce 22 mars et bien sûr le 29, c'est enfin prendre ses responsabilités face, répétons-le, à la stratégie d'un FN qui avance benoîtement ses pions en ne pensant qu'à une chose : gagner la présidentielle de 2017. Chacun d'entre nous qui se reconnaît dans un parti responsable, et quels que soient les reproches que l'on peut lui adresser, doit aller voter pour contrecarrer les desseins d'un Front National qui surfe sur la déception, les difficultés, la misère de beaucoup de gens, le plus souvent de bonne foi qu'il plongerait, le moment venu, dans des difficultés bien plus grandes encore. Nous y reviendrons.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
15020
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
5 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
rodel | 09/03/2015

Excellente analyse que je partage totalement. Ce n'est pas le moment de refuser de voter au nom d'arguments qui sont les mêmes que ceux que le FN n'a cessé de ressasser afin de profiter du désintérêt d'une partie des électeurs : "ils' ne font rien,"ils" sont tous pourris, etc

Patrick 86 | 09/03/2015

Aller voter …oui mais voter pour qui ou du moins pour quelle assemblée dont on ne connait pas encore les domaines de compétence. Seront-elles fonction du résultat des départementales et fonction de celui espéré des régionales ?
Aller voter ….oui pour que les femmes soient plus représentées. Mais allez assister aux réunions publiques de chaque candidat, celles où il n’y a pas de « têtes d’affiches » les vraies réunions où on parle terrain, là où il n’y a que 15/20 personnes maximum, une question est toujours posée « comment vous vous organiserez pour travailler ? Et est-ce que vous serez toujours d’accord sur tout lors du vote en assemblée ?»
Aller voter ….. oui car j’ai des convictions et que je vote POUR et non CONTRE alors que les 2 partis historiques me demande l’inverse.
Aller voter …. Oui car le département est un échelon indispensable mais comment convaincre les électeurs alors que les 2 partis « historiques » n’en parle pas et que la presse, la télé et radio ne se font malheureusement l’écho que des frasques et grandes déclarations des leaders. …..ce qui n’encourage pas à aller voter ( !!! )

Joël Aubert | 09/03/2015

Merci à vous pour ce retour. En tout cas convenons que pour ce qui concerne notre média en ligne nous faisons le maximum avec nos moyens modestes pour éclairer le citoyen et allons continuer à le faire. Je comprends tout à fait les interrogations touchant aux compétences; d'ailleurs je les ai évoquées mais à tout le moins nous sommes certains qu'approche la fin de la compétence générale et que pour les départements le social et la solidarité resteront, d'autant que peu de collectivités se presseront pour les assumer du moins à court terme

Yves-Marie VALLADON | 11/03/2015

Et si les candidats communiquaient ?
Merci pour cette analyse à plat des véritables enjeux.
Pour ma part je suis consterné par la non communication des différents candidats. Il m'a fallu fouiller le web pour trouver avec un peu d'avance (début février) qui briguait les suffrages sur mon canton de Cenon-Floirac-Bouliac.
5 listes, ok ! Cherchons alors, à partir des noms de candidats, des sites de partis, des informations sur les projets ...
Pratiquement rien !
Il fait beau, allons jusqu'à la boite aux lettres, ... deux documents émanant de la majorité en place, c'est tout !
Enfin un dimanche ensoleillé, promenons nous. Ah les panneaux sont en places, 2 affiches sur 5. Ce ratio présage-t-il du taux de participation ?
La presse locale papier: des articles généralistes. Surtout sur les polémiques, les querelles intestines, les tweets à sensations ...
Com'd'hab on va recevoir les professions de foi jeudi ou vendredi de la semaine prochaine. Tout le monde y sera beau et gentil pour un avenir radieux que les autres ne vous offriront pas. Un peu "light" ne pensez-vous pas ?
Candidats, sortez de l'ombre AVANT les élections. Après, pour 80% d'entre vous il sera trop tard.

Joël Aubert | 11/03/2015

Merci Monsieur Valladon pour ce plaidoyer de nature à convaincre les candidats de ne pas attendre le dernier moment pour se présenter et dire quelle est la vision de leur rôle à venir. C'est d'autant plus important que cette élection qui touche très directement à la vie des territoires mérite d'être ramenée à sa vraie dimension, de proximité.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires