aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info



- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Départements: Il y a de la fronde dans l'air.

La Méthode Valls passe mal dans les départements. Depuis que le premier ministre a semblé sceller d'une phrase le sort de ce pilier de l'administration territoriale, la fronde s'organise. Elle est orchestrée par Claudy Lebreton, le président de l'Association des Départements de France, l'ADF, qui rencontrant Manuel Valls avec une délégation de ses pairs, s'est vu confirmer à la fois la nouvelle et le calendrier prévu pour que disparaisse le département

Deux des figures tutélaires de l'institution, le landais Henri Emmanuelli et le girondin Philippe Madrelle résument, chacun à sa manière, le coté quelque peu ubuesque d'une réforme qui prend totalement à contre pied le dispositif et le calendrier que François Hollande et le gouvernement Ayrault avaient choisi et fait voter. Difficile d'ignorer en effet les engagements présidentiels, prononcés à l'heure des voeux en Corrèze, que rappelle Philippe Madrelle: " je ne suis pas favorable à leur suppression pure et simple - des départements - comme certains le réclament. Car des territoires ruraux perdraient en qualité de vie, sans d'ailleurs générer d'économies supplémentaires". Quant à l'élection prévue en 2015, selon une nouvelle carte cantonale et l'institution de la parité, elle fait dire à Henri Emmanuelli: "j'ai passé un an à refaire les cantons et, aujourd'hui, on me dit qu'on veut les faire disparaître. J'attends des explications de l'éxécutif.." Comprenons que faire campagne à partir de l'automne prochain, après des élections sénatoriales de tous les dangers pour la gauche, alors même que le département est appelé à disparaître en 2021, ressemble à une "mission impossible". Le chef de l'Etat, en l'occurrence totalement contredit par son premier ministre, peut difficilement le déjuger, d'autant que Valls a pris soin d'appuyer la soudaineté de son annonce sur des sondages, venus très opportunément révèler que les Français, interrogés sur le millefeuille, n'aimaient plus, mais plus du tout ce département qu'ils ne détestaient pas jusque-là.

Voici donc le nouveau pouvoir face à une manière de défi qu'il aurait tort de sous-estimer. Sur le fond, chacun a compris que l'objectif était avant tout d'obtenir des collectivités qu'elles cotisent, qu'elles contribuent à l'effort général d'économies demandé au pays. Mais la réalité, quand on y regarde de plus près, est bien plus complexe que le citoyen ne l'imagine. Le président de l'ADF rappelle non sans raison que " le budget des Départements atteint les 71 milliards d’euros. 71 milliards d’euros qui sont dispersés dans la distribution du RSA, la compensation du handicap, les aides sociales, l’entretien des collèges et de la voirie. On chiffre notre marge de manœuvre, sur laquelle on peut avoir des actions, à 10%, c'est-à-dire 7 milliards d’euros. Cette dernière permet alors de financer le sport, la culture et les interventions dans le monde économique. Conclusion : même si on supprime les conseils généraux, les aides sociales devront continuer à être versées. Il n’y aura donc pas d’économies de réalisées." Des arguments qui vont sans doute trouver un écho dans l'opinion, d'autant que ces rappels mettent en évidence les missions premières - sociales avant tout- actuelles du département d'ailleurs imposées, si on veut bien ne pas avoir la mémoire courte, par l'Etat, lui-même devenu impécunieux. Notons aussi que le choix fait de laisser le soin aux intercommunalités de prendre le relais des départements qui disparaîtraient ouvre un chantier de grande envergure. Non seulement il faudra que celles-ci trouvent les moyens financiers d'assurer la continuité de l'aide sociale, en particulier en milieu rural, mais encore que soit mise en route et réussi le transfert vers elles de milliers d'agents départementaux...

N'y aurait-il donc aucune autre réponse que le statu quo? Personne de bonne foi ne le pense vraiment. A l'heure où il est question de revoir la carte des régions, d'en diminuer le nombre de moitié, il reste plus que jamais nécessaire de spécifier les compétences de chaque collectivité mais aussi de trouver des économies véritables en conjuguant les moyens et les efforts de celles-ci, de leurs administrations réciproques. A commencer en matière d'enseignement par les collèges et lycées. L'Etat a le devoir de réunir, dans un chantier ouvert, régions et départements, ce qui devait être entrepris de façon décentralisée mais ne l'a pas été. Il faut s'interroger aussi sur la singularité d'une France rurale, celle qui reste éloignée d'une société urbaine dominante et est en grand danger. La Creuse ou la Gironde n'ont pas les mêmes chances de s'en sortir quand le département aura disparu.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4116
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires