Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Départements "sauvés" : moins de cinq mois pour expliquer la nouvelle donne cantonale

Les présidents de conseils généraux présents au Congrès de l'Association des Départements de France sont repartis de Pau quelque peu rassurés après les paroles conciliantes de Manuel Valls. Qu'ils soient de gauche ou de droite, il est vrai qu'ils avaient sans doute besoin de l'être, à moins de cinq mois d'une élection d'autant plus importante que pour bâtir un programme il faut quand même connaître les compétences dont on dispose. A vrai dire le flou de cette réforme territoriale en trompe l'oeil n'a pas disparu pour autant et il subsistera tant que ne seront pas connus les prérogatives et moyens qui seront accordés aux Régions, aux intercommunalités et aux départements maintenus en tant que tel ou évoluant en fonction de leur proximité avec une grande agglomération.

La vérité c'est qu' à court terme l'Etat pouvait difficilement laisser tomber, du jour au lendemain, une institution qui s'est vue confier, successivement, des pans entiers de l'aide sociale, de la solidarité. RSI et maintenant Revenu de Solidarité Active, APA Prestation autonomie, Prestation handicap... autant de politiques que l'Etat a transféré sans sourciller et sans toujours tenir ses engagements financiers. Des aides considérables et, s'agissant du RSA, de plus en plus lourdes à assumer pour les collectivités, en ces temps où le chômage est énorme. Ce n'est donc pas demain matin que les intercommunalités vont être amenées à prendre le relais des départements en ces domaines. Pareil chantier suppose, en effet, que soient menés à bien les transferts de personnels, d'agents de la fonction publique territoriale, et que le cadre budgétaire accompagnant ces changements soit évalué au plus juste alors que l'objectif affiché de la réforme territoriale portait un nom : économies ! Les économies, de toute évidence, ne sont pas pour demain.

Une autre question qui nous touche de près en tant que média, d'organe de presse, concerne le formidable effort d'information qui va devoir être entrepris pour présenter les changements qui vont intervenir. Le département, fort de son ancienneté, s'était fait une place dans le paysage institutionnel de la république. Le canton semblait immuable et s'incarnait en un conseiller général; désormais son périmètre s'élargit et il aura deux conseillers, un homme et une femme, puisque la gauche au pouvoir, avant de lancer le projet de réforme territoriale, s'était engagée à faire élire son fameux binôme pour faire décoller la parité dans une institution très masculine... Parler d'une même voix pour défendre et promouvoir une territoire semblerait logique mais qui peut dire ce qu'apportera cette nouvelle donne ? En tout cas, l'information qui va devoir être faite, dans les prochaines semaines et mois, sera de la plus haute importance pour donner du crédit à ce changement dont le citoyen pourrait se demander ce qu'il adviendra à l'horizon de 2 020.

Quant aux communautés de communes et d'agglomérations -elles ont 132 en Aquitaine- qui, elles, sont désormais bien en place à part quelques extensions possibles, elles sont appelées à devenir le lieu par excellence de l'action publique. L'espace de l'organisation de la vie sociale, de la démocratie locale renouvelée. Lui porter la plus grande attention est un devoir ; en effet c'est là que les décisions qui touchent à la vie quotidienne des citoyens vont se prendre chaque jour davantage. Une évolution qui nécessitera, soyons en sûrs une nouvelle étape après celle de mars dernier, l'élection directe des conseillers communautaires au suffrage universel et peut être même dès 2.020. Vous l'aurez compris : notre ambition est d'être au cœur de ce changement.

NOUS VOUS DONNONS DONC RENDEZ VOUS CETTE SEMAINE POUR SOUTENIR AQUI.FR

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
11345
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
VIDIL | 16/11/2014

bien dit
et pour s'en convaincre un peu plus je rappelle l'article du Canard cette semaine "La résurrection des départements trop vite et trop mal enterrés" qui cite Philippe Madrelle et son bon mot sur la fin de la fin des départements en général !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires