aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.


- Multivote -


- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Derrière les mots de Sarkozy, à Bordeaux, une fracture dangereuse

Il faudra qu'ils mettent beaucoup de bémols dans leurs discours les partisans de Nicolas Sarkozy, dès le soir du 27 novembre, si par hypothèse leur champion perdait la primaire – mais il semble bien que François Fillon n'ait pas dit son dernier mot - contre Alain Juppé. Des bémols pour nous laisser accroire au slogan de circonstance : tous pour un, tous derrière Juppé. Car le moins que l'on puisse dire c'est que s'ils appartiennent au même parti - les Républicains - ils ne sont pas sur la même ligne que le maire de Bordeaux et ses supporteurs. Il suffit pour en prendre la mesure de relire ou réentendre la vindicte de l'ancien président à l'égard d'un concurrent qui a osé dans sa campagne mettre en avant l'espoir d'une « identité heureuse » Une vraie entreprise de démolition dans son fief, à Bordeaux, ce samedi. On objectera que le désaccord, après tout, peut être légitime mais donner à penser que son principal concurrent pourrait ignorer ou minimiser le poids du chômage de masse qui accable le pays ou le défi d'une jeunesse en mal d'intégration... Propos de campagne nourris de la réussite d'un certain Donald Trump.

Oui, les lendemains de primaires de la droite – et du centre?- seront à observer avec d'autant plus d'attention qu'il existe bien une manière de fracture idéologique, à droite, et qu'elle n'augure rien de bon pour la prochaine présidentielle. Bien sûr, les appareils s'emploieront à réparer ou faire oublier les pots cassés... mais les électeurs, eux, ce peuple de France dont on a jamais autant craint le verdict que ces derniers jours, qu'en pensera-t-il ? Que se passerait-il, notamment, si l'hypothèse d'une finale Sarkozy-Le Pen, en mai, devait voir le jour ? Ce scénario pour ne pas être politiquement correct n'est pas totalement invraisembalable, au cas où l'ancien président, déjouant les sondages, l'emporterait dans une semaine et aurait plus que du mal à rassembler, autour de sa personne, une majorité, le 7 mai 2017. Impossible entend-on dire et répéter, ici et là, mais l'électorat des « Républicains » est plus volatil que les sondages ne le donnent à penser tandis que les électeurs d'une gauche en miettes dont on ne sait qui la représentera au premier tour – un candidat, deux, voire trois - ( Hollande, Macron, Mélenchon ?...) resteraient à la maison. A force d'entendre « Tout sauf Sarko ; si c'est lui nous n'irons pas voter »   on finit par croire aux chances de Marine Le Pen , même si nous ne sommes pas aux Etats-Unis. Le désenchantement populaire est si profond. Et les divergences à droite bien plus grandes qu'on ne croit.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
7521
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires