Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Duflot, Montebourg la montée des ambitions dans une gauche fracturée

Il n'est jamais trop tôt sous la V° république pour afficher son ambition présidentielle. Et ce qui était vrai du temps du septennat l'est devenu plus que jamais, maintenant que La France a adopté le quinquennat sous l'égide du tandem Chirac-Jospin, en temps de cohabitation. Il n'est qu'observer, en ces heures, le théâtre politique de la rentrée pour s'en convaincre. Après que l'on aura noté l'annonce d'Alain Juppé candidat aux primaires, en manière de surprise à la mi-août, voici qu'à gauche les appétits et les couteaux s'aiguisent. Cécile Duflot en réglant ses comptes, sans ménagement avec François Hollande et Manuel Valls, pense évidemment affirmer son leadership sur la famille écologiste et se prévaloir le moment venu d'une expérience ministérielle passée, ce qui n'a pas l'air d'enthousiasmer tous les siens comme on a pu le constater à Pessac ces jours-ci. Mais, il y a plus encore: Arnaud Montebourg qui se pose, en quelque sorte, en héros de la vraie gauche avec à ses cotés Benoît Hamon et n'y va pas par quatre chemins pour prétendre qu'il lui revient, à lui, es-qualité de ministre de l'Economie, de mener le débat, un débat non seulement interne à la gauche mais franco-français avec, en ligne de mire, l'orthodoxie budgétaire européenne et l'intransigeance allemande...

Sacrée rentrée pour le tandem Hollande-Valls qui a pris les devants en affirmant qu'on ne changerait pas de cap. Que Cécile Duflot parte en campagne, de bonne heure, passe encore: elle n'est plus au gouvernement mais qu'Arnaud Montebourg, flanqué de Benoît Hamon, monte au créneau en manière de défi au président et à son premier ministre, voilà qui ne peut que faire du bruit. On a bien compris que Montebourg, oscillant depuis des mois entre la démission et la promotion de son image « made in France » devenait de plus en plus impatient... Désormais, il ne fait pas de doute qu'il a fait le choix d'entrer, à mi-parcours du quinquennat, dans la course aux primaires à gauche. Et, quoi de mieux pour fédérer les frondeurs que de prendre la tête d'un débat qui, non seulement agite les députés socialistes, mais bien au-delà le cercle des experts ?.. La crise économique de la zone euro, la panne de croissance de l'Allemagne elle-même, l'absence de résultats de la politique française semblent donner du crédit aux partisans des bonnes vieilles recettes keynésiennes : faire de la relance par le biais de la demande. L'ennui, c'est que l'on ne voit pas où sont les marges de manœuvre pour injecter du pouvoir d'achat dans une économie en panne, dans une société celles des entreprises, les plus petites notamment, qui sont aux abois et perdent confiance et celle des citoyens qui, concrètement, ces jours-ci encore, prennent la mesure du poids supplémentaire de l'impôt. La raison voudrait au contraire qu'on encourage les Français à desserrer leur épargne pour favoriser l'investissement productif au lieu de quoi la montée ininterrompue du chômage les plonge dans la crainte de l'avenir.

La saillie d'Arnaud Montebourg prélude sans doute à un possible départ du gouvernement et une campagne personnelle. Les prochains conseils des ministres de ce gouvernement, en voie de fracture ouverte, nous édifieront sur ce qu'il reste de l'autorité du couple à la tête de l'exécutif. François Hollande peut chercher à minimiser une fois encore les désaccords au sein de son équipe et de sa majorité -ou ce qu'il en reste au-delà de l'arithmétique- et Manuel Valls renoncer à affirmer sa place de premier ministre résolument catalogué à droite : de toute façon, ils sortiront encore plus affaiblis de cette épreuve. La situation en cette rentrée s'annonce plus incertaine et dangereuse que jamais, depuis bientôt deux ans et demi.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
1961
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Michel du Médoc | 25/08/2014

Cet édito prévenait bien une action d'évitement de la part de F. Hollande : un 3ème gouvernement se profile pour demain… Cela dit, petite réflexion au sujet des "bonnes vieilles recettes keynésiennes". Depuis que la France est devenue la championne du monde des PPP, la délégation aux privés de ce qui relevait de l'état n'est plus dans la fameuse boite à outils keynésienne. Comment ne pas comprendre que ce qui pourrait être une ressource de travail décidée par la collectivité, au gré de plans pluriannuels, ne peut plus l'être par le transfert qui a été fait aux entreprises dont qq mastodontes du CAC40. Le réseau autoroutier français, de plus de plus réservé aux nantis, en est un exemple frappant. Tout comme l'eau, les déchets et l'énergie... Quand ça gagne, ça permet à des entreprises privées de s'enrichir et de distribuer des dividendes. Quand ça ne marche pas, c'est la collectivité et l'état qui paient. En tous les cas, c'est le citoyen qui casque. Des secteurs comme celui-ci, si tant est qu'il soit resté dans les mains de l'état et des collectivités, pourrait être aujourd'hui un facteur de relance, à condition qu'ils soient gérés par de vrais bons grands commis de l'état… TPE, ENA, X n'ont-ils pas été créés pour ça ? A qui profite le crime ? Nos oligarques le savent très bien et agissent tout en douceur. On appelle ça du lobbying ;-)
PS : Daniel Mermet qui vient de se faire virer de France Inter comme un malpropre, était encore un des seuls à dénoncer ces profonds déséquilibres de nos sociétés qui n'ont jamais fabriqué autant de richesses, mais qui se concentrent dans des mains de moins en moins nombreuses...

Joël Aubert | 25/08/2014

Michel je vous ai lu et compris et ce n'est pas en empruntant récemment l'A 65 pour aller à Pau que j'aurais pu vous contredire

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires