Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

22/10/21 : Après avoir été retenue pour devenir centre de préparation aux Jeux Olympiques dans 17 disciplines, la ville de Pau vient également d'être adoubée pour 3 nouvelles disciplines : le skateboard, le basketball 3*3 et le breakdance.

20/10/21 : Après un arrêt forcé en mars 2020 en raison de la crise sanitaire, Chalair annonce la reprise de la ligne Bordeaux-Montpellier à partir du lundi 15 novembre 2021, à raison de 4 fréquences hebdomadaires

19/10/21 : Pau Béarn Pyrénées Mobilités et ses Partenaires Engagés lancent la 3ème campagne d’Aide à l’achat Vélos, dont l'offre est doublée cette année. Cette 3ème session d’instruction des demandes aura lieu du lundi 1er novembre au mardi 30 novembre 2021.

15/10/21 : Saint-Médard en Jalles poursuit sa concertation sur son futur "Plan vélo et autres mobilités actives" pour déterminer les actions à prévoir en terme d'aménagement, d'éducation, de prévention ou de promotion. Rdv le 18 octobre et le 3 novembre+ d'info

15/10/21 : Rencontres, animations, spectacle, exposition, ciné-débats, atelier, handisport... Du 2 au 16 novembre, la 8ème édition de la Quinzaine de l'Egalité et la Diversité débarque à Bordeaux et dans la métropole. Une fois encore le programme sera riche !+ d'info

15/10/21 : Talence organise samedi 16 octobre de 10h à 19h, une journée consacrée aux sports, mis à l’honneur avec une "Journée olympique" et la "course des 5 et 10 km" : un grand rendez-vous sportif afin de préparer les JO de Paris 2024 et soutenir nos athlètes+ d'info

07/10/21 : À partir du 17 décembre, Volotea proposera une nouvelle ligne au départ de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac à destination de l’aéroport de Lille 2 fois par semaine en décembre et en janvier puis 6 fois par semaine à partir d’avril 2022.

07/10/21 : Dans le cadre des travaux de la déviation du Taillan-Médoc, la section à 2x2 voies de la RD 1215E1, route à grand trafic, sera réduite à 1 voie dans le sens Bordeaux-Le Verdon, du 11/10 au 11/11 et dans le sens Le Verdon-Bordeaux, du 18 au 19 octobre

05/10/21 : L'Etat et la Région ont sélectionné 17 nouveaux lauréats au fonds d’accélération des investissements industriels dans le cadre du plan France Relance. Ces 17 projets représentent 6 M€ de subventions sur un total pour l'heure de 63 M€ et 126 lauréats.+ d'info

05/10/21 : Au 31 juillet 2021, l’État a investi au titre de son plan France Relance 2,75 Mds € en Nouvelle-Aquitaine dont 770 M€ pour le volet transition écologique, 924 M€ pour le volet compétitivité et plus d’1Md pour le volet cohésion sociale et territoriale




- Publicité -
  • 28/10/21 | Un mois dédié à Jean Lacouture

    Lire

    Jean Lacouture, hommes de lettres régional et ancien journaliste disparu en juillet 2015, aurait fêté ses 100 ans le 9 juin dernier. A l'occasion de cet anniversaire, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui consacrer le mois de novembre. Ainsi le « Mois Lacouture » sera ponctué de débats, rencontres ainsi que d'une exposition au sein de l'Hôtel de Région. Tout le programme est à découvrir le site de la Région Nouvelle-Aquitaine

  • 28/10/21 | Le Concours des Saveurs revient

    Lire

    L'Agence de l'Alimentation de Nouvelle-Aquitaine et le Département des Deux-Sèvres organisent ce jeudi une nouvelle session du Concours des Saveurs Nouvelle-Aquitaine à Celles-sur-Belle. Ce Concours permet de récompenser les meilleurs produits et recettes dans 28 catégories, mettant en lumière le savoir-faire des producteurs et artisans locaux. Pour cette nouvelle session 250 produits sont proposés par 70 producteurs et artisans.

  • 28/10/21 | U2P à Brive : de la fabrication de pain à sa distribution automatique

    Lire

    Initialement U2P en Corrèze fabrique des pains en gros volume à destination des collectivités et restaurants d'entreprises. Avec la crise sanitaire et les fermetures dues au confinement, la société a décidé de tourner sa production vers la fabrication de pain pour un parc de machines de distribution automatique de baguettes, conditionnées sous atmosphère protectrice, sur Brive. La société vient d'acquérir des équipements afin de répondre à cette demande grandissante et ainsi produire de nouvelles gammes de produits.

  • 28/10/21 | Limoges : Les 1000 visages de la Covid-19

    Lire

    Ce soir à 19h, l'Université de Limoges organise à la BFM une conférence sur le thème : « COVID-19 : L'ennemi invisible aux mille visages ». Cette conférence permet à tous de mieux comprendre les représentations en jeu dans la crise sanitaire que ce soit de l'image scientifique aux configurations émotionnelles. Cette conférence s'inscrit dans le cycle de conférences grand public interactives mis en place par l'Université.

  • 27/10/21 | Tolkien se tisse à Aubusson

    Lire

    La Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson en Creuse a signé un partenariat afin de réaliser en 4 ans une série exclusive de 14 tapisseries et 2 tapis à partir de l'oeuvre graphique originale de J.R.R Tolkien. Le 22 octobre, elle a dévoilé la 12ème œuvre et la 1ère issue du livre du Seigneur des Anneaux : « Moria Gate ». D'environ 8m2, elle a nécessité plus de 1000h de travail.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Emmanuel Macron: la pauvreté ou la rédemption par le travail

Fêtant les Journées du Patrimoine auxquelles les Français sont plus que jamais fidèles, le président a sacrifié avec entrain à son goût pour les selfies dans les Jardins de l'Elysée. Et il en a même profité pour faire la morale, à moins que ce ne soit pour donner un conseil, à un jeune qui, ayant choisi de travailler dans l'horticulture, n'a qu'à " traverser la rue pour trouver un emploi dans l'hôtellerie ou la restauration". Traduction : le boulot ça se trouve pour peu que l'on veuille s'en donner la peine et accepter d'en trouver là où il y en a, sans état d'âme. Derrière cette phrase d'Emmanuel Macron qui est et sera, évidemment, fort commentée il y a un concentré de la doctrine libérale qui gouverne la vision de l'économie de l'homme de l'Elysée. Comme un aveu indirect de l'impuissance de l'Etat à agir efficacement contre le chômage dont il avait imaginé que la nouvelle donne sociale, les ordonnances des lois travail et le renoncement à l'ISF, espoir d'investissements, seraient des leviers puissants pour inverser la tendance, en profondeur.

Rien de cela pour l'instant et, pire encore, une exaspération et un scepticisme que l'on sent au cœur de la classe moyenne. Il ne faut pas chercher bien loin les tensions actuelles au sein de la majorité parlementaire qui se sont manifestées par un vote à minima en faveur d'un président de l'Assemblée nationale, nommé Richard Ferrand. Et, par la défiance de l'allié Modem dont François Bayrou s'est fait le porte-parole pour rappeler Emmanuel Macron à ses engagements de campagne. Et à « l'élan du projet initial ».

A donc commencé, sans tarder, un début de mea culpa du patron des « En Marche », Christophe Castaner, aux accents se voulant plus sociaux. Ne serait-ce que pour espérer ne pas perdre les effets supposés de ce plan pauvreté dont le président a fait lui-même la promotion, ce 13 septembre. Et les commentateurs de s'interroger sans délai: était-ce un tournant du quinquennat ? Comment croire à un changement de ligne politique, au prétexte que le président a habilement joué la partition de l'indignation contenue, face à la misère sociale ?...

L'analyse de la pauvreté qui lui a été proposée par les experts, et qu'il a fait sienne, pointe la source de celle-ci dans le handicap initial des plus jeunes, au sein de ces familles qui sont hors jeu social. Les réponses apportées par le plan pauvreté ne seront vraiment vérifiables que lorsque l'ensemble du dispositif annoncé aura été mis en œuvre, c'est à dire pas avant 2020-2021 : pour l'essentiel ce Service Public de l'Insertion et ce Revenu Universel d'Activité, censés éviter le décrochage des jeunes, sans formation et regrouper les aides RSA et APL, le bénéficiaire devant alors s'engager à accepter l'une des deux offres d'emploi « raisonnables » qui lui sera proposée. Le tout assorti d'une enveloppe de huit milliards d'euros d'argent public dont, le moment venu, on évaluera plus justement ce qui émanera des collectivités, les départements en premier, déjà pris à la gorge par le poids toujours grandissant du RSA, consécutif au chômage de masse dont le pays ne parvient pas à s'extirper.

A considérer, pour l'instant, ce plan pauvreté qui laisse de côté une autre expression de la misère sociale, celle des plus âgés dont on aurait tort de croire que bénéficiant du minimum vieillesse ils ne basculent pas dans la dépendance, on voit bien que la ligne libérale d'Emmanuel Macron n'est pas prête à changer : c'est de l'obtention d'un travail, fut-elle obligatoire, que découlera la rédemption. Et l'alternative à la pauvreté. Le défi reste majuscule car l'horizon général ne semble pas très favorable à l'économie du pays.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4627
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
wimille patrick | 17/09/2018

Je suis en general avec conviction vos editoriaux,mais là concernant l'emploi je ne suis pas d'accord.Si nous avons tjs un chomage de masse,c'est par manque de souplesse,et de gout pour le travail.La societe des loisirs à l'extreme est tres negative.P.Wimille

Joël Aubert | 18/09/2018

Merci pour l'expression de ce désaccord. Si nous avons un chômage de masse c'est me semble-t-il parce que notre système éducatif a trop longtemps délaissé l'apprentissage. Il a préféré, au nom d'une idée généreuse, mais partiellement fausse de la démocratie, sous Giscard, privilégier les études générales, par exemple le collège unique qui est souvent une impasse avec des générations qui arrivent, aujourd'hui, en fin de scolarité à un âge où la psychologie d'un jeune l'apparente plus aux réactions d'un adulte. Alors, il faut entreprendre des actions de réinsertion aélatoires ; la perception du travail est dévalorisée et trop s'installent dans une manière de marginalité et de ce qu'il est convenu d'appeler l'assistance. L'analyse du pouvoir actuel est acceptable sur le thème de l'insertion à soutenir mais ce n'est pas en stigmatisant un jeune qui n'a qu'à traverser la rue pour trouver du boulot qu'on va régler le problème. La noblesse du politique c'est d'écouter, de comprendre et après de dire mais pas avant de savoir.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires