Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

En hommage à Sabine Torrès en attendant le retour du soleil...

Et pourtant les saints de glaces sont passés… le printemps n’a donc aucune excuse s’il n’est pas au rendez vous que nous pensions lui avoir fixé le 20 mars. Bientôt deux mois de retard… Un vrai scandale, comme s’il n’ y en avait déjà pas assez. Des scandales politiques ici, encore que Jérôme Cahuzac ait fini par renoncer à être candidat à l’élection législative de Villeneuve-sur-Lot et fait rapatrier ses avoirs de Suisse, des scandales néo-sportifs avec ces faux supporters du PSG qui ont joué les casseurs depuis la place du Trocadéro obligeamment prêtée aux Qataris pour épater le monde entier, des scandales financiers avec cette litanie des bonus qui explosent pendant que les peuples crèvent la faim….

Trêve de mauvaises nouvelles : elles sont si faciles à amalgamer et il se trouve tant et tant de médias pour s’en repaître que nous n’allons pas céder à cette facilité. Juste le temps d’y penser pour s’en prémunir.
La liberté de la presse est indivisible, même s'il arrive des moments où on se pose la question de ce qui l'autorise. Et singulièrement, ces jours-ci, avec l'arrêt de diffusion du journal en ligne DijonScope dont Sabine Torrès, notre consoeur, a porté haut les couleurs. Sabine a dû renoncer, faute d'avoir pu convaincre un assez grand nombre de ses lecteurs de s'abonner et n'a pu réunir un ultime tour de table. Une mauvaise nouvelle pour le coup que celle-là venue, hélas, confirmer que la presse, à l'heure de l'explosion du numérique, va devoir convaincre ses lecteurs qu'elle ne pourra pas se développer, exercer sa mission au service de la démocratie et de l'intérêt général si le lecteur, son lecteur, ne contribue pas à sa vitalité. Un problème délicat, maintenant que le net a semblé, pour l'éternité, synonyme de gratuité. Les derniers chiffres de vente de la presse quotidienne, dans l'ensemble très mauvais, viennent confirmer la mauvaise santé d'un secteur qui doit, à la fois supporter les conséquences des bouleversements technologiques et le poids de la crise économique.

Scénario catastrophe en quelque sorte? Difficile bataille en réalité, mais reconquête passionnante. Celle-ci passe, en premier lieu, par le retour de la confiance, de la crédibilité. L'univers des médias auquel nous appartenons est tellement composite, l'information sérieuse, l'enquête, la mise en perspective côtoient une masse de nouvelles ininterrompues et défilantes, faits divers surtout, venus de tous horizons, conçus pour attraper le lecteur, cultivé dans le besoin de l'émotion partagée qui ne reflète en réalité aucun vrai partage... Aucun autre partage que la soumission aveugle à des sentiments de bas étage, ces moments d'inhumanité absolue dont la téléréalité est devenue la lamentable boutique. Ce constat d'un éditeur qui mesure, de longue date, la difficulté de dire, avec honnêteté et si possible hauteur de vue, ferait sourire ces mêmes boutiquiers qui trouveraient méprisables, comme ils savent si bien le faire, ces considérations quasiment provinciales. Nous n'en aurions que faire et puiserions, au contraire, dans l'exigence de la recherche de la vérité, le souci de dire ce qui va, de parler des trains qui arrivent à l'heure et de ceux qui restent à quai, dans le respect des personnes, la raison de continuer le combat pour une presse indépendante qui saura attendre la venue du soleil pour en jouir avec ses lecteurs.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
894
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick 86 | 21/05/2013

Qui l’œuf ou de la poule ? Est-ce le lecteur qui demande plus de sensationnel, de petits potins ou de croustillant ou bien est-ce la presse ayant perdu son rôle premier qui raffole de ces sujets ? A lire ou écouter chacun des deux : « c’est pas moi c’est l’autre ! ». Est-ce le téléspectateur qui recherche des émissions de téléréalité en début de soirée ou la télévision qui a inventé ce concept d’émission ?
Il y a sûrement de brillants universitaires qui ont planché sur ce thème, ce même thème sera peut-être un des sujets du prochain bac, mais moi je n’ai pas la réponse. Quoique ….
Certes il y aura toujours de nombreuses personnes qui ralentiront ou s’arrêteront non pas pour aider mais pour « voir » un accident mais si un journal ou un JT n’étalent pas le négatif ils ne se vendront pas, donc ne seront pas intéressants pour les annonceurs, donc sombreront.
Alors pourquoi le Canard qui fait un style petits et grands potins n’a-t-il pas besoin de pub pour bien se porter? A mon humble avis, car il fait du vrai journalisme. (Je ne suis pas un lecteur assidu du Canard).
J’ai souvent entendu des journalistes dire « nous ne sommes que le reflet de la société ». Facile comme défausse à mes yeux.
Je vais créer un journal et j’ai déjà son titre : NIVELPARLEBA. Son contenu ? La synthèse qui 80% des pages des journaux et de 80% des premières parties de télé. Son tirage ? Du niveau de France Soir à son apogée. Sa rentabilité ? Assurée par la publicité.
Un simple exemple. Hier soir, bien que je ne sois pas mélomane, j’ai regardé sur France 2 une émission de JF Zygel qui a « expliqué » voire décortiqué Roméo et Juliette de Prokofiev. Certes de la vulgarisation mais j’ai compris (n’est-ce pas là le début de la connaissance ?). C’était en 3ème partie de soirée. A quelle heure ? À 1h du matin. Au fait qui assistait à cette représentation de l'orchestre de Radio France ? Un jeune public. Pourquoi ce qui est visible à Paris en journée n'est-il pas visible par d'autres jeunes de province à une heure raisonnable ?

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires