Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Est-ce bien cela notre Europe?...

Et il faudrait être fier de cet accord passé à Bruxelles avec la Turquie, de cet achat au prix fort de la complicité de la Turquie pour qu'elle récupère les migrants qui échouent sur les plages grecques, à moins qu'ils n'aient trouvé la mort en chemin? Il faudrait, sans sourciller, se réjouir des propos du premier ministre turc affirmant que cet accord c'est, en quelque sorte, une manière de porte ouverte à son pays qui jusqu'ici a frappé en vain à la porte de l'Union Européenne? Cette Turquie qui, jour après jour, dilapide l'héritage d'Atatürk, ferme les journaux d'opposition et emprisonne leurs éditeurs parce qu'ils osent critiquer le sinistre président Erdogan.

Franchement, et même si il est vrai que l'Europe ne sait pas comment s'y prendre pour ne pas être submergée par ce flux migratoire d'exception, elle est tombée bien bas pour verser dans un cynisme pareil; à la limite on peut comprendre que la chancelière allemande qui vient de payer, lors d'élections régionales, un lourd tribut à l'esprit d'ouverture dans lequel elle a engagé son pays, ait cautionné cet accord mais les autres démocraties, la nôtre en premier, quel discours tiennent-elles ? Ce qui est infiniment triste, mais au-delà lourd de sens, c'est l'effacement des valeurs qui ont été à la source même de la construction européenne. Et, là, notre responsabilité, celle de la France est très grande. A la faveur de quelques sommets, à l'Elysée ou à Berlin, nous entretenons la fiction d'un couple franco-allemand qui s'est progressivement défait, et les divergences en matière économique et financière n'expliquent pas tout.

L'Europe à vingt huit est née, à la hâte, de la mauvaise conscience d'une génération qui s'est sentie l'obligation de solder le passé du bloc soviétique, sitôt l'effondrement du mur de Berlin. Il est bien tard pour le regretter mais cette Europe est plus que jamais un sous-ensemble mou, tout juste utile en cas de dérapage nationaliste de tel ou tel pays, pour tirer les sonnettes d'alarme et dépêcher quelque mission de bons offices.

Ce sombre constat, avouons-le, est d'un ardent défenseur de l'Union, qui naguère a défendu Maastricht avec la foi de ceux qui croyaient, comme un Jacques Delors, que le message des pères fondateurs prendrait toujours le pas sur les égoïsmes nationaux. Et que l'union monétaire ne tarderait pas à déboucher sur une Union politique assez forte pour que l'Europe et ses 500 millions d'habitants soit le continent de référence et se dote d'une diplomatie capable de peser dans les crises régionales. De quel poids l'Union a-t-elle pesé face à la guerre civile en Syrie ? Aucun, et chacun y est allé de sa propre réaction désespérement tardive et d'ailleurs, pour notre pays, consécutive aux attentats qui ont frappé Paris.

Pour autant, sachons résister, par delà nos déceptions, à un air du temps qui n'a fait que croître et embellir : l'Europe serait à la source de tous nos maux. Economiques d'abord à cause des normes basées sur l'imperium allemand d'un pacte de stabilité qui requiert une grande discipline budgétaire: il est vrai que la monnaie unique ne s'embarrasse pas des contraintes sociales propres à chaque pays mais n'oublions pas qu'elle est aussi le véhicule d'un commerce intra européen qui s'est considérablement développé. Aujourd'hui, plutôt que de rendre l'euro responsable de la faible croissance et du chômage de masse, il semble beaucoup plus important de ne rien cèder dans la négociation en cours de ce fameux « TAFTA », traité transatlantique qui cherche à imposer à l'Europe un fort libéralisme des échanges, peu soucieux de nos choix de société. Et, surtout, pensons aux plus jeunes qui d'un pays à l'autre, d'une université à l'autre, partagent sans toujours les revendiquer, des modes de vie et une culture qui seront le socle de l'Europe de demain.

 

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
8140
Aimé par vous
6 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires