Le Fil d'Aqui

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

06/12/17 : L’innovation au service des entreprises. Jeudi 14 décembre, la CCI47 organise un a-m de table ronde autour du « design, levier d’innovation dans les entreprises ». Pour en parler des entrepreneurs seront présents pour témoigner de leur expérience.

06/12/17 : Mi novembre, le centre national pour le développement du sport a attribué un total 5,7M€ à 16 projets néo-aquitains visant la création d’équipements structurants, l’accès à la pratique sportive des personnes handicapées et à la rénovation des CREPS


- Multivote -


- Publicité -
  • 13/12/17 | Près de 500 000 visiteurs pour Lascaux en un an

    Lire

    Inauguré le 10 décembre 2016 par François Hollande, Lascaux a accueilli en un an près de 500 000 visiteurs. Un chiffre supérieur aux objectifs fixés par les acteurs du projet (400 000). Pour son 1er anniversaire, le site propose une nouvelle exposition temporaire intitulée "Pariétal". Ce vendredi, une plaque en hommage aux 4 inventeurs sera dévoilée en présence du dernier vivant, Simon Coencas et des familles des trois autres inventeurs. En 2018, le Sentier de la Découverte ouvrira au public.

  • 12/12/17 | Germinal Peiro a rencontré le maire de Bordeaux

    Lire

    Germinal Peiro a rencontré lundi, Alain Juppé afin d’évoquer plusieurs dossiers transversaux pour l’avenir de la métropole bordelaise et de la Dordogne. Ils partagent le même point de vue sur la nécessité d’un grand contournement de Bordeaux par la création d’un barreau autoroutier reliant l’A89 à l'A65 et à l'A62, à hauteur de Langon. Ils ont aussi abordé la nécessité de l'amélioration des liaisons ferroviaires : trajet Bordeaux-Périgueux, modernisation des lignes Périgueux-Agen et Sarlat-Bergerac-Bordeaux.

  • 11/12/17 | Péage d'Oléron : la déception des élus départementaux

    Lire

    Alors que le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau a annoncé samedi dans un communiqué, annuler la mise au vote de la création d'un péage au pont de l'île d'Oléron, la grogne monte parmi les élus. Deux vice-présidents de la majorité départementale LR, Dominique Rabelle et Michel Parent (aussi maire de Le Chateau d'Oléron), ont exprimé ce lundi via un communiqué leur "grande déception" : "Ce désaccord de fond met en question la pertinence de ce territoire", préviennent-ils.

  • 11/12/17 | Bordeaux : Deux tramways en plus aux heures de pointe sur la ligne A

    Lire

    Afin d’accompagner la fermeture du pont de pierre à la circulation automobile, et à la demande d’Alain Juppé, TBM renforce le service tramway de la ligne A en heures de pointe, sur la rive droite, à compter du lundi 11 décembre. Deux tramways supplémentaires seront mis en place entre 7 h et 8 h, aux départs de « La Gardette » et « Dravemont » et entre 17h et 18h, du centre de Bordeaux vers la Rive Droite.

  • 09/12/17 | Pierre Dartout décoré en quittant Bordeaux

    Lire

    Pierre Dartout, préfet de Gironde et de Nouvelle-Aquitaine a vécu un moment singulier lors de la réception marquant son départ de Bordeaux: il a reçu des mains d'Alain Juppé la décoration de commandeur dans l'Ordre national du mérite en présence d'élus, de personnalités, de sa famille venue de son Limousin natal moment chaleureux ponctué d'un très bel hommage du maire de Bordeaux retraçant une carrière fournie au service de l'Etat et remerciement appuyé du récipiendaire à Bordeaux où il sera "très heureux de revenir". M.Dartout, le préfet de l'installation de la réforme territoriale a loué sa relation avec Alain Rousset.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Etat-Collectivités locales: le rendez vous manqué de l'Elysée...

Il y avait sans doute une période plus paisible pour discuter des finances des collectivités locales avec l'Etat que celle où le président qui n'est pas candidat mais l'est chaque jour davantage convoque à l'Elysée leurs représentants. « Nous avons été invités par le président de la République et nous avons débattu avec le candidat à la présidence de la République » note Jérôme Cahuzac, président de la commission des Finances de l'Assemblée, maire de Villeneuve-sur-Lot. Que personne ne s'étonne donc que ce rendez vous qui aurait pu avoir une vraie importance restera comme un rendez vous manqué.

Il faut dire que Nicolas Sarkozy, depuis son entrée à l'Elysée, a mis le paquet pour casser le dispositif institutionnel issu des lois de décentralisation des années 80. Ainsi est né, sous le parrainage d'Edouard Balladur, le projet de création d'un élu de troisième génération, le conseiller territorial, sujet hybride puisque siégeant à la fois au conseil général et au conseil régional, deux collectivités territoriales revues et corrigées au point d'être reléguées au second plan, au profit d'une France des villes, intercommunale celle-là. Et ceci, à contre courant de l'organisation institutionnelle qui prédomine en  Europe. Qu'il s'agisse de l'Allemagne, de l'Italie ou de l'Espagne.

Cette réforme dont l'application  est évidemment suspendue à l'éventuelle réélection de Nicolas Sarkozy a crée de tels mécontentements, à gauche comme à droite d'ailleurs, que le Sénat a basculé à l'automne dernier.

Le contexte de ce faux sommet de l'Elysée, en pleine période électorale, était  donc nécessairement tendu et ne pouvait qu'accoucher de profonds désaccords. Alain Rousset pour l'Association des Régions de France et Charly Lebreton pour celle des Départements de France, chacune aux mains du PS, étaient les porte-parole d'une opposition faisant valoir que le moment n'était sans doute pas le mieux choisi pour s'entendre mais ils n'étaient pas seuls. En effet, au nom des maires de France dont il est le président; Jacques Pélissard, maire UMP de Lons-le-Saunier, n'a pas caché ses vives réserves à l'égard du projet de pacte de stabilité des dépenses publiques proposé par le tandem Sarkozy-Fillon pacte qui, déjà, découle du gel des crédits d'Etat aux collectivités, désormais déconnectés de l'inflation. En un mot: oui à la concertation, non à l'imposition. Il faut croire que ces arguments étaient recevables puisque que le premier ministre a trouvé une enveloppe de secours auprès de la  Caisse des dépôts pouvant aller jusqu'à 5 milliard d'euros à consommer au plus vite !...

Le débat de fond est connu : tandis que l'Etat montre l'exemple, fait des économies, supprime un fonctionnaire sur deux, les collectivités - cette autre France, de gauche pour l'essentiel -  continue à embaucher sans compter. Et il n'est pas faux de souligner que la décentralisation a été source de création abondante d'emplois publics. Cent mille de 2007 à 2011 affirme le ministère du budget.

Encore faut-il rappeler que l'Etat, progressivement depuis vingt ans, et singulièrement ces dix dernières années a transféré aux collectivités des compétences qui lui coûtaient trop cher et dont il était bien content de se débarrasser. Rappelons pour seuls exemples, parmi beaucoup d'autres, les routes nationales refilées aux départements, les lycées aux régions avec tous les agents techniques et de services entrant ainsi dans la fonction publique territoriale...Tout cela sans compter les dispositifs nouveaux crées au nom de la solidarité - songeons au Revenu de Solidarité Active -  dont les départements ont hérité et dont le coût ne cesse de croître dans une France dont le nombre des pauvres va grandissant.

Il ne faut donc pas s'étonner qu'au nom du principe de « libre administration », inscrit dans la Constitution, les collectivités aient fait usage de cette liberté. La crise économique leur crée maintenant, plus que jamais, l'obligation de faire preuve de rigueur. La plupart le font, même si elles se sont exposées, il y a peu de temps encore, à de légitimes critiques pour leur affichage, parfois ostentatoire.

Et, puisque la gauche socialiste est en première ligne dans ce débat entre l'Etat  et les Collectivités locales, elle a le devoir de l'être aussi dans les évolutions nécessaires de la décentralisation. N'annonce-t-elle pas, au cas où son candidat à la présidentielle l'emporterait, un acte III de la décentralisation, avec à la clé de nouvelles ressources fiscales spécifiques ? Ce serait une raison supplémentaire de mettre à plat le système d'administration des collectivités, de s'interdire des redondances, de regrouper des compétences dont la proximité invite à conjuguer économies et efficacité. On pense, ici, au chantier à ouvrir entre Régions et Départements qui, déjà, aurait dû l'être lorsque le pouvoir actuel a lancé son projet de réforme territoriale. L'occasion se présenterait, également, de clarifier les compétences déconcentrées de l'Etat car, là-aussi, des économies sont possibles.

Toute une classe politique nourrie de la force de ses habitudes, de ses certitudes confortables, de ses cumuls d'un autre âge, serait-elle capable d'accepter et conduire pareille réforme ? La question est posée mais l'enjeu est crucial pour redonner du souffle à notre démocratie fatiguée.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
260
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires