Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

F, comme Froid et "Fake News"

Cette fois le doute n'est pas permis: -6 à 7h51, l'hiver a pris ses quartiers, dix sept jours avant le calendrier officiel. Avouons-le: dans notre campagne girondine nous n'avons trouvé personne pour s'en plaindre. Autant dire que c'est une bonne nouvelle, ou en tout cas considérée comme telle. Alors, osons la défendre: de celles dont on se dit que la planète se fiche un peu de la date retenue pour le solstice d'hiver, et qu'elle nous oblige à une humilité que nous oublions trop souvent, en la malmenant. Alors vive le froid! Le froid sec de préférence, même si nous nous devons d'être solidaires des stations pyrénéennes qui, cette année, se réjouissent du niveau des chutes de neige qui sont, pour elles et leur économie, la promesse d'une saison de ski favorable. Et, ici, en Nouvelle Aquitaine nous qui avons, avec nos voisins d'Occitanie, le plus beau massif montagneux de France, à la fois le plus doux pour la randonnée et la glisse et le plus varié pour l'escalade - juste un peu de chauvinisme - nous ne passerons pas l'hiver sans aller faire une balade à Iraty, Lescun, au Somport ou à Piau... A moins que nous ne découvrions les pistes de ski de fond du plateau de Millevaches. Et il y en a tant d'autres possibles.

Ce plaidoyer ne doit pas nous engourdir et nous dispenser de conserver le meilleur de l'esprit critique. Et, ce week-end, le rendez vous des " Tribunes de la Presse", à Bordeaux, en offrait l'occasion. C'est ainsi que se présentait le débat " L'information sauvage: le triomphe des Fake news et des faits alternatifs". Un moment précieux pour le journaliste et le citoyen dont on retiendra l'interrogation, en manière de coup de gueule, d'une figure du "Canard enchaîné" et de la profession, Nicolas Brimo. Internet, espace de liberté? Non, "un espace commercial" qui, publicité aidant, brasse des sommes gigantesques. Et d'ajouter : il y a neuf pages fausses du Canard sur Facebook. De cela et de la contamination des esprits, entraînés dans une course à la connexion, accentuée par ce que Jayson Harsin, professeur à "l'Américain University of Paris" appelle "la multiplication des émetteurs et la fragmentation des publics", la société civile commence à prendre conscience, à défaut des pouvoirs publics. Nicolas Brimo s'étonne notamment que la France, à la différence de l'Allemagne, n'ait pas encore fait voter une loi qui veille aux fake news et pénalise les sites qui en diffusent. Quant à la question qui continue de nourrir la chronique, née outre Atlantique, entre People et Géopolitique, à la faveur de l'élection présidentielle américaine, la politologue et spécialiste de la Russie, Marie Mendras, en propose une lecture inattendue et donc intéressante: une manière de subversion venue de Moscou et orchestrée par le Kremlin lui semble peu probable, Poutine aurait préféré une Clinton présidente et "mal élue". Il reste qu'à ses yeux ces fake news sont une arme redoutable mais également susceptible de fragiliser un pouvoir comme celui du maître de la Russie et de révéler un mensonge d'Etat.

Et, puisque la critique est bienvenue pour nous réchauffer nous sommes tombés - merci internet - sur la vidéo postée par un député européen que l'on connaît bien, ici, en Nouvelle Aquitaine, spécialement au pays basque et du coté d'Anglet qui, lors des dernières élections européennes de 2014 avait dû s'exiler de la circonscription Sud Ouest pour faire une place à Michèle Alliot-Marie, ce qui n'allait pas l'empêcher de conduire à la victoire la liste de droite en île-de-France. Alain Lamassoure qui vient pourtant de quitter "les Républicains" est en colère et il le dit, sans détours, en s'adressant à Emmanuel Macron et au gouvernement, depuis qu'il est dans leurs intentions d'imposer, pour les prochaines élections européennes, des listes nationales et non plus régionales.  Un coup de gueule ponctué d'une analyse que l'on peut partager sans état d'âme car pareil changement, à priori tout à l'avantage d'En Marche, signifierait que les citoyens n'auraient au fond qu'à valider des choix faits d'en haut. Au bon vouloir du prince, et Lamassoure de suggérer que les circonscriptions électorales soient celles correspondant aux treize régions nées de la réforme territoriale. Une proposition marquée au sceau du bon sens, au lieu de cette nouvelle démonstration du jacobinisme sans vergogne qui règne au Palais.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
11414
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires