Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

13/12/19 : Ce jour, Claude Olive, le maire d'Anglet (64), 40 000 habitants, a annoncé, sans surprise pour ses administrés, qu'il repartait pour un deuxième mandat. A ce jour, trois listes avec gauche, LFI sont en lice. Y aura-t-il une liste abertzale (basque)?

13/12/19 : Inquiétude de crues à Bayonne demain encore, en aval de l'Adour et de la Nive, après les pluies torrentielles qui se sont abattues des derniers jours. La ville fait en effet office d'entonnoir de ces flux, aggravé par le reflux des marées montantes

13/12/19 : Dans le 64, le service de prévision des crues a placé en niveau de vigilance ROUGE le Gave de d'Oloron, en particulier pour les communes de Caresse, Saint-Pé-de-Léren et Léren. De nombreux autres cours d'eau sont placés en vigilance ORANGE

13/12/19 : Dans le 47, 35 interventions du SDIS sont en cours, succédant aux 84 interventions tout au long de la nuit. 17 000 foyers sont privés d’électricité. Rétablissement prévu dans la journée. Sur la D656, circulation interrompue en sortie d’Agen.

13/12/19 : En raison des fortes rafales de vent qui ont sévi ces dernières heures, la circulation des tramways bordelais a été arrêtée. Retour progressif à la normale à 9h30(ligne C) et à 10h(ligne A). La Ligne B ne roule qu'entre Quinconces/Berges de la Garonne

12/12/19 : En raison de conditions météo de forte tempête et de vagues de submersion, le Conseil départemental des Pyrénées atlantiques a décidé de fermer la route de la Corniche entre Ciboure et Hendaye jusqu'à samedi.

12/12/19 : Météo-France a placé la Dordogne en alerte orange pour vents violents et en alerte jaune pour pluie inondation. Des rafales de vent pouvant atteindre 90 à 100 km/h et des averses soutenues sont attendues en seconde partie de nuit.

12/12/19 : La CR 47 appelle les professionnels de l’agriculture et citoyens à soutenir l’agriculteur Vincent Rigo "attaqué en justice pour une non mise en conformité du déversoir de crue rehaussé de 40 cm » à se rassembler le 18 déc à 8h30 au TGI d’Agen

11/12/19 : MeteoFrance a placé la Nouvelle Aquitaine en vigilance jaune vents violents avec des risques de submersions, notamment en Pays Basque et dans les Landes. Des rafales à 95 km/h et 85 km/h sont attendus à respectivement à La Rochelle et à Hendaye.

10/12/19 : Charente-Maritime : 2300 personnes ont manifesté aujourd'hui à La Rochelle, 1100 à Saintes et 700 à Rochefort, selon la préfecture.

10/12/19 : A Poitiers, mobilisation moins importante ce mardi après-midi contre la réforme des retraites. Le cortège est parti de Rebeillau à 14h pour rejoindre la Porte de Paris. Selon la police, il y avait 2 900 manifestants, la CGT en recensait 7 à 8 000.

10/12/19 : A Agen, 3000 personnes ont participé à la manifestation contre la réforme des retraites. Ils étaient 2000 à Bayonne et 5000 à Limoges (chiffres police).




- Publicité -
  • 14/12/19 | Charente-Maritime : vote du budget au menu de la session de décembre

    Lire

    Le Département de Charente-Maritime s'apprête à faire sa session de fin d'année, juste avant Noël. Du 16 au 20 décembre, les élus départementaux vont se réunir pour voter notamment le budget 2020 : 1,013 milliards d’euros. Une somme record qui dépasse les 943 millions de l’an dernier, notamment à cause des dépenses sociales à la hausse, selon son président Dominique Bussereau. Il est aussi prévu une hausse des investissements, avec un budget de 95 millions

  • 14/12/19 | Forte crue des Gaves

    Lire

    Les vents très violents ont ajouté aux précipitations et les Pyrénées-Atlantiques et les Landes sont ce samedi 14 décembre encore les plus impactées. A Ilharre au Pays basque un homme au volant de sa voiture a trouvé la mort en heurtant un arbre couché sur la route. La montée des eaux des Gaves a particulièrement touché Peyrehorade obligeant des habitants à évacuer leur maison avant d'être accueillies dans la salle communale. Les pompiers ont secouru des automobilistes et à Saint-Martin de Seignanx les résidents d'un EPHAD ont été évacués par précaution. Ce samedi matin la crue était surveillée de très près particulièrement à Peyrehorade

  • 13/12/19 | Un nouveau président à la CCI des Landes

    Lire

    Ce 13 décembre, François Lafitte a été élu président de la CCI des Landes. Ce dirigeant de Primland SAS, entreprise landaise tournée vers l’export et l’international, était également élu de la CCI depuis 2011. Membre aussi de l’interprofession Interfel, la représentation des intérêts de l’entreprise de l’économie du territoire ont toujours fait partie de ses priorités. Au cours de son mandat, il souhaite maintenir le cap tout en mettant ses compétences et sa créativité au service de la CCI.

  • 13/12/19 | Dordogne : bilan des intempéries des 12 et 13 décembre

    Lire

    La nuit dernière, un fort coup de vent a touché la Dordogne. De fortes bourrasques de vents ont été enregistrées (122 km/h à St Martial de Viveyrols et 104 km/h à Bassillac) ainsi que des fortes précipitations. On observe de nombreuses chutes d'arbres : 50 interventions ont été réalisées pour dégager les routes par les services du Département. A midi, 25 000 personnes étaient toujours privées d’électricité. Une vigilance crue / inondation est en place sur la commune de Terrasson, tronçon Vézère aval.

  • 13/12/19 | Tahiti choisie pour les épreuves de surf aux Jeux Olympiques

    Lire

    Le Comité olympique France 2024 a effectué son choix sur le site des épreuves de surf aux JO 2024, préférant Tahiti et son extraordinaire spot de Tehuapo'o aux littoraux breton (La Torche) et aquitain,(Lacanau, Hossegor et Biarritz). En ces lieux, les dates estivales n'offraient pas la garantie de vagues, contrairement à l'archipel d'Outre mer. Biarritz en a fait les frais en son temps. Le risque d'absence de vagues condamnerait définitivement le surf des Jeux. Le choix définitif devrait intervenir le 6 janvier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Face à la crise sociale quelle stratégie ?

Pascal Demurger, le directeur général du groupe MAIF, de cette grande mutuelle de Nouvelle-Aquitaine qui fait la prospérité de Niort, le rappelait lors de l'ultime rencontre des Tribunes de la Presse, consacrée à «  L'entreprise, ennemie des Lumières ? », ce week-end à Bordeaux : entre 1989 et maintenant, le salaire d'un patron du CAC 40 est passé de 40 à 240 fois le montant du SMIC ( les chiffres 2018 connus avancent 277 fois). Ce simple rappel, à l'heure où un large sentiment prédomine dans la société française, celui de l'injustice fiscale qui a pris au moins autant de place dans le déclenchement de la révolte des Gilets Jaunes avec la quasi suppression de l'Impôt sur la Fortune que la fameuse taxe sur les produits pétroliers, ne peut que mettre en évidence la relative vacuité du pouvoir politique face à la crise sociale qui déchire notre pays.

Car n'en doutons pas elle est là et ce ne sont pas les quelques dix milliards créés pour tenter de la désamorcer qui suffiront à la surmonter ni même à l'apaiser. Le mal français est multiforme et il est ressenti d'autant plus rudement que les réformes, déjà mises en œuvre ou avancées par le pouvoir exécutif, rompent ou écornent ce qu'il était convenu d'appeler le modèle de protection sociale cité en exemple et dont l'avènement, au lendemain de la guerre sous les auspices du Conseil National de la Résistance, servait de référence.

La Sécurité sociale serait-elle menacée nous objectera-t-on ? Comment répondre à pareille interrogation en ignorant l'état de la société et ce sondage publié par le journal du Dimanche de ce 17 novembre  selon lequel 63 % des Français disent avoir renoncé à se faire soigner dont 45% en raison de difficultés financières les jeunes, les habitants des zones rurales ou les handicapés...Quels chiffres autres que ceux-là pour illustrer le grand malaise des personnels de l'hôpital, médecins y compris que l'on a vu, ici et là, défiler ces jours-ci parce qu'il est de plus en plus rude de faire face, notamment dans les services d'urgence débordés ou viennent échouer ces Français, qui se tournent vers le service public comme une évidence... Dans l'urgence, et sans jeu de mots, Emmanuel Macron en rappelant « l'héritage », charge son premier ministre de répondre avec « des décisions fortes »... Attendons. Une autre réforme dont le premier acte voit le jour ces jours-ci, celle de l'assurance chômage, soulève beaucoup d'inquiétude et en particulier parmi les personnes qui vont d'un emploi précaire à l'autre ; voulue pour cause de déficit de l'Unédic elle ne peut cacher l'obligation de faire sortir de l'indemnisation des milliers de gens et de les pousser vers la recherche d'un emploi ou l'acceptation du premier travail qu'on leur propose. Heureusement Muriel Pénicaud la ministre du travail nous annonce une «  vraie révolution »....un site internet et une application mobile qui « vont permettre à notre pays d'entrer dans une société de compétences »... Acceptons-en l'augure tout en soulignant que beaucoup de compétences existent déjà et, qu'à l'époque où la crise sociale est, de façon parfois excessive, assimilée à une manière de fracture territoriale, l'Etat devrait être beaucoup plus attentif au maintien de Centres d'apprentissage en milieu rural, ce qu'Alain Rousset rappelait aux Tribunes, plutôt que de dessaisir les collectivités de cette compétence si importante.

 

Au fond et ce qui est frappant dans l'état actuel de l'offre politique pour répondre à la crise c'est qu'elle ne parvient pas à concevoir et élaborer une stratégie qui fasse écho à la crise profonde que nous connaissons. Cela a été fortement évoqué lors des Tribunes de la Presse, y compris pour évoquer l'importance que la planification a joué dans la France des lendemains de la guerre. Nous étions en reconstruction, en route vers les Trente glorieuses avec une économie qui tournait à plein. Et pourtant nous étions capables et prenions le temps de concevoir une politique d'aménagement du territoire et d'anticiper des évolutions. Nous ne connaîtrons plus ces temps d'économie galopante. A l'heure où l'urgence climatique nous oblige comme jamais, où l'on théorise la décroissance, ne serions-nous plus aptes à échapper à la seule réponse néo-libérale ? A mettre en mouvement une société et un peuple que les seules conventions citoyennes ne peuvent associer au débat sur l'avenir ? Il est temps d'engager le grand chantier stratégique dont la France a besoin.

 
What do you want to do ?
New mail

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3624
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires