aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

26/03/17 : Dordogne : le nombre de demandeurs d'emplois sans aucune activité est en baisse au mois de février. 20 900 personnes sans activité sont inscrites à Pole emploi. Cette diminution concerne les moins de 25 ans (-1 %) et les plus de 50 ans (-1,4 %).

26/03/17 : Philippe Poutou, candidat à la présidentielle pour le NPA, tiendra un meeting à Terrassion Lavilledieu, le lundi 3 avril. Il est le deuxième candidat à venir battre la campagne en Dordogne, après Jean-Luc Mélenchon.

26/03/17 : Charente-Maritime : le nombre de demandeurs d'emploi s'établit à 56 720 à la fin février, soit +0,6% d'inscrits en un mois. En revanche, le nombre de demandeurs sans aucune activités (cat.A) a baissé de 5% ces douze derniers mois.

25/03/17 : Charente-Maritme : lors de la session de printemps le 24 mars, les élus du Département ont adopté une motion à l'intention de la Région, concernant leurs inquiétudes vis-à-vis du transfert de la gestion des transports et du sort des salariés.

24/03/17 : La Rochelle : "victime" du succès de son équipe en tête du Top 14 : le stade Marcel-Deflandre affiche complet sur tous ses matchs jusqu'à la fin de saison. Le Stade Rochelais prévoit d'ouvrir 1000 places de plus pour la saison prochaine, dès avril.

21/03/17 : Promotion remarquée pour le marmandais Matthias Fekl qui succède à Bruno Le Roux, ministre de l'Intérieur poussé à la démission par F.Hollande et B.Cazeneuve à la suite des révélations sur l'emploi de ses filles à l'assemblée entre 2009 et 2016

20/03/17 : Le vélo-tourisme de Charente-Maritime a reçu 3 récompenses au salon Destination Nature ce week-end à Paris : la VélOdyssée et la route du Canal des 2 Mers pour les trophées "Itinéraires" et le 1erPrix "Destination Vélo" pour l'ensemble du département


- Multivote -


- Publicité -
  • 27/03/17 | " Les Républicains" veulent ester contre l'ex Poitou-Charentes

    Lire

    Au nom du groupe LR de la Région, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt, Olivier Chartier accompagnés de leurs conseils ont remis au président Alain Rousset un mémoire "aux fins d'engager des procédures judiciaires" eu égard à " la responsabilité de l’exécutif de l’ancienne région Poitou-Charentes ainsi que de toutes autres personnes responsables des graves irrégularités commises." Actions proposées: la saisine du procureur financier près la CRC et le dépôt d’une plainte auprès du procureur de la République en raison des conventions signées sans délégation de signature

  • 27/03/17 | Six représentants des candidats devant le MEF33

    Lire

    Ce sera ce 30 mars, salle Point du Jour-Pierre Tachou, 44 rue Joseph Brunet à Bordeaux (Bacalan) à 19h00. A l'invitation du Mouvement Européen et des Jeunes Européens de bordeaux 6 représentants de candidats présenteront les grandes lignes de leur programme européen et débattront ensuite entre eux et l'assistance. Il y aura là Yves d'Amécourt (LR), Tanguy Bernard (En Marche), Stéphane Saubusse (EELV), Alain Vergniault (UDI), Fabien Robert (Modem), Cyril Fonrose (PS) . L'actualité récente: Versailles, Livre Blanc de la Commission, Rome nourriront cet échange

  • 26/03/17 | Légère hausse du chômage en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Le nombre de demandeurs d'emplois a augmenté en Nouvelle-Aquitaine de +0,5% entre janvier et février, avec 500 470 inscrits, toutes catégories confondues, soit +1,1% en un an. La Gironde enregistre le plus grand nombre de chômeurs, avec 147 880 chômeurs, soit une hausse de +2,6% en un an. La Creuse enregistre le plus forte baisse d'inscriptions, avec -2,6%. Le nombre de demandeurs d'emploi sans aucune activité a baissé en Corrèze (-8%), Charente (-6,6%) et Charente-Maritime (-5%) en 12 mois.

  • 21/03/17 | Ford: deux groupes de travail

    Lire

    Le comité de suivi du site Ford Aquitaine Industries (FAI) de Blanquefort réuni en préfecture en présence de la direction, des représentants du personnel et des collectivités a fait un point d’étape sur la situation et décidé la création de 2 groupes de travail l'un visant à rechercher des pistes d’améliorations de la compétitivité du site en vue de l’obtention de nouveaux produits, l'autre à aborder la diversification de l’usine vers l’électrification des véhicules. Les activités d'entreprises implantées dans la région et spécialisées dans ce domaine ont été présentées à Ford Europe.

  • 21/03/17 | Le premier ministre salue une rénovation urbaine à Pau

    Lire

    Bernard Cazeneuve, le premier ministre, a été accueilli lundi à Pau pour accompagner le lancement d'un important projet de rénovation urbaine. Celui-ci concerne le quartier populaire de Saragosse où 127 millions d'euros vont être investis sur 8 ans, dont 39 millions accordés par l'Etat. 1448 logements seront requalifiés et 1468 résidentialisés. 258 logements étant créés ainsi que 78 logements sociaux. Bernard Cazeneuve a également salué le dynanisme de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, labellisée I-Site pour ses spécialités dans l'énergie et l'environnement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

François Fillon n'est quand même pas Charles de Gaulle

Intenable... La ligne de conduite jusqu'au boutiste de François Fillon est devenue intenable. Toute considération morale mise à part elle l'est pour des raisons qui touchent à ce qu'est la droite française. L'aurait on oublié qu'il faudrait quand même se souvenir, et ce n'est pas si vieux que cela, de la fracture dont les primaires ont été le révélateur. Entre une droite ouverte à la société, cherchant un point d'équilibre et une droite dont le conservatisme a ressurgi, assorti d'une proclamation libérale très radicale.

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard que ce 2 mars, au lendemain de la réaffirmation péremptoire de François Fillon qui venait d'apprendre sa convocation et celle de son épouse, les proches d'Alain Juppé renoncent à soutenir l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy. On pense à Benoît Apparu qui, de porte parole d'Alain Juppé, l'était devenu de François Fillon, avec un empressement dont l'enthousiasme avait semblé quelque peu relatif...

Si les juppéistes quittent le navire c'est que se profile une opération dont le caractère à la limite factieux ne peut que séparer la droite. Ce rassemblement populaire à Paris, destiné à mobiliser ou à garder mobilisé l'électorat Fillon des primaires, sa "base", avec une cible, la justice et les juges, ne passe pas auprès de nombre d'élus dont certains n'hésitaient pas ces dernières heures à poster sur twitter: "Cette manifestation anti-juges, c'en est trop. Nous avons la République chevillée au corps." En effet, comment ne pas être surpris qu'un homme qui aspire à la plus haute responsabilité, avec ce qu'implique la séparation des pouvoirs, puisse au nom de sa propre ambition dont on peut comprendre qu'elle soit déçue, se placer dans les conditions de faire un bras d'honneur, à grand spectacle, à la justice de ce pays?

Que l'on sache, il n'est jusqu'à ce jour que candidat à la magistrature suprême et son échec éventuel ne signifierait pas la disparition de la nation... Nous ne sommes même pas au lendemain de mai 68, lorsque la famille gaulliste avait réuni dans les rues de Paris des centaines de milliers de manifestants pour réclamer le soutien à un certain Charles de Gaulle, tout juste de retour de sa rencontre avec le général Massu, à Baden Baden... Il n'y a pas de déshonneur à écouter ceux de son camp qui mesurent, comme l'affirme Dominique de Villepin, "l'abîme" dans lequel on le plonge et, avec lui, les valeurs que demain on devrait défendre, au sommet de la République.

L'Effet Trocadéro: Personne ne m'interdira d'être candidat...

Convenons-en, ce grand rassemblement du Trocadéro aurait pu virer au pire : une manif anti juges à grande échelle qui aurait aggravé le cas de François Fillon. Le député de Paris et son carré de soutiens indéfectibles, les Retailleau, Chatel, Baroin et autre Longuet dont on évitera de rappeler le palmarès sur le thème de la morale en politique n'ont pas craint de se placer en rupture avec leur propre parti et de pointer la France des appareils politiques qui ignorent « la parole du peuple, » François Fillon ne rechignant pas à appeler De Gaulle à la rescousse, comme si le général n'avait jamais pensé, un seul instant, circonscrire le peuple de France à un groupe de supporteurs enflammés.

 Fort de cette mobilisation d'une France de droite bien à droite qui n'entend pas « se faire voler sa primaire » il est venu affirmer, au France 2 de 20 heures, qu'il tiendrait bon et maintiendrait sa candidature et que personne ne pourrait l'en empêcher. Voici donc sa famille politique placée au pied du mur et bien embarrassée pour le pousser à renoncer fût ce avec «  les honneurs »

Le sondage publié, ce dimanche, qui confirme sa dégringolade et qui, par opposition, semble légitimer le retour en grâce d'Alain Juppé qui doublerait Emmanuel Macron, au premier tour, le fera-t-il changer d'avis ?... C'est méconnaître l'entêtement de François Fillon qui se pose en seul et unique « sauveur de la France » et sans doute préjuger du ralliement de ses partisans au maire de Bordeaux qu'ils avaient éconduit dans la ligne droite de la primaire. Et qui a annoncé ce lundi son renoncement définitif. Sauf surprise la crise, au sein de la droite, n'est pas prête de s'éteindre et on en vient même à se demander si par dépit une partie de l'électorat Fillon ne risque pas de s'évader vers une certaine Marine Le Pen, au premier comme au second tour.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
5545
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
GARRISSOUannie. | 05/03/2017

Maintenant nous sommes lassés de cet"acharnement" contre Fr.FILLON; Qui ne s'indignerait pas s'il était tous les jours mis en cause pour une "affaire" dont personne ne connaît le contenu exact et que seuls les médias alimentent

Patrick 86 | 06/03/2017

Tout ceci me pousse à penser que les prochains sujets du bac pourraient porter sur l’honnêteté en politique ou jusqu’où peut-on aller pour défendre ses opinions …. Quoiqu’il en soit ces évènements à gauche ou à droite montrent bien que lorsqu’un parti n’a pas su trouver un chef, une personne qui se détache des autres par sa valeur personnel, son charisme et non pas grâce à un vote de primaire, son électorat ne peut qu’être tenté par un autre vote. Nous, les Français, avons des siècles de royauté derrière nous et nous sommes toujours attachés inconsciemment à cette valeur même si, heureusement, elle n’est plus basée sur le droit divin. Nos vieux partis ne devraient-ils pas se poser la question ? Pas étonnant, à mon avis, que les autres prétendants aient le vent en poupe. Ils répondent chacun, à des degrés divers et selon leur style, un peu à cette aspiration.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires