Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

04/12/20 : Après 20 années de Présidence de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet confirme qu'il démissionnera de son mandat le 7 décembre prochain.

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.




- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

François Fillon n'est quand même pas Charles de Gaulle

Intenable... La ligne de conduite jusqu'au boutiste de François Fillon est devenue intenable. Toute considération morale mise à part elle l'est pour des raisons qui touchent à ce qu'est la droite française. L'aurait on oublié qu'il faudrait quand même se souvenir, et ce n'est pas si vieux que cela, de la fracture dont les primaires ont été le révélateur. Entre une droite ouverte à la société, cherchant un point d'équilibre et une droite dont le conservatisme a ressurgi, assorti d'une proclamation libérale très radicale.

Ce n'est d'ailleurs pas un hasard que ce 2 mars, au lendemain de la réaffirmation péremptoire de François Fillon qui venait d'apprendre sa convocation et celle de son épouse, les proches d'Alain Juppé renoncent à soutenir l'ancien premier ministre de Nicolas Sarkozy. On pense à Benoît Apparu qui, de porte parole d'Alain Juppé, l'était devenu de François Fillon, avec un empressement dont l'enthousiasme avait semblé quelque peu relatif...

Si les juppéistes quittent le navire c'est que se profile une opération dont le caractère à la limite factieux ne peut que séparer la droite. Ce rassemblement populaire à Paris, destiné à mobiliser ou à garder mobilisé l'électorat Fillon des primaires, sa "base", avec une cible, la justice et les juges, ne passe pas auprès de nombre d'élus dont certains n'hésitaient pas ces dernières heures à poster sur twitter: "Cette manifestation anti-juges, c'en est trop. Nous avons la République chevillée au corps." En effet, comment ne pas être surpris qu'un homme qui aspire à la plus haute responsabilité, avec ce qu'implique la séparation des pouvoirs, puisse au nom de sa propre ambition dont on peut comprendre qu'elle soit déçue, se placer dans les conditions de faire un bras d'honneur, à grand spectacle, à la justice de ce pays?

Que l'on sache, il n'est jusqu'à ce jour que candidat à la magistrature suprême et son échec éventuel ne signifierait pas la disparition de la nation... Nous ne sommes même pas au lendemain de mai 68, lorsque la famille gaulliste avait réuni dans les rues de Paris des centaines de milliers de manifestants pour réclamer le soutien à un certain Charles de Gaulle, tout juste de retour de sa rencontre avec le général Massu, à Baden Baden... Il n'y a pas de déshonneur à écouter ceux de son camp qui mesurent, comme l'affirme Dominique de Villepin, "l'abîme" dans lequel on le plonge et, avec lui, les valeurs que demain on devrait défendre, au sommet de la République.

L'Effet Trocadéro: Personne ne m'interdira d'être candidat...

Convenons-en, ce grand rassemblement du Trocadéro aurait pu virer au pire : une manif anti juges à grande échelle qui aurait aggravé le cas de François Fillon. Le député de Paris et son carré de soutiens indéfectibles, les Retailleau, Chatel, Baroin et autre Longuet dont on évitera de rappeler le palmarès sur le thème de la morale en politique n'ont pas craint de se placer en rupture avec leur propre parti et de pointer la France des appareils politiques qui ignorent « la parole du peuple, » François Fillon ne rechignant pas à appeler De Gaulle à la rescousse, comme si le général n'avait jamais pensé, un seul instant, circonscrire le peuple de France à un groupe de supporteurs enflammés.

 Fort de cette mobilisation d'une France de droite bien à droite qui n'entend pas « se faire voler sa primaire » il est venu affirmer, au France 2 de 20 heures, qu'il tiendrait bon et maintiendrait sa candidature et que personne ne pourrait l'en empêcher. Voici donc sa famille politique placée au pied du mur et bien embarrassée pour le pousser à renoncer fût ce avec «  les honneurs »

Le sondage publié, ce dimanche, qui confirme sa dégringolade et qui, par opposition, semble légitimer le retour en grâce d'Alain Juppé qui doublerait Emmanuel Macron, au premier tour, le fera-t-il changer d'avis ?... C'est méconnaître l'entêtement de François Fillon qui se pose en seul et unique « sauveur de la France » et sans doute préjuger du ralliement de ses partisans au maire de Bordeaux qu'ils avaient éconduit dans la ligne droite de la primaire. Et qui a annoncé ce lundi son renoncement définitif. Sauf surprise la crise, au sein de la droite, n'est pas prête de s'éteindre et on en vient même à se demander si par dépit une partie de l'électorat Fillon ne risque pas de s'évader vers une certaine Marine Le Pen, au premier comme au second tour.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
88986
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
GARRISSOUannie. | 05/03/2017

Maintenant nous sommes lassés de cet"acharnement" contre Fr.FILLON; Qui ne s'indignerait pas s'il était tous les jours mis en cause pour une "affaire" dont personne ne connaît le contenu exact et que seuls les médias alimentent

Patrick 86 | 06/03/2017

Tout ceci me pousse à penser que les prochains sujets du bac pourraient porter sur l’honnêteté en politique ou jusqu’où peut-on aller pour défendre ses opinions …. Quoiqu’il en soit ces évènements à gauche ou à droite montrent bien que lorsqu’un parti n’a pas su trouver un chef, une personne qui se détache des autres par sa valeur personnel, son charisme et non pas grâce à un vote de primaire, son électorat ne peut qu’être tenté par un autre vote. Nous, les Français, avons des siècles de royauté derrière nous et nous sommes toujours attachés inconsciemment à cette valeur même si, heureusement, elle n’est plus basée sur le droit divin. Nos vieux partis ne devraient-ils pas se poser la question ? Pas étonnant, à mon avis, que les autres prétendants aient le vent en poupe. Ils répondent chacun, à des degrés divers et selon leur style, un peu à cette aspiration.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires