aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

23/04/17 : A 16h45, dans les Pyrénées Atlantiques, le taux de participation atteignait 70,49% contre 74;59% en 2007 et 67,61% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à 17h00 dans le département de la Gironde est de 66,82% (contre 77,85% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 77,91% au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à 17h n'est que de 65,79% soit près de 11 points de moins qu'au premier tour de la présidentielle en 2012.

23/04/17 : En Dordogne, le taux de participation estimé à 17 h est de 69,43 %, contre 78,06 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 81,67 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007. La participation est identique au niveau national (69,42 %).

23/04/17 : Charente-Maritime : le taux de participation aux élections étaient de 28,22% à midi ce dimanche, soit près de 2% de moins qu'en 2012.

23/04/17 : Si au niveau national le taux de participation est de 28,54%, il est, selon les chiffres fournis par la préfecture, de 31,71% dans les Pyrénées Atlantiques. En 2007, il était de 32,97% et de 28,94% en 2012.

23/04/17 : Le taux de participation estimé à midi dans le département de la Gironde est de 25,90% (contre 35,08 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2012 et 37,46 % au 1er tour de l’élection présidentielle en 2007).

23/04/17 : En Dordogne, ce dimanche, à 12 h, le taux de participation au 1er tour de l’élection présidentielle est de 30,41 %. C’est mieux qu’au niveau national (28,54 %). La mobilisation était de 34,55 % au premier tour de l’élection présidentielle en 2012.

23/04/17 : Dans les Landes, la participation à midi est en légère baisse par rapport au premier tour de 2012 : 32,62% (contre 34,14%).

23/04/17 : Il se confirme que la viticulture girondine sera affectée par le gel en particulier de la nuit du 20 au 21 avril: le sauternais dans les secteurs bas mais aussi l'entre deux mers le libournais et certaines communes en Haute Gironde.

22/04/17 : En Dordogne, les 693 bureaux de vote seront ouverts dimanche de 8 h à 19 heures pour le premier tour des élections présidentielles. 314 954 électeurs périgourdins sont appelés aux urnes.

21/04/17 : Important risque de feux de forêt en Lot-et-Garonne! Depuis quelques jours, les sapeurs-pompiers interviennent sur des départs de feux. La préfecture du Département appelle à la plus grande prudence.


- Multivote -


- Publicité -
  • 23/04/17 | Incendie de Cissac: la RD 1215 rouverte

    Lire

    A 14h30 ce dimanche l’incendie de Cissac-Médoc était considéré comme maîtrisé grâce à l’action soutenue des pompiers du Service départemental d’incendie et de secours de la Gironde et de ceux venus en renfort des départements voisins (17-24-40-19-87-79-64) : les routes départementales 1215 et 4 étaient à nouveau ouvertes A 14h30,(17-24-40-19-87-79-64).Les habitants et automobilistes sont invités à rester vigilants sur la zone.

  • 21/04/17 | Cissac-Médoc : incendie et perturbations routières

    Lire

    L'incendie déclaré ce jeudi à Cissac qui a dévasté 1100ha de forêt est «stabilisé mais pas encore fixé» selon la Préfecture. Il mobilise 300 pompiers, 143 véhicules et 2 canadairs. La RD1215 est fermée dès St-Laurent-Médoc avec une déviation vers St-Sauveur, puis vers Cissac, Vertheuil, et par la RD204 pour rejoindre Lesparre. Les RD 4, 205 et 3E2 sont barrées entre la RD1215 et Hourtin. La RD101 est fermée au niveau de la sortie de St-Laurent, en direction du lieu dit Lagunan. Une déviation est proposée par la RD 3 par Hourtin, Carcans, Brach et Castelnau

  • 13/04/17 | Lla FNSEA se démarque d'un éleveur qui reçoit Marine Le Pen

    Lire

    La FNSEA Nouvelle-Aquitaine tient à souligner qu’elle n’est le support d’aucun meeting, ni le porte-parole d’aucun des partis politiques dans la campagne présidentielle. C’est en son nom propre et sur la base d’une initiative personnelle, qu’un éleveur de bovins viande de la commune de PAGEAS (87) accueillera Mme Le Pen pour son prochain meeting. La FNSEA indique que ses statuts mentionnent que pour être éligibles dans ses instances, les administrateurs doivent satisfaire à plusieurs conditions dont « ne pas être investi d’un mandat parlementaire ou de conseiller régional ».

  • 09/04/17 | Le CESER veut plus d'équité territoriale

    Lire

    En avant première au Conseil régional, le Ceser a adopté une dizaine d’avis sur la mobilité, la transition énergétique, le développement culturel, la jeunesse, le tourisme et l’aménagement des territoires et mis l’accent sur l’emploi et l'amélioration des conditions de travail et d’accueil des saisonniers. La Région invitée à s’engager pour le tourisme solidaire et le départ en vacances des publics fragiles. Le Ceser estime que les enjeux définis dans le Schéma de développement des territoires ne traduisent pas l'ambition d'équité et de maîtrise des "dynamiques inégalitaires"

  • 09/04/17 | Région: Les" Républicains" saisissent le tribunal administratif

    Lire

    Les élus LR de la Région avec à leur tête, Virginie Calmels, Yves d'Amécourt et Olivier Chartier annoncent qu'ils ont saisi le tribunal administratif de Bordeaux, après avoir remis un mémoire au Président Rousset, le 23 mars, consacré à la gestion de l'ex-région Poitou-Charentes suite au rapport de la Chambre régionale des comptes et pour lui demander d’inscrire ce mémoire à l’ordre du jour de la séance plénière de ce 10 avril, ce qui n'a pas été possible car intervenant après le bouclage de cet ordre du jour. N'ayant pu obtenir "un complément" à celui-ci ils ont décidé d'ester en justice.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

François Hollande, choisit la lucidité et renonce à une nouvelle candidature

Eh bien, c'est non. François Hollande a pris à contrepied ceux des observateurs qui, croyant si bien le connaître, ne pouvaient croire qu'à une nouvelle candidature. Il y a renoncé en usant d'un mot clé qui l'honore, celui de lucidité. Mais il l'a fait avec juste ce qu'il fallait de solennité pour que la fonction présidentielle qu'il représente encore, pour cinq mois, ne soit pas davantage abaissée qu'hélas elle le fût par son absence, justement, de lucidité lorsqu'il s'est livré à des confidences invraisemblables à nos confrères du Monde dans un livre dont il a ignoré jusqu'au moment de la parution.

Il ne pouvait pas sous-estimer le risque d'absolue d'humiliation que le peuple français lui aurait probablement infligé, à commencer lors de la primaire de gauche qui va, quasiment d'ailleurs, se résumer à une primaire socialiste. Le moment viendra où il faudra tenter de creuser cette question centrale dans l'exercice du mandat de François Hollande. Ce ne sont pas ses compétences intellectuelles, non plus que son rapport naturel au peuple qui auront été en question tout au long de ces années; c'est le sentiment qu'il n'avait pas été, en tout cas qu'il ne l'avait été que trop peu souvent, l'homme de la situation. Il a pourtant montré, aux moments les plus graves, qu'il était capable de prendre des décisions conformes à la logique de nos institutions. Et, à ce pouvoir considérable que depuis que De Gaulle l'a voulu à sa hauteur, dans une période où la 4° république s'effondrait face à la gravité de la situation à laquelle elle ne savait plus répondre en Algérie. Seulement, il en aura été de ce quinquennat, comme d'une certaine manière il en fût du précédent, c'est à dire un moment où les difficultés que le nouveau monarque présidentiel doit affronter, à commencer par les réformes nécessaires dans un temps plus court, sont telles qu'il est très vite enfermé dans une manière de gestion politique impossible, s'engageant sur le chômage sans grand pouvoir, face à une opinion en attente. Repensons aussi, par exemple, un instant, au débat sans fin pour aboutir à la loi sur le non cumul des mandats qui doit voir le jour à compter de l'an prochain. Fort de sa légitimité de nouvel élu, François Hollande n'avait qu'à prendre à témoin le pays de sa volonté de l'imposer. et ceci au nom d'une oxygénation nécessaire du rôle de l'élu dans un contexte où la politique est raillée jusqu'à la caricature. Un référendum aurait assis son magistère et sa majorité n'aurait pas pu s'y opposer.

Oui le temps viendra d'une intéressante analyse de la fonction présidentielle ces dix dernières années. Elle sera d'autant plus nécessaire à entreprendre que, déjà, il ne nous a pas échappé qu'un certain François Fillon avait l'intention de renverser la table très vite et très fort s'il l'emportait: les ordonnances certes que ne reniait pas non plus Alain Juppé mais le référendum aussi...

En attendant, l'annonce quand même surprenante du président de la république ouvre nettement le jeu à gauche. On n'attend plus que la candidature de Manuel Valls qui pour être nécessairement solidaire du bilan de François Hollande va se lancer dans la primaire, sans le même handicap que l'homme qu'il a servi. Un Valls qui sur le mode de l'autorité ne manquera pas de capacité mais qui va devoir tenter de redonner du crédit à une ligne social-démocrate, battue en brèche au sein du PS, détournée par la candidature d'un Montebourg  et débordée par la surenchère de Jean-Luc Mélenchon. Soyons au moins sûrs d'une chose c'est que si les électeurs de la primaire socialiste choisissent Manuel Valls, le débat présidentiel, dont François Hollande a esquissé le théâtre idéologique, sera rude sur le terrain droite-gauche, après le succès d'un François Fillon marqué lui-même d'une forte empreinte idéologique. Mais nous n'en sommes pas là, loin s'en faut, et puis prenons garde n 'est-ce pas à ne pas nous placer, même sur le seul terrain du commentaire, à la place des électeurs de l'autre primaire à venir....

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3250
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires