Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Garonne, Adour, Côte Atlantique: les eaux montent et la nature nous rappelle à l'ordre

L'Aquitaine et tout le littoral atlantique ont commencé le mois de février comme ils avaient terminé le précédent, sous les pluies incessantes qui ont marqué un mois de janvier exceptionnellement doux. Des sols saturés, la conjugaison de dépressions puissantes qui ont provoqué des houles de mer impressionnantes et de fortes marées, il n'en fallait pas plus pour que les cours d'eau débordent, que les digues craquent et que les dunes littorales s'effondrent. Le tableau est sombre mais, heureusement, la vigilance a permis d'éviter des pertes humaines, à l'exception d'imprudences mortelles à Biarritz. Ces intempéries doivent être, en tout cas, l'occasion d'une prise de conscience générale...

Celle de l'Etat, des collectivités locales, de toutes les collectivités, de la Région au département en passant par les communautés de communes et d'agglomération, jusqu'à la plus modeste des communes, d'une réalité que l'on a beaucoup trop ignorée: l'eau est, sans jeu de mot, à la source du plus grand nombre de catastrophes naturelles. Et, l'accélération actuelle des phénomènes dont l'élévation du niveau des Océans témoigne de façon spectaculaire est un défi majeur pour une société comme la nôtre. Elle l'est, ici, chez nous, de Biarritz à Lacanau et Soulac, en passant par la côte landaise: elle l'est singulièrement au confluent de Garonne et Dordogne sur toute la presqu'île d'Ambés et sur une grande partie de l'agglomération bordelaise, à Bayonne au confluent de l'Adour et de la Nive; elle l'est dans l'intérieur des terres et au pied des montagnes comme les inondations brutales entre Saint-Béat et Lourdes l'ont montré...Elle l'est non loin de chez nous, à l'île de Ré par exemple, ou les tempêtes de décembre ont fait plus que rappeler le traumatisme de Xynthia, nécessité des travaux en urgence face au débordement de l'Océan et à l'érosion spectaculaire de la dune littorale. Et là, justement, qu'il s'agisse d'une île dont l'économie dépend essentiellement du tourisme ou d'une agglomération qui entend devenir millionnaire comme Bordeaux, on est frappé par les moyens qu'il faut mettre en oeuvre pour commencer par éviter le pire et regarder la réalité en face.
Il fallut, hélas, la série de catastrophes et de drames provoqués par Xynthia pour prendre enfin conscience de ce qu'il faut bien appeler une coupable indifférence ou, à tout le moins, d'un laisser aller laisser faire où chacun avait sa part de responsabilité. Des responsables de l'Etat qui avait fermé les yeux sur l'autorisation de constructions dans des lieux de plus en plus exposés, aux élus qui, souvent, avaient apposé leur signature au bas de documents d'urbanisme qui défiaient le simple bon sens. Ce rappel ne vaut pas seulement pour le littoral mais pour tant et tant de communes traversées par de simples cours d'eau.

Les épisodes climatiques actuels vont, nécessairement, placer davantage encore chacun devant ses responsabilités. L'Etat qui à travers les PPRI, les Plans de Prévention contre les Risques d'Inondations, fait preuve déjà d'une si grande fermeté que le citoyen inquiet pour la pérennité du bien qu'il a acquis clame sa colère - c'est le cas dans l'île de Ré -, les collectivités ensuite qui dans leur souci de développement doivent considérer qu'en amont de tout schéma d'aménagement il y a désormais un impératif majeur, celui du risque inondation, le citoyen enfin qui renonce à se poser la question qui dérange. La récente étude de l'OCDE qui souligne les terribles conséquences économiques, sociales et financières d'une crue majeure de la Seine, comme celle de janvier 1910, vient à point nommé mettre en évidence l'urgence d'une politique d'ensemble. D'une politique qui ne craigne pas de remettre en question certain modèle de développement urbain que la puissance publique et les élus promeuvent, à marche forcée. Il ne suffit pas de disposer de son Agenda 21 et de revendiquer un développement durable, encore faut-il le préparer, avec autant d'humilité que de résolution, à l'heure où la nature nous rappelle à l'ordre.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2078
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 03/02/2014

Très interessant, le traitement de l'info, à l'occasion de ces inondations. Lorsque la Garonne est sortie de son lit dimanche matin à La Réole, aucune ligne dans la presse ni à la télé (juste dans la presse très locale), puis même chose lorsqu'elle sortie en suivant à Langon, rien de rien. Il a fallu que trois péquins se mouillent les pieds à Bordeaux pour voir apparaitre quelques images et lignes dans les quotidiens régionnaux, et quand Biarritz fut touché, alors là ce fut un déchainement. Pendant ce temps les habitants des quais à LA REOLE eurent les pieds dans l'eau jusqu'a mercredi mais cela n'a ému personne. Toute le journée de mercredi et de jeudi, les employés municipaux furent sur le pont pour rendre un beau visage à la ville, mais là non plus point de ligne ou d'image.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires