aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info



- Publicité -
  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

  • 16/09/16 | L'Aragon et la Nouvelle Aquitaine réunis sur la liaison Pau-Canfranc-Saragosse

    Lire

    Alain Rousset, le président du Conseil régional, et Javier Lambán Montañés, le président du gouvernement d'Aragon, se rencontreront le 21 septembre à Pau pour travailler à la réouverture de la liaison ferroviaire Pau-Canfranc-Saragosse. Dossier dont ils iront souligner l'urgence le 18 octobre à Bruxelles. Un groupe de travail réunissant l'Aragon et la Nouvelle Aquitaine sera constitué et dédié au dossier transeuropéen de transport RTE-T tandis qu'une structure permanente de coopération sera mise en place sur le sujet.

  • 15/09/16 | Eric Morvan nouveau préfet des Pyrénées Atlantiques

    Lire

    L'histoire se répète au Pays Basque: Eric Morvan, directeur de cabinet adjoint auprès du ministre de l'Intérieur va succèder à Pierre-André Durand à la préfecture des Pyrénées Atlantiques. En effet, les deux hommes ont tous deux été sous préfet de Bayonne, le second entre 2008 et 2010. Ce dernier va hériter du dossier d'intercommunalité unique Pays basque (EPCI) mis en place par son prédécesseur. Avec sur son bureau un recours -a priori suspensif- déposé par des maires opposants de l'intercommunalité Côte-Basque Adour.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Garonne, Adour, Côte Atlantique: les eaux montent et la nature nous rappelle à l'ordre

L'Aquitaine et tout le littoral atlantique ont commencé le mois de février comme ils avaient terminé le précédent, sous les pluies incessantes qui ont marqué un mois de janvier exceptionnellement doux. Des sols saturés, la conjugaison de dépressions puissantes qui ont provoqué des houles de mer impressionnantes et de fortes marées, il n'en fallait pas plus pour que les cours d'eau débordent, que les digues craquent et que les dunes littorales s'effondrent. Le tableau est sombre mais, heureusement, la vigilance a permis d'éviter des pertes humaines, à l'exception d'imprudences mortelles à Biarritz. Ces intempéries doivent être, en tout cas, l'occasion d'une prise de conscience générale...

Celle de l'Etat, des collectivités locales, de toutes les collectivités, de la Région au département en passant par les communautés de communes et d'agglomération, jusqu'à la plus modeste des communes, d'une réalité que l'on a beaucoup trop ignorée: l'eau est, sans jeu de mot, à la source du plus grand nombre de catastrophes naturelles. Et, l'accélération actuelle des phénomènes dont l'élévation du niveau des Océans témoigne de façon spectaculaire est un défi majeur pour une société comme la nôtre. Elle l'est, ici, chez nous, de Biarritz à Lacanau et Soulac, en passant par la côte landaise: elle l'est singulièrement au confluent de Garonne et Dordogne sur toute la presqu'île d'Ambés et sur une grande partie de l'agglomération bordelaise, à Bayonne au confluent de l'Adour et de la Nive; elle l'est dans l'intérieur des terres et au pied des montagnes comme les inondations brutales entre Saint-Béat et Lourdes l'ont montré...Elle l'est non loin de chez nous, à l'île de Ré par exemple, ou les tempêtes de décembre ont fait plus que rappeler le traumatisme de Xynthia, nécessité des travaux en urgence face au débordement de l'Océan et à l'érosion spectaculaire de la dune littorale. Et là, justement, qu'il s'agisse d'une île dont l'économie dépend essentiellement du tourisme ou d'une agglomération qui entend devenir millionnaire comme Bordeaux, on est frappé par les moyens qu'il faut mettre en oeuvre pour commencer par éviter le pire et regarder la réalité en face.
Il fallut, hélas, la série de catastrophes et de drames provoqués par Xynthia pour prendre enfin conscience de ce qu'il faut bien appeler une coupable indifférence ou, à tout le moins, d'un laisser aller laisser faire où chacun avait sa part de responsabilité. Des responsables de l'Etat qui avait fermé les yeux sur l'autorisation de constructions dans des lieux de plus en plus exposés, aux élus qui, souvent, avaient apposé leur signature au bas de documents d'urbanisme qui défiaient le simple bon sens. Ce rappel ne vaut pas seulement pour le littoral mais pour tant et tant de communes traversées par de simples cours d'eau.

Les épisodes climatiques actuels vont, nécessairement, placer davantage encore chacun devant ses responsabilités. L'Etat qui à travers les PPRI, les Plans de Prévention contre les Risques d'Inondations, fait preuve déjà d'une si grande fermeté que le citoyen inquiet pour la pérennité du bien qu'il a acquis clame sa colère - c'est le cas dans l'île de Ré -, les collectivités ensuite qui dans leur souci de développement doivent considérer qu'en amont de tout schéma d'aménagement il y a désormais un impératif majeur, celui du risque inondation, le citoyen enfin qui renonce à se poser la question qui dérange. La récente étude de l'OCDE qui souligne les terribles conséquences économiques, sociales et financières d'une crue majeure de la Seine, comme celle de janvier 1910, vient à point nommé mettre en évidence l'urgence d'une politique d'ensemble. D'une politique qui ne craigne pas de remettre en question certain modèle de développement urbain que la puissance publique et les élus promeuvent, à marche forcée. Il ne suffit pas de disposer de son Agenda 21 et de revendiquer un développement durable, encore faut-il le préparer, avec autant d'humilité que de résolution, à l'heure où la nature nous rappelle à l'ordre.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
642
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
tchoo | 03/02/2014

Très interessant, le traitement de l'info, à l'occasion de ces inondations. Lorsque la Garonne est sortie de son lit dimanche matin à La Réole, aucune ligne dans la presse ni à la télé (juste dans la presse très locale), puis même chose lorsqu'elle sortie en suivant à Langon, rien de rien. Il a fallu que trois péquins se mouillent les pieds à Bordeaux pour voir apparaitre quelques images et lignes dans les quotidiens régionnaux, et quand Biarritz fut touché, alors là ce fut un déchainement. Pendant ce temps les habitants des quais à LA REOLE eurent les pieds dans l'eau jusqu'a mercredi mais cela n'a ému personne. Toute le journée de mercredi et de jeudi, les employés municipaux furent sur le pont pour rendre un beau visage à la ville, mais là non plus point de ligne ou d'image.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires