Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

23/07/19 : Ratification au rabais par l'assemblée nationale du CETA liant l'UE et le Canada : 266 voix pour 213 contre ; abstention de 52 députés LREM et 6 MODEM et 479 suffrages exprimés sur 553 votants.

23/07/19 : Plan canicule, une cellule de crise a été mise en place à l'Hôtel de ville de Poitiers pour porter secours aux personnes en détresse inscrites sur le registre canicule. Pour s'y inscrire et bénéficier de conseils adaptés, un numéro : 0549308075

23/07/19 : En raison de la canicule, la Ville de Bayonne a installé un brumisateur, place de la Liberté, pour rafraichir les promeneurs en ce lieu même où demain mercredi à 22 h sera donné le coup d'envoi de ses célèbres fêtes depuis le balcon de la mairie.

23/07/19 : Vigilance canicule à Agen. La piscine Aquasud est ouverte non-stop tous les jours de 11h à 19h. Des salles rafraîchies sont également ouvertes notamment dans la médiathèque, la résidence La Salève ou encore la Salle des Illustres de la mairie.

23/07/19 : Mémoires & Partages lance un appel à un rassemblement à la mémoire de Mamoudou Barry, ce chercheur en droit à Rouen battu à mort vendredi soir. Ce rassemblement se tiendra jeudi 25 juillet à 18 h 30 sur le Parvis des droits de l'homme à Bordeaux.

23/07/19 : Canicule. EDF a décidé d'arrêter les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Golfech dans le Tarn-et-Garonne car l'eau de la Garonne qui sert à refroidir les réacteurs est trop chaude.

23/07/19 : Depuis le 19 juillet, au vu des conditions climatiques et de la hausse des températures, les maraudes du SAMU social ont été adaptées dans les rues de Bordeaux et de la métropole pour venir en aide aux personnes sans domicile.

21/07/19 : Canicule:Le département de Gironde active dès ce lundi 22 juillet une cellule de crise et un numéro d'information et d'orientation [05 56 99 66 99] afin d’apporter un soutien aux personnes âgées et aux personnes handicapées, ainsi qu’aux professionnels.

21/07/19 : La Gironde en alerte canicule ORANGE - niveau 3 - à compter de ce lundi 22 juillet à 6h00 et ce jusqu’à nouvel ordre. Les températures devraient dépasser les 35°C dès demain, les 40°C la journée de mardi et ne pas descendre en dessous de 21°C la nuit

19/07/19 : Un nouveau cas de dengue diagnostiqué en Lot-et-Garonne suite au retour d’une personne ayant séjourné sur l’île de la Réunion. Le traitement de démoustication interviendra dans la nuit du 22 au 23 juillet à Bajamont, Foulayronnes et Castelculier.

19/07/19 : Épisode de fortes chaleurs ce week-end dans le 47. Le risque de feux de forêt devrait basculer en niveau sévère dès lundi, avec un renforcement des effectifs et des moyens sapeurs-pompiers. Le SDIS active dés à présent sa vidéosurveillance.

19/07/19 : Le Château de Bonaguil en Lot-et-Garonne vient de recevoir le label « Sécuri-Site ». Délivré par la Préfète du Département, ce label certifie la mise en place d’un dispositif de sécurité complet, à l’intérieur comme aux abords d’un site touristique.




- Publicité -
  • 24/07/19 | Haute vigilance sur les lacs de la Touche-Poupard et du Cébron

    Lire

    Les fortes chaleurs ont favorisé le développement de cyanobactéries, des micro-algues, sur les lacs du Cébron et de la Touche-Poupard. Formant un dépôt à la surface, leur décomposition libère des toxines. En plus de l'interdiction de baignade déjà en vigueur, le département des Deux-Sèvres ajoute certaines précautions : les activités nautiques sont autorisées dans des conditions strictes, la consommation du poisson est prohibée et les animaux domestiques sont interdits de baignade.

  • 24/07/19 | Pissos (40) accueille les Rencontre(s) Itinérances Nature

    Lire

    Le Parc Naturel des Landes de Gascogne organise pour la 3ème fois les 21 et 22 septembre les Rencontre(s) Itinérances Nature. Cette manifestation permet de partager une vision du tourisme et de la pratique de loisirs respectueuse de l’environnement. Ces 2 jours d’échanges, de formations, de découvertes, de convivialité et de bien-être seront animés par des gens passionnés désireux de transmettre. Programme et inscription

  • 24/07/19 | Creuse : un hommage à Tolkien en tapisserie

    Lire

    La Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson a conclu, en 2016, un partenariat avec l'Estate Tolkien Foundation, avec l'aide de l'Union Européenne. L'accord implique la création en quatre ans de treize tapisseries tissées à partir de l'œuvre originale de J.R.R Tolkien, créateur du Seigneur des Anneaux et de Bilbo le Hobbit. A ce jour, cinq des treize panneaux ont été réalisés. La fin des tissages et la présentation de la tenture sont prévus pour le printemps 2021.

  • 24/07/19 | Rendez-vous à Saint-Médard-en-Jalle plage !

    Lire

    Jalle Plage revient cette année les mercredi 24 et jeudi 25 juillet en Bords de Jalle ! Au programme : structures gonflables, jeux d'eau et d'adresse, espace détente et lecture avec la Bibliambule. Mas aussi des séances de sophrologie et de yoga. Le jeudi à partir de 14h « Décide toi Coco » invite à un jeu tous publics où les participants entrent dans un nouvel univers, où un élément du patrimoine alentour est en péril... Pour les sportifs, le Cap 33 tour propose des initiations à de nombreux sports dont course d’orientation, BMX, lutte, hockey sur gazon ou encore pelote basque. Et en soirée : focus sur le fitness !

  • 23/07/19 | Canicule : le niveau 3 du plan déclenché en Dordogne

    Lire

    La Dordogne est en vigilance orange "canicule. Les températures maximales devraient dépasser les 40°C, les températures nocturnes elles, pouvant dépasser les 20° C pendant 3 jours. Entre le mardi 23 et jeudi 25 juillet, les minimales seront de 22° et les maximales de 41,6°. Le préfet a déclenché le niveau 3 alerte canicule qui se traduit par des mesures pour les sans abri avec l'ouverture de places en hébergement d'urgence et des maraudes. Les activités sportives entre 12 h et 20 h sont déconseillées.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Gilets jaunes et démocratie: Les premières leçons d'une crise politique et sociale inédite

L'insurrection qui a enflammé les rues de Paris et s'est propagée, de façon inattendue, dans plusieurs villes et même un modeste village de province, a jeté le pays dans une manière d'effroi dont il subsiste, quatre jours plus tard, une très grande inquiétude. Et, beaucoup de croiser les doigts après les annonces du premier ministre; ce moratoire jugé insuffisant par les gilets jaunes, avec l'espoir, quand même, que le chaos de ce premier week-end de décembre ne se reproduise pas. ( L'Elysée a fait savoir mercredi soir que les taxes étaient annulées au 1° janvier) Mais, d'ores et déjà, il convient, dépassant nos frayeurs, de discerner au-delà des apparences, les lignes de force d'un mouvement populaire, inédit, et soutenu par une large majorité de nos concitoyens. Une révolte qui aura des grandes conséquences sur la vie démocratique de notre pays

Les taxes sur les carburants n'ont été que le détonateur d'une éruption sociale dont l'injustice fiscale est assurément le plus puissant moteur, dans une société où le mot égalité ne dort jamais que d'un œil, dans l'inconscient collectif. Il n'est que voir comment le rétablissement intégral de l'ISF est très vite devenu le slogan massue des gilets jaunes. Il catalyse, en quelque sorte, leurs revendications car, non seulement, il met en lumière les privilèges supplémentaires accordés aux plus riches mais il creuse un fossé insupportable aux yeux d'une population qui tire le diable par la queue. Et qui comprend que ces faveurs auront été de peu d'effets sur le cours de l'économie et n'auront pas contribué à guérir le cancer qui mine la société française et est à la source de beaucoup de violences : le chômage de masse.

Et là, sans préjuger de la façon dont le pouvoir peut sortir le pays de cette crise politique et sociale gravissime – Emmanuel Macron ira-t-il jusqu'à destituer le premier ministre pour se protéger ? - il ne faut pas craindre de se projeter sur quelques unes de ses possibles conséquences.

Dans ce qu'il faut bien appeler un climat d'essence révolutionnaire, notons d'abord que l'image de la classe politique, dans son ensemble, va sortir davantage affaiblie même si l'ex Front National et la France Insoumise espèrent en tirer profit électoralement, aux Européennes. Surtout on a observé, et continue de le mesurer, jour après jour, combien elle incarne la société des privilèges aux yeux de cette classe moyenne qui vit étroitement et dont le pouvoir d'achat stagne depuis des années. Ces représentations des élus et de leur rôle sont sans doute partiellement injustes mais elles sont devenues insupportables à beaucoup.

Il va donc devenir impératif d'en tenir compte. Et de régénérer l'expression citoyenne, au-delà des rendez vous électoraux dont  la fréquentation, est-il nécessaire de le rappeler,va de Charybde en Scylla. Le reférendum d'initiative populaire n'a jamais connu la moindre tentative de mise en œuvre. Et la réforme constitutionnelle qui devait être débattue au parlement, prévoyant la réduction du nombre des élus et l'instauration d'une dose de proportionnelle, à côté du scrutin majoritaire, a été renvoyée à plus tard, pour cause d'affaire Benalla. Il ne fait pas de doute que ces évolutions seront jugées insuffisantes dans les concertations à venir que le pouvoir central veut engager.

Cette crise profonde dont l'origine est à rechercher dans l'application de la ligne libérale prônée par Emmanuel Macron, sans véritable contrepartie sociale, fournit aussi l'occasion d'une prise de conscience des enjeux d'un réapprentissage du vivre ensemble dont les ressorts ne demandent qu'à être activés. Ayons présent à l'esprit ce choc des slogans, ces deux dernières semaines : la fin du mois face à la fin du monde... Et observons, avec attention, l'appel du réalisateur du magnifique film « Demain » qui a bouleversé, en 2015, la jeune génération ; cette main tendue par Cyril Dion aux gilets jaunes... Venez donc participer avec nous, ce 8 décembre, à la marche pour le climat. Une invitation assortie d'une critique radicale du capitalisme financier, à la source de la « dérégulation » et, selon cette figure de l'écologie nationale, de l'appauvrissement de la classe moyenne. Une approche que l'on aurait tort de brocarder sur le seul mode de l'utopie ou de la récupération : l'un des devoirs majeurs de ceux qui nous gouvernent c'est de commencer, enfin, à entendre le réveil d'un peuple qui peut se rassembler pour défendre une certaine idée de son avenir et de l'universalité de son héritage culturel.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3248
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires