Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

13/02/21 : Charente-Maritime: La préfecture signale des plaques de glace localisées notamment au droit des îlots. La circulation est délicate du côté de Mirambeau, Lorignac, Montendre, Archiac (D699), Jonzac (D28) et Pérignac (D732). Le salage est en cours.




- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

" Girondins farouches"... en colère contre l'Etat et le monarque républicain

Il n'y est pas allé de main morte le président du Conseil départemental de la Gironde...Ce Jean-Luc Gleyze que l'on connaissait surtout pour son attitude modérée, au demeurant inséparable de ses convictions d'homme de gauche. Mais on n'est pas l'élu du Sud Gironde, de Captieux et alentours, on n'a pas au fil des jours côtoyé les gens d'ici et de là-bas, écouté leurs besoins et leurs doléances sans se faire, pour toujours, une certaine idée de la politique et du service des autres. Alors, quand le monarque républicain convoque, en son Palais de l'Elysée, les présidents de cinq métropoles, dont la bordelaise, pour leur dire qu'il faut avancer vers la prise de contrôle de leur département, et qu'il le fait en oubliant sciemment d'associer les présidents de ces mêmes départements, il suscite plus que de l'incompréhension, de la révolte.

Et voilà comment, puisant dans l'Histoire un surcroït de légitimité, Jean-Luc Gleyze est devenu "farouchement girondin" . Rassurons ses amis et les siens: il ne connaîtra pas le sort des Vergniaud et autres Brissot...La guillotine est passée de mode.

Cependant, lors du rassemblement organisé ce 13 octobre, à l'hôtel du département où les écharpes tricolores étaient sorties des armoires, on pouvait comprendre que nous assistions au début d'une campagne de mobilisation dont le plus grand département de France allait être le théâtre. Jean-Luc Gleyze a lancé avec l'oeil malicieux : "Un "Nouveau Monde" est en émergence. Et il ne viendra pas de Paris. Il sera le fruit de notre action sur les territoires!". Et de rappeler le récent appel de Marseille où les trois grandes associations d'élus - ARF, ADF,AMF- (Régions, Départements, Maires) mettaient en garde le pouvoir contre son obsession recentralisatrise. Car ne nous trompons pas; derrière cette mobilisation des collectivités locales et territoriales existe un fort consensus politique. On a pu le mesurer, ce samedi à Bordeaux, lorsque le leader de l'opposition de droite au département, Jacques Breillat le maire de Castillon-la-Bataille, est monté au créneau dénonçant, avec force, la technostructure parisienne et demandant que l'Etat commence par balayer devant sa porte; en colère aussi contre ce concept né dans le Rhône de "département résiduel" qui témoigne d'un insupportable mépris. On l'a mesuré pleinement lorsque le sénateur Philippe Madrelle, a lu le message de soutien de Gérard Larcher, le président du Sénat.

Emmanuel Macron dont il est désormais évident qu'il a dû différer le remaniement ministériel, dans l'incapacité de trouver hors de sa famille politique les personnalités d'expérience auxquelles pensait son premier ministre, serait bien inspiré de faire amende honorable, en renonçant à bâtir une loi d'exception pour imposer un schéma d'organisation territoriale qui nie le réel. Et, à tout le moins, lui qui n'a jamais été confronté aux réalités de la gestion d'une commune et de la vie de ses administrés, de commencer par recevoir et écouter ces "Girondins" auxquels il avait promis, devant le Congrès, en juin dernier, un "pacte" basé sur la confiance.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
8208
Aimé par vous
4 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
morlot | 15/10/2018

BRAVO JOËL... heureusement que nous avons encore un journaliste qui ne pratique pas "la langue de bois" pour dénoncer, entre autre, le centralisme voulu du Pt Macron au détriment du peuple de France et qui met en lumière la volonté des élus du 33.

Michel Q | 15/10/2018

Décidemment, le Président Macron a tout d’un techno-monarque omnipotent. Lui dont le discours n‘a cessé de mettre au pilori ceux qu’il considérait comme appartenant au “monde d’avant”, prouve au quotidien que sa vision va à l’encontre des fondamentaux de la démocratie… ou de ce qu’il en reste. Par démocratie, il faut entendre un pouvoir légitimé par l’écoute et le partage, portant les besoins du peuple et non des oligarques dont il est un des plus fidèles supporters. Le mutisme de la génération Macron face à la mascarade de leur messie, qui porte la vision d’un monde bien plus ancien que celui qu’il n’a cessé de dénoncer pendant sa campagne, laisse rêveur ceux qui avaient pourtant dénoncé la mauvaise farce de ce jeune technocrate, tout acquis à l’ultra-libéralisme européen et du centralisme. Celui-là même qui fournit le terreau sur lequel pousse une extrême droite réactionnaire, et une nouvelle gauche à réinventer, empêtrée dans la reconstruction d’une idéologie qui ferait sens. Macron est un tartuffe, un de plus dans notre paysage politique national. Pour s’en convaincre, il suffit non pas de retenir ses saillies verbales dignes d’un Sarkozy de quartier, mais de lister ses décisions énarchiques et centralisatrices, dérégulatrices pour ses pairs du pouvoir et coercitives pour la vulgate, le tout mis en musique par un rigide Edouard Philippe, son coreligionnaire de l’énarchie. Son centralisme porte une vision totalement ancrée à droite, qui conspue le peuple au profit des sachants et nous oblige à ce qu’ils croient, à défaut de ce dont nous avons besoin et de ce que nous sommes en droit d’attendre de notre république.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires