Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Google et l'Etat font la paix pour 60 millions d'euros

Soixante millions d’euros pour une première mondiale… Les commentaires auto satisfaits vont bon train pour saluer l’accord signé à L’Elysée entre le président de la République et celui de Google. Comprenons donc que le géant mondial du net et l’Etat français, au plus haut niveau, cherchent à tirer profit de la fin d’un bras de fer engagé l’été dernier. Google, dont la capitalisation boursière est de quelques 240 milliards de dollars, s’achète à bon prix une conduite, lui qui avale les contenus de la presse mondiale pour en faire le plus grand des médias et la plus riche base de données. La France, de son côté, à travers la gauche au pouvoir, revendique une victoire morale, s’évite le piège d’une taxe d'abord envisagée (1), mais surtout se dit que cet argent là sera bienvenu pour accompagner les mutations d’une presse sans dessus dessous.

Cet accord dont il est dit qu’il s’appliquera à la presse d’intérêt général et politique, celle qui est reconnue par un numéro de la Commission paritaire des publications et agences de presse, - c’est le cas de notre journal en ligne – intervient, en effet, à un moment où la presse se demande comment survivre et, quand elle survit, comment trouver les moyens de son développement.

Le modèle économique traditionnel de la presse quotidienne reposait sur les recettes liées à la double vente des journaux, à des lecteurs d’abord, à des annonceurs ensuite, la publicité dans les années fastes apportant d’ailleurs des ressources supérieures à celles issues de la vente en kiosque ou des abonnements. Un système qui permit, longtemps, de proposer au lecteur des journaux dont le prix de revient était supérieur au prix de vente, les aides à la presse apportant une manne importante dont aucun éditeur ne se passerait, et dont l’Etat se prévalait au nom de l’impératif démocratique.

Les temps ont changé. L’émergence du net, plus encore que la création des quotidiens gratuits type Métro ou 20 minutes, la sophistication des outils –smartphone et tablette –  contraignent les éditeurs à accélérer le passage du papier au numérique. Et, ceci, dans un contexte où la gratuité de l’information s’est imprimée dans le cortex du public, d’une grande partie de citoyens éclairés qui ne se posent guère la question de savoir si le travail des journalistes, celui des graphistes, des développeurs méritent salaire. S’il est  le garant de ce que l’on appelle la qualité de l’information.

La presse quotidienne papier qui a engagé, de bonne heure, l’indispensable mutation est à la recherche de nouveaux équilibres et semble pouvoir y parvenir; celle qui a pris du retard, la presse régionale notamment, relève ce défi dans des conditions très difficiles. Quant aux médias numériques, si l’on fait exception de Médiapart qui a réuni à sa création des moyens financiers considérables et dégage désormais des bénéfices par le biais de ses quelques 60.000 abonnements, ils se battent pour continuer leur mission. C’est notre cas, celui de ceux qu’on nomme les « pure players » qui voient, chaque jour, croître l’intérêt de leurs lecteurs et annonceurs et ont conscience d’écrire une nouvelle page, passionnante, de l’histoire de la presse.

L’accord Google dont on ne sait encore comment il sera appliqué et qui, d’ailleurs, ne fait pas l’unanimité parmi les éditeurs de la presse numérique, ne bouleversera pas le cours de cette histoire. Celle-ci s’écrit, d’abord, chaque jour en un mot qui ne compte pas moins de neuf lettres : confiance. Faites confiance amis lecteurs à ceux qui font vivre le pluralisme, ici, au coeur de leur région.

1. le chiffre d’affaires de Google 2011 en France est estimé entre 1,2 et 1,4 milliards d’euros liés aux retombées publicitaires sur internet; la société aurait payé quelques 5 millions d’euros au titre de l’impôt sur les sociétés.

Lien vers le communiqué de Google
La dépêche de l'AFP reprise par Libération
Le communiqué du Syndicat de la Presse Indépendante d'Information en Ligne

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
745
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires