Le Fil d'Aqui

17/11/17 : Dans le cadre du festival international AlimenTerre, l’AMAP de la Baïse et le magasin Biocoop de Nérac organisent une projection du film « Hold up sur la banane », réalisé par François Cardona, le jeudi 23 novembre à 20h Salle des Écuyers à Nérac.

17/11/17 : Les traités transatlantiques. Tel est le sujet du débat qu'organise le Centre d’Information Europe Direct Moyenne Garonne / Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne le vendredi 8 décembre à 18h au Comoedia, 32 Rue Léopold Faye à Marmande.

17/11/17 : Le groupe cinématographique rochelais CGR ( Georges Raymond) vient de racheter Cap Cinéma qui exploite 22 salles en France dont celles de Périgueux et d'Agen. Le réseau CGR devient le premier exploitant français. Et le deuxième en terme d’entrées.

16/11/17 : Ils étaient entre 1650 (la préfecture) et 4000 personnes (selon les syndicats) à manifester ce 16 novembre à Bordeaux contre les ordonnances de la loi travail du gouvernement Philippe. C'est bien moins que les 10 000 manifestants du 12 septembre

16/11/17 : A l'occasion du centenaire de l'arrivée de l'armée américaine à La Rochelle, l'esplanade Eric-Tabarly accueille deux wagons d'époque, classés aux Monuments historiques, comme patrimoine de la 1re Guerre Mondiale. A voir jusqu'au 19 novembre.

15/11/17 : Vinitech Siffel, le Salon mondial vitivinicole, arboricole et maraîcher organisé par Congrès Expositionx de Bordeaux, annonce sa prochaine édition à Bordeaux du 20 au 22 novembre 2018.

15/11/17 : Lascaux IV, le centre international d'art pariétal de Montignac, a été désigné l'un des trois meilleurs projets de tourisme européens 2017 par la British Guild of travel writers avec le musée des Vikings au Danemark et la maison Mondrian aux Pays-Bas.

14/11/17 : Pont d’Aquitaine:fermeture dans les 2 sens de l'A630 entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux – Nouveau Stade)du 15 novembre, 21h au 16 novembre: 6h00 du 16 à 21h00 au 17 novembre à 6h00

10/11/17 : La Ferme basque Lurrama se tient ce week-end halle Iraty à Biarritz. Toute l'excellence de l'agronomie et de la production basque avec un invité, la Région PACA. Concours gastronomiques, exposition et demain 11h, débat sur les ours et les loups

10/11/17 : La Maison de la Charente-Maritime accueille jusqu'au 29 décembre l'exposition "Objectif enfance", notamment sur les actions en faveur des enfants dans le monde, qui fut exposée sur le parvis de l'hôtel de ville à Paris. Entrée libre

09/11/17 : Secrétaire générale de la préfecture des Pyrénées-Atlantiques et sous-préfète de l'arrondissement de Pau, depuis l'été 2014, Marie Aubert vient d'être nommée sous-préfète de l'arrondissement du Havre ( Seine maritime )

06/11/17 : Pour connaître les conditions pour partir à l'étranger, rendez-vous à la Maison de l'Europe de Lot-et-Garonne Centre d'Informations Europe Directe pour suivre un atelier d'informations le 8 novembre de 16h à 17h à Agen.


- Multivote -


- Publicité -
  • 17/11/17 | Solidarité Réfugiés 33 manifeste les 18 et 20 novembre

    Lire

    Le collectif Solidarité Réfugiés 33, en avant première à la journée nationale sur les mineurs isolés étrangers de lundi 20 novembre, sera présent ce 18 novembre à 14 heures place de la Comédie à Bordeaux pour une action de "sensibilisation de la population" et "témoigner avant une conférence de presse prévue le 20 novembre, Place Pey Berland, de "centaines de situation où le droit n'est pas appliqué en matière de santé, de logement, d'éducation, de protection pour les réfugiés, les migrants, les exilés"

  • 17/11/17 | La Région expérimente un autobus au bioéthanol

    Lire

    La Région Nouvelle-Aquitaine expérimente depuis le 6 novembre un car roulant à l'ED95 sur le réseau TransGironde, en partenariat avec Citram Aquitaine, Raisinor France et Scania; sur la ligne 201 entre Bordeaux, Saint-André de Cubzac et Blaye il circule avec un bio carburant issu de résidus viniques. Destiné principalement aux autobus, autocars et poids lourds, l'ED 95 est obtenu par un procédé de fermentation industrielle permettant la transformation du sucre de marcs de raisin en alcool brut, ensuite distillé puis déshydraté pour obtenir le bioéthanol..

  • 17/11/17 | La pépinière d'entreprises de l'agglomération périgourdine s'ouvre à tous les secteurs

    Lire

    Cap@cités, la pépinière d'entreprises de l'agglomération périgourdine, élargit son champ d'action. La pépinière accueille désormais tout type d'entreprises, sans restriction de secteurs d'activités (à l'exception des services à la personne). Reste un critère d'âge, avoir moins de 3 ans... Tous les porteurs projets ou nouvelles entreprises peuvent bénéficier des solutions offertes par ce lieu : domiciliation, incubation, pépinière, espace de coworking. Plus d'infos

  • 17/11/17 | Ciné-débat « L'intelligence des arbres » à Contis

    Lire

    Dans le cadre du mois du film documentaire, le documentaire allemand, « L'intelligence des arbres », de Julia Dordel et Guido Tölke donnera lieu à une projection-débat au cinéma de Contis (Landes) animée par Jacques Hazera Expert forestier,Vice-Président de Pro Silva France. Ce film montre le travail minutieux et passionnant des scientifiques, nécessaire à la compréhension des interactions entre les arbres ainsi que les conséquences de cette découverte. Rendez-vous dimanche 19 novembre à 17h.

  • 17/11/17 | Coupe du Monde de Rugby : Bordeaux aussi de la fête

    Lire

    C'est acté depuis le 15 novembre : la France accueillera la Coupe du Monde de Rugby 2023, pour la deuxième fois de son histoire. Une nomination préférée à celles de l'Irlande et de l'Afrique du Sud, toutes deux finalistes. Et on sait déjà que Bordeaux sera de la fête. Le stade Matmut Atlantique a en effet été sélectionné (parmi neuf stades en France) pour accueillir plusieurs matchs de poule. En revanche, aucun match de finale ne serait prévu pour le moment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Humeurs d'automne suite: Il n' y a pas que les primaires et la repentance présidentielle

Donc il ne fallait pas manquer ce premier round des primaires de la droite et du centre d'où doit sortir n'est-ce pas ? ..le futur président de la république. Comme si les jeux étaient faits, à sept mois d'une échéance, alors que tant de choses peuvent encore se passer. Alors nous les avons écoutés et surtout observés, car pour ce qui était du contenu nous étions condamnés à des réponses débitées au lance pierre qui nécessitaient, pour chacun, un sens aigu de la concision et de la simplification à outrance. La télévision a-telle fait pour la circonstance oeuvre de pédagogie, d'enseignement ? Nous a t-telle permis d'entrevoir le sort fait au pays si l'un d'entre eux devait l'emporter ? ...Nous sommes restés sur notre faim, sauf à dire que les images comme d'habitude, nous ont permis de discerner, au-delà des tempéraments, les lignes de force des uns et des autres…

A ce jeu-là, l'expérience aidant, il n'est pas surprenant qu'Alain juppé, en vieux sage, ait semblé l'emporter si du moins l'on en croit les sondages très vite connus. Devant sans doute un François Fillon qui a joué saa partition sur le registre de campagne tout à fait radical qu'il a choisi. Quant à Nicolas Sarkozy dont le regard et les paroles témoignaient de l'épaisseur du mépris qu'il portait à son voisin, Jean-François Copé, il aurait bien enfourché son vélo, s'il avait pu, pour évacuer son fameux trop plein d'énergie. Pour Copé, c'est entendu, il serait le président à la façon de Meaux. Bruno Le Maire, lui, nous l'a fait sur le mode : regardez moi ce n'est pas le changement çà ? Mais pour tout dire on l'a trouvé incroyablement conservateur. Alors, c'est vrai, il y eût Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson. NKM l'air convaincue et volontiers pédago a au moins confirmé que les femmes de sa génération pouvaient raisonner autrement et on a compris qu'elle n'aurait aucun mal à soutenir le maire de Bordeaux et ses idées au second tour. Quant à M.Poisson, il était hors champ : entendez par là qu'il a tout à fait illustré ce que pourrait être la définition de ce parti chrétien-démocrate, comme lui si peu connu, qu'il préside : un lieu où le discours libéral à tout crin n'est pas en odeur de sainteté. A suivre...

Mais, au cours de cette semaine, nous aurons eu droit, aussi, au repentir pitoyable du président de la République. Il fallait faire vite après les propos qu'il avait tenus à l'égard de l'ensemble de l'institution juidiciaire dans le livre « Un président ne devrait pas dire çà » : la « lâcheté » qu'il évoquait passait très mal, venant d'un homme qui, par sa fonction, est le garant de l'indépendance de la justice. Le Garde des Sceaux a donc remis, vite fait bien fait, une missive du président aux plus hauts magistrats, à la chancellerie. Mais le mal était fait et les retombées catastrophiques pour peu que l'on y ajoute les propos personnels invraisemblables d'un homme pourtant encore en fonction jusqu'en juin prochain. Alors, le fidèle Stéphane Le Foll peut bien monter au créneau, ce dimanche, et dire que l'ouvrage écrit par deux journalistes du Monde ne devait sortir qu'à la fin du quinquennat...cela n'y change rien. Au contraire, cela ne fait que souligner l'extrême légéreté d'un François Hollande, si peu soucieux de sa communication qu'il n'ait pas chercher à s'informer de la date de parution d'un ouvrage où il s'est confié, des jours durant.

Foin de politique politicienne... Comment ne pas saluer, ici, les communes et leurs élus qui s'organisent pour accueillir les migrants en provenance de Calais. Mention particulière en Béarn à Gelos dont le maire est allé au devant des légitimes interrogations de ses administrés avec le soutien de la préfecture, à Oloron Sainte-Marie aussi dont le maire vient de rappeler que dans la mémoire collective du pays était gravé l'accueil des républicains fuyant la guerre d'Espagne. Dans les Pyrénées-Atlantiques, la commune basque de Saint-Etienne de Baïgorry avait montré, de novembre à février derniers, que la présence dans le village avait suscité de vraies rencontres et l'engagement des bénévoles, comme c'est aussi le cas dans une petite commune de la Vienne, à Naintré, où comme cela le sera, demain, dans d'autres communes ou villes de la métropole et de notre région. Hélas, les discours de haine et les tracts scandaleux, signés du FN, qui les accompagnent font le lit des excités qui ne craignent même pas, comme à Arès, de mettre le feu au local où des migrants pourraient être hébergés pour quelques mois.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
7797
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




10/09/2017 | Avant ce mardi... les non-dit et les oublis d'une réforme

C'est entendu: mardi sera un autre jour... Depuis que la CGT a pris la tête du mouvement de contestation à la réforme du Code du Travail par ordonnances, le rendez vous du 12 septembre est inscrit sur l'agenda politique. Ainsi va ce pays, qui d'un gouvernement à l'autre, semble devoir évaluer ces possibilités de mouvement à ce match de fond de court entre le pouvoir et les syndicats. Souvenons-nous: c'était quasiment hier et la loi El Khomri, dont le contenu était quand même plus "soft" que celle de Muriel Pénicaud, avait précipité la déconfiture du parti socialiste. Cette fois la CGT, flanquée de "Solidaires", porte plus que jamais les couleurs d'une opposition frontale. L'une des inconnues, et peut être pas des moindres d'ailleurs, sera de regarder si du côté de Force ouvrière, et de la CFDT surtout, certaines sections rejoindront le mouvement en désaccord avec les centrales; avec un Etienne Mailly content d'avoir été consulté et re-consulté et d'un Laurent Berger que cette réforme n'enchante pas, notamment parce qu'elle ne veut pas, au fond, faciliter une renaissance syndicale réformiste, mais qui veut croire encore que la thérapie Macron va réveiller l'économie française. Et pour tout dire enclencher une relance forte de l'investissement et le développement de ces petites et moyennes entreprises dont le pouvoir attend qu'elles créent des emplois et contribuent à arracher le pays au chômage de masse.

Lire la suite