Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/08/19 : Selon "Mediabask", les Gilets jaunes invitent leurs troupes à se rassembler, pour leur 41e samedi à Bayonne, dans le cadre du G7. Ils estimeraient que le contre-sommet d'Hendaye et d'Irun et la manifestation de samedi ne sont pas assez musclés.

20/08/19 : A Périgueux, Péri meuh, la 3e édition de la fête agricole aura lieu les 20,21 et 22 septembre des allées Tourny à la place Francheville. Elle accueillera de nombreuses animations dont le concours national de la race limousine.

19/08/19 : Angoulême : le réalisateur Claude Lelouch est annoncé au festival du film francophone ce jeudi. Parmi les politiques, François Hollande et Franck Riester sont annoncés dès ce mardi, pour l'ouverture du festival, qui se tient jusqu'à dimanche.

12/08/19 : Essais du Tram D à Bordeaux. Au lieu de 14h c'est en réalité à 17h que les premières rames du tram D ont circulé entre les Quinconces et "Mairie du Bouscat". Ces essais doivent durer trois mois pour une mise en service mi-décembre.

09/08/19 : Saint-Palais-sur-Mer (17) : la plage du Bureau est ponctuellement interdite à la baignade jusqu'à nouvel ordre, pour cause de pollution de l'eau.

02/08/19 : C'est Offenbach, compositeur fétiche de Marc Minkowski, qui ouvrira la saison lyrique de l'Opéra National de Bordeaux avec ses célébrissimes Contes d'Hoffmann. Rendez-vous du 19 septembre au 1er octobre 2019, pour 6 représentations.




- Publicité -
  • 22/08/19 | G7 de Biarritz: au tour d'Elisabeth Borne

    Lire

    En préparation du sommet, la ministre de la Transition écologique est présente aujourd'hui à Biarritz où elle signera une charte d'engagement pour "une plage sans déchets plastiques" à la mairie de Biarritz avant de se rendre à une présentation des initiatives écoresponsables prises dans le cadre du G7. Elle y rencontrera les ONG dont Surfrider foundation avant d'effectuer une intervention à la conférence "Pavillon Océan".

  • 22/08/19 | Floirac: L'Étang Heureux revient en août !

    Lire

    Fort de son succès juillettiste, l'Étang Heureux, organisé par la mairie de Floirac, revient une semaine en août. Ainsi, du 27 août au premier septembre, le Parc des Étangs de Floirac est ouvert à partir de 10h, et propose des animations pour tous les publics, comme du karaoké, des jeux de société, concerts de musique latine, ou encore un tournoi de pétanque. De 10h à 19h, des activités familiales sont en libre service (beach volley, sand ball, jeux de raquettes, etc...).

  • 21/08/19 | Les ambitions de Didier Guillaume ont étonné...le maire de Biarritz

    Lire

    Mardi soir, lors de la visite de Christophe Castaner à Biarritz, le maire de Biarritz Michel Veunac s'est exprimé et quelque peu ému des innocentes fuites selon lesquelles le ministre aficionado de la corrida et de l'Agriculture, Didier Guillaume, serait tenté par la mairie de Biarritz. Or les deux hommes appartiennent à la même famille politique, le Modem et Michel Veunac ne s'est pas exprimé sur son devenir. Et qui contraindrait le ministre à déménager d'Anglet. Mais Biarritz vaut bien aussi une messe.

  • 21/08/19 | Aujourd'hui, le coup d'envoi du contre sommet à Hendaye et Irun

    Lire

    Lancé le 13 juillet dans les rues de Biarritz le contre sommet G7Ez (G7 non non) et Alternatives G7 débute ce jour à Hendaye et Irun. Regroupant 80 associations avec le souhait de dépasser les différences pour défendre d'une voix des alternatives globales et faire face aux urgences climatiques et sociales. Eric Coquerel, député de LFI en donnait le coup d'envoi. Outre les partis écologistes et de gauche, cette région frontalière ayant été choisie pour le G7, les abertzale et militants basques s'associeront à ce contre- sommet. A suivre aussi.

  • 20/08/19 | L'Université d'été du PS revient à La Rochelle

    Lire

    Après trois ans d’absence, l'Université d'Eté du PS fait son retour à La Rochelle. Elle se tiendra à l'espace Encan du 23 au 25 août. Rebaptisée "Campus", elle ambitionne de rassembler tous les partis "alliés" de gauche présents aux élections européennes : Place publique, Nouvelle Donne, le PRG, MDC, PC et UDE. Thème de ces 3 jours : "pour un avenir écologique et social". Les participants seront également invités à faire un "procès de la Ve République" dans un simulacre d'audience judiciaire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Humeurs d'été: A la découverte du Camus journaliste

Plus que jamais, en ces heures d'intense chaleur, il est des bonheurs renouvelés dont il ne faut pas se priver. Ainsi en est-il de la lecture et des magnifiques découvertes qu'elle autorise. Celle, en cours : « Albert Camus, journaliste » doit au formidable ouvrage d'une amie qui me pardonnera, je l'espère, d'avoir tardé à en faire part aux lecteurs d'Aqui.fr. En effet, Maria Santos Sainz, maître de conférences à l'Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine, l'IJBA, qu'elle dirigea pendant six ans, elle qui est née au journalisme à Madrid dans des titres prestigieux, avant d'épouser notre région, nous offre le privilège d'entrer dans l'intimité du Camus journaliste dont le parcours professionnel est indissociable de l'oeuvre de l'immense écrivain, du Nobel, trop tôt disparu.

Ce Camus, tout jeune reporter à Alger républicain, habité de bonne heure par le sens aigu de l'injustice, ce journaliste de la locale d'Alger qui rend compte d'une session pittoresque du conseil municipal où le sérieux n'est pas au rendez vous, ou encore d'un reportage lors d'une visite en 1938 au navire -prison « La Martinière », amarré dans le port d'Alger. Camus, rapporte Maria Santos Sainz, y « découvre des géôles, des cellules disciplinaires, des habitacles minuscules et sans lumière » ce qui lui vaut ces propos qui contiennent le cœur de ce que sera l'oeuvre de l'écrivain, l'exigence morale, le devoir d'humanité : « Il n' y a pas de spectacle plus abject que de voir des hommes ramenés au-dessous de la condition d'homme. » Imagine-t-on l'effet produit par de tels articles dans la bonne société algéroise et dans les salons du gouverneur ?

Mais ces récits n'étaient que de peu encore au regard de ce que l'auteur nomme le « J'accuse de Camus », par référence à celui de Zola, défendant le capitaine Dreyfus. Camus s'engage, en effet, dans « l'emblématique cas Hodent qui deviendra une cause exemplaire ». L'histoire « d'un modeste fonctionnaire de la Société indigène de prévoyance de Trézel, dans la province d'Oran et la municipalité de Tiaret, accusé en mars 1939 par le tribunal correctionnel de la ville d'avoir détourné des fonds issus de la venté de blé au détriment des cultivateurs, dans leur majorité propriétaires terriens, et incarcéré sans aucune preuve. Camus enquête, prend la mesure des faux témoignages de ces puissants qui, alliés à quelques caÏds et aux autorités locales, veulent démanteler le service public crée par le « Front populaire pour éviter la spéculation sur les cours du blé .» Le cas Hodent devient exemplaire de la résistance contre la corruption et, au terme d'une campagne faite de révélations, le reporter d'Alger républicain arrache, après une lettre ouverte au gouverneur général Le Beau, la libération d'un homme, emprisonné avant que son procès n'ait eu lieu. Un homme qui finalement sera innocenté, dans un contexte où le journal d'Alger aura su créer, en sa faveur, un courant d'opinion. Et Maria Santos Sainz de souligner : « ce n'est pas un hasard si Camus écrit l' Etranger en 1940, ouvrage dans lequel le procès de Meursault ressemble étrangement à celui de Michel Hodent... »

 

De ce Camus, fils d'une famille pauvre du quartier Belcourt qui devra tant à son instituteur Louis Germain à qui il dédiera son Nobel de littérature, à l'éditorialiste du « Combat » de la Résistance qui n'aura pas de mots pour stigmatiser la collaboration de la bourgeoisie qui « n'aimait pas le peuple et aurait tout accepté pour se sauver de lui », puis au chroniqueur de l'Express qui vivra la guerre d'Algérie comme un déchirement, en passant par les mots de son ami Jean Daniel, le fondateur de « l'Obs qui fête ses 99ans ce 21 juillet (1) le voyage que nous offre le livre de Maria Santos Sainz ( éditions Apogée) nous relie, avec une acuité rare, aux dérives contemporaines du « plus beau métier du monde »

 

1.«  la question de l'opportunité de la publication est en train de disparaître par sa présence rapide et omnivore de tous côtés »... Camus nous aide à penser notre modernité. »

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
2391
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires