Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.




- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Humeurs d'été: une rentrée, odeur de cendres.

"Déferler: se précipiter en masse": ouf! Le petit Larousse m'a rassuré. J'avais craint, en première réaction aux propos de Jean-Luc Mélenchon, ce dimanche à Marseille, que le leader de la "France insoumise" n'ait voulu donner dans la métaphore marine - "rouler et se briser avec bruit en parlant des vagues" - pour appeler le peuple de France à "déferler'" le 23 septembre sur Paris pour s'opposer " au coup d'état social" d'un gouvernement qui "organise la misère et la pagaille." Et puis le député des Bouches-du-Rhône ne s'est-il pas présenté comme le "garant de l'ordre", prêt sans attendre à gouverner?

Ces quelques saillies verbales d'un homme qui connaît le poids des mots nous éclairent, en tout cas, sur les intentions de cette gauche radicale qui se voit comme la seule force d'opposition, en ces jours qui fleurent la rentrée. Que l'on pardonne à l'auteur de ces lignes d'avoir hésité à accoler au verbe fleurer l'adjectif "bon", 'fleurer bon"... Cette rentrée, en effet, a comme une odeur de cendres dans un paysage politique décomposé où personne, hormis les envolées du tribun Mélenchon, ne sait trop comment s'y prendre pour jouer sa partition.

Certes, les amis d'Alain Juppé se sont réchauffés à Bordeaux pendant le week-end et Valérie Pécresse a confirmé qu'elle était bien la fondatrice de "Libres"...Notons le mot, encore, qui autorise de larguer les amarres des "Républicains" si d'aventure Laurent Wauquiez gagnait la partie, très à droite, en pensant à casser les reins d'un Front National jusqu'ici plutôt silencieux. Le maire de Bordeaux, pour sa part, n'a pas été tendre à propos des cent jours d'Emmanuel Macron et du "grand flou artistique sur le budget de 2018." Rude manière de compliment pour le premier ministre Edouard Philippe qui est pourtant un de ses proches. Quant au PS qui a réuni sa "direction collégiale" à Paris il ne veut plus de congrès de "synthèse jusqu'à l'absurde", annonce la lancée "d'ateliers de refondation" et un congrès du même nom pour février prochain.

Soit... la semaine qui arrive devrait donner le ton car c'est le 31 août que le contenu des ordonnances sera dévoilé, à la suite des ultimes rencontres de ces derniers jours entre la ministre et les organisations professionnelles et syndicales. La concertation de l'avis des syndicats semble ne pas avoir été que formelle. Soyons certains, en tout cas, qu'il faudra plus qu'un discours, façon méthode Coué, pour convaincre le pays qu'une nouvelle donne, dans l'organisation du travail, permettra de créer assez d'emplois pour mettre fin au chômage de masse que le président de la République affirme vouloir combattre. Il lui faudra, lui justement, entreprendre un effort d'explication, de mise en perspective, qui jusqu'ici fait terriblement défaut dans l'exercice du nouveau pouvoir, même si on a bien compris que sa tournée européenne contre "le travail détaché", qu'il avait pointé sévèrement pendant sa campagne, avait aussi une dimension de politique intérieure, en ces jours de rentrée.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
12912
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires