aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

21/07/17 : Le nouveau sous-préfet de Blaye Frédéric Doué prend ses fonctions le 24 juillet; il occupait depuis septembre 2015 le poste de directeur de cabinet du préfet des Côtes d'Armor.

21/07/17 : Le chanteur Manu Chao est attendu ce soir en Charente-Maritime sur la scène du festival des Fous Cavés (21 et 22 juillet), à Port d'Envaux. Le concert de ce soir est complet depuis plusieurs mois, mais il reste des places le 22. www.lesfouscaves.f

17/07/17 : Le nouveau préfet de Charente-Maritime prendra officiellement ses fonctions mercredi. Fabrice RIGOULET-ROZE succède à Eric Jalon, nommé à Matignon par Emmanuel Macron. Il était dernièrement préfet de région de la Martinique.


- Multivote -


- Publicité -
  • 21/07/17 | Travaux sur la rocade de Bordeaux les nuits du 24 au 25 et 25 au 26/7

    Lire

    La rocade extérieure (A630-N230) de Bordeaux sera fermée à la circulation entre l’échangeur 20 (Tartifume) et l’échangeur 24 (Le Canon), les nuits du 24 au 25 juillet de 21h00 à 6h00 et du 25 au 26 de 21h00 à 6h00. Durant ces fermetures, une déviation par la rocade intérieure sera mise en place, le pont Mitterrand (sens extérieur) étant inclus dans la section fermée à la circulation, les usagers en transit dans le sens Sud-Nord (en provenance notamment de l'A63 et de l'A62) devront emprunter la rocade intérieure et le pont d’Aquitaine.

  • 19/07/17 | Le festival Emmaüs de Pau-Lescar résiste à l'individualisme

    Lire

    "Jours de résistance". Tel est le nouveau nom que s'est donné le festival organisé le samedi 22 et le dimanche 23 juillet par la communauté Emmaüs de Pau-Lescar. Résistance "à l'inertie et à l'individualisme pour essaimer et découvrir ensemble les clés pour construire demain". Ces journées "festives et militantes" qui commémoreront les 50 ans de la mort de Che Guevara seront marquées par une série de conférences ainsi que par des concerts. Kenny Arkana, la rappeuse Casey, HK et les Saltimbanks sont notamment à l'affiche avec Fakear, Taiwan MC, Dee Nasty. Rens. www.emmaus-lescar-pau.com

  • 18/07/17 | Henri Bies-Péré, nouveau président de AFDI

    Lire

    Le béarnais Henri Pies-Péré est le nouveau président de l'association de solidarité Agriculteurs Français et Développement International (AFDI). Installé à Montaner, dans les Pyrénées-Atlantiques où il produit du lait et du maïs grain, Henri Bies-Péré est par ailleurs le deuxième vice-président de la FNSEA. Il a été le fondateur d'AFDI Aquitaine en 1995. L'association qu'il anime construit des partenariats entre les mondes agricoles français et ceux des pays en développement. Plus d'infos: http://www.afdi-opa.org

  • 17/07/17 | Une dernière belle Nuit (et journée) atypique le 22 juillet

    Lire

    Elles animent le Sud Gironde depuis le 4 juin dernier avec leur brin de poésie, de réflexion et d'exotisme. Les Nuits atypiques, qui nous emmènent encore en Mongolie depuis Cadillac et Verdelais cette semaine (19 et 20 juillet) ont vu grand pour leur final le samedi 22 juillet. Rendez-vous à Saint-Macaire pour de précieux moments au côté, notamment, du magicien des mots franco-rwandais, Gaël Faye, et de nombreux autres artistes. Une dernière belle journée en perspective pour les 26 ans de ce Festival résolument pas comme les autres.

  • 16/07/17 | Oléron: Le département ne renonce pas à un droit de passage

    Lire

    Le Tribunal administratif de Poitiers a annulé le 13 juillet les délibérations du Département 17 concernant le lancement d'une consultation des électeurs d'Oléron concernant l'implantation d'un péage à l'entrée de l'île. Dans un communiqué, le Département a annoncé qu'il ne ferait pas appel. Il présentera lors de la session d’hiver "un rapport portant sur le principe de l’instauration d’un droit départemental de passage et d’une redevance pour service rendu" par le pont.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Humeurs d'hiver: Ce Macron qui bouscule le paysage

En attendant le premier round, jeudi, du choc des candidats de la primaire de la gauche il convient de prêter attention à ce que l'on pourrait appeler l'effet Macron. Car il ne fait pas de doute qu'il se passe quelque chose dans l'opinion, qu'une attention particulière est portée à cet homme jeune dont on loue à la fois la culture et raille les envolées de tribunes, quelque peu surfaites. Parmi les questions qu'il convient de se poser pour comprendre l'installation de l'ancien ministre dans le paysage de cette présidentielle 2017, il en est une qui renvoie à la singularité des institutions de la V° République. On peut le déplorer ou s'en réjouir mais c'est un fait : l'élection du président de la République au suffrage universel suppose que le candidat sache, au-delà des appareils partisans, et singulièrement dans la France aux aspirations citoyennes d'aujourd'hui, aller à la rencontre de tous les Français, débarrassé du poids de l'étiquette.

Emmanuel Macron, jusqu'à ce jour, fait plutôt son affaire de cette réalité en occupant une position centrale sur l'échiquier politique sans pour autant se revendiquer d'une appartenance à la famille centriste. Et il est frappant d'observer, sans préjuger de l'avenir, que nombre de jeunes qui semblaient las du paysage politique, au point de renoncer à voter, sont curieux du parcours emprunté par Emmanuel Macron. Celui-ci peut susciter un intérêt d'autant plus fort que la gauche risque de sortir de sa primaire en lambeaux et que l'incertitude demeure sur les intentions de François Bayrou qui ne pourra se contenter, pendant très longtemps encore, d'adresser quelques cartons jaunes à François Fillon.

Un an...Il y a un an qu'entrait en application la loi NOTRe, la réforme territoriale née de longs débats où l'on vit successivement disparaître puis réapparaître les départements et une carte de France des Régions redessinée, de façon parfois surprenante. La Nouvelle Aquitaine s'est ainsi progressivement agrandie pour devenir la plus grande avec ses douze départements. Considérable défi pour faire vivre un territoire vaste comme l'Autriche et éviter le piège de la centralisation dans une capitale, Bordeaux, par ailleurs lancée dans une course à un développement métropolitain millionnaire. Les tensions issues de la situation des finances de l'ancienne Poitou-Charentes n'ont pas facilité les choses; le pouvoir politique régional a fait l'effort d'aller à la rencontre des acteurs de la vie locale mais il subsiste une vraie frustration, en particulier dans les rangs des personnels des deux régions d'hier que les syndicats entendent, d'ailleurs, faire savoir en ces jours de vœux. Mettre à plat des statuts et des régimes indemnitaires suppose, malgré un début de réponse, de l'écoute et du temps. Il faudra plus d'un an pour relever cet autre défi et beaucoup plus encore pour faire naître une manière d'identité pour cette Nouvelle Aquitaine. Et ce n'est pas une tête de lion stylisée qui y suffira.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
3557
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
4 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
LANTRES | 09/01/2017

La quantité inhabituelle de nouvelles inscriptions sur les listes électorales serait-il un signe pour ce que vous nommez un homme « débarrassé du poids de l’étiquette » (si tant est qu’E. Macron n’ai pas une étiquette) ?
Quant à notre nouvelle Région beaucoup d’élus ayant soutenu ce regroupement se ravisent (hors micro) au vu de l’aspirateur (« du piège de la centralisation ») de la capitale bordelaise. Le charisme d’A. Rousset n’y est d’ailleurs pas étranger à mon avis. Vous parlez d’une mise à plat des statuts et régimes d’indemnitaires du personnel. Quelle mise à plat ? Il ne peut y en avoir d’une seule : l’alignement sur les meilleurs …. Bref un nivellement par le haut. Quel syndicat signerait un alignement par le bas ? Tant mieux pour les bénéficiaires mais l’un des arguments de ce rapprochement n’était-il pas l’économie des coûts ? On parle d’un coût de 10 millions d’€. Mais c’est sans doute un chiffre donné par les opposants à ce rapprochement.

hector | 09/01/2017

Macron ne bouscule rien du tout. Il est soutenu par Gattaz, Lagarde, et 3 ancien ministres de Sarkozy, hébergé par le Medef et distille des arguments de droite tout en bénéficiant de la complaisance des médias, dont vous. Assurément il ne se passerait rien sans votre aide.

Joël Aubert | 09/01/2017

Bonjour Lantres Je prends bonne note de ce que vous dites s'agissant des régimes et statuts et nous allons nous y intéresser de plus près y compris avec les syndicats

Joël Aubert | 09/01/2017

Bonjour Hector et merci c'est tellement plus simple de s'en prendre aux médias que de tenter de comprendre ce qu'il se passe et je suis désolé je croise beaucoup de jeunes pas spécialement engagés qui se reconnaissent dans Macron il faudrait le taire?...

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires