Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.




- Publicité -
  • 30/11/20 | L'alimentation de proximité grandit en Ribéracois

    Lire

    Lors de la Commission permanente du 23 novembre, la Région a décidé de soutenir le projet porté par le Club d’entreprises du Pays Ribéracois « Bien manger en Ribéracois – Développement de pratiques alimentaires saines et locales » à hauteur de 64 581 euros. Ce projet vise à développer les partenariats économiques entre acteurs du système alimentaire local et avec pour objectifs de fédérer et dynamiser les initiatives en faveur de l’agriculture et l’alimentation de proximité notamment.

  • 30/11/20 | Jean Tavernier n'est plus

    Lire

    Cet humaniste était entré en politique sans l'avoir cherché par la grâce de Chaban en 1986 lors des élections régionales; deux ans plus tard il sera président du Conseil régional poste qu'il occupera jusqu'en 1992. Jean Tavernier figure de la médecine hospitalière bordelaise s'en est allé à l'âge de 92 ans. Alain Rousset lui rend hommage :"Il a laissé au Conseil régional le souvenir d'un homme de coopération et d'écoute. Dans le prolongement de l'adhésion de l'Espagne à la CEE, Jean Tavernier s'était particulièrement impliqué dans la coopération entre régions transfrontalières. qui donneront naissance à des partenariats institutionnels au long cours ..."

  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Humeurs du temps de Noël: D'Amérique et de notre Europe

En ces heures où le sacré doit faire bon ménage avec la profusion de nourritures terrestres, où des bénévoles vont donner de leur temps et de cette fraternité qui les habite pour des "réveillons solidaires", il n'est pas indifférent de s'intéresser à ce qui se passe Outre Atlantique et, singulièrement, dans ces Etats-Unis qui ont placé à leur tête un milliardaire imprévisible. Là-bas on estime que la réforme fiscale votée par le Congrès va redonner quelques 1500 milliards de dollars à 1% de la population, évidemment la plus fortunée. Ne doutons pas que la démocratie d'Occident la plus inégalitaire du monde va l'être de plus en plus. Trump a intérêt à ce que des millions d'emplois nouveaux voient le jour sinon l'électorat républicain, jusque là très désabusé, finira par lui demander des comptes. L'Europe, elle, continue à s'éloigner des valeurs qui ont présidé à sa naissance au lendemain de la guerre. Il est vrai que L'Union d'aujourd'hui n'a plus grand chose à voir, à 28, avec celle des Schuman, Monnet, De Gasperi, celle des 6 des années 50, de la France et l'Allemagne décidées à se réconcilier, de l'Italie et du Benelux.

Cette Europe de la CECA, Communauté Charbon Acier qui allait préfigurer la Commission européenne et une approche politique confédérale qui fait sourire, en 2017, et dont les nouveaux venus, après l'effondrement du bloc soviétique, ne veulent plus entendre parler. Songeons à La Pologne qui fût à l'avant garde, avec le mouvement syndical, avec Solidarnosc, de la lutte contre le communisme et est, cette semaine, montrée du doigt pour ses entorses à un état de droit tel que le défend l'Union. Songeons à l'Autriche, au lendemain d'élections qui viennent de donner le beau rôle à l'extrême droite, en lui confiant les grands ministères régaliens; songeons à la Hongrie, au régime de plus en plus autocratique dont le leader ne prend le chemin de Bruxelles que porté par les intérêts économiques.

Et puis considérons les lendemains de ces élections, en Catalogne, qui confirment malgré, ses divergences, la vigueur du mouvement populaire en faveur de l'indépendance. Il consacre, non seulement l'échec du gouvernement central, de  Madrid, mais plus profondément encore, celui des partis de gouvernement, de la droite aux socialistes. Tentons de laisser de côté ce qui pourtant continue de jouer un rôle crucial dans ce mouvement, le poids de l'Histoire, la mémoire de la guerre civile, et les injustices d'un système décentralisé qui a ignoré, au lendemain du franquisme, la singularité de l'économie catalane, au moment où renaissait en Espagne la démocratie .. Et, considérons les aspirations d'au moins la moitié de la population. Son vote, que cela plaise ou non, traduit la force de l'aspiration à une reconnaissance identitaire. Un besoin d'être reconnu pour sa différence, à commencer par celle de la langue qu'on aurait tort de railler même si sa défense peut parfois être véhémente. Ce simple constat pousse, parfois, à associer catalanisme et populisme...Il est sans doute excessif, mais voilà en tout cas un vrai sujet de réflexion pour l'Union européenne qui ne saurait réduire sa ligne de conduite à un discours pur et dur sur la défense de l'unité des Etats. Ne serait-ce pas le moment de réfléchir à ce que pourrait être l'apport de toutes les identités à une Europe des cultures qui traduirait la richesse de ses Régions et soulignerait la vigueur et la supériorité de nos démocraties face, par exemple à une Russie qui n'en a cure? Une des figures du mouvement occitan, l'ancien conseiller régional David Grosclaude le dit à sa façon au lendemain des élections en Catalogne: " le message envoyé est celui d’une autre Europe, gouvernée autrement que par un club privé de chefs d’États et de gouvernements qui sont solidaires, quoi qu’il arrive." Le propos paraîtra excessif mais il fait écho, quelque part, à ceux qui rejettent le trop d'Europe "normative" et à ceux qui déplorent qu'elle ignore les peuples qui la composent et qu'un parlement lointain, élu tous les cinq ans, ne suffit pas à représenter.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
36064
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires