Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

Le Fil d'Aqui

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées




- Publicité -
  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

  • 10/08/18 | Le Verdon a son relais touristique

    Lire

    L’inauguration du relais touristique au Verdon-sur-Mer a lieu ce 10 août par Sandrine Derville, vice-présidente de la région en charge du tourisme. Ce relais permet à la région Nouvelle-Aquitaine de conforter ce territoire en tant que destination touristique d’excellence qui conjugue richesses touristiques, infrastructures et activités. La région a contribué au financement de la mise en accessibilité handicapés ainsi que les travaux de réhabilitation à proximité de la capitainerie de Port-Médoc pour y installer un relais d’information touristique.

  • 08/08/18 | Alain Rousset réagit à la reprise des Menuiseries Grégoire (24)

    Lire

    Alain Rousset prend acte du choix du Tribunal de commerce de Paris de retenir l'offre de reprise des Menuiseries Grégoire à Saint-Martial d'Artenset par le Fonds Prudentia Capital. Il souhaite qu'un plan social pour l'emploi digne de ce nom accompagne cette restructuration. 157 licenciements sont prévus. Alain Rousset indique que "la Région est au travail pour aider le repreneur dans son projet et demande à l'actuel actionnaire, le Fonds Parquest Capital, de contribuer au financement du PSE.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Impôt: appelons cela le syndrome breton

Rentrant, à la mi-septembre, d'un voyage en Bretagne (1), j'avais été frappé par la détermination exprimée par les responsables agricoles, spécialement ceux du Finistère, à obtenir l'abrogation de l'écotaxe qui doit entrer en vigueur le 1° janvier 2014. Une manière de rage sourde, à la façon granitique des gens de ce pays-là qui ne reculent devant rien et même pas des cordons de CRS pour faire reculer l'Etat central. Les fameux portiques posés sur le réseau routier avaient commencé, dès l'été, à souffrir de cet irrédentisme. A Pont-de-Buis, ce week-end, le dernier survivant n'a dû son salut qu'à la présence des forces de l'ordre... Mais à quel prix ? Celui de violents affrontements qui ont entraîné des blessés graves et l'utilisation des grands moyens, de part et d'autre.

Pour prendre la mesure de ce déchaînement, il convient de se rappeler que la Bretagne, à la différence du reste du pays, avait eu la bonne fortune, dans les années fastes du gaullisme et du pompidolisme, de se voir doter d'un réseau routier national aux allures d'autoroutes, sans bourse déliée. Bel avantage qui devait beaucoup à l'union sacrée, élus en tête, d'une région phare de l'économie française, fière de son agriculture, de son secteur agroalimentaire et riche de décentralisations industrielles, notamment dans l'automobile. Cette même Bretagne et son « modèle » sont ébranlés par la crise actuelle, ou plus exactement, par les mutations au sein d'une économie européenne qui, d'un pays à l'autre, n'a pas les mêmes contraintes fiscales et sociales. Et, bien sûr, par les retombées d'une mondialisation qui n'a pas été, dans le secteur automobile, chez PSA notamment, anticipée comme il aurait fallu. La chute de l'emploi dans ce secteur, en Bretagne, est impressionnante.

Dans ce contexte, et quelle que soit l'argumentation mise en avant pour légitimer un nouvel impôt, l'écotaxe, voulu lors du Grenelle de l'Environnement, c'est la réalité du court terme, de la dernière ligne du bilan de l'entreprise qui prévaut. C'était bien joli et prospectif de vouloir faire contribuer les transports de marchandises à la rénovation des infrastructures ou même, en théorie, d'introduire une approche économique nouvelle favorable à la promotion des circuits courts, du producteur au consommateur, au distributeur mais ça ne marche pas... et d'autant moins que le transport sur les autoroutes n'est pas concerné et que les dérogations - une déjà annoncée en Bretagne - ne vont pas manquer. La colère des Bretons vient, au plus mauvais moment pour ce gouvernement, enfoncer le clou de l'impôt de trop. L'écotaxe à la mode bretonne illustre, dangereusement, l'affirmation en manière de dicton : «  trop d'impôt tue l'impôt ».

Il se trouvera plus d'un citoyen, et pas seulement dans la famille écologiste, pour pointer du doigt ces manifestants paysans qui, à leurs yeux, feraient bien de s'interroger d'abord sur le type d'agriculture qui est la leur. Gardons-nous de ces simplifications qui ne font rien avancer et, au contraire, crispent les rapports sociaux et alimentent l'incompréhension. Les élus socialistes bretons, les uns après les autres, montent au créneau, faisant remarquer que cette écotaxe voulue par un gouvernement de droite n'obligeait pas son successeur de gauche. Histoire, sans doute de rappeler à François Hollande et à un premier ministre de Nantes, « Pays de Loire » qui est quand même un peu breton, que les élections municipales approchent et que la Bretagne, démocrate-chrétienne, s'était elle-même convertie à la social démocratie... Jean-Marc Ayrault avait pourtant annoncé un plan Bretagne dans l'urgence...

Ressuscitant les symboles de la gabelle, la campagne des manifestants bretons va, nécessairement, rencontrer un écho national, au moment précis où le gouvernement s'est mis à dos, en quelques heures, la masse des épargnants de ce pays en voulant taxer l'épargne logement et l'assurance vie sans grand discernement. Les parlementaires qui ont entendu, comme chacun d'entre nous, la stupéfaction du citoyen ont eu tôt fait de se ressaisir et de faire remonter la colère de ces innombrables français prévoyants qui ne se sont pas vraiment sentis dans la peau d'abominables capitalistes. Et, voici qu'en ce dimanche, de nouvelle heure, le ministre délégué au budget fait marche arrière. C'est sûr qu'en Bretagne on va s'en apercevoir...

1. D'une région à l'autre: Quand la Bretagne doute d'elle-même (

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
1365
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Patrick 86 | 28/10/2013

Le gouvernement de droite lançait des ballons d'essai sur un sujet pour voir comment les français réagissaient. Un nouveau type de concertation (concertation normalement enfant chéri de la gauche). Un gouvernenement de gauche sur ce même sujet (nouvel impôt en l'occurence) passe en force (méthode normalement enfant chéri de la droite)quitte à reculer ensuite. Quelle est la meilleure technique pour un gouvernement pour parvenir à ses fins ?

tomas moya | 28/10/2013

cette crise bretonne démontre une fois de plus que toutes les "bombes" à retardement laissées par la droite sont loin d'être désamorcées.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires