Le Fil d'Aqui

03/08/15 : Une liaison aérienne quotidienne (matin et soir) à destination de Nantes sera ouverte à partir du 5 octobre par la CCI Pau-Béarn et l'aéroport Pau-Pyrénées. Les vols seront assurés par la compagnie Chalair qui desservira également Marseille.

03/08/15 : Des cabanes de bergers situées dans les vallées d'Ossau, d'Aspe et du Barétous (64) s'ouvrent au public le jeudi 6 août afin de faire découvrir la traite, la fabrication du fromage et la visite des parcours. + d'info

30/07/15 : Nay accueille comme chaque été son festival de contes, dans les Pyrénées-Atlantiques. Destiné à tous les publics, celui-ci débutera le vendredi 31 juillet, à partir de 16h30. Il se poursuivra avec trois spectacles proposés le samedi 1er août. + d'info

30/07/15 : En Dordogne, la FDSEA, les Jeunes agriculteurs et les producteurs de lait appellent à une nouvelle mobilisation, aujourd'hui. Ils souhaitent interpeller la restauration collective où selon eux, la viande bovine servie est majoritairement importée.

30/07/15 : Rugby. Top14. Lundi après-midi 3 août, lors la séance rugby qui débutera à 15h, les joueurs du SUALG porteront un nouveau maillot d’entrainement.

29/07/15 : Ce jeudi 30 juillet, le Maire de Lacanau et la majorité municipale porteront une motion en conseil municipal pour soutenir la candidature de Lacanau comme ville hôte de l'épreuve de surf aux Jeux Olympiques de 2024 en cas de victoire de Paris.

29/07/15 : La tournée "L'été FDJ NRJ12" s'arrête ce mercredi soir à Bordeaux à partir de 21h30 sur l'Esplanade des Quinconces. Au programme notamment : Big Ali, Julian Perretta, Marina Kaye, We were Young, Sindy, le tout dans un show de plus de trois heures.

29/07/15 : Pour célébrer son centenaire, l'Aéroclub de l'Agenais organise un grand meeting aérien le dimanche 23 août de 10h à 17h, sur l'aéroport d'Agen-La Garenne avec la Patrouille de France. Entrée : 15€ gratuit pour les - de 12 ans.

28/07/15 : Une cinquantaine d'éleveurs bovins se sont rendus ce matin à l'abattoir "Les viandes du Haut Béarn", à Oloron-Sainte-Marie (64). Cela, pour vérifier l'origine des viandes et les prix pratiqués. Des opérations similaires ont eu lieu à Artix et Anglet.

27/07/15 : L'état de catastrophe naturelle est reconnu pour les communes de Lagorce (du 1/01 au 9/03/14) et Salles (du 27/01 au 7/02/14) au titre des inondations par remontée de nappe phréatique. Les sinistrés ont 10 jours pour se rapprocher de leur assurance



Les amis d'aqui.fr - Colloque 2015 à Cenon
- Publicité -
  • 30/07/15 | Elevage: Mesures d'urgence en Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Le préfet des Pyrénées-Atlantiques, a réuni ce 30 juillet, la cellule d'urgence départementale dédiée à la gestion des crises pour les élevages porcins, bovins viande et bovins lait. Ont notamment été précisées les modalités de recours aux mesures fiscales et sociales telles que la prise en charge des cotisations MSA ou la mise en oeuvre du fonds d’allégement des charges afin de soulager la trésorerie des exploitations. Cette réunion a également été l'occasion de s’organiser pour identifier les élevages les plus fragilisés et établir un diagnostic des principales difficultés rencontrées

  • 30/07/15 | Succès pour Scène en ville à Bordeaux

    Lire

    Du 2 au 23 juillet s'est déroulée la seconde édition de la manifestation "Scène en ville", qui a pris ses quartiers en plein coeur de la cour de l'Hôtel de Ville, place Pey-Berland, à Bordeaux. En 2014, la première édition avait réuni environ 1000 spectateurs. Record battu pour cette année 2015 : environ 5500 curieux se sont pressés pour découvrir les différents concerts, dont celui donné par le Choeur de l'Opéra National de Bordeaux. Jamais deux sans trois, l'édition 2016 est déjà attendue.

  • 29/07/15 | Lacanau candidate aux JO pour le surf si Paris...

    Lire

    Ce 30 juillet, le Maire de Lacanau et sa majorité municipale porteront une motion en conseil municipal pour soutenir la candidature de Lacanau comme ville hôte de l'épreuve de surf aux Jeux Olympiques de 2024 en cas de victoire de Paris. Lacanau rappelle qu'elle a été la première ville en France à accueillir une compétition mondiale de surf, le Lacanau Pro (1979). Résistant aux assauts financiers des pays émergents dans ce domaine, Lacanau dispose d’une notoriété mondiale grâce au surf et à son rôle dans le développement de cette discipline.

  • 29/07/15 | « Lire en short » devant la piscine de Malbentre !

    Lire

    Jusqu'au 31 juillet la bibliothèque de Villeneuve-sur-Lot s'associe à l'opération nationale « Lire en short », une grande fête du livre jeunesse organisée dans toute la France cet été. Ainsi, les jeunes vacanciers pourront faire une pause lecture devant la piscine de Malbentre du mardi au samedi de 11h à 18h, et les jeudis les bibliothécaires seront présentes pour lire des histoires. Renseignements au 05.53.40.49.02.

  • 29/07/15 | État de catastrophe naturelle pour Hautefage La Tour (47)

    Lire

    Reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle sur la commune de Hautefage La Tour pour les mouvements de terrain de juin 2013. L’arrêté du 23 juillet 2015 qui reconnaît ce classement a été publié au journal officiel du 26 juillet 2015. Les assurés et les propriétaires de bâtiments ayant subi des dommages doivent déclarer à leurs assureurs tout sinistre susceptible de faire jouer la garantie catastrophe naturelle au plus tard dans les dix jours suivant la publication de cet arrêté au JO.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Bordeaux 2030 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Les leçons des élections aux chambres d'agricultures

Dans une France en crise, où le syndicalisme salarié reste désespérément faible, il existe une exception qui tient au poids historique de l’agriculture dans l’économie et les territoires. Le syndicalisme agricole qui a prospéré avec le développement de la production dans les années fastes de l’après guerre, et la montée en puissance de l’Europe verte, reste incontournable. C’est l’enseignement principal des élections qui ont livré leur verdict ce 6 février. Le tandem FNSEA-JA, Fédération et Jeunes Agriculteurs, conserve son leadership national mais, ici et là, il est bousculé par ses opposants, la Coordination rurale principalement qui, en Aquitaine, réaffirme sa primauté en Lot-et-Garonne et gagne la Charente voisine. Dans les Pyrénées-Atlantiques le syndicat basquisant ELB, allié à la Confédération Paysanne a égratigné le magistère de la FDSEA sans pour autant la faire trébucher.

D'une manière générale, la participation électorale, plus faible qu’en 2007, traduit par ailleurs les difficultés et les doutes d’une profession qui doit faire face aux mutations de l’agriculture, remettre à plat ses relations avec la société et compter de moins en moins sur la Politique Agricole Commune pour assurer ses revenus.

C’est là un vrai défi pour le syndicalisme et en premier lieu pour la Fédération des Syndicats d’Exploitants agricoles, la FNSEA, qui a veillé jalousement au maintien de son pré carré dans une relation habilement cultivée avec les gouvernements de droite. Sans verser dans la caricature, songeons à l’image d’un Chirac auprès des agriculteurs. Cette relation a évolué, en particulier après l’alternance de 1981, suscitant d’ailleurs des tensions et le soutien de la gauche aux tentatives de la Confédération paysanne ; elle n’a cependant jamais remis en question la solidarité obligée des pouvoirs publics avec le syndicalisme majoritaire. Ce fut et cela reste une de ces clés qui détermine la position de la France dans le débat budgétaire européen. En douterait-on qu’il suffirait d’entendre les propos de François Hollande, ces jours-ci, à Bruxelles et de rappeler que l'actuel ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, a été choisi à ce poste avec la bénédiction de la profession...

Pour autant cette relation privilégiée du syndicalisme avec les gouvernements successifs ne saurait exonérer l'agriculture française de mettre en œuvre une nouvelle étape de sa modernisation, de son adaptation à la nouvelle donne européenne et mondiale. Le temps n'est plus où la Politique agricole commune, la PAC, et ses prix garantis, assurait le revenu. A l'heure de la mondialisation il faut non seulement être présents sur les marchés mais aussi savoir gérer, au plus près, les conséquences de la spéculation qui concerne aussi les matières premières agricoles. A cet égard, le potentiel de l'agriculture française reste remarquable, à la fois en termes de production où à la différence de l'industrie nous n'avons pas renoncé à organiser des filières essentielles mais aussi d'exportation et d'innovation.

L'autre challenge qui n'est pas moins important touche à la relation que l'agriculture entretient avec la société. Les sondages, année après année, le confirment : les Français aiment leurs agriculteurs. Il n'est que voir la fréquentation du Salon de l'agriculture de la porte de Versailles ou du Salon régional de l'agriculture, à la foire de Bordeaux pour s'en convaincre. Cependant, ils attendent d'eux qu'ils fassent plus et mieux pour protéger l'environnement, comme l'exige d'ailleurs la Commission européenne. De nouvelles exigences se profilent qui vont nécessiter des adaptations et sans doute contribuer, aussi, à renforcer la place du « Bio » . La crise économique et le contexte social des prochaines années peuvent, paradoxalement, fournir des opportunités à l'agriculture de trouver, dans la proximité avec le consommateur, de nouveaux débouchés, un complément de revenu. C'est déjà le cas, et ce n'est pas un hasard, avec les marchés de producteurs, les réseaux comme Bienvenue à la Ferme, l'oenotourisme, qui accueillent chaque année davantage de nos concitoyens à la recherche d'authenticité, de produits de qualité, d'identité. Il y a beaucoup encore à faire en ce domaine pour conserver le plus de valeur ajoutée au niveau de la production, pour promouvoir aussi et défendre le « made in France » face à des importations à bas coût de productions à l'origine incertaine et qui ne répondent pas toujours aux normes sanitaires européennes.

 

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
100
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




14/06/2015 | Loi Evin et LGV : les drôles de synthèse de François Hollande

C'est entendu le président a levé son verre et rencontré des vignerons. A t-il fait du même coup une publicité condamnable au titre de la loi Evin ? Grave question qui porterait à sourire si elle ne contenait, en elle-même, la part d'invraisemblance et d'hypocrisie dont notre pays, la France, est toujours capable, vingt quatre ans après le vote d'une loi qui confondait dans une même désignation alcools en tout genre et vin... Ah ! Bon parce que le vin ce n'est pas de l'alcool ?... Entendons ici la réaction immédiate des défenseurs d'une jeunesse que l'on dit de plus en plus attirée par l'alcool, au point de se rassembler pour boire jusqu'à basculer dans l'ivresse folle, histoire de faire un bras d'honneur aux interdits et de s'embarquer pour quelque paradis improbable. Oui, convenons-en, le vin est bien une boisson alcoolisée : c'est le fruit de la fermentation alcoolique du jus de raisin ! Mais, si nous sommes capables, les uns et les autres, de connaître un minimum de la viticulture et du vin, nous pourrons affirmer qu'il faudrait déjà quelques bouteilles au degré moyen de 12 degrés qui légitiment un « bordeaux » pour arriver à la hauteur d'un flacon de whisky ou de vodka. Ce simple rappel pour pointer du doigt l'incroyable sottise qui conduit, faute d'une information intelligente, à ne pas distinguer ces alcools durs du vin. Et, bien sûr, nous n'aurons aucune peine à dire qu'il faut le boire avec modération.

Lire la suite


31/05/2015 | Juppé-Sarkozy: des sifflets qui en disent long ....

Des sifflets pour Alain Juppé, encore des sifflets, cette fois lors du congrès fondateur du parti sarkozyste, ces « Républicains » que l'ancien président de la République a voulus et dont il entend faire le nouveau parti, au service de sa reconquête du pouvoir, dans deux ans... Des sifflets, il y en aura d'autres et ils n'ont pas l'air d'ébranler la détermination du maire de Bordeaux qui a redit, ce dimanche 31 mai, à Europe 1, qu'il voulait des primaires ouvertes au centre et pas seulement à droite. Ces sifflets relèveraient de la simple anecdote s'ils ne témoignaient d'une vraie fracture au sein de l'ex-Ump. Et pas seulement pour une question d'ambition, de l'un et de l'autre, mais par rapport à la stratégie que la droite doit adopter pour espérer gagner la présidentielle de 2017. Quand il enfonce le clou de l'ouverture des primaires, dont il veut faire une grande consultation populaire, en citant en référence les primaires socialistes de 2011, et se dit prêt à ne pas y participer, Alain Juppé ne s'interdit pas de partir en campagne, sous ses propres couleurs. « Notre société, note-t-il, a besoin d'apaisement, pas de revanche ; on ne fait rien de bon dans la recherche méthodique du clivage ». Ces propos font directement écho à ceux prononcés, à Bordeaux, il y quelques jours à l'invitation du Crédit Agricole d'Aquitaine, par un ancien ministre de gauche, Hubert Védrine, auteur de « La France au défi » dans lequel il plaide pour « une coalition momentanée droite-gauche », le temps de réformes nécessaires, au fond sur le modèle allemand.

Lire la suite