aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

29/09/16 : Alors que les attaques de vautours sur le bétail augmentent dans les Pyrénées-Atlantiques, Bernard Layre, le président de la FDSEA demande que des tirs de prélèvement soient faits sur ces rapaces, "exactement comme c'est le cas ailleurs pour le loup"

27/09/16 : Le Tribunal administratif de Pau a consulté aujourd'hui mardi le premier des deux recours déposé par les opposants à l'intercommunalité unique du Pays basque. Celui-ci concernait l'étude de la validité de l'arrêté du 18 juillet. Jugement rendu lundi.

27/09/16 : Mme Sonia Penela est nommée sous-préfète, directrice de cabinet de la préfète de la Dordogne. Elle succède à Jean-Philippe Aurignac qui occupe désormais le poste de Secrétaire général de la préfecture du Cantal. Elle prendra ses fonctions le 3 octobre.

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info



- Publicité -
  • 27/09/16 | PS Gironde; les six circonscriptions réservées aux femmes

    Lire

    La fédération de la Gironde du PS dans un communiqué annonce qu'il a choisi de reconduire la parité pour la désignation des candidatures aux législatives de juin 2017. Pour ces prochaines échéances "le Parti Socialiste girondin s’inscrit dans cette même dynamique de féminisation de ses candidatures en marquant son souhait de réserver la moitié des circonscriptions girondines soit les 1ère, 2e, 5e, 6e, 8e et 12e circonscriptions. L’ensemble des 12 circonscriptions seront soumises au vote des militants." Cette proposition a été adoptée par 72% des membres du Conseil Fédéral ce 26 septembre.

  • 27/09/16 | Un nouveau radar fixe dans le Bergeracois pour la fin de l'année

    Lire

    Un radar fixe sur la route entre Bergerac et Eymet va être installé. C'est ce qu'a annoncé la préfète de Dordogne, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc. L'emplacement exact n'a pas été révélé. "Il s'agit d'une route qui n'avait pas été identifiée comme particulièrement dangereuse. Mais suite à plusieurs accidents récents sur cet axe, j'ai demandé l'installation d'un radar". Il devrait être mis en place d'ici la fin de l'année explique-t-elle. Il flashera dans les deux sens de circulation.

  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Intermittents, cheminots: Le gouvernement face à la radicalisation syndicale

A quelques jours de l'été l'alerte est générale ! Les festivals qui sont, non seulement, un temps fort de la vie culturelle des villes et régions mais aussi le levier indispensable d'une activité économique très importante, sont en danger. Déjà, certains événements ont été sacrifiés par les mouvements des intermittents du spectacle ; d'autres le sont actuellement comme le festival Rio Loco de Toulouse où l'occupation par la coordination des « intermittents et précaires » a provoqué tensions et gestes d'exaspération. Ici et là, entre dérision à caractère symbolique, comme à Guise où les manifestants ont interpellé la ministre de la culture dans le plus simple appareil, ou Toulouse où on en est venu aux mains entre commerçants et intermittents, on sent monter une forme de contestation dont la radicalité ne cesse d'être préoccupante.

Elle l'est, notamment, pour le gouvernement qui a nommé un médiateur pour tenter de sortir de la crise mais dont la marge de manœuvre est très faible, s'agissant d'un régime d'assurance-chômage négocié entre partenaires sociaux auquel, le moment venu, l'Etat accorde son agrément sans avoir été décideur. Justement, l'échéance d'un accord dont le contenu a obtenu, ce printemps, l'aval du patronat et de trois syndicats, la CFDT, FO et la CFTC, approche. Et le ministre du travail François Rebsamen est sommé par la coordination des intermittents, CGT en tête, de ne pas le contresigner. Les enjeux de ce bras de fer dépassent, d'ailleurs, le sort de quelques 255.000 personnes qui en théorie cotisent au régime d'assurance-chômage spécifique au sein du régime général ; en fait il concerne d'abord les quelques 3,5 millions de chômeurs de ce pays.

La Cour des Comptes a mis l'accent sur le coté inacceptable d'un déficit du régime des intermittents, à hauteur de un milliard d'euros, et représentant, à lui seul, le quart du déficit de l'assurance chômage. Elle a parallèlement proposé, non sans raison, que les employeurs qui usent, et parfois abusent, de l'usage des contrats d'intermittence soient sollicités davantage. A un moment où une majorité de syndicats de salariés, dans le cadre d'une négociation paritaire, accepte de moduler un régime général avec quelques compensations obtenues pour conserver des droits précieux en période de crise, on peut comprendre qu'il est difficile de faire exception. Et ceci  pour le régime particulier des artistes, danseurs, acteurs, musiciens techniciens de cinéma du spectacle vivant, de l'audiovisuel, de la musique. Non pas qu'il faille nier la singularité de métiers dont l'activité est souvent ponctuelle mais, au contraire, parce qu'il est devenu plus que jamais nécessaire de partager un effort de solidarité. La vérité commande de dire, d'ailleurs, qu'à coté de situations très précaires d'autres, au sein du régime, le sont beaucoup moins.

Le débat qui vient de resurgir n'est pas nouveau ; il a connu par le passé des épisodes très rudes au point que plusieurs festivals dont celui d'Avignon avaient dû être annulés. A quelques jours de son ouverture, l'inquiétude grandit d'autant que la mobilisation ne semble pas faiblir. Le contexte syndical est d'autant plus lourd que le gouvernement doit faire face à une grève des cheminots CGT et Sud qui confirme la fracture grandissante qui s'est ouverte entre syndicats, ceux qui se radicalisent et ceux qui acceptent d'accompagner des réformes inévitables, sur fond de propos de Manuel Valls qui, jouant son jeu, ne craint pas d'affirmer que «  la gauche peut mourir ». Mourir?  Les périls sont en tout cas de plus en plus grands pour elle.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
4721
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Lionel Niedswiecki | 15/07/2014

« La Cour des Comptes a mis l'accent sur le côté inacceptable d'un déficit du régime des intermittents, à hauteur de un milliard d'euros, et représentant, à lui seul, le quart du déficit de l'assurance chômage » Ce rapport entre les deux déficits (1 milliard sur 4 milliards) établi par la Cour des Comptes fait autorité . Il s’est largement répandu dans les médias et présenté comme tel accrédite l’idée que le régime des intermittents « plombe » les comptes de l’assurance chômage. Sauf que cette présentation n’a aucun sens d’un point de vue comptable et qu’elle fausse la mise en perspective du soi-disant problème de l’intermittence. Rappelons d’abord que l’assurance chômage est basée sur le principe de la solidarité interprofessionnelle. Il y a certes plusieurs régimes mais une seule caisse d’assurance avec d’un côté le montant des cotisations versées par les employeurs et les salariés et de l’autre le montant des indemnisations. Aujourd’hui la caisse d’assurance chômage est en déficit. Cela n’a pas toujours été le cas. En 2000, par exemple, elle était excédentaire. Cela avait d’ailleurs conduit les partenaires sociaux à alléger les cotisations de 3 milliards en deux ans. A l’époque les prévisions sur le niveau de l’emploi était optimiste. Las,, les prévisions sur l’emploi se sont révélées fausses, le chômage s’est accentué et les comptes de la caisse d’assurance chômage, en mal de recettes, ont viré dans le rouge fin 2002, début 2003. Avant de redevenir excédentaire en 2008 ( + 5 milliards). Bref, la courbe des comptes de l’assurance chômage, entre 2000 et 2010 n’a pas cessé de faire le yoyo. Et le prétendu déficit des intermittents ? D’abord, il n’y a pas de déficit au sens où on l’entend pour la caisse d’assurance chômage. Le chiffre de un milliard correspond à une balance analytique entre les cotisations des intermittents et leur indemnisation. Et ce chiffre est stable depuis 2000, indépendamment de la variation de la courbe du déficit de la caisse d’assurance chômage, il n’y a donc aucune corrélation entre les deux ! Si l’on appliquait à l’assurance chômage le même principe de calcul que celui retenu pour calculer le soi-disant déficit du régime des intermittents, c'est-à-dire si d’un côté on prenait les cotisations des chômeurs indemnisés et de l’autre leurs indemnisations, on arriverait à un déficit de 23 milliards en 2008, année où la caisse d’assurance chômage affichait un excédent de 5 milliards ! Bref la Cour des Comptes en mélangent des carottes et des navets véhicule une idée fausse : le régime des intermittents pèse sensiblement sur le déficit l’assurance chômage. Voilà pour les faits. Sans doute est-il nécessaire de toiletter ce régime et notamment de revoir son champ d’application. Mais là encore, il faut raison garder : les « permittents » (notamment dans l’audiovisuel) qui bénéficient du régime d’indemnisation des intermittents représentent à peine 4% des indemnisés ! C’est dans la moyenne des fraudeurs de l’assurance chômage toutes catégories professionnelles confondues ! En revanche, la vraie question est sans doute, a fortiori par temps de crise, de repenser le financement de la protection sociale. Peut-elle encore reposer sur le seul travail ? Lionel Niedzwiecki

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires