aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

29/05/17 : Chômage : en Charente-Maritime, le nombre de chômeurs (catégorie A) a baissé ces 12 derniers mois, soit -3,9% en un an. Mais le nombre de demandeurs d'emploi avec une activité précaire a lui augmenté de +1,9 % en un an, soit 57 030 inscrits en tout.

23/05/17 : Législatives en Lot-et-Garonne : 38 candidats en lice le 11 juin prochain. Dans le détail : dans la 1ère circonscription (Agen-Nérac) : 13 candidats. Dans la 2ème (Marmande) : 13 candidats et dans la 3ème (Villeneuve) : 12 candidats.

17/05/17 : Le député béarnais Jean Lassalle, maire de Lourdios-Ichère, briguera un nouveau mandat aux légistatives dans les Pyrénées-Atlantiques. Il se présentera sous l'étiquette du mouvement "Résistons", qu'il a créé.

16/05/17 : En Dordogne, Jean-Pierre Cubertafon, maire Modem de Lanouaille, a été finalement investi pour les législatives par République en Marche sur la 3e circonscription de Dordogne (Périgord vert), détenue par Colette Langlade (PS), candidate à sa succession.


- Multivote -


- Publicité -
  • 29/05/17 | Charente-Maritime : deux préfets sur le départ

    Lire

    Le préfet Eric Jalon a officiellement quitté ses fonctions ce lundi, suite à sa nomination il y a dix jours à Matignon. La sous-préfète du bassin de Rochefort Magali Sellès est également sur le départ. Elle quitte le corps préfectoral pour se consacrer pleinement à ses premières amours : le Droit administratif. Elle prend mercredi ses nouvelles fonctions de vice-présidente au tribunal administratif de Toulouse. Aucun des deux successeurs de ces préfets ne sont connus pour l'instant.

  • 24/05/17 | La Nouvelle-Aquitaine reprend quelques couleurs

    Lire

    Selon une dernière étude de l'Insee, la région Nouvelle Aquitaine profite d'une légère croissance économique. D'abord au niveau du chômage, qui baisse de 0,3 points au quatrième trimestre (9,3% contre 9,7% au niveau national); puis sur l'emploi salarié marchand (+1,4%), majoritairement poussé par l'intérim dans le secteur tertiaire. Enfin, les exportations régionales progressent elles aussi (+1%) mais l'ensemble des secteurs porteurs sont en recul, malgré la bonne santé de l'aéronautique et du spatial.

  • 24/05/17 | La ministre des Sports au Mondial de Surf... et au jaï alaï de Biarritz

    Lire

    Demain jeudi, Laura Flessel, la ministre des sports se rendra aux Mondiaux de surf, sur la Grande plage de Biarritz où elle sera accueillie par le président de la Fédération Jean-Luc Arassus et où elle passera une bonne partie de l'après midi. Puis elle ira au jaï Alaï d'Aguilera et sera accueillie par M. Lilou-Pierre Echeverria, président de la Fédération française de pelote basque et Michel Poueyts, directeur technique national. Elle en profitera pour visiter enfin l'Académie basque du sport.

  • 20/05/17 | Une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins

    Lire

    Avant de quitter son poste au ministère de l’Intérieur, Matthias Fekl a confirmé la construction d’une nouvelle caserne de gendarmerie à Tonneins, au profit de la brigade territoriale de proximité chef-lieu de Tonneins et du peloton de surveillance et d’intervention de Marmande, dès cette année.

  • 20/05/17 | François Amigorena persiste et signe dans la 6e des PA

    Lire

    "Dans l'attente de la décision finale de la Commission d'éthique et de la Commission d'investiture de la République en marche, j'ai déposé à titre conservatoire ma candidature à l'élection législative des 11 et 18 juin dans la 6° circonscription". François Amigorena, n'est pas tombé dans le piège de la résignation suite à la désignation, sur insistance de François Bayrou de Vincent Bru comme représentant de la République en marche dans la 6ème circonscription, Biarritz et sud Pays basque. 800 signataires s'étaient mobilisées contre l'investiture du maire de Cambo-les-Bains.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Alain Juppé, Bordeaux-Métropole et les primaires...

A ceux qui s'interrogeaient, lors de ses vœux à la presse, le 8 janvier, sur la façon dont Alain Juppé allait pouvoir, tout à la fois, assumer ses mandats locaux de maire de Bordeaux et de président de la Métropole, et relever le défi politique des primaires Alain Juppé, d'un revers de fond de cours, a répondu que la campagne ne durait que trois mois. De septembre à fin novembre. Et qu'il avait bien été Premier ministre et maire de Bordeaux. Voici vingt ans. Chacun a donc compris qu'il ferait tout pour garder la main sur sa ville, d'ailleurs engagée dans de nombreux projets qui ont encore du chemin à faire pour éclore. Le défi est en effet considérable et le soutien dont le maire jouit dans sa ville l'autorise à aborder les échéances de 2016 avec plus que de la confiance, de la sérénité. On aura remarqué, d'ailleurs, qu'il ne manque jamais une occasion, lors des émissions et interviews qui se succèdent, d'asseoir sa popularité et d'affirmer sa capacité à gouverner le pays, sur le redressement spectaculaire de Bordeaux.

La réaffirmation de cette « primauté bordelaise » pourrait, en première analyse, paraître superfétatoire, si on oubliait l'épisode récent des élections régionales et l'échec de Virginie Calmels qu'Alain Juppé a soutenue sans relâche et ce que l'on a compris du destin bordelais que le maire lui imaginait. Elue municipale et métropolitaine, en charge essentiellement de l'économie mais dont le maire-président va devoir veiller à que son échec, et surtout quelques tensions qui l'ont suivi au sein de l'équipe municipale, après son score décevant dans la ville, ne nuisent pas à l'unité de celle-ci. Virginie Calmels semble avoir pris la mesure des difficultés qui pourraient surgir, et même vigoureusement, si elle était adoubée par le maire de façon spectaculaire au moment où il entame sa campagne pour les présidentielles.

Alain Juppé, fort de la popularité dont il bénéficie dans le pays, et qu'il doit cultiver pour affronter des primaires qui, n'en doutons pas, risquent d'être furieuses, doit à la fois dans sa ville et la métropole qu'il co-dirige avec la gauche, dans le meilleur esprit, s'éviter des difficultés locales. Et, ceci, pour se donner les meilleures chances de susciter la large partcipation qu'il espère des citoyens de la droite et du centre, et même au-delà, aux élections des 20 et 27 novembre prochains. La clé d'un éventuel succès porte pour lui un nom: participation. Et le niveau de celle-ci dépendra pour beaucoup de la capacité des réseaux que son équipe parisienne constitue. En effet, l'issue de la bataille, si elle devait se circonscrire au sein de l'appareil militant et  parmi les sympathisants des « Républicains », serait incertaine. Et ceci malgré l'affaiblissement relatif de Nicolas Sarkozy au lendemain des régionales. Dans un match où tous les coups seront permis et où il faudra donc être concentré sur le combat.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
22333
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires