aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

Le Fil d'Aqui

09/08/17 : Sécurité routière 4 personnes ont perdu la vie sur les routes lot-et-garonnaises fin juillet. La mobilisation des policiers et des gendarmes demeure à un niveau élevé et aucune tolérance ne sera admise en cas d’infractions, assure la préfecture du 47

09/08/17 : Le girondin Pierre-Ambroise Bosse, 25 ans, qui est né à l'athlétisme au club de Gujan-Mestras a remporté l'épreuve du 800 mètres aux championnats du monde de Londres en 1'44''67 ce mardi 8 août.


- Multivote -


- Publicité -
  • 18/08/17 | La Rochelle renforce sa sécurité

    Lire

    Afin d’améliorer la sécurité dans sa ville, le Maire de La Rochelle a sollicité dès ce vendredi le renforcement de La présence des forces de l’ordre - Police nationale et opération sentinelle - dans les lieux les plus fréquentés et en particulier autour du Vieux-Port et a pris un arrêté pour installer un nouveau dispositif anti-bélier aux abords du Vieux-Port. Sous la forme de chicanes placées sur les voies d’accès, ces équipements sont destinés à ralentir les véhicules qui arriveraient trop rapidement, tout en autorisant le passage des bus et des véhicules de secours.

  • 18/08/17 | Emploi : #Recrutemoisitupeux pour faire se rencontrer l’offre et la demande

    Lire

    Site d'offres d'emploi du Lot-et-Garonne, Emploi47.fr lance l’évènement #Recrutemoisitupeux, l’après-midi du 14 septembre, au Centre des Congrès d’Agen. C’est une rencontre directe sans CV, entre candidats et employeurs, au cours de laquelle les employeurs échangeront avec 2 ou 3 candidats en même temps pendant une durée limitée.

  • 18/08/17 | Rochefort honore La Fayette

    Lire

    C'est joliment annoncé dans ce communiqué: "tout au long de l'été, Rochefort invite La Fayette à présider l'ensemble de ses manifestations culturelles. Avec l'exposition au musée Hèbre des pièces exceptionnelles qui retracent sa vie, les conférences, les noctambulations et les nombreuses animations organisées tout l'été, c'est une toute autre ambiance qui vous attend le dernier week-end d'août. Les 26 et 27, vous serez alors plongé dans la vie de ce héros des deux mondes, vous côtoierez le siècle des Lumières et croiserez des personnages costumés dans les rues de la ville."

  • 09/08/17 | En Lot-et-Garonne, un soutien aux entreprises en difficulté

    Lire

    Pour faire face aux complexités de leurs fonctions (difficultés organisationnelles ou économiques), les chefs d'entreprise peuvent être conseillés et aidés grâce au Centre d’Information sur la Prévention des difficultés des entreprises (CIP) de Marmande - Villeneuve-sur-Lot. Ce service est gratuit et apporte un accompagnement personnalisé aux chefs d’entreprises, en l’absence de Tribunal de Commerce.

  • 04/08/17 | Annulation de 300 M€ de dotations de l’Etat aux collectivités locales. Pierre Camani réagit

    Lire

    Pierre Camani, président du CD47, sénateur et membre du groupe de travail sur les difficultés des Départements ruraux estime que cette annonce est « un nouveau coup dur. C'est une décision inattendue et incompréhensible, alors même que le Président de la république s’était montré rassurant envers les élus locaux lors du lancement de la Conférence nationale des Territoires. (…) Pour autant, ce mauvais signal envoyé aux collectivités locales n'entache pas ma détermination à poursuivre le combat. »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture
Joël Aubert - Rédacteur en chef - Aqui.fr

L'Edito

Juppé: le dessein présidentiel brisé

Le handicap enregistré à l'issue du premier tour était insurmontable. Le dessein présidentiel d'Alain Juppé dont la popularité retrouvée semblait être gage de réussite s'est brisé, lors de cette primaire, sur le véto des électeurs de droite. Ayant réglé son compte à Nicolas Sarkozy, aidés en cela par des électeurs venus de la gauche, ils ont lors de cet emballage final rejeté massivement la ligne modérée choisie par Alain Juppé, la réforme par recherche du consensus et confirmé, en revanche, la ligne dure défendue par François Fillon. Cette potion qu'il annonce vouloir administrer à la société française comme la seule voie possible, à ses yeux, vers le retour au « plein emploi ». Un remède qui, du coup, va être au coeur de la campagne présidentielle. Et tendre, de façon dont on n'a probablement pas idée, aujourd'hui, le débat politique.

Quand on esquisse un état des lieux des forces politiques en présence, ce 27 novembre 2016 il y a, d'ailleurs, plutôt lieu de s'inquiéter que de se réjouir, au-delà du discours entendu sur la participation à cette primaire.

La gauche est en miettes et continue à donner le piètre spectacle de l'éparpillement jusqu'au plus haut niveau de l'éxécutif. Le premier ministre, tout en réaffirmant sa loyauté au président de la république, se prépare à l'affronter dans la primaire de la gauche car la candidature de François Hollande semble ne plus faire de doute. Imaginons un pays dirigé au printemps prochain, pendant trois mois, par un tandem qui se sera affronté publiquement... (1)

La droite, malgré les proclamations d'unité derrière François Fillon, n'évitera pas elle-même d'avancer avec un grand lot d'arrières pensées et aura le plus grand mal à réussir le rassemblement vers le centre sans lequel les espoirs de l'emporter sont toujours aléatoires. Dès lors, une candidature de François Bayrou qui avait choisi de soutenir Alain Juppé, ne paraît plus invraisemblable, d'autant que le positionnement d'Emanuel Macron va tendre à occuper,, sur le thème du « progrès », lui-aussi, le centre de l'échiquier politique.

Quant au FN rien ne dit, comme certains l'assurent, que la mobilisation à droite, en faveur de François Fillon, lui soit défavorable. On peut même penser le contraire car on entrevoit bien le parti qu'il pourrait tirer des options très libérales défendues par l'homme de la Sarthe.

Ajoutons que la profusion des candidatures de témoignage celles des Lassalle et autre Alliot-Marie qui s'annonce risque de ne pas faciliter les reports de voix dans un second tour qui opposerait la droite et le FN.

Pour toutes ces raisons la prochaine présidentielle ne se déroulera pas sur le mode apaisé que souhaitait Alain Juppé ; les vieux clivages dont on imaginait qu'ils allaient s'estomper vont réapparaître avec vigueur et même offrir à la gauche une occasion inespérée de ressusciter dans une surenchère que le vote Mélenchon ne fera qu'encourager. En attendant ce qui pourrait être un troisième tour social.

1. le tête à tête entre François Hollande et Manuel Valls ce lundi a semble-t-il mis fin aux spéculations sur la démission du premier ministre pour être sur la ligne de départ de la primaire.

Joël Aubert

Partager sur Facebook
Vu par vous
5005
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Edito
Edito
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires




13/08/2017 | Humeurs d'été: ces temps de coupes sombres

En chemin vers le rendez vous chaque été renouvelé du festival du Périgord Noir, empruntant les routes délicieuses et ombragées qui longent la rive droite de l'Isle, je goûte à l'émotion de ces villages traversés qui s'accrochent non sans mal à la vie. A ces images d'élevage de coteaux qui, hélas, se font de plus en plus rares tant il faut de courage à ces exploitants en difficulté pour maintenir une agriculture affrontée à la vive concurrence d'une autre agriculture à grande échelle. Une manière d'agro-industrie où les fonds de pension font souvent une entrée fracassante et n'ont pas de problèmes, eux, pour acquérir des terres sans espoir de succession. Et ne soucient guère de cette belle mission, non écrite mais si précieuse de gardienne des paysages, celle que notre agriculture de proximité assume encore, là où elle tient le coup économiquement. Et je pense à ces jeunes, rencontrés ces derniers mois et semaines, qui souvent venus d'ailleurs, font le choix audacieux mais résolu d'embrasser l'agriculture et, se faisant, de faire plus que produire, d'aller à la rencontre de la société, de ses attentes d'authenticité, de partage, et donc de multiples saveurs. Ils ne craignent pas de vous dire: " Je ne vais pas pouvoir me sortir un salaire avant deux ans mais je sais que j'y arriverai." Je pense à eux, à Laura et Clément par exemple et j'ai envie de pousser un grand coup de gueule.

Lire la suite